Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Personnalités



L'écrivain, réalisateur et scénariste américain Michael Crichton, est décédé en novembre 2008. Romancier à succès (je vais y revenir), médecin de formation à l'affût des dernières explorations scientifiques, c'est indéniablement un auteur majeur des littératures de l'imaginaire qui disparaît.

cet ancien médecin, né en 1942 à Chicago, commence à écrire des romans policiers à l’âge de 23 ans. En 1969, il publie La Variété Andromède, qui parle de l’invasion d’un virus extraterrestre. Le succès venant, il décide de devenir écrivain à plein temps. Ne tenant pas en place, il sillonne l’Asie, gravit le Kilimandjaro, traque le gorille et l’éléphant d’Asie. S’intéressant à une multitude de sciences et techniques (primatologie, neurobiologie, biophysique, économie, histoire des pays nordiques et génétique... entre autres), il les applique dans des romans souvent brillants, aussi bien au niveau technique que de l’écriture.
Interrogé sur sa manière de travailler, Crichton révèle quelques éléments : il s’installe à l’écart de chez lui, de manière assez régulière : un démarrage lent, un arrêt, puis une reprise et une activité allant crescendo jusqu’à la conclusion de l’ouvrage. Ses sujets ? des thèmes qui secouent l’actualité, voilà pourquoi on se sent si proche de ses histoires. Crichton réalise des dossiers, composés d’articles de presse (spécialisée ou non), d’études et de documents divers. Et ceci dans toutes les directions : géopolitique, religion, physique, bioéthique, sociologie, botanique... Les dossiers s’accumulent, et un jour, Crichton sent qu’il est mûr pour en faire le sujet d’un livre. Il essaie toujours de placer son personnage principal dans une position inextricable. Ses textes répondent à une double exigence : la rigueur scientifique, mais également le divertissement pour le lecteur lambda de thrillers.
 
En prise directe avec son époque, soucieux des préoccupations de la société, Michael Crichton prouve à chaque sortie qu’il est un grand auteur.

Considéré comme le père du techno-thriller, il a écrit un certain nombre de romans considérés comme des références. Le plus connu d'entre eux est bien évidemment Jurassic Park (1990), qui évoquait la possibilité de faire revivre les dinosaures à notre époque à partir d'un échantillon d'ADN. On connaît le destin de cette histoire, avec à la clé un record historique pour son adaptation cinématographique par Steven Spielberg en 1993. Mais il a écrit aussi d'autres histoires, tout aussi passionnantes : je citerai Le 13ème guerrier, Sphère, Prisonniers du temps, Etat d'urgence ou encore La Proie, les quatre derniers appartenant à ce sous-genre du techno-thriller où la science est une toile de fond, mais aussi une finalité pour nous raconter une histoire toujours nerveuse, enlevée, dynamique. Le 13ème guerrier est une sorte de relecture du mythe de Beowulf, au coeur des traditions nordiques. En-dehors de ce sous-genre de prédilection, il fait des incursions dans le thriller tout court : Harcèlement, Soleil levant, Un Train d'or pour la Crimée, tous adaptés avec plus ou moins de bonheur sur grand écran. Vous avez certainement vu l'un ou l'autre de ces films. J'oubliais aussi Congo, où une expédition scientifique part au coeur de l'Afrique pour explorer une cité mythique sur laquelle régneraient de grands singes... Je pourrais vous parler aussi de L'Homme terminal, de La Variété Andromède, excellents romans eux aussi. Crichton a aussi créé et produit la série télévisée Urgences, et s'est essayé à plusieurs reprises à la réalisation : on citera Mondwest, un western science-fictionnesque avec Yul Brynner, ou Runaway, l'évadé du futur, deux longs-métrages où les robots tiennent une grande part...  Il a aussi scénarisé Twister, intéressant thriller climatique réalisé par Jan de Bont en 1996.

Crichton était un écrivain populaire : il a vendu plus de 100 millions d'exemplaires de ses romans, écrits sur une période de 40 ans, traduits en 30 langues et parmi lesquels on trouve une dizaine de best-sellers. Aussi bien par ce volume de livres vendus que par la taille (il culminait à 2m06), il constituait avec Stephen King l'un des plus gros vendeurs de best-sellers au monde.



Diplômé de médecine d'Harvard, Crichton s'intéresse très tôt à notre environnement. Il fait d'ailleurs partie des sceptiques du réchauffement climatique, et surtout de son origine humaine. Il fut interrogé sur le sujet par une commission du Sénat américain, s'attirant les foudres des vrais spécialistes du sujet. Son roman Etat d'urgence témoigne d'ailleurs de ses convictions sur le sujet. Il est membre du Conseil d'administration de The Gorilla Foundation, fondation pour la protection des gorilles.

Crichton avait le souci d'écrire des intrigues carrées, impitoyables, qui vous rendaient incapable de lâcher ses bouquins (je me souviens d'avoir lu Sphere dans des conditions très difficiles il y a quelques années), avec toujours des fondements scientifiques incompressibles, et même parfois d'imaginer des prospectives sur ces bases. Lisez La Proie, un thriller haletant sur les nano-technologies et vous comprendrez. On y retrouve le thème de la boîte de Pandore ouverte par des scientifiques sans scrupules, très vite dépassés par les conséquences de leur geste. Crichton restera sans doute comme un auteur majeur de ce tournant entre deux siècles, où les frontières de la science, notamment en matière de génétique, sont en train d'être repoussées de façon incroyable. Il aura inspiré beaucoup d'étudiants dans ses champs d'investigation, et aussi fait frissonner des centaines de millions de personnes avec ses velociraptors gambadant à notre époque.

Voici quelques-unes de ses oeuvres, dont beaucoup ont été marquantes (les dates entre parenthèses sont celles des parutions en France, et des sorties des adaptations cinéma éventuelles) :

La Variété Andromède (1970) : Un virus extraterrestre tente de décimer les humains. La résistance s’organise.

 
Extrême urgence (1973) : Un médecin asiatique est suspecté d’avoir tué une jeune femme marginale. Edgar du meilleur roman policier 1973.

Mondwest (1973) : Un robot qui a les traits de Yul Brynner mène la révolte des machines dans un futur à la Meilleur des Mondes. Un "grand" auteur nous a quittés.
L’Homme terminal (1974) : Un homme sur le cerveau duquel on a fait des expériences tente d’aller plus loin en ingérant différentes drogues.

 
Un Train d’or pour la Crimée (1978/1979) : 1855, Edward Pierce décide de dévaliser le train qui transporte les lingots d’or destinés à payer les soldats anglais qui se battent en Crimée.

Looker (1981) : Ce film montre comment une clinique de chirurgie esthétique tente de remplacer des mannequins par des images numériques. Inédit en France.

Runaway (1984) : (avec Tom Selleck) Dans un futur relativement proche, toutes les tâches domestiques sont accomplies par les robots. Lorsque certains d'entre eux tombent en panne, une section spéciale de la police est chargée de les neutraliser...
Sphère (1988/1998) : Un groupe pluridisciplinaire de scientifiques est envoyé au fond des océans à la rencontre d’un étrange vaisseau spatial. Le film de Barry Levinson vaut plus que les critiques assassines reçues à sa sortie. A noter un casting de stars (Dustin Hoffman, Sharon Stone, Samuel L. Jackson).
Jurassic Park (1992/1993) : Avant le choc cinématographique réalisé par Spielberg, il y eut un roman palpitant et véritablement révolutionnaire.

Soleil Levant (1993/1992) : Deux policiers, dont un vétéran féru de culture japonaise, vont mener l'enquête sur un crime commis dans le milieu nippon de Los Angeles.
Harcèlement (1994/1994) : Deux anciens amants se retrouvent en bonne place pour obtenir la même fonction, au sein de la même entreprise. Chacun accusera l’autre de harcèlement sexuel. Le film avec Demi Moore et Michael Douglas fit beaucoup parler de lui en son temps.
 

Urgences (1994) : cette série très connue en est à sa treizième ou quatorzième saison. Elle montre, avec pas mal de réalisme, le quotidien du service des urgences d’un hôpital de Chicago.

 

Congo (1995/1994) : Une chaîne volcanique aux confins du Zaïre et de l’Ouganda recèlerait des gisements de diamants d’une pureté inégalée. Mais les lieux sont gardés. Le film qui en fut tiré s’avère d’une facture honnête.
 
Le Monde perdu (1996/1997) : Crichton a écrit cette suite de Jurassic Park dans l’optique d’une nouvelle adaptation au cinéma. Il s’agit également d’un hommage au roman éponyme de Conan Doyle, au sujet semblable.
 
Twister (1996) : Eh oui, Crichton a co-écrit avec son épouse le scénario du décoiffant blockbuster de Jan de Bont.

Les Mangeurs de morts (1996/1999) : Adapté au cinéma par John Mc Tiernan sous le titre Le 13ème guerrier, ce roman conte l’aventure d’un noble arabe envoyé en exil en Scandinavie au 10ème siècle. Histoire vraie, choc des cultures que Crichton a trouvé dans des écrits anciens.
Voyages (1998) : Crichton assume ses penchants “New Age” et raconte dans cet essai sa quête du monde de l’au-delà et ses expériences paranormales.
Turbulences (1999) : Basé sur plusieurs faits réels, ce roman conte une catastrophe aérienne due à des turbulences d’une violence extrême, et qui aura des répercussions sur des tractations économiques avec la Chine.

Prisonniers du temps (2001/2002) : Trois jeunes historiens se plongent dans la théorie des quanta. A l’aide de cette technologie, ils vont voyager dans le temps. Ils se transportent dans la Dordogne médiévale et y trouvent tout autre chose que ce qu’ils y attendaient. Le film de Richard Donner est un authentique nanar.

La Proie (2002) : La bioéthique est au coeur du débat public. S’emparant du thème des nanomachines et du génie génétique, Crichton prouve encore une fois qu’il est en phase avec son temps, mais aussi qu’il est un excellent conteur d’histoires.

Spooky.

Commenter cet article

Erwelyn 10/11/2008 11:14

De Crichton, je n'ai lu que La proie et j'avais été particulièrement emballée par the thriller technologique qui faisait la part belle aux nanotechnologies. Sinon, évidemment j'ai été une accroc à Urgences. Il n'y a que les deux dernières saisons que je n'ai pas regardée. La lassitude a fini par s'installer. Je dois avoir sur mes étagères La variété Andromède. Je m'y plongerai prochainement.

Yap 07/11/2008 11:08

Mine de rien, ça m'a fait un choc d'apprendre sa mort. C'est que j'ai eu une phase Michael Crichton dans ma jeunesse où j'ai lu pas mal de ses bouquins. J'étais parti pour me faire l'intégrale, mais finalement j'ai varié les plaisirs.RIP

Articles récents

Hébergé par Overblog