Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Mon retard en termes de films d'animation japonais, et en particulier les productions Ghibli frôlant l'indécence, j'ai décidé de prendre cette lacune à bras-le-corps.

 

Première étape de ce rattrapage donc, Pompoko, film d'Isao Takahata, connu également pour le magnifiquement triste Le Tombeau des Lucioles. Ce film, basé sur une idée d'Hayao Miyazaki,  a été réalisé en 1994 et a obtenu un prix au festival d'animation d'Annecy l'année suivante. Il a fallu toutefois attendre 2005 pour qu'il sorte en France...

 

Dans les années 1960, le Japon connaît une forte croissance et les logements font défaut. De vastes programmes de construction sont lancés, destinés à transformer les campagnes en villes nouvelles, en particulier la haute vallée de la Tama, à l'ouest de Tokyo. Dans les bois à la périphérie de Tokyo vivent les tanuki. Ce sont à la fois des animaux réels et des animaux mythiques assimilés aux kitsune. La destruction quotidienne de leur espace vital inquiète les tanuki. Ils décident de s'unir et d'enrayer la progression nuisible des travaux en se transformant en divers objets pour garder leur campagne dans laquelle ils vivent…

 

On le voit, le film se base sur une réalité historique, la croissance démographique japonaise qui rogne peu à peu ses valeurs ancestrales, pour nous raconter une histoire aussi simple qu'efficace. La nature, mais aussi le fait que les tabuki soient révérés comme des semi-divinités sont donc battus en brèche. Ceux-ci vont donc utiliser leur pouvoir spécial, celui de se transformer en ce qu'ils veulent, pour effrayer les humains. Mais rien n'y fait, la disparition des anciennes superstitions les amène à prendre leurs manifestations comme une suite de coups du sort, même si un temps on pense le chantier de la ville nouvelle hanté.

 

Takahata joue de l'étrangeté induite par cette ambiance, mais aussi de l'image fêtarde des tanuki pour nous livrer un film aussi inventif qu'émouvant si l'on sait lire entre les lignes. Le pompon revient même à l'usage tout particulier que font les rongeurs de la peau de leurs "roubignoles" (terme utilisé dans la VF) pour lutter contre l'avancée humaine.

 

Un film à voir en famille, très intéressant pour qui veut comprendre (un peu) la société japonaise moderne.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog