Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Il fallait s'y attendre, la série à succès pour adolescents L'Epreuve est en cours d'adaptation au cinéma. Il y a quelques mois le premier épisode, le Labyrinthe, a donc eu l'honneur d'une transposition à l'écran. Et contre toute attente, le résultat est plus que satisfaisant, ce qui n'a pas été le cas avec Hunger Games, par exemple.

 

L'histoire débute de la même façon que dans le roman : par l'arrivée de Thomas, adolescent, dans une sorte de camp peuplé de jeunes garçons et entouré d'un labyrinthe qui s'ouvre tous les matins et se referme chaque nuit, et peuplé de créatures impitoyables surnommées les Griffeurs. Certains garçons, comme Alby, sont là depuis trois ans et ont institué un ensemble de règles leur permettant de survivre en micro-société. Ceux qui enfreignent ces règles sont bannis dans le Labyrinthe, et personne n'en revient vivant... sauf Thomas, qui pour secourir Alby et Minho, chef des Coureurs (ce groupe qui passe les journées à sillonner le Labyrinthe pour en faire une cartographie) se jette délibérément dans le dédale. Et les Blocards, comme ils se surnomment eux-mêmes, ne sont pas au bout de leurs surprises...

 

Le pari artistique était risqué : le réalisateur, Wes Ball, n'a à son tableau de chasse notable qu'un court-métrage, plutôt bien foutu, réalisé en 2012, Ruin. Au sein du casting, aucune tête connue, même si les ados ont fait leurs preuves dans des séries comme Game of Thrones, Skins ou encore Teen Wolf. Le film suit l'essentiel de l'intrigue du roman original, en compressant toutefois certaines parties et en y ajoutant certains éléments, comme les noms des disparus sur un mur ou encore les "lames" qui constituent une partie du Labyrinthe. Bien sûr, celui-ci, qui s'étend sur des dizaines de kilomètres carrés dans l'histoire, n'a pas été réalisé en taille réelle, et les équipes des effets spécuiaux et des décors ont dû rivaliser d'ingéniosité pour rendre l'aspect de gigantisme du dédale. Sur ce point, c'est franchement réussi, les décors sont magnifiques. J'avoue que j'étais curieux de voir comment l'équipe artistique a rendu l'aspect très particulier des Griffeurs. Le choix a été fait de leur donner un aspect plus nettement bio que mécanique, et une allure combinant un Alien et un scorpion. Pourquoi pas, ceci dit, même si dans le roman l'alliage synthétique est plus évident.

 

 

Les jeunes acteurs sont plutôt convaincants dans leurs rôles, le directeur de casting ayant conservé le panachage racial du roman. Un nouveau bon point, même si on se demande un peu le pourquoi du comment de la présence de Will Poulter (à gauche sur l'affiche), avec ses sourcils doués de leur propre vie...

 

La "fin" du film, qui bien sûr n'en est pas une, puisque les suites sont déjà prévues (tournage du deuxième volet prévu pour cette année), diverge quant à elle du roman, la façon dont les jeunes gens "sortent" du Labyrinthe étant très différente. Pourquoi pas, cela ne nuit pas au rythme du film, et n'induit pas de conséquence particulière sur la suite. Suite que j'aurai plaisir à voir dès sa sortie.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog