Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

C'est après le visionnage d'Ex Machina que j'ai voulu voir ce Chappie, dont le sujet est proche. En effet nous avons aussi là une histoire d'intelligence artificielle en cours de formation.

 

Nous sommes à Johannesburg, en 2016. Le taux record de criminalité oblige les autorités à faire appel à une société privée fabriquant des robots-flics, Tetravaal. Son produit-phare ce sont les Scouts, des robots à taille humaine qui dézinguent sans pitié les délinquants. Mais dans les bureaux de Tetravaal tout n'est pas joué, puisque d'un côté le créateur des Scouts, Deon, travaille sur un modèle d'intelligence artificielle qui rajouterait un supplément d'âme aux machines, et de l'autre Vincent souhaiterait voir son modèle concurrent, l'Orignal, gagner les faveurs des autorités mais aussi de sa patronne. Cela en resterait à la guerre entre ingénieurs si une bande de petites frappes ne s'était mis en tête de trouver le bouton on/off des Scouts ; et ceci au moment où Deon fait sortir un robot promis à la casse pour essayer son modèle d'IA. Les petites frappes récupèrent donc le robot, bientôt surnommé Chappie, avec sa conscience d'enfant de 5 ans (induite par le modèle de Deon) dans les circuits...

 

Neill Blomkamp est un réalisateur pas comme les autres. Après avoir explosé avec District 9 et répondu aux sirènes d'Hollywood pour Elysium, le revoici avec un film réalisé chez lui, en Afrique du Sud. Mais du coup le réalisateur semble le cul entre deux chaises : la tentation du grand spectacle ou le film intimiste avec l'adoption du robot par un groupe de petits délinquants pas bien malins. C'est un peu le premier reproche que je ferai au film, ses personnages qui manquent de réalisme. Le trio de voyous, incarné par les membres du groupe de rock Die Antwoord, manque totalement de profondeur et d'empathie. Hugh Jackman, que l'on ne présente plus, semble un peu perdu dans son rôle de méchant, tandis que Sigourney Weaver, qui incarne la Directrice générale de l'entreprise d'armement, est impeccable mais hélas trop peu présente à l'écran. Dev Patel, remarqué dans Slumdog Millionaire, fait profiter Deon de son énergie et de son style sérieux, inattendu pour un acteur indien. Celui qui s'en sort le mieux est Chappie lui-même, incarné en motion capture par Charlto Copley, déjà présent sur District 9.

 

 

Pour le look de celui-ci, Blomkamp avoue s'être inspiré du robot d'Appleseed, manga et animé japonais célèbre. Au niveau des effets spéciaux, Chappie et ses copains scouts (ainsi que l'Orignal) sont impeccables, on jurerait qu'ils sont vrais. Blomkamp a tout de même disposé d'un confortable budget de 115 millions de dollars. Tout ça pour un film qui tourne à la farce au bout d'une vingtaine de minutes. Entre le comportement enfantin de Chappie (compréhensible au début, mais pas par la suite, surtout entre les mains de VRAIS voyous), l'ingénieur qui entre et sort comme il veut d'une usine d'armement de pointe, un autre qui se balade avec un flingue à la ceinture et la confrontation attendue entre Chappie et ses camarades Scouts -mais jamais arrivée- on tient un beau gâchis. Et autant pour la réflexion sur l'intelligence artificielle, qui reste au stade de l'intention... Finalement le meilleur film sur le sujet est peut-être encore AI - Intelligence artificielle...

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog