Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films


MA TRIQUE RECHARGEE (copyright Piehr)
En 1999 est sorti un film-événement, Matrix, premier pari marketing de grande ampleur des frères Wachowski (Bound) en tant que réalisateurs et du producteur Joel Silver.
Effets spéciaux révolutionnaires et symbolique judéo-chrétienne furent les points "forts“ de ce premier film. Succès planétaire aidant, la machine à sous s'est remise en marche, pour aboutir à une offensive multimedia jamais vue en cette année 2003 : 2 longs métrages, 9 courts d'animation, un comic-book et un jeu video, l'ensemble formant un tout narratif qu'il vaut mieux se payer pour saisir l'ensemble de l'intrigue.
Une fois n'est pas coutume, je vais prendre appui sur l'article de Bertrand Rougier, dans Mad Movies n°153 pour vous livrer le fond de ma pensée. Dans cet article pétri de n'importe quoi et surtout bâti sur du vent, on nous dit que Matrix Reloaded s'ouvre quelques heures seulement après la fin du premier opus, et que notre trinité sado-maso (Neo, Morpheus et Trinity) découvre Zion, la légendaire ville libre que recherchent tous les résistants au joug de la Matrice. Le film nous montre ce triangle pas amoureux au moins quelques mois plus tard, Morpheus a déjà en partie renouvelé l'équipage du Nebuchadnezzar, et revient à Zion où Neo semble déjà avoir ses quartiers. Face à la menace de l'ensemble des Sentinelles (l'un des plans les plus intéressants du premier Matrix), il décide d'exhorter ses camarades à une défense héroïque, tel un roi aimé de (presque) tous. Alors, pour se donner du courage, les résistants s'adonnent à une gigantesque rave-party, avec en contrepoint une scène d'amour entre Trinity et Neo.



Bon, on avait compris qu'ils s'aimaient ces deux-là, et cette scène "techno" m'a plus ou moins choqué, (non pas par son traitement orgasmo-boum-boum, mais par son intrusion dans une intrigue qui jusque-là (15 minutes environ) se tenait. Mais leur salut réel pourrait venir d'un "rechargement" de la Matrice (d'où le titre Reloaded) par Neo, qui je vous le rappelle est l'Elu. Mais la seule personne qui pourrait lui permettre de pénétrer au Saint des Saints de la Matrice est un Maître des Clés. Au passage, le fait que des hackers ultra-calés en piratage de réseau soient obligés de s'en remettre à un petit bonhomme rabougri bardé de clés en tous genres est assez risible, mais passons. Ce fameux Maître des Clés est retenu prisonnier par un couple de Virus issus de la première version de la Matrice, Merovingian (Lambert Wilson) et Persephone (Monica Bellucci). Parlons-en de ces deux-là. Voilà un couple décadent, grand amateur de langue française (de là à parler de l'actuelle -et relative- francophobie outre-Atlantique, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai cependant pas), ne semble être là que pour faire joli. Wilson est relativement drôle en épicurien qui débite des jurons à la chaîne, et Monica Bellucci est une fort jolie potiche qui s'emmerde presque autant que son personnage. Bref, pas de quoi pousser des cocorico…

Trinity emmène donc le Maître des Clés (elle peut donc aller et venir à sa guise dans la Matrice, contrairement à ce que dit le sieur Rougier), poursuivie par des jumeaux maléfiques. On a alors au morceau de bravoure du film : une poursuite en deux-roues ponctuée de combats au katana sur un tronçon d'autoroute construit à cette occasion (au passage, vous constaterez que la longueur dudit tronçon varie de 1 à 3 kilomètres selon les magazines et la personne interviewée…). Neo finira par entrer au cœur de la Matrice, et sera confronté à un choix cornélien. Mais il trouvera sur sa route l'agent Smith (Hugo Weaving), devenu une sorte de virus capable de se multiplier de manière exponentielle.
Je n'en dirai pas plus, ce ne serait pas rendre service à tous les artisans de la franchise… En ce qui concerne les acteurs, il n'y a pas grand-chose à dire, tant ils sont monolithiques, blasés… Rien ne semble les toucher, même si Keanu Reeves (Neo) garde une tête d'ado halluciné quand il enlève ses lunettes… Parlons maintenant des effets spéciaux ; ce sont essentiellement les mêmes que ceux du premier film, simplement étendus en dimensions, en vitesse, en… longueur de temps. Neo a sept combats dans le film, mais qu'est-ce qu'ils sont longs ! Sur ce plan, celui des trucages, la séquence de l'autoroute est vraiment réussie ; pour le reste, tout est contenu dans la bande-annonce. Pas de quoi se taper le cul par terre, alors qu'on nous annonçait des effets impossibles à reproduire pendant 20 ans ! La séquence où Neo se bat contre 96 agents Smith est décoiffante, mais je ne vois pas trop en quoi elle diffère de scènes réalisées à Hong-Kong… Au niveau de la musique, rien de particulier à signaler, même si la production a invité les groupes techno-pop du moment…

Intéressons-nous à présent à la symbolique, l'un des thèmes principaux de la franchise. Les Wachowski ont encore truffé leur long métrage de références. Neo est clairement une figure christique, appelé à une haute destinée mais tiraillé par ses sentiments humains. Comme la Matrice n'a pas de prise sur lui, il passe son temps libre à voler tel Superman, parce que vous comprenez, il est trop fort Neo, avec ses lunettes noires et sa robe de prêtre. Bon ben un jour il va se planter dans un building, et ça fera pas du bien aux gens dessous. On peut d'ailleurs se poser la question du niveau d'identification du public (et notamment les personnes malléables) à ce type de personnage que rien ne peut atteindre, quand on sait que les collégiens responsables du massacre de Columbine (merci Michael Moore) étaient habillés comme Neo dans le premier film "parce qu'il était cool"… digression terminée.
Sur le plan du scénario, on ne peut qu'être déçu par la demi-intrigue, étalée également sur Matrix Revolutions, qui sortira en novembre prochain. Celui-ci ressemble étrangement à celui d'un jeu video : le héros est en quête d'un Graal, il doit abattre des méchants à chaque niveau, casser la tête à des "boss"… Malgré ce côté bâclé, les Wachowski sont assez malins pour disséminer ça et là des personnages, des éléments, des personnages et des sous-intrigues (comme l'histoire entre Niobe et Morpheus) qui trouveront place, résonance ou explication dans le second film, les courts métrages ou le jeu… Et contrairement à ce qu'affirme le sieur Rougier (qui, j'en suis persuadé, n'a pas vu le film au moment de rédiger son article), le fait de placer la bande-annonce du 3ème opus à la fin du générique de fin du second n'est pas un geste d'amitié envers les fans, mais bien une nouvelle déclinaison de sa stratégie de marketing globale… Malin.

En relisant ma critique, je m'aperçois de deux choses : c'est l'une des plus longues que j'aie jamais écrites, ce qui prouve que j'avais des choses à dire sur l'un des films les plus attendus de cette année fantastique, pas comme le sieur Rougier (okay, j'arrête). Cette longueur sert également d'aune pour mesurer l'ampleur de ma déception à sa vison. L'autre fait saillant, c'est que cet avis est fait de bric et de broc, un rien brouillon… Plusieurs explications sont possibles :
- soit je n'ai rien compris au film (hypothèse fort probable), qui est alors un chef-d'œuvre absolu…
- soit Bertrand Rougier est un génie de la critique ciné et je ne sais plus lire
- soit le film est réellement du foutage de gueule à 150 millions de billets verts
- soit il y a un bug dans la matrice et je suis un virus qu'il faut éradiquer au plus vite.
Spooky

Commenter cet article

Spooky 31/03/2009 16:05

Merci pour ton avis, val, je pensais être le seul à n'avoir rien compris à cette bouillie techno...

val 31/03/2009 12:24

t'es trop drôle ! en plus  chui d'ak avec toi pour l'essentiel  , à savoir  la quasi absence d'une bonne histoire qui tient la route , et pas seulement l'autoroute ... même (et surtout) en si on enléve les faire valoir , l'absenthéisme des acteurs , à l'exception de lambert wilson qui est génial, ce  concept de l'élu qui doit combattre des méchants vraiments trés méchants et faire fi de ses émotions , ce gars qui peut tout faire , ben parcuque c'est l'élu quoi ,  n'est pas seulement christique , ce qui aurait été  pardonnable , c'est surtout énorme , tiens dans le genre je trouve que ça passe mieux avec "buffy contre les vampires" , trop de scénes pour montrer comment que néo il est fort trop de voltiges de combats , et peu d'idées qui ne fassent pas "sauvetage de meubles"et le , trés boudhiste , postulat de la matrice  génératrice de l'illusion collective du réel,  aurait pu être bien mieux balancé  , il y avait un grand film à faire avec ça , et , autant que le 1 , le 2 a loupé le coche , d'ailleurs un "néo-superman" c'est plus vendeur visiblement . j'ai trouvé super léchée la scéne d'amour rythmée par les déhanchements des zionnites au cours de la  giga surprise party avant de partir à la guerre .  ces gens là ils savent s'amuser ! mais, trés franchement , malgré  touts ces défauts , ce film est construit de façon vraiment  attractive , voire addictive , la preuve : je l'ai vu 3 fois avant de me dire  , comme toi , que 1: j'ai rien compris ou2:  c'est vraiment du foutage de gueule !

Articles récents

Hébergé par Overblog