Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Jeux

Parmi les jeux auxquels j’ai eu le plaisir de goûter récemment se trouvent Sybéria et Sybéria 2, grands jeux d'aventure salués par la critique et le public. J'avais commencé à jouer au second il y a quelques mois, avant d'être arrêté devant un obstacle semble t-il infranchissable. Et puis avec l'aide d'une internaute, j'ai pu passer outre cette difficulté, et continuer ma progression.

Et finalement j'ai terminé le jeu.





C'est un jeu de grande qualité, peut-être pas le meilleur de la catégorie "point & click" du jeu d'aventure, mais parmi les meilleurs, probablement. L'un des plus beaux, aussi. Syberia 2 prend directement la suite de Syberia. Il contentera donc tous les frustrés du premier jeu, déçus par la non-fin. De plus, ils ont dû attendre près de deux ans pour avoir cette suite s'ils y ont joué au moment de leurs sorties respectives. A présent les deux jeux sont disponibles, et en collection économique, qui plus est.

 

Je me suis permis de reprendre une partie de l'excellent résumé de jeuxvideo.com pour replacer le décor (oui j'ai la flemme) : On a quitté Kate Walker alors qu'elle avait fait son choix, celui de suivre Hans jusqu'au bout de son rêve, et d'aider le vieil homme à terminer sa vie heureux, lui qui a passé la sienne à rendre le quotidien de son entourage un peu meilleur. On la retrouve exactement au même endroit, dans le train qui la conduit vers l'inconnu, vers le nord, vers Syberia, vers les mammouths. Comment pouvait-elle un jour penser qu'elle serait dans ce train, elle, l'avocate new-yorkaise arrivée il y a quelques jours à Valadilène dans les Alpes françaises pour racheter une usine d'automates ? Elle qui s'est ensuite lancée à la recherche de Hans, l'unique héritier de la fabrique, sans même considérer le périple qui l'attendait ? Son voyage l'a conduit à travers l'Europe, toujours plus à l'est, lui permettant de mieux comprendre la vie de Hans au fil de géniales inventions que ce dernier a laissé partout où il a séjourné. A la fin de Syberia 1, Kate avait rejoint Hans, et décidé de partir dans ce train filant vers le nord, laissant définitivement derrière elle ce pour quoi elle était venue en Europe. Elle conduirait Hans jusqu'à Syberia et verrait avec lui les fameux mammouths. Aujourd'hui, on est heureux de la retrouver pour découvrir ce qui l'attend.

 

 

Oui, on est heureux de retrouver l'intrépide et sensible Kate dans ce train, qui l'emporte, en compagnie de Hans, malade, et de l'automate Oscar, vers les étendues glacées, vers l'est et le nord. Vers cette mythique Sybéria, rêve d'un enfant qui n'a cessé de donner vie à ses fantasmes. De nombreuses difficultés attendent notre improbable trio : étendues glacées, créatures étranges, peuples préservés de la folie occidentale, petits malfrats produits par la société de consommation. Politique, Sybéria 2 ? Probablement. Mais plutôt reflet des rêves et de l'imagination sans limites d'un créateur qui aime les histoires, Benoît Sokal.

 

Toute l'imagerie et l'imaginaire liés au froid, à la glace, à la neige, sont présents dans Syberia 2. Le talent des développeurs de Microïds Québec et la vision de Sokal, qui a réalisé des roughs et des croquis de chaque élément, magnifient cette belle histoire de quête et de courage.

L'ergonomie du jeu est des plus simples, avec un inventaire, des pointeurs de souris qui indiquent lorsqu'il y a des objets à récupérer, des objets à manier, lorsqu'il faut parler aux personnages. Les "sorties" sont indiquées également, mais il faut parfois déplacer le cadrage pour les trouver. La durée de vie du jeu est relativement courte, mais il ne tient qu'à nous de la rallonger en nous baladant parfois un peu en-dehors des chemins "utiles". De nombreuses cinématiques très bien réalisées et très belles permettent d'avancer significativement dans le jeu. Autre plus appréciable, il est possible de visionner ces cinématiques après coup, et donc de faire des screenshots de toute beauté. Syberia 2 est donc un jeu hautement recommandable, bien réalisé (pas ou très peu de bugs à signaler), très beau, et qui vous procurera quelques heures de jeu vraiment rafraîchissantes...


 

Spooky.

Commenter cet article

Erwelyn 03/05/2008 17:53

Donne moi ton prix par mail direct.

Spooky 03/05/2008 15:14

Erwelyn > Si l'Ile noyée t'intéresse, je revends le jeu...

Erwelyn 03/05/2008 10:33

Les Sibéria comme l'ensemble des créas de Sokal sont magnifiques. J'avoue y jouer avec par avance les soluces (bien qu"videmment j'essaie de progresser au mieux sans elle) mais c'est qu'en fait je vis ces jeux comme le déoulement d'un film qui dure plus longtemps certes mais dans lequel on a qd même envie de progresser rapidement. Visuellement c'est donc un bonheur absolu. Le mélange baroque et steampunk de cette séquence m'emporte littéralement quant à l"héroïne et l'intrigue, elles nous emmènent évidemment dans une aventure palpitante. Je n'ai pas encore joué à l'ïle noyée (j'attend de me le procurer en occase, petit budget oblige) mais j'ai hâte.

Articles récents

Hébergé par Overblog