Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres
Une lumière éclatée

Voici donc la traduction d'un texte majeur d'une spécialiste de Tolkien, initialement publié en 1983 et révisé une vingtaine d'années après. J'étais curieux de le lire.

 

L'édition revue et agrandie de Splintered Light, une étude classique de la fiction de Tolkien, parue en 1983, examine Le Silmarillion et Le Seigneur des Anneaux à la lumière de la théorie linguistique de la fragmentation du sens d'Owen Barfield, émise dans son ouvrage Poetic Diction. Flieger démontre l'utilisation qu'a faite Tolkien du concept de Barfield tout au long de sa fiction, montrant comment l'image centrale de la lumière première, diffractée puis réfractée, est une métaphore des langues, des peuples, et de l'histoire de la Terre du Milieu.

 

J'atéais très curieux de lire cet essai, considéré comme l'oeuvre d'une des plus éminentes spécialistes de Tolkien, laquelle a pu la réviser en 2003. Je m'attendais à une lecture dense, peut-être difficile, mais j'étais loin du compte sur certaines parties... L'idée de départ est que Tolkien a été inspiré, de manière consciente ou pas, par les écrits de son ami Owen Barfield, qui fut, tout comme lui, l'un des premiers Inklings, ce cercle littéraire dont Tolkien et CS Lewis furent les membres les plus éminents. Celui-ci a théorisé l'idée selon laquelle le langage et l'écriture sont intimement liés. Partant de là, et avec l'idée que Tolkien a voulut mettre le motif de la lumière sur son oeuvre de fiction, Verlyn Flieger a décidé d'analyser celle-ci, et en particulier sa poutre maîtresse, le Silmarillion. Par une analyse de l'étymologie des noms des elfes, par exemple, par l'importance donnée à l'origine des peuples de la Terre du Milieu, Verlyn Flieger donne à comprendre bien plus que la partie immergée de l'iceberg tolkienien qu'est le Seigneur des Anneaux, elle donne un aperçu alléchant, mais un peu aride, de la forêt qui se cache derrière l'arbre du Hobbit.

 

Au final Une lumière éclatée ne m'a pas forcément aidé à comprendre Tolkien, comme l'indique le sous-titre de l'ouvrage, mais celui-ci constitue tout de même une référence, de par notamment son analyse approfondie de l'étymologie.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog