Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

La vie d'Ignatius Perrish est devenue un enfer depuis que sa fiancée, Merrin, a été retrouvée morte quelques jours plus tôt, quelques heures après qu'une violente dispute en public ait suivi leur rupture. Tout le monde dans leur petite ville le considère comme un meurtrier - suppôt du diable mais il est libre en l'absence de preuves. Mais ce qui ressemble à une métaphore n'en est plus une puisqu'un matin il se réveille avec des cornes sur la tête. Littéralement. Terrifié, il va chez le médecin, puis chez ses parents, et se rend compte que peu de gens voient lesdites cornes, et que ceux qui les voient ne s'en formalisent pas, et qu'au contraire elles révèlent à Ig (qui n'a pourtant rien demandé) leurs désirs les plus profonds. Ce qui va amener des situations tantôt dramatiques, tantôt burlesques (comme lorsque les deux flics qui suivent le jeune homme se révèlent l'un à l'autre qu'ils veulent coucher ensemble). Ig va donc utiliser ses nouveaux pouvoirs pour essayer de débusquer le véritable assassin, et l'amener à faire payer son forfait ignoble. Sauf que bien sûr il ne va pas s'attendre à l'atroce vérité.

 

Adapté du roman éponyme de Joe Hill ("Cornes" en édition française), ce film permet à Daniel Radcliffe (Harry Potter) de s'affranchir enfin de ses rôles d'adolescent. Celui-ci lui permet de jouer une gamme de sentiments plutôt compliquée, et sa prestation est plus qu'honorable, alors que son allure frêle (l'acteur est nettement plus petit que ceux qui l'entourent) n'aide pas. Il vaut mieux me direz-vous, vu que le film repose sur ses épaules. Autour de lui le casting est moins convaincant, en particulier Max Minghella, qui joue l'ami d'enfance et l'avocat d'Ignatius, qui a la gamme d'expression de mon repose-pieds. On remarquera la présence de David Morse, assez bouleversant dans celui du père de Merrin.

 

Ayant lu le roman je peux vous assurer que l'adaptation est bonne, plutôt fidèle avec l'histoire originale (ce qui n'est pas toujours le cas avec le papa, Stephen King), et que le réalisateur Alexandre Aja (remarqué en 2006 pour son remake de la Colline a des yeux, et plus tard pour Mirrors) s'en sort bien, utilisant les points forts du roman et écartant un certain nombre d'oripeaux du texte original. Hélas, il ne peut passer outre la dimension religieuse de la malédiction qui frappe Ignatius, et, partant, la fin bancale, pour ne pas dire grand-guignolesque. Les décors, en grande partie naturels, ont été trouvés en Colombie Britannique, conférant une aura de conte à certaines scènes ; l'ambiance sonore est particulière, puisqu'on y trouve David Bowie, Nirvana ou Marilyn Manson.

 

Au final j'ai bien aimé Horns, pour sa réalisation solide et son acteur principal qui fait le job, et regrette la fin, à la limite du grotesque.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog