Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Il m'a fallu attendre une quinzaine d'années pour voir cet excellent film de Brad Bird.

 

Oui, plus de quinze ans. Je l'avais loupé à sa sortie, et depuis j'en entends régulièrement parler, avec le plus grand bien. C'est donc à la faveur d'un visionnage estival, non par désoeuvrement, mais animé d'une véritable curiosité, que j'ai pu le voir. Brad Bird était auparavant réalisateur de plusieurs épisodes des Simpson, ce long-métrage est son premier et le fera remarquer par Disney, qui lui fera faire Les Indestructibles, Ratatouille, et le Monde de demain (avec une incursion dans le film d'action pour Mission impossible: Protocole fantôme. C'est donc l'éclosion d'une valeur sûre, autant en termes de scénario (puisque c'est lui qui adapte pour l'écran un roman de Tom Hughes, the Iron Man) que d'animation (même si le côté un peu cheap de l'animation révèle un certain manque de moyens qui ne fait que rajouter au charme du long métrage).

 

Nous sommes en 1957. Les Soviétiques viennent de lancer le premier satellite géo-stationnaire, le Spoutnik, ravivant les suspicions américaines en ce début de Guerre froide. Un gamin un peu futé, Hogarth Hughes, tombe nez à nez dans la forêt avec un robot géant, avec lequel il sympathise vite. Mais les rumeurs vont encore plus vite, et un employé d'une agence gouvernementale débarque dans le secteur pour fureter partout et surtout neutraliser, par la force s'il le faut, un éventuel engin envoyé par ceux d'en face. Ce positionnement va amener Hogarth à vouloir cacher son Géant de fer, avec les plus grandes difficultés. Ce qui amène plusieurs quiproquos, des situations dramatiques et des malentendus...

 

 

On passe par de nombreuses émotions en visionnant ce film, dès lors qu'on s'y laisse prendre, bien sûr : le rire avec les situations où des morceaux du robot se baladent presque à découvert, de la colère lorsqu'on voit que l'agent gouvernemental fait tout pour détruire l'engin, la curiosité le concernant, car finalement, d'où vient-il ?... Ou encore la tristesse, car bien sûr l'intervention de l'armée sur site va amener des dégradations. Avec son heure et ses 25 minutes au compteur, le film serait même peut-être un peu court, on aurait peut-être aimé une exposition un peu plus longue concernant Hogarth.

 

Le casting vocal est impeccable, avec Jennifer Aniston qui joue la mère du garçonnet, Vin Diesel qui prête sa voix caverneuse au Géant, et Harry Connick Jr. qui prête la sienne au ferrailleur qui cache le géant. Mention spéciale aussi à Michael Kamen, qui livre une partition musicale digne des meilleurs Disney, emmenant le spectateur dans les strates supérieures de l'atmosphère avec sa symphonie.

 

Il s'agit là sans conteste d'un chef-d'oeuvre du film d'animation, que je vous recommande.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog