Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Livres


Récemment est sorti Magie d'entreprise, par Kelley Armstrong, aux Editions Bragelonne.

Arrêtons-nous sur l'aspect extérieur du bouquin, si vous le voulez bien. Bordure rouge, comme la tranche, une jolie illustration en couverture qui nous montre une jolie jeune femme sur fond de nuit de pleine lune. Sensualité, sang.
Le titre à présent, qui est à lui seul une énigme. "Magie d'entreprise". Pas évident de deviner de quoi ça va parler. Bien sûr, il y a la magie, donc a priori il s'agit d'un récit fantastique... mais... "entreprise" ? Le titre est vraiment étrange.

Imaginez une histoire de mafia, où un tueur s'en prendrait à la famille proche des parrains de chaque "famille". C'est le postulat de départ de Magie d'entreprise, à une différence près, et de taille : les mafias en question -appelées Cabales- sont en fait des sociétés employant des créatures surnaturelles : semi-démons et autres mages, pour faire court. Elles sont gérées comme des entreprises et s'efforcent de ne pas intervenir dans les affaires des humains. Mais aujourd'hui, les Cabales ont peur. En effet les enfants des cadres, voire des PDG, sont tués les uns après les autres... Lucas Cortez, fils du PDG de la Cabale du même nom, est appelé à enquêter sur cette série de meurtres, et cela malgré son opposition à l'organisation de son père. Aidé par sa compagne, la sorcière Paige Winterbourne, narratrice de l'histoire, puis d'une nécromancienne et de deux loups-garous, il va remonter la piste d'un tueur aux motivations étranges...

L'univers proposé par Kelley Armstrong avait été introduit dans Morsure (également publié chez Bragelonne), et c'est donc le quatrième tome des aventures de Paige. Il se situe pleinement dans le genre de la bit-lit, ce sous-genre de l'urban fantasy où l'héroïne évolue dans un univers contemporain où les créatures fantastiques existent bel et bien.

J'ai du mal avec cet univers. Se démarquant d'écrivains comme Graham Masterton, par exemple, les personnages sont aussi attentifs à leurs soucis quotidiens qu'aux problèmes surnaturels auxquels ils sont confrontés... Ici par exemple Paige se demande si elle va approfondir sa relation avec son petit ami Lucas, qui lui-même se pose des questions sur celle qu'il entretient avec son père... Ca dilue l'intérêt de l'histoire dans des bavardages un peu vains, à moins que l'on se passionne pour la petite vie intime de Paige...
Et le côté fantastique dans tout ça ? Eh bien, nous avons une sorcière qui ne lance que deux ou trois sorts d'entrave, face à des créatures censées être beaucoup plus puissantes... Résultat, Paige est entourée de plusieurs sidekicks, eux aussi fantastiques (vampires, loups-garous, nécromanciennes...) qui la sauvent toujours des situations difficiles. Cette multiplication des personnages secondaires entraîne un côté vaudeville au récit, avec des portes qui claquent, des personnages qui disparaissent puis réapparaissent constamment... Fatigant.
Kelley Armstrong essaie pourtant de diversifier ses situations fantastiques, comme cette incursion dans une autre dimension. Malheureusement cette dimension est très peu développée, et il est difficile de vraiment se l'approprier.
Comme ce roman s'inscrit dans une somme romanesque (qui compte à cette heure sept romans aux Etats-Unis), il n'y a pas vraiment de fin, même si "l'affaire" est résolue. Difficile donc de s'approprier cet univers en le prenant en route, même si pas mal d'éléments (les Cabales, la place des vampires, etc.) sont un peu développés.
En outre, l'écriture souffre de tics qui me semblent assez gênants, et relèguent à mes yeux cet ouvrage dans une littérature de bas étage. Des exemples ? L'écrivain use et abuse des "on fit ceci, on fit cela", incluant bien sûr Paige et celui ou ceux qui l'accompagnent dans la narration, mais cela me semble un artifice trop pauvre pour mériter le titre de "littérature populaire"... De plus certains passages sont trop explicatifs, enlevant au lecteur la possibilité de faire marcher son imagination d façon normale, et les scènes d'action sont poussives. Même s'il s'agit de créatures surnaturelles, on a parfois l'impression qu'elles volent alors qu'elles ont par ailleurs des caractéristiques très terre à terre... De même pour les titres de chapitres, qui ne sont souvent qu'un bout de phrase du chapitre concerné ; et parfois pas les mieux choisis.

Quel est le public visé par cet ouvrage ? Des adolescents ? Hum, pas sûr. Rien que la saga Harry Potter est mieux écrite. Des jeunes femmes ? Si elles ont soif de fantastique, et pas de romantisme aux longues dents à la sauce Twilight, il n'est pas sûr qu'elles apprécieront... En tout état de cause, si vous souhaitez néanmoins vous plonger dans cet univers qui a ses propres cohérences, je vous conseille de commencer par Morsure...

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD



Vincent, un jeune garçon, va se réveiller dans une étrange forêt peuplée d'enfants. Dans quel monde est-il et comment y est-il arrivé ?
Vincent, un jeune garçon, ce réveil dans une forêt peuplée d’enfants. Une forêt hostile où ce petit peuple tente de survivre malgré les dangers, les piqueurs, des êtres aussi dangereux que méconnus. Leur but, atteindre les limites de la forêt. Vincent, lui, se pose des questions, pourquoi est-il ici, que lui est-il arrivé ? Aussi loin qu’il puisse remonter dans ses souvenirs, il y a cette jeune fille « Samantha » qu’il n’a cesse de revoir. Un accident de voiture, un hôpital, elle est déjà dans le coma… Le coma ? Voilà où se trouve Vincent ! Ces enfants font parties du même hôpital où les rêves se croisent.
Vincent va t-il arriver à s'échapper de ce monde hostile ?

Très bonne surprise cette BD !
Je dis tout de suite : c'est très décevant qu'elle se soit arrêtée de façon presque abrupte après le tome 3, car celui-ci annonçait un virage dans l'histoire qui aurait pu devenir également intéressante par la suite.

La première partie, qui comporte donc les deux premiers tomes, nous emmène dans un monde étrange, peuplé de créatures énigmatiques, les Piqueurs, au sein d'un groupe d'enfants qui se retrouvent avec une sorte de chef charismatique, Daddy. Les références sont nombreuses, j'ai pensé au Fléau de Stephen King, à Sa Majesté des mouches de William Golding... Tiens d'ailleurs, pourquoi seulement des enfants et des adolescents dans ce "monde"... ? Une zone d'ombre qui ne nous sera jamais expliquée...
On évolue donc aux côtés de Vincent, puis de Dana dans cette étrange atmosphère, et on est très vite happé. J'ai vraiment été surpris par la qualité de l'histoire, la façon dont elle était menée, les personnages qui sont bien campés... Steven Dupré faisait incontestablement du bon boulot (il en fait également pour Kaamelott, mais ce n'est pas comparable), et réussissait à installer de belles ambiances lumineuses.

L'ambiance change radicalement avec le tome 3, plus ancré dans la réalité, le présent, le quotidien. Le dessin semble moins affirmé, l'histoire bégaie un peu, bien que ce tome soit très dense. Ma bonne appréciation baisse un peu, car le récit prend une autre tournure, et j'aurais aimé avoir la suite. Malheureusement l'éditeur en a décidé autrement, et "Coma" ne connaîtra probablement jamais de tome 4...

Si vous devez découvrir la série, contentez-vous des deux premiers tomes, le troisième laissant malheureusement les lecteurs sur leur faim...


Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Essais


A l’heure où vous lirez ces lignes l’information aura fait 30 fois le tour de la planète, mais tant pis, je ne pouvais pas ne pas en parler…

En effet le géant du divertissement Disney va acheter Marvel, l’éditeur célèbre pour ses super-héros. En clair chaque actionnaire de Marvel recevra 30 dollars en liquide pour chaque action détenue, ce qui au total devrait amener la transaction aux alentours de 4 milliards de dollars. Disney réalise cette opération alors que Marvel peut se targuer d'avoir enregistré, aux cours des dernières années, de véritables records au box-offices mondial, avec plusieurs adaptations cinématographiques de ses célèbres BD. Disney, qui était à la rue en termes de création cinématographique, et pour lequel la collaboration, puis le rachat de Pixar a constitué une bouée de sauvetage providentielle. Marvel a lui connu un creux dans les années 1990, avant de se relancer avec des adaptations (de qualité) de franchise à succès : X-men (2000) et Spider-Man (2002) notamment.

Disney fait valoir l'opportunité stratégique d'intégrer Marvel "à son portefeuille sans égal d'actifs dans le divertissement et à une structure d'entreprise qui permet de maximiser la valeur des actifs créatifs via de multiples plates-formes" de diffusion.

Avec ses filiales, le groupe Walt Disney constitue aujourd'hui l'un des principaux poids lourds planétaires du divertissement. Présent dans les média, les parcs d'attraction, les studios de cinéma et de télévision et les produits dérivés, il est à la tête d'un chiffre d'affaires annuel de quelque 38 milliards de dollars.

Disney fait donc l’acquisition de 5.000 personnages du giron Marvel, des personnages pour lesquels on peut se poser légitimement la question de l’avenir.

 

Sur internet, les réactions déferlent : Les héros en collants moule-burnes vont désormais aussi pousser la chansonnette. Ca va faire des cross-over d'enfer... Captain America vs Tic et Tac, Iron-Mouse, Mary Poppins chantant en duo avec Banshee... Bientôt le film Mutant high School Musical… Nombreux sont ceux qui prédisent, à terme, la fin du Marvel que l’on connaît… Un groupe intitulé Leave Marvel alone, Disney ! a d’ailleurs été créé dans la demie-heure sur Facebook…

 

Comme le signalait une auteure de bande dessinée de mes amis, « lorsque le poétique Winnie-the-Pooh de A. A. Milne (avec les beaux dessins de E. H. Shepard) est devenu « Winnie l’ourson » des studios Disney, une partie de mon enfance (et pourtant, je ne suis pas née en 1926) a été ensevelie sous les décombres d’un monde révolu. J’ai pleurniché, et puis... ? Quand on tape « Winnie-the-Pooh » sur Google, on n’a pratiquement accès qu’aux images de Disney. Gasp ? Oui et non... Je n’ai pas été voir le film. Si ça se trouve, c’est une chouette version. Plein de mômes ont adoré. Les vieux exemplaires des éditions de Milne, ce ne sont pas les petits Français d’aujourd’hui qui vont lire ça.... Alors, les héros de la Marvel vont maintenant vivre une nouvelle vie botoxée. »

 

Vous l’aurez compris, la crainte est de voir les personnages si chers à Stan Lee –entre autres- évoluer dans des univers plus « calmes », vivre des aventures moins violentes. Nombre de contes et légendes « récupérés » par l’empire Disney ont eux aussi été vidés de leur substance pour devenir des sucettes à la guimauve. Rappelons tout de même qu’une majorité des publications Marvel s’adressent avant tout à un public d’adolescents, pas si éloigné finalement en termes de maturité des sucreries Disney… Cette acquisition répond donc à une certaine logique, élargissant le champ du public Disney, cantonné jusqu’ici à l’enfance, vers l’adolescence et les jeunes adultes. Je ne vais pas me faire que des amis sur ce coup-là…

 

En plus d’être un éditeur de bandes dessinées et un producteur de cinéma, Marvel est aussi un fabricant de jouets, cette activité rejoint tout à fait celle de Disney, qui est l’un des rois de l’entertainment sur ce plan. Pour certains il s’agit donc plus d’un changement de propriétaire que d’un changement stratégique majeur. De plus le concurrent historique de Marvel, DC Comics, est lui dans le giron du géant Time Warner depuis plusieurs années. Il n’y a plus vraiment d’indépendance pour les éditeurs de comics…L’avenir dira si cette acquisition sera bénéfique…

 

Mais quid, par exemple, des films Marvel distribués et produits par Universal et Sony, concurrents de Disney ? Va-t-il y avoir des conflits au niveau des droits des différents franchises ? Il est trop tôt pour tirer des conclusions, mais les avocats et juristes des différentes firmes vont avoir beaucoup de travail dans les années à venir…

 

Pour tempérer un peu ces questionnements, il faut tout de même signaler que John Lasseter, l’un des boss de Pixar, tient une place importante chez Disney, et que cela permet de penser qu’il ne faut peut-être pas crier au sacrilège.

 

Voilà un peu ce que m’inspire cette nouvelle, qui a mis en ébullition de nombreux fans du monde entier. J’ai forcément une vision étriquée de la question, n’étant pas spécialiste des fusions entre univers de loisirs. J’ai même probablement écrit des bêtises… Et vous, votre avis ?

 

(sources : Facebook.com, buzzcomics.net, leMonde.fr, lesechos.fr, etc. J’ai aussi piqué des vannes aux gens du forum de bdtheque.com, merci à eux).

 

Spooky

 

Petit bonus : un strip réalisé par l'ami pierig sur le sujet.

 






Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog