Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Le niveau de production de Stephen King ne baissant pas du tout ces dernières années, les éditeurs français ont décidé de s'adapter à cette folie, en proposant, directement en poche comme pour Gwendy et la boîte à boutons, la novella Elevation, sortie seulement l'année dernière aux USA.

 

Dans la petite ville de Castle Rock, les rumeurs circulent vite. Trop vite.
C’est pourquoi Scott Carey ne veut confier son secret à nul autre que son ami le docteur Bob Ellis. Car avec ou sans vêtements, sa balance affiche la même chose, et chaque jour son poids diminue invariablement. Que se passera-t-il quand il ne pèsera plus rien ? Scott doit également faire face à un autre problème : les chiens de ses nouvelles voisines ont décidé que sa pelouse était le lieu idéal pour faire leurs besoins. Entre le couple et Scott, la guerre est déclarée. Mais lorsqu’il comprend que le comportement des habitants de Castle Rock, y compris le sien, envers les deux femmes mariées met en péril le restaurant qu’elles ont ouvert en ville, il décide de mettre son « pouvoir » à contribution pour les aider.

 

A l'instar de Gwendy, Elevation se classe dans la veine "soft" de l'oeuvre kingienne, dans la mesure où le fantastique est ici relativement ténu, et même s'il sert de moteur au récit, c'est encore une fois les personnages qui en font l'intérêt principal. Scott Carey est un divorcé sans histoire, qui va faire preuve d'une immense gentillesse envers ses voisines. L'histoire est menée sur un rythme léger, pas de violence, même si deux personnages sont à deux doigts d'en venir aux mains à un moment, pas de moment gore, mais plutôt de la poésie, à deux ou trois moments-clés, dont le dénouement, si triste et pourtant teinté d'espoir. Pas d'enfant ou d'adolescent ici, seulement des adultes avec leurs fêlures et leur bonté.

 

King a écrit une belle fable sur l'acceptation de la différence, délicatement traduite par Michel Pagel.

 

A lire, l'espace d'une après-midi...

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog