Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

2012... Ca ne vous rappelle rien ? Mais si, une énorme catastrophe ! Non, je ne parle pas de l'éventuelle réélection d'une certaine personne de petite taille, mais plutôt de la prédiction des Mayas comme quoi ce serait l'année de la fin du monde (enfin, ce serait une extrapolation vers le calendrier grégorien, utilisé dans la majeure partie du monde actuellement). Plus précisément le 21 décembre 2012. Voici l'idée de départ de Roland Emmerich pour son dernier film. Ensuite, il met des effets spéciaux dantesques, des hélicoptères et des héros qui courent, et hop, il fait un film. J'exagère à peine. Souvenez-vous de Le Jour d'après, Independance Day, Godzilla...

Bon, on est d'accord, il a aussi fait des films à peu près regardables, tels Stargate, Moon 44, voire The Patriot. Mais ces films ont tous 10 ans ou plus. Depuis la plupart de ses longs métrages se caractérisent par un pro-américanisme lassant (alors qu'il est allemand) et des incohérences flagrantes. Son film précédent, 10 000 BC, était truffé d'inepties, malgré son cadre historique, la préhistoire...
2012 n'échappe pas à cette tendance. Très vite les scènes illogiques apparaissent dans le film. Le héros peut alerter le président -américain bien sûr, qui d'autre ?- en deux coups de fil, alors qu'auparavant il fallait passer par 36 intermédiaires pour qu'au final celui-ci ne le croie pas. Ici le Maître du Monde est au courant au bout de 5 minutes de métrage, et deux ou trois ans avant la catastrophe. Et bientôt, c'est la catastrophe elle-même : mais heureusement les voitures américaines (qui pourtant ne vont pas bien vite, croyez-en mon expérience) sont plus rapides qu'une secousse tellurique de grande ampleur. Et puis quand on décolle en avion juste à temps, c'est mieux de voler en rase-mottes pour éviter les immeubles qui s'effondrent, c'est plus fun que de se mettre à l'abri un peu plus en altitude...

Justement, en quoi consiste ladite catastrophe ?
L'activité du soleil ayant atteint un paroxysme, il y a une forte projection de neutrinos dans l'espace proche, et donc dans l'atmosphère terrestre ; ce qui provoque un réchauffement massif du noyau terrestre, et par conséquent provoque des tremblements de terre inouïs. Première visée, la Californie, avec sa faille de San Andreas qui s'ouvre à nouveau... Dit comme ça, on ne comprend rien, et on se dit que soit c'est vraiment plausible, soit c'est complètement con. Mais on s'en fout, et le réalisateur aussi. Ce qui l'intéresse c'est de montrer des images de catastrophes difficiles à surpasser, ainsi que des scènes qui feront chialer mémé dans sa chaumière.

Assez vite, on identifie les personnages qui vont être les héros du film : un géologue qui prend en main les opérations d'observation de la croûte terrestre, ainsi qu'un écrivain à sensation qui bosse comme chauffeur pour des milliardaires pour survivre et surtout continuer à voir ses enfants, dont la garde est confiée à son ex-femme. Emmerich fait aussi dans le politiquement correct/moderne : le scientifique noir, mais pas fantaisiste, la famille recomposée... Vraiment, quel homme attentif, ce Roland Emmerich. Et puis bon, pas de film catastrophe américain sans une bonne dose d'éléments bibliques. Je n'en dirai pas plus mais sachez que les gouvernements ont trouvé le moyen d'emporter un certain nombre de citoyens hors de portée (enfin, plus ou moins) de la catastrophe...

Le film est incroyablement naïf, spectaculairement mal filmé, et les acteurs, livrés à eux-mêmes, font ce qu'ils peuvent pour se composer des visages sérieux face à des écrans verts et des décors mal incrustés. Passons sur les Amanda Peet, Danny Glover, Thandie Newton et autres Oliver Platt, ainsi que les gamins sans aucune présence. Par contre, c'est dommage de voir John Cusack (Chambre 1408 ou encore Identity), Woody Harrelson (Tueurs Nés) et Chiwetel Ejiofor (Les Fils de l'Homme) se compromettre (ou finir leurs carrières) dans une daube pareille...

L'affiche dit "Nous étions prévenus" ; vous vous dites "Eh merde, j'me suis encore fait eu". Vous aimez les films-catastrophe ? Avec 2012, vous allez être servi. Ce film EST une catastrophe.
Spooky .

Commenter cet article

Spooky 20/01/2010 21:37


Ah bah ça mon cher tolllo, c'est clair qu'il n'y a pas besoin d'être en grande forme. Je t'ai donné envie ? sérieux ? :)


tolllo 20/01/2010 18:08


moi ca me donne envie de le voir ! en ce moment je suis  malade et du coup je comprend rien a rien, au moins 2012 je poutrais bien le comprendre sans me creuser les neurone


Spooky 20/01/2010 16:31


Et je suis d'accord avec toi, Erwelyn, Stargate est un authentique bon film. Mais c'est peut-être son dernier en date...


Spooky 20/01/2010 16:30


Erwelyn > Bien sûr Emmerich fait du Emmerich. Mais je ne peux pas m'empêcher de trouver que c'est presque de pire en pire à chaque fois... Bon bien sûr, 2012 est mieux que 10 000, mais de peu
;)
Finalement j'ai pas mal ri en voyant ce film, même si je suis très négatif ; mais je ne suis pas sûr que les séquences pendant lesquelles j'ai ri étaient celles que le réalisateur trouvait drôles
:)
Sinon ce n'était pas un 4x4 qui battait en vitesse l'onde sismique, mais une berline à rallonge... Pas un moteur surpuissant donc a priori.
pierig > merci ! :)


erwelyn 20/01/2010 16:24


 Bon ben je ne sais pas ce qui
pourrait sauver ce film.... APrès un tel déluge de réalité... Moi je l'ai vu en anglais sans être parfaitement bilingue. Je sais que j'ai qd même tout compris. Les images parlent d'elles-mêmes.
Mais je suis moins dure que toi parce que en même temps je savais ce qui m'attendait. Emmerich, c'est Emmerich. Tu cites Stargate, c'est un des plus beaux films, dans son genre, que j'ai vu.... et
Independnace Day... le pire mais j'ai qd même un faible pour le Jour d'Après. Donc j'ai eu ce que je voulais : de l'image de synthèse quelques frayeurs basiques pour les persos même si ceux-là sont
capable comme tu le dis si bien de battre la vitesse d'une faille qui poursuit inexorablement leur 4x4 (mais était-ce un 4x4) sans jamais l'atteindre... trop fort. En fait, je crois qu'il faut
aller voir le film pour ce qui est : et en toute connaissance de cause on ne peut repprocher à un metteur en scène de faire exactement ce pourquoi on va le voir.
Reste que l'Arche que tu évoques sans la citer ajoute visuellement une touche un peu SF qui n'est pas sans me déplaire. J'ai cru entendre d'ailleur qu'une série TV pourrait naître de cette idée
basée sur la reconstruction et la survie de l'humanité après le cataclysme avec comme héros les "élus" des Arches.
A suivre...


Articles récents

Hébergé par Overblog