Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est. Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.

 

Alors que le 8ème volet des aventures du Département V se faisait attendre, les Editions Albin Michel ont tenté de combler l'attente des fans de Jussi Adler Olsen en leur proposant ce premier roman, qui date de 2007. D'une belle taille (630 pages dans cette édition grand format), ce premier roman ne laisse pas vraiment présager de ce que fera Adler Olsen par la suite. L'auteur s'est cependant visiblement beaucoup rencardé sur les unités "médicales" du IIIème Reich, et semble être tombé amoureux de la région de Fribourg, proche des frontières françaises et suisses.

 

Un premier roman, donc, qui souffre de plusieurs défauts. Un problème de rythme, tout d'abord. Toute la première moitié du roman est tenue par le séjour de Bryan et James dans l'hôpital, tentant de déjouer la surveillance des infirmières et des soldats, mais aussi de survivre aux brimades des autres résidents, avec un passif très lourd, visiblement. Ce séjour dure des mois. Il nous est décrit presque au jour près, sans doute pour qu'on s'imprègne de la lente descente vers la folie des deux hommes. Mais du coup on se retrouve avec beaucoup de longueurs. A tel point qu'on se dit qu'on ne finira jamais cette lecture. Et puis à un moment ça bouge, Bryan décide de partir, après avoir entrevu une belle opportunité. Et près de 30 ans plus tard, alors qu'on nous dit qu'il a tout essayé sauf enquêté sur place, il revient à Fribourg. Et là on y croit moyennement. Car Bryan semble ne pas être si affecté que ça par la disparition (au sens propre) de son ami d'enfance. Mais son regain d'intérêt et de remords entraîne avec lui son épouse, et l'on se retrouve alors dans un jeu de chat et de la souris dans le Bade-Wurtemberg. Un jeu qui confine un peu au burlesque par moments.

 

Au final j'ai eu l'impression de lire deux romans un peu différents ; une première partie indolente, presque lénifiante, puis une deuxième qu'on pourrait qualifier de course-poursuite un brin complexe entre 5 hommes et 2 femmes. Pas inintéressant ni désagréable dans le fond, mais un roman à réserver aux complétistes d'Adler Olsen ou des ambiances IIIème Reich. Et, alors que le titre promettait une intrigue peut-être plus axée sur les rouages de l'époque nazie, il n'en est rien. Au final, on ne sait même pas pourquoi cette "unité" s'appelait ainsi...

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog