Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Publié en novembre 2002, cet ouvrage surfe clairement sur la vague des films de Peter Jackson, puisque le second segment de son adaptation du Seigneur des Anneaux, à savoir Les Deux Tours, s'apprêtait alors à débarquer sur les écrans. Et ce n'est que justice, quelque part, puisque John Howe était, avec Alan Lee, le concept designer de la production. C'est à dire que les deux hommes, déjà illustrateurs reconnus de Tolkien, devaient fournir des milliers, voire des dizaines de milliers, de croquis afin de donner vie aux décors, designs d'armes, de costumes, engins, etc. des films. Si Tolkien a écrit l'histoire, c'est leur vision qui transparaît à l'écran.

 

Mais ce recueil ne comporte pas, ou si peu, d'illustrations ayant directement servi aux films. Certainement pour des questions de droits et d'exclusivité. Mais il n'empêche que Howe a abondamment illustré, et ce depuis ses 20 ans, en 1977, le Seigneur des Anneaux. Le croquis le plus ancien dans le recueil est d'ailleurs une représentation du duel opposant Gandalf au Balrog, sur le pont de Khâzad-Dûm, au fin fond de la Moria. Une scène iconique, qui l'a visiblement inspiré, puisqu'il y en a une demie-douzaine de variations dans l'ouvrage. Gandalf semble d'ailleurs avoir sa préférence, le magicien gris étant l'objet de sketches fort réussis.

 

John Howe donne, au travers d'un long entretien reproduit ici, un aperçu de son rapport avec l'art, de sa formation d'illustrateur (à Strasbourg, à l'Ecole des Arts Décoratifs, alors qu'il est originaire de Vancouver, au Canada), de son approche de l'oeuvre de Tolkien, etc. Deux personnes donnent par ailleurs leur avis sur son travail, et l'une d'entre elles n'est autre que Christopher Lee, l'interprète de Saroumane dans les films, et la seule personne du casting à avoir réellement rencontré Tolkien...

 

Au long d'environ 150 pages, Howe nous régale avec ses peintures si évocatrices, si puissantes, si visionnaires. Comme l'indique Stéphanie Benson, l'autre contributrice, l'une des peintures les plus connues de Howe est celle qui nous donne à voir Cul-de-Sac de l'intérieur, en direction de la porte d'entrée. Son dessin regorge de détails, et pourtant ces détails n'apparaissent pas chez Tolkien. C'est l'interprétation si juste de l'artiste qui donne une telle vie aux écrits du Professeur.

 

Ce bouquin est un véritable bonbon pour les yeux.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog