Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films

 

TU SERAS UN GNOME, MON FILS

Le public était sans nouvelles de l’ami Chucky depuis 1998. Pourtant à l’époque, la fin de La Fiancée de Chucky annonçait assez clairement que la série aurait une suite. C’est désormais chose faite sous la caméra du papa de Chucky lui-même, Don Mancini, qui succède à Ronny Yu et signe ici sa 1ère réalisation en plus du scénario, après avoir déjà écrit ceux des 4 premiers films. Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce sympathique petit personnage apparu en 1988 dans Jeu d’enfant, Chucky est un poupon habité par l’esprit d’un tueur en série, en quête d’un nouveau corps de chair et de sang qu’il pourra posséder grâce à une formule vaudou (“Ade Due Dambala”, si ça vous intéresse d’essayer ça chez vous). Depuis peu, il poursuit ses crimes en compagnie de Tiffany, qui était sa petite amie lorsqu’il était encore humain, et qui s’est retrouvée elle aussi emprisonnée dans un corps de poupée. Les deux tourteraux finissent mal dans La Fiancée de Chucky, mais ont eu le temps de se reproduire avant de mourir...

Le début de ce nouveau film nous montre le triste sort de leur rejeton, affreux petit jouet qu’un individu sans scrupule a capturé et amené en Angleterre pour l’utiliser dans un numéro de ventriloquie. Baptisé “Shitface” (dans la V.F. c’est “P’tite Merde”) par son geôlier, le malheureux enfant a un jour la surprise de voir ses parents à la télé ! En effet, un studio hollywoodien s’est procuré les corps sans vie de Chucky et Tiffany pour les utiliser dans un film narrant leurs aventures. Shitface parvient à s’évader et à s’envoler pour Los Angeles. Il y retrouve ses géniteurs, les ressuscite à l’aide du médaillon vaudou de son père... et les vrais ennuis commencent pour le pauvre gamin : déjà incapables de s’entendre en temps normal, ses psychopathes de parents se disputent encore plus depuis son arrivée, aussi bien au sujet de l’éducation qu’il doit suivre que sur le sexe qu’il doit adopter (car contrairement à ses parents “anatomiquement corrects”, le bambin est né sans RIEN entre les jambes). Shitface (renommé Glen par Chucky et Glenda par Tiffany) étant aussi doux et fragile que ses parents sont tarés et violents, sa santé mentale empire à vue d’oeil...

Le virage de la série vers le comique grand-guignolesque plutôt que vers l’épouvante, déjà bien amorcé dans l’épisode précédent, se confirme nettement dans Le Fils de Chucky (le distributeur français a renoncé à toute ambiguïté dans la traduction du titre) où les scènes sanglantes sont moins nombreuses que les scènes de comédie, et où même les meurtres sont toujours placés sous le signe de l’humour (noir). Malgré un scénario sans génie et une réalisation plan-plan, le film parvient néanmoins à tirer son épingle du jeu en multipliant les gags tordus et les piques caustiques sur le petit monde d’Hollywood. Il doit également beaucoup à ses acteurs, impeccables (et à propos, soyons clair : seuls les hérétiques iront voir le film en version française). Brad Dourif a toujours été parfait dans le rôle de la voix de Chucky, Jennifer Tilly est excellente pour celle de Tiffany, et le petit nouveau, Billy Boyd, s’impose très vite comme le choix idéal pour assurer le doublage de l’androgyne et délicat(e) Glen/Glenda. Mais le clou du film est finalement... Jennifer Tilly, encore elle, dans son propre rôle cette fois. Absolument irrésistible en actrice has been prisonnière de son image de pétasse sans cervelle, elle fait preuve d’un sens de l’humour et de l’autodérision rarement vu (pour ne pas dire jamais) chez ses consoeurs plus connues. Mancini affirme d’ailleurs qu’elle a elle-même suggéré certaines des vannes vachardes à son propre sujet que l’on peut entendre dans le film.

Les vieux réacs comme moi apprécieront également le côté très “old school” du film : pas d’images de synthèse mais des marionnettes électroniques pour donner vie à Chucky et sa famille, pas d’insipides morceaux de nu metal à la Nickelback sur la bande originale... Quant aux idoles de nos amis les ados (une starlette évadée de la série S Club 7, un rappeur et un sosie de Britney Spears), un sort bien affreux leur est réservé à l’écran. Je dois vous avouer, vraiment, à une époque où Hollywood prostitue les anciens ténors du cinéma de genre (Raimi, Jackson...) pour raccoler les bouffeurs de pop-corn de moins de 25 ans, un film d’horreur aussi délicieusement anti-jeunes, ça ne pouvait que me séduire.

Bref, sans être le chef-d’oeuvre du siècle, Le Fils de Chucky est un petit film assez réjouissant qui fait honneur à la série après un 4ème épisode déjà bien fendard.


Cela peut paraître paradoxal, mais dans le fond on ne peut que regretter que Mancini et le studio New Line soient déjà d’accord pour tourner un sixième épisode... On aurait apprécié que la série se termine sur une réussite plutôt que de risquer de se transformer en un nouveau Vendredi 13 ou Massacre à la Tronçonneuse. On ne peut pas réutiliser indéfiniment les mêmes personnages sans finir par se répéter et tourner en rond ; que Chucky ait trouvé un vrai second souffle grâce à l’adjonction d’une fiancée puis d’un fils, c’est un fait, mais désormais on aura beau nous servir La Fille de Chucky, Le Chien de Chucky, Chucky aux sports d’hiver ou Chucky fait du poney, toute nouvelle suite risque fort de sentir le réchauffé. En attendant, les fans du personnage et les amateurs du genre peuvent se ruer sans hésiter sur Le Fils de Chucky, c’est du tout bon !

Toxic

Commenter cet article

cawole meoow 21/05/2016 09:28

Bonne critique, vieux réac' ! Du même avis que toi. On s'est marré comme des baleines.

Spooky 24/05/2016 17:27

Je ferai suivre au vieux réac' ;)

Fauve 10/03/2014 10:47


Il est sorti quand ? Car connait pas du tout ^^"

Spooky 10/03/2014 12:28



Mars 2005.



Articles récents

Hébergé par Overblog