Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Il y a quelques temps je suis allé voir au cinéma la première adaptation de la série à succès darren Shan. Je vous en parle ici. Malgré la qualité très moyenne du métrage, je me suis intéressé au personnage et me suis plongé dans l'oeuvre originale.
Darren Shan doit être un cas très rare, voire unique, dans l'histoire de la littérature. C'est en effet le nom d'un auteur (ou plutôt son diminutif, son "véritable" nom étant Darren O'Shaughnessy), mais aussi celui de son héros, et le nom de la série qui conte ses aventures. Normal, me direz-vous, s'il s'agit d'une autobiographie... Sauf que ce n'est pas le cas, Shan racontant "ses" aventures complètement fictives.

Darren Shan a une passion : les araignées. Alors qu’il assiste, en compagnie de son meilleur ami Steve, à la représentation clandestine d’un cirque spécialisé dans le monstrueux et le grotesque, il tombe en admiration devant une gigantesque tarentule savante du nom de Madame Octa. Bien que celle-ci soit la propriété d’un effrayant personnage, Mr Crepsley, Darren n’hésite pas à la voler. Mais celle-ci pique Steve. Pour le sauver Darren n’a qu’une solution... qui va lui demander un sacrifice énorme !

Cette série de romans a connu un grand succès international, non seulement à cause de la vague vampirique qui reprend du poil de la bête, mais aussi du fait de son écriture très simple, accessible au plus grand nombre. C'est un roman pour adolescents, écrit dans le plus pur style propre à cet âge de la vie. On pourrait presque parler de pré-adolescence dans ce cas, car Darren ne semble pas encore entré dans la puberté. Darren Shan écrit sans fioritures, avec un style direct, sans allusions ou presque. Ce choix d'universalité (à moins que son écriture soit limitée, auquel cas le résultat est le même) lui permet une efficacité redoutable. Le résultat est une histoire pleine de rebondissements (plus que dans le film qui en est tiré, en tous les cas). Parlons un peu de l'histoire à présent... Comme je l'ai dit, on se met dans la peau de l'adolescent, qui est assez insouciant, même s'il est conscient de l'amour de sa famille, de l'affection de ses copains, etc., mais qui n'hésite pas trop avant de se lancer dans l'aventure, bien préparé par ses diverses lectures. Cependant plane sur le roman une impression de prédestination, d'une volonté supérieure qui mène inexorablement Darren à ce spectacle, puis à la rencontre avec le vampire. Il est dommage que son amitié avec Steve ne soit pas montrée de façon plus forte (elle l'est dans le film), car elle va jouer un grand rôle à la fin du roman et dans la suite. Attention quand même, c'est très très ado comme histoire, et il ne faut pas chercher trop de réalisme dans le déroulement ; comment garder, par exemple, son sérieux devant les numéros réalisés par la grosse tarentule Madame Octa ? Pour le reste, sans être un chef-d'oeuvre, ce premier roman de la série des Darren Shan s'avère un assez bon divertissement, extrêmement lisible pour les pré-adolescents et les adolescents ; les plus grands seront peut-être lassés par les réflexions puériles (mais pas infantilisantes, je tiens à le rappeler) du héros.

Spooky.


NB : Ce roman est sorti originellement en 2001 chez Pocket Jeunesse sous le titre La Parade des monstres. Le titre en VO est Cirque du freak.


Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Livres


Vous savez quoi ? Il n'est nul besoin d'être un spécialiste d'un genre pour écrire un bon bouquin dans un genre. La preuve avec ce roman de Cormac Mc Carthy, écrivain américain connu pour ses romans profondément ancrés dans la culture américaine, un auteur unanimement reconnu par exemple pour "Non ce pays n'est pas pour le vieil homme (No Country for old man), récemment porté à l'écran.

Dans La Route, il nous met dans les pas d'un homme et de son fils, qui errent, seuls, sur une route, et qui se dirigent vers le sud après l'Apocalypse. Ils survivent comme ils peuvent, pillant les maisons, se prémunissant des pillards, etc. Rien de bien neuf là-dedans me direz-vous, le courant littéraire du "surviving" existe depuis que la bombe nucléaire existe, ou même depuis les débuts de la science-fiction, avec des auteurs comme HG Wells ou John Wyndham. Là où Mc Carthy se détache des autres auteurs, c'est dans ses choix d'écriture. On ne sait pas quelle est la nature de l'Apocalypse en question. Tout juste sait-on qu'il s'est passé quelque chose, que le monde s'est embrasé, que plus rien ne fonctionne, qu'il y a peu de survivants. Ceux-ci errent dans les teritoires désolés, qui n'ont plus de noms ou presque, et se nourrissent avec ce qu'ils trouvent ou volent, y compris leurs congénères. Cela peut aller jusqu'à constituer des garde-mangers un peu spéciaux... L'homme et son fils que nous suivons n'ont pas de nom. A quoi cela leur servirait-il, dans un monde où c'est chacun pour soi, malgré la formation de groupes réduits de pillards ? On ne connaît pas leurs âges, normal, on perd vite la notion du temps sans engins pour le mesurer... Tout juste peut-on supposer fortement que l'enfant n'a pas plus de 12 ans, vues ses réactions et ses questionnements envers son père. Ils se rendent vers le sud parce qu'il y fait plus chaud, parce que le père y connaît un coin très beau où ils pourraient peut-être se réfugier... et c'est tout. Voilà tout ce qu'on apprendra dans le roman.
Le reste ne sont que des dialogues et des descriptions vues du côté du père ; c'est vrai ça, quand vous savez que vous êtes condamné à plus ou moins brève échéance, quel besoin avez-vous de vous dire "je m'appelle Steve Hawkins, j'ai 38 ans, je suis ingénieur en mécanique" ? Tout ce que vous pouvez faire, c'est chercher à manger pour vous et votre enfant, le seul bien qu'il vous reste, et le préserver coûte que coûte.

Aucun espoir dans La Route. Tout est noir, même le ciel, peut-être voilé par des cendres... Mc Carthy use d'une écriture serrée, vivant dans l'instant, comme ses héros, à coups de petits paragraphes secs, où les actions se succèdent très rapidement. Un exemple ? "il rentra dans la maison, inspecta la cuisine, souleva tous les couvercles et regarda dans les placards puis il aperçut la porte d'un réduit et l'ouvrit et chercha à tâtons l'interrupteur et l'alluma et regarda vers le bas des marches et les descendit." Les dilaogues sont également mêlés aux descriptions, sans indication particulière comme des "" ou des "dit le garçon". Tout ceci pour montrer que le quotidien, dans ce qu'il a de plus trivial ou presque, en tous les cas de plus banal, est le véritable sujet du roman. L'homme ne se permet des petites digressions lorsque son enfant dort. Dans ces moments-là, il repense à la vie merveilleuse lorsque son épouse était encore vivante (d'ailleurs la disparition de celle-ci n'est pas vraiment évoquée, exactement comme si l'homme se refusait d'y penser), mais aussi à ce qu'il se passerait s'il venait à disparaître, se demandant s'il ne ferait pas mieux de les tuer, lui et son fils... Un ton fortement pessimiste, voulu par la situation.

Ce roman est très dur. Certaines personnes ont pleuré en le lisant. Pas votre serviteur, mais il a eu du mal à lire certains passages, très explicites. Mais c'est un chef d'oeuvre tétanisant, inoubliable, couronné en 2007 par le prix Pulitzer, censé récompenser l'excellence dans les arts.

Hollywood ne s'est pas trompée, puisqu'une adaptation cinématographique a été très vite mise en route ; hasard du calendrier en ce qui me concerne, ce film, réalisé par John Hillcoat, avec Viggo Mortensen en tête d'affiche, sort ce 2 décembre. Pour les curieux, une bande-annonce est disponible. Je me dois cependant de vous prévenir que celle-ci en dit un peu plus que le bouquin, notamment au sujet de l'Apocalypse dont je parlais plus haut.


Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Livres


La collection "Trésors de la SF", aux éditions Bragelonne, permet de (re)découvrir des grands récits patrimoniaux de ce genre, souvent d'auteurs francophones mais pas que. Récemment Caza et son équipe ont donc exhumé trois des premiers romans de Jean-Pierre Andrevon, cet auteur protéiforme et touche-à-tout, qui ont comme points communs de se passer... très loin de la Terre, d'où le titre du recueil.
Pour avoir une idée de ces trois romans, voici les résumés proposés par l'éditeur :
Qui sont ces êtres mystérieux, venus du ciel, qui portent des armures scintillantes et poursuivent les meilleurs chasseurs du Clan des Hommes ? Roll, embarqué dans l’un des oiseaux de fer des envahisseurs, est condamné à combattre dans des arènes – car le Temps des Grandes Chasses est revenu. Mais il n’a pas oublié sa planète…

C’est en l’an 2413 qu’a lieu le premier contact. Mais les vaisseaux étrangers attaquent – et l’arme absolue dont ils sont dotés risque fort de mener l’humanité à l’extinction. À moins d’arriver à communiquer avec eux, et de stopper enfin la Guerre des Gruulls.

L’Hélios est le premier vaisseau à quitter le système solaire… pour échouer sur une planète inconnue, où les peuplades indigènes se révèlent parler anglais. Comment est-ce possible – et qui est ce Dieu de lumière ?

Trois romans, donc, qui s'étalent sur plus de 700 pages, et proposent une vision très particulière du space opera, tel qu'il se concevait en France à la fin des années 1960. On aurait tort de dire que ces écrits contiennent un message ; selon les dires de l'auteur lui-même, tout écrit est en lui-même un message. Des récits politisés ? Sans doute, même si à l'époque les auteurs de SF se réclamaient -ouvertement ou pas- de tous bords, et si le jugement d'Andrevon se veut très nuancé sur ce point.
Il y a toutefois des points communs ; les personnages des trois romans se retrouvent en butte à des civilisations (plus avancées, moins avancées ou tout simplement, autres) qu'ils ne comprennent pas et auxquelles, finalement, ils sont intimement mêlés. On reconnaît très vite, si l'on est un lecteur de certains pionniers de l'âge d'or français, des thèmes et des figures chères à des auteurs comme Barjavel ou Wul, sans pour autant verser dans le plagiat. Les écrits d'Andrevon font ici preuve d'une certaine naïveté, les éléments étant parfois maladroitement imbriqués, l'auteur appuyant par moments sur certains éléments alors que cela ne se justifie pas forcément. Pourtant, ces textes contiennent en germe ce qui fera la genèse de l'oeuvre d'Andrevon par la suite : l'amour de la nature, le refus des préjugés sur autrui, mais aussi quelques valeurs un peu chevaleresques. Andrevon renversera certains de ces postulats, comme un avenir "heureux" par la suite, pour décrire des mondes pourris, crevant sous la pollution, gris, ternes... Ces figures sont déjà présentes, de façon négative, dans ces romans, Orum, Octar, sont des lieux déprimants au possible. Le Temps des grandes chasses pourrait être une relecture de la Rome antique, fortement marquée dans les caractéristiques montrées, mais l'auteur s'en défend un peu. La Guerre des Gruulls et Le Dieu de Lumière relèvent du space opera, certes, mais aussi du planet opera, voire de la planet fantasy, l'auteur s'affranchissant des codes de l'un ou l'autre des csous-genres, emmenant ses héros dans l'espace infini ou longuement en exploration sur des planètes inconnues. Le dernier roman cité pourrait aussi être qualifié de time opera, tant le temps tient une place importante, même si le paradoxe temporel est traité de façon assez "libre".

Et c'est en cela que ces romans sont passionnants. Dans leur imagination débridée, leur affranchissement des cadres, des codes, pour nous livrer des histoires truffées de péripéties. Certes, ce n'est pas toujours d'une efficacité optimale, maisla fraîcheur de l'ensemble fait plaisir à voir, et surtout, à lire. A noter en fin de volume, une notice bio-bibliographique de Joëlle Wintrebert permettant d'éclairer un peu plus la lecture, ainsi qu'un entretien inédit et récent de Jean-Pierre Andrevon.

Une lecture peut-être longue, mais loin d'être inintéressante.

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

Darren et Steve sont les meilleurs amis du monde. Ces deux adolescents de 14 ans sont comme le jour et la nuit : Darren vit dans une famille modèle, est bon à l'école, tandis que Steve est de la graine de voyou, délaissé par ses parents... Un beau jour le second propose au premier d'aller assister à la représentation d'une galerie de Freaks. Cela se passe dans un théâtre miteux au coeur du quartier interlope de leur ville. Les deux garçons sont émerveillés par l'homme-boa, la femme à barbe, l’homme-loup... Steve croit même reconnaître en Larten Crepsley, dompteur d'une tarentule, un vampire célèbre. Mais une descente des autorités de la ville, avec à leur tête l'instituteur des deux garçons, met fin au spectacle. Darren réussit à se cacher dans la loge de Crepsley, et à lui dérober Mme Octa, sa tarentule rouge et bleue. Le lendemain celle-ci sème la panique dans le collège, et plante son dard dans la joue de Steve, le blessant mortellement. Pour sauver son ami dans le coma, Darren retourne voir Crepsley, qui en échange lui demande de devenir son assistant, et accessoirement un semi-vampire...

Le Cirque du Freak est l'œuvre à succès de Darren O'Shaughnessy, alias Darren Shan, jeune auteur britannique qui écrivit ce premier roman plus pour s'amuser qu'autre chose. 12 livres plus tard, sa légende est bien vivace, et le place aux côtés de JK Rowling (auteure des Harry Potter) et Stephenie Meyer (qui a commis Twilight). Il n’est donc pas surprenant de voir débouler cet adolescent hyper-populaire sur les écrans, dans un sillon qui marche du feu de dieu… Optionnée depuis belle lurette par Universal et Lauren Shuler Donner (productrice des X-Men mais aussi des crétineries les plus récentes de son mari Richard Donner), la franchise mit pourtant du temps à voir le jour. C’est à Brian Helgeland (LA Confidential, Mystic River, Créance de sang… y’a bon) qu’est confié le soin d’adapter les trois premiers romans en un long-métrage. Mais son script étant jugé trop noir, Paul Weitz (American Pie, Pour un garçon… y’a moins bon) prend le relais afin d’en réaliser une version plus édulcorée.

 

Je ne connais pas du tout l’univers de Darren Shan, mais quelques informations glanées ici et là m’ont permis d’y voir un peu plus clair. Il y a donc 12 romans (en réédition et nouvelle traduction chez Hachette Jeunesse) dans cet univers, une série de mangas équivalente en termes de tomes (dont le premier est déjà sorti, les suivants vont venir à un joli rythme d’un par mois) ; et donc maintenant un film qui sera sans doute suivi de 3 ou 4 autres si la franchise est rentable. Pour cela les producteurs surfent, comme je l’ai déjà dit, sur la vague du succès en se rapprochant des deux franchises qui cartonnent. Regardez l’affiche du film, ça ne vous fait pas penser au « look » de certains Harry Potter ? Les points communs avec Twilight sont légions : des vampires bien sûr, une histoire d’amour impossible entre créatures dissemblables, même le look du héros finit par être plaqué sur celui du héros des films adaptés de l’œuvre de Stephenie Meyer… La coupe sage de Darren devient presque de la gomina en arrière façon Draco Malefoy à la fin du film… Le choix de Paul Weitz n’est pas anodin : il s’agit d’un réalisateur/scénariste de peu d’envergure, méconnaissant le genre, interchangeable à volonté et prêt à se plier aux desiderata des studios… L’intention est claire : réaliser un film visible par tous, politiquement correct, avec des effets spéciaux bon marché…

 

Tiens parlons-en des effets, ils sont assez basiques, les scènes de combats hyper-rapides des vampires se résument à des traînées de feux multicolores dans des boules floues (on se croirait dans un Tex Avery), tandis que les maquillages sont des plus discrets. Le casting est lui aussi taillé pour plaire à tous les publics : des jeunes, des vieux, de la Mexicaine (la toujours jolie Salma Hayek, malgré la barbe qui orne son menton), de l’asiatique (Ken Watanabe, absolument ridicule monté sur ses échasses –mais je vais y revenir) et du Black rigolo, avec Orlando Jones en bonhomme-plus-maigre-que-lui-tu-es-une-allumette. Je ne sais pas si ces personnages sont tels quels dans les bouquins, mais je trouve qu’ils manquent d’un peu d’imagination… Et les acteurs ne sont pas forcément mis en valeur par la façon dont ils sont filmés. Prenons par exemple le joli minois de Jane Krakowski, qui m’avait fait craquer en secrétaire nymphomane dans Ally Mc Beal et qui là passe quasiment inaperçue (d’accord elle n’a que deux petites scènes, mais bon…). Revenons deux secondes sur Ken Watanabe, considéré comme un demi-dieu au Japon (enfin, c’est ce qu’il y a marqué dans le dossier de presse) ; son maquillage est abominable, et comme je l’ai dit, il est censé faire 3 mètres de haut, mais pour ne pas recourir à des trucages numériques, on ne le voit jamais de pied à proximité d’un acteur de taille normale, mis à part aux deux tiers du film où on le voit boitiller sur ses échasses ; effectivement, il eût mieux valu le planquer pendant tout le film. Et puis son interprétation me semble inutilement théâtrale, empesée, alors que son personnage est assez direct dans ses interventions en tant que patron du cirque où échoue Darren. En tête d’affiche se trouve John C. Reilly, probablement l’un des acteurs les plus doués et les plus discrets du cinéma américain, capable de jouer absolument tout, de l’acteur porno au mari trompé, du pompier, flic, gangster… Ici il campe le vampire qui prend sous son aile (de chauve-souris ah ah je m’étonne toujours avec mes jeux de mots que je ne vois même pas venir) Darren et va l’aider à maîtriser les pouvoirs qu’il sent monter en lui.

 

Un peu emprunté d’ailleurs le Darren, dès qu’il s’agit de se bouger les miches pour sauver sa copine ou botter le derrière des méchants vampires, les Vampiryks… Il faut dire que quand il essaie d’utiliser la supra-vitesse (le « vziit »), il se paye un panneau « stop », ce qui ne fait probablement rire le réalisateur. Les scènes d’action, présentes dans une assez bonne proportion, sont réalisées de façon très plate, sans aucun savoir-faire. Ah si, il y a juste une sorte d’« atterrissage » de Darren et son mentor qui est bien cadrée… Laquelle est bientôt suivie par un affrontement à la mode western, d’un ridicule achevé. Il faut s’appeler John Carpenter pour réussir une audace pareille… Autre scène ratée, la représentation des « freaks » au début du film. C’est d’un niais que ne renierait pas Steven Spielberg… à 8 ans. La mise en scène s’améliore quelque peu par la suite, mais sans atteindre des sommets non plus. On se croirait dans un aimable téléfilm du dimanche après-midi sur M6…

L’une des attractions de l’histoire originale, me semble-t-il, est une tarentule qui se balade avec Crepsley et qui fait preuve d’une certaine intelligence, voire d’une véritable tendresse pour Darren, qui le lui rend bien. Dites-moi, ceux qui ont lu les bouquins, elle est bleue et rouge fluo la Mme Octa ? Parce que là, ces couleurs, c’est d’un ridicule achevé… Les scènes la montrant sont d’ailleurs assez bien faites, mais de loin, par terre, parce que dès qu’on la voit de près on pense au Chat Potté dans Shrek 2… Moi qui suis arachnophobe, je n’ai ressenti aucun frisson à la vue de cette chose… Peut-être que ça passe bien dans un roman pour adolescents, mais pas en film…

 

Côté casting, ça ne se passe pas trop mal avec les acteurs principaux. John C. Reilly assure sans cabotiner, ce qui n’était pas évident avec un personnage pareil ; Salma Hayek, malgré son petit rôle, n’en fait pas des masses du côté sensuel, jouant plutôt la carte de l’exotisme dans les paroles et de sourire naturel. Les deux adolescents qui tiennent le haut du pavé sont quant à eux assez convaincants, Chris Massoglia (Darren) montant en puissance au cours du métrage face à Josh Hutcherson (Steve), plus expérimenté (il a notamment joué dans le très surfait Voyage au centre de la Terre avec Brendan Fraser, mais aussi Zathura, Le secret de Terabithia…) qui prend visiblement du plaisir à devenir une sorte de double maléfique de son ex-meilleur ami. A noter aussi la présence de Willem Dafoe et de la jeune Jessica Carlson, dont on reparlera si les petits cochons ne la mangent pas…

 

A noter pour les aficionados, les geeks et les vampirophiles, un morceau très particulier au cours d’une scène d’exhumation : Red right hand, par Nick Cave and the Bad Seeds, malheureusement tronqué pour laisser la place à un score hystérique pour « coller » à une scène de bagarre entre vampires (toujours en train de se chamailler ceux-là). Tiens d’ailleurs, puisque j’ai quasiment tout démoli dans ce film, je l’achève avec mon avis sur la musique : inutile, trop bruyante pendant les moments de calme, trop symphonique dans les scènes d’action. Je ne suis pas sûr que les intentions de la production étaient de produire des décalages comiques, mais si c’est le cas, c’est réussi et cela place le métrage dans une veine définitivement cucul. J’ai même préféré Eragon, c’est vous dire…

 

En résumé, je n’ai pas été enthousiasmé par cette adaptation d’un énième succès littéraire pour adolescents, que j’ai trouvée trop lisse, trop maladroite, trop frileuse, malgré les efforts louables des différentes générations d’acteurs. Et puis quand même, faire un film vampirique sans une seule goutte de sang, c’est une performance !

 

L’Assistant du vampire sort le 2 décembre.

 

Spooky.


Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Vie du blog
Voici le zine auquel le blog a participé... Un grand bravo à Alice Mazuay la coordinatrice.

Si vous avez des remarques, n'hésitez pas !

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog