Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films

 



Qu'arriverait-il si notre Terre subissait une nouvelles glaciation ? C'est la question que s'est posé le réalisateur allemand Roland Emmerich (ID4, Godzilla…) dont l'œuvre est parsemée de sincérité, de respect du spectateur, de sérieux et d'anti-américanisme… Oups ! Je me suis trompé dans mes fiches… Bon alors, Le Jour d'après raconte ce qui pourrait se passer si un changement climatique survenait brutalement. Surtout si un paléoclimatologue (Dennis Quaid, vu dans Fréquence interdite, L'Etoffe des Héros, L'Aventure intérieure notamment…), qui a vu venir la catastrophe se bute contre la bêtise des autorités. Résultat, toute l'Europe et l'Amérique du Nord se retrouvent sous les glaces et la neige, après le passage d'un tsunami géant. Refusant de fuir avec le gouvernement, le savant décide d'aller au secours de son fils (Jake Gyllenhaal, la révélation de l'étrange Donnie Darko), coincé à New York avec des camarades. Voilà pour l'histoire.

Aucune surprise donc, et l'ensemble du film pourrait s'avérer un bon divertissement s'il n'y avait pas des relents politiques assez évidents : les Etats-Unis sont parmi les Etats responsables du réchauffement global de la planète. Mais ce réchauffement provoquera une glaciation soudaine, scientifiquement impossible. De plus, la façon dont est présentée la relation père-fils est plutôt infantilisante. Le fait que le "Tiers Monde" (en gros, le Mexique) ait accueilli à bras ouverts les réfugiés américains sonne comme une réponse aux accusations d'incurie et de suffisance américaine actuelles. Rappelons que c'est le studio 20th Century Fox qui a financé le film, un studio proche de l'administration Bush. Le repentir du vice-président, à la fin du film, résonne étrangement dans le contexte actuel international. Tout ce côté faux-cul (le Président quitte la Maison-Blanche, alors que Bush était planqué pendant les heures les plus sombres de sa nation), contribue à plomber un film truffé d'incohérences scientifiques et narratives...



Dommage, car certains effets spéciaux étaient réussis (pour une fois) et les acteurs sont assez sympas. Cela reste, toutefois un divertissement involontairement drôle, et partiellement nauséabond.

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog