Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD


WHO’S WATCHING THE WATCHMEN ?

New York, 1985. Suite au vote d’une loi, les super héros ne peuvent plus exercer leur justice. Sur fond d’une guerre nucléaire menaçante, Edward Blake, alias « Le comédien », est retrouvé mort, assassiné. Rorschach, détective complètement psychotique caché derrière un masque aux formes mouvantes, soupçonne quelqu’un de vouloir éliminer les anciens super héros et part prévenir ses anciens compagnons… auprès desquels il ne rencontre qu’indifférence, incrédulité, hostilité. Et tandis qu’au fil des pages les aiguilles de l’horloge approchent de minuit, l’incroyable mécanique se révèle dans toute sa démesure.. Le génie a ceci de particulier qu’il est incomparable. Déjà avec “From Hell”, Alan Moore nous laissait époustouflé. Mais avec “Watchmen”, on reste hagard, assommé, ahuri. “Watchmen” dépasse de plusieurs ordres de grandeur l’écrasante majorité de tout ce qui existe actuellement en bande dessinée. Moore veut faire quelque chose ? Qu’à cela ne tienne, il se lance dedans corps et âme, et sans compromission réalise ce qu’il veut faire comme il le veut, le jet sur le papier d’un esprit démesuré qui brasse concepts et narration avec une aisance facile, comme si cela lui était naturel depuis toujours. De quoi rappeler à l’humilité beaucoup de créateurs, tous domaines confondus. (vous aurez compris que ceci est mon impression, pas nécessairement la réalité). Car “Watchmen”, c’est un monument. Rien que par la taille : à l’origine 12 livrets d’une bonne trentaine de pages, agrémentés à chaque fois d’un petit dossier complémentaire, le tout regroupé en une intégrale de 400 pages, cela promet une lecture longue. Très longue. “Watchmen” parle (entre autres !) de super-héros. Mais de super-héros vieux, usés, dépassés, à la retraite. De super-héros plus jeunes aussi, mais mis à l’écart, oubliés, soumis à la loi, et eux aussi perdus, désorientés. De super-héros humains, qui doivent faire de la musculation, s’entraîner incessamment pour rester en forme. De super-héros qui, comme Rorschach, n’ont rien de super-héroïque mais sont au contraire complètement humains. De super-héros qui malgré tout présentent une différence avec l’humanité, ce qui soulève immédiatement le problème de la différence, de la cohabitation, du rejet, thème qui est présent en toile de fond dans “Watchmen”. Ouvrage apparemment fondateur, le sujet a depuis été repris par bien d’autres (voir “Powers” et “Kingdom Come”, entre autres), preuve de l’originalité et de l’intérêt de la chose, comme pour Tolkien dans un domaine voisin. Malgré tout, l’intrigue principale paraît mince, a posteriori, et on pourrait même le résumer en quelques petites lignes. Car ce qui fait l’incomparable richesse de “Watchmen”, ce n’est pas le fil directeur de l’album, enquête certes bien menée, intéressante, mais finalement pas renversante. Non, ce qui fait cette richesse, c’est l’incroyable galerie de ces personnages absolument superbes, l’absolu cynisme d’Alan Moore, qui à travers ce livre nous jette à la face un regard froid et réaliste sur notre monde, sur la politique à grande échelle, sur nous en tant qu’humains, sur nos croyances et leurs raisons d’être. Sans entrer dans les détails, ce serait long et lassant, chacun des personnages principaux a une personnalité extrêmement marquée et marquante, symbolisant de façon parfois à peine couverte diverses notions pas du tout édulcorées (cf le Docteur Manhattan, quasi-omnipotent, et pourtant presque totalement impuissant, l’image même de Dieu, comme cela est suggéré tout du long). Moore, sous des dessous de fiction, la joue ici à la dure, à la réaliste, à la crédible, que même les meilleures saisons de X-Files peuvent aller se rhabiller. De plus, les petits dossiers à la fin de chaque chapitre (dont la lecture est largement dispensable la première fois) sont très intéressants. Adoptant le point de vue de différents personnages (le Nite Owl original, le professeur Milton Glass...), ou montrant des documents annexes (coupures de journaux, casier judiciaire de Rorschach...), ils permettent de creuser l’univers dépeint, de lancer de nombreuses pistes pour le lecteur intéressé, et tout simplement d’entrer encore plus dans l’œuvre et la réflexion associée.



Loin d’être superflus, ils sont réellement enrichissants. Rien que cela fait de “Watchmen” une lecture démesurément riche, trop en tout cas pour tout saisir en une seule fois. Mais ce n’est pas tout. Il y a la mise en scène... elle aussi d’une richesse impressionnante... Découpage (pourtant a priori très austère, basé sur un gaufrier 3 x 3), cadrages, symboles leitmotivs, scènes en arrière-plan, utilisation d’une thématique pour chacun des douze livrets (c’est particulièrement visible pour le chapitre 4, sur Docteur Manhattan), chevauchement de la narration pour deux histoires différentes (le comics que lit le gamin, où le héros essaie déséspérément de revenir à Davidstown, dont les textes s’appliquent également — mais avec une autre signification — à l’histoire en cours, et dont le final éclaire cette même histoire d’une lumière intéressante), doubles-sens en pagaille (graphiques et textuels), etc. Bref, au niveau de la composition, c’est là encore impressionnant... La facilité avec laquelle cela semble être fait rappelle d’ailleurs un peu David Lodge, qui n’hésite pas à utiliser allègrement à sa façon les genres littéraires existants. Les couleurs par contre, il faut bien le dire, sont absolument ignobles. Palette chromatique plus que limitée et pétante à déchirer les yeux, aplats massifs, c’en est presque repoussant. Et le dessin, pas mauvais mais très standard façon comics quelconque, n’arrange pas vraiment les choses. Si l’on devait noter cette œuvre, cela donnerait à peu près ceci :
- richesse de l’œuvre : 5/5
- mise en scène : 5/5
- dessin : 3/5
- couleurs : 1/5
- plaisir de lecture : 4,5/5


Un dernier mot, sur la comparaison qui semble être faite par certains de “Watchmen” et “Kingdom Come”. Les deux ont en commun une certaine thématique (l’intégration des super héros parmi l’humanité, avec tous les problèmes que cela comporte, aux niveaux personnel et politique), mais là où le premier présente une véritable richesse littéraire dans sa forme, rare même parmi les meilleurs romans, et profitant bien de la spécifité du médium bande dessinée, là où on sent l’esprit d’horloger d’Alan Moore avec un regard d’une profondeur fascinante, critique, cynique, décortiquant notre monde pour le retranscrire, le second — bien qu’à mon avis excellent — est très nettement plus terre à terre, plus premier degré... Mais à lire tout de même.

CoeurdePat

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog