Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films


Je crois que cette fois-ci, le cinéma français de genre le tient, son film emblématique.

Oui oui, vous avez bien lu, le dernier film de Marc Caro, co-réalisateur de Delicatessen et La Cité des Enfants perdus (avec Jean-Pierre Jeunet) est pour moi un symbole. Le symbole d'un cinéma de genre français totalement à côté de la plaque au niveau artistique. Prenons le pitch de Dante 01 : un inconnu, que l'on surnommera Saint-Georges à cause d'un tatouage sur son bras, se retrouve envoyé sur Dante 01, un asile psychiatrique niché dans une station spatiale qui tourne autour de la planète Dante (un véritable enfer, comme vous vous en doutez !). Il rejoint six autres détenus qui portent tous des surnoms symboliques (Moloch, César, Bouddha, Lazare, Raspoutine et Attila), eux-mêmes encadrés par deux médecins (deux femmes, dont Elisa, qui est arrivée en compagnie du caisson cryogénique de Saint-Georges) et trois agents de sécurité dirigés par Charon. L'arrivée conjuguée de ces deux personnes va provoquer le basculement de Dante 01 : Elisa fait d'étranges expériences sur les détenus, tandis que Saint-Georges, qui ne parle pas, semble investi de pouvoirs christiques...

Au-délà de l'idée de départ, à mon avis peu crédible -comment peut-on faire un centre de détention psychiatrique aussi loin de la Terre, avec seulement 7 prisonniers ?-, le choix du nom des personnages, même s'il revêt une dimension symbolique évidente (j'oubliais l'autre médecin, Perséphone...), me semble un mauvais calcul. Déjà qu'avec leurs crânes rasés il est difficile de les différencier (et pourtant il n'y a que 12 acteurs dans le film), les attitudes des uns et des autres ne sont pas très logiques. Et puis pourquoi Elisa est-elle la seule à ne pas avoir de surnom ? Très vite l'ennui s'installe dans cette station, tant le rythme narratif est déficient. Les choses deviennent confuses avec ce détenu chargé par Charon d'exercer une surveillance. Et puis la fin n'arrange pas les choses, atteignant une dimension métaphysique qui se veut peut-être de la dimension de 2001, l'Odyssée de l'Espace, mais fait plutôt penser à la boursouflure de Mission to Mars, le film de Brian de Palma. Une fin incompréhensible, qui nous donne l'identité, ou plutôt la dimension de Saint-Georges, mais c'est tout. Et "C'est tout ?" est la première parole qui effleura mes lèvres lorsque la fin du film arriva. Et dire que Pierre Bordage, romancier à succès du genre (Les Guerriers du silence, Abzalon...), a écrit le script avec Marc Caro...

Quand le scénario est inepte, on se tourne parfois vers les interprètes pour chercher la lumière. Ici Saint-Georges est interprété par Lambert Wilson, qui n'a que trois mots à dire. C'est peu pour un acteur de son talent, et du coup le film n'en bénéficie pas. Le second rôle, celui d'Elisa, est tenu par Linh Dan Pham, l'une des plus jolies actrices françaises, (découverte dans Indochine il y a 15 ans), mais son jeu n'est pas transcendant. A peine se consolera-t-on avec son arrivée dans le plus simple appareil. Pour le reste, c'est un casting de "gueules", en tête duquel figure Dominique Pinon, fidèle interprète du duo Caro-Jeunet, mais ils se contentent la plupart du temps de brailler dans les coursives ou à se taper dessus. La réalisation de Caro n'est pas catastrophique (comme celle de Pitof dans Vidocq ou Catwoman), mais elle n'est pas très inventive non plus, contribuant à l'assoupissement de votre serviteur. Bref, c'est plat, inintéressant et l'interprétation est médiocre.

Difficile de parler de ce film sans le taxer de daube intersidérale, mais les faits sont là, c'est l'anti-exemple à suivre pour les jeunes réalisateurs français qui voudraient faire de la SF.

Spooky.

Commenter cet article

Add 23/04/2010 23:10



Bon, et bien moi je ne serais pas si dur que vous. A premiere vue , et on ne peut pas le nier, se Film a l'aire assez nul, et il est vrai qu'a la fin les permieres paroles qui nous viennent a
l'esprit sont "c'est tout" Mais je me garde de penser que tant de chiffres comme 7 prisionners, 12 membre dans la navette, les surnoms utilisés pour les califier...ect  sont des clins d'oeil
a leur histoire et non pas ete mis par simple azard, trouvez la signification de tous ces details et je pense que se film ouvre une autre dimention, plus compreencible.
Je me suis aussi demandé vers la fin de qui etais le film de kubric a travres 2001 odyssée de l'espace ou alors de Marc Caro, et c'est vrai que les deux scenes dans l'espece se ressemblent on y
retrouve la meme ambiance. La question est maintenant , Es ce que Marc Caro veux faire passé un message aussi fort que celui de kubric ?


Je vais essayer de chercher ces informations et les poster, mais si vous voulez chercher , n'hesitez pas.



Spooky 08/09/2008 21:15

Steph > Allez, remets-t-y, ça ferait plaisir à tellement de monde... Et ça te ferait du bien aussi :)

Stéph 08/09/2008 20:55

J'ai vu le film la semaine dernière, attiré que j'étais par le casting, l'aura du nom de Caro, le sujet, et l'esthétique du film qui promettait.Et puis patatra : rien à sauver dans tout ça, et pourtant je suis de bonne composition.J'avais amèrement regretté de ne pas le voir à l'affiche en début d'année par chez moi : aujourd'hui je comprends pourquoi pas une salle de ciné du coin n'a parié un kopek dessus.Ce film est navrant, et c'est peu dire.Ça me donnerait presque l'envie de refaire un article sur mon blog pour en dire tout le mal que j'en pense...

Pierig 08/09/2008 15:28

Je vois que le nom de mon tracteur est usurpé ... en plus pour figurer dans une daube :(

Articles récents

Hébergé par Overblog