Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Fictions

Le néant. Voilà où je me trouve à présent.

Je n’ai pas de meilleur nom pour désigner cet endroit. Comment appelleriez-vous ça ? Où que mon regard se porte, je ne vois rien. Attention, il ne fait pas tout noir, non, absolument pas. On dirait que je me trouve au cœur d’une sorte de brume immatérielle, percée d’une lumière diffuse. Mais cette lumière diffuse n’est pas celle du soleil. Ni celle de la Lune. Encore moins une sorte de lumière artificielle. Ne me demandez pas comment je le sais, je le sais, un point c’est tout.

Deuxième certitude, je ne sens aucun contact. Absolument aucun. Pas un souffle. Même pas sous mes pieds. Rien sur ma peau. Rien de rien. Comme si j’étais tout nu, flottant au milieu de nulle part. et je ne peux pas le vérifier, puisque lorsque j’essaie de baisser les yeux sur mon corps, je ne vois rien. Suis-je devenu aveugle, ou pire, tombé dans le coma ? Aucun moyen de le vérifier. Tous mes sens semblent annihilés, désintégrés. Pas d’odeur. La brume n’a pas de goût non plus. Mais dispose-je des organes et muscles permettant de le savoir ? Je n’en sais rien.
Pourtant je ne suis pas (ou je ne fus pas) un simple esprit vagabondant dans les limbes depuis la nuit des temps. Je me souviens de mon identité, de ma vie. Christian Robin. 34 ans, divorcé sans enfants. Comptable dans une société d’assurance. J’ai une Ford Escort qui tombe en ruine et une tante atteinte de la maladie d’Alzheimer. Voilà quelques éléments qui parsèment mon existence. Je me souviens de mes trois derniers repas, et de la taille de la jupe de ma chef. Il n’y a pas plus cartésien qu’un comptable, merde !
Mais là, je suis complètement largué. Comment suis-je arrivé là ? Si toutefois il y a un là. Essayons de nous souvenir. En sortant du boulot, je suis allé jouer au squash avec des copains. J’ai même pris un coup de raquette de ce con d’Alex. Dans les dents. Je suis resté sonné dix bonnes minutes. Après la douche, j’ai pris ma voiture pour rentrer chez moi et… je me suis retrouvé là. J’étais au volant, regardant les passants qui traversaient devant moi au feu rouge, et pfuiiiittt ! Dans les limbes le Cricri. A la Star Trek.
Bon, puisqu’on est là, essayons de visiter. Mais par quel côté ? Suis-je seulement capable de me déplacer ? On verra bien. Bon okay, on ne verra rien, puisqu’il n’y a aucun point de repère dans le Grand Rien. Essayons de nous concentrer… la lumière semble varier d’intensité, c’est bien un signe qu’on bouge, non ? Continuons. Je n’ai toujours aucun contact, pas d’odeur, je ne vois même pas d’ombre. Ca va durer longtemps ? Depuis combien de temps dure cette histoire ? Une minute, trois heures, cinquante ans ? Le temps ne semble pas avoir de prise ici, ni sur moi…

***



Eh, une minute. Il y a au moins un sens qui fonctionne, là. J’entends quelque chose. On dirait un murmure. Non, concentre-toi, Christian. Un cri ? C’est quelqu’un qui crie ! Mais le cri semble écrasé, distordu par la distance… Je ne suis pas seul dans ce merdier ! J’essaie de crier à mon tour, mais mes oreilles refusent de me confirmer ce que je hurle dans ma tête. Hé ho ! Vous m’entendez ? Do you speak english ? Si parla l’italiano ? Je suis là ! Ohé !

Arrête Christian, tu es ridicule. Tu ne sais pas où tu es, tu ne sais même pas quand tu es. Et puis du coup, la voix s’est tue. Si c’était une voix. Tu es bon pour essayer d’en trouver l’origine. Et d’ailleurs, ça venait de quelle direction ? De là, de là, ou là ? Pas facile, hein, quand on ne sait même pas si on a la tête à l’endroit. Bon, continuons le chemin, on finira bien par buter sur un arbre, une route, un éléphant. Cartésien, hein ?

***



Je ne sais pas depuis combien de temps je suis là, mais quand on arrive à répéter 20 fois ses tables de multiplication, à se chanter le répertoire de pascal Obispo (faut pas demander à un comptable d’avoir bon goût non plus, hein), et à anticiper sur le rapport financier, on doit avoir passé un certain temps à se tourner les pouces… Ah tiens, je sens un truc. Ca vient de ma bouche. Ca tire… Mais, qu’est-ce que ? Mes dents me font un mal de chien ! Ca c’est les suites du coup d’Alex. Sûr qu’il l’a fait exprès pour me faire chier. Il ne m’a pas raté… Mais, il y a quelqu’un, là, en face de moi ! On dirait… Non, ce n’est pas possible, on dirait que c’est moi ! Et j’ai l’air terrifié… Mon double met ses mains à sa bouche, qui a l’air de se déformer. Eh ! Y’a des trucs qui bougent sous les joues ! Enlève tes mains ! Ah merde, on dirait qu’il retire une dent et… Mais ça me tire ! C’est quoi cette dent ? Elle est toute rouge… C’est du sang ? Et elle fait au moins vingt centimètres de long ! Lâche ça ! Merde, y’en a d’autres qui tombent ! Jaunâtres, rouges et même noires… Bon dieu, qu’est-ce que je déguste… Je ne vais pas tarder à tourner de l’œil ! C’est n’importe quoi ces dents… On dirait des serpents maintenant. Elles se tordent dans tous les sens en tombant… Ah, la douleur a disparu ! Et mon double aussi, tiens. Vraiment bizarre, cette expérience. Je ne peux pas voir mon corps, mais c’est comme si j’avais pu voir mon reflet. J’ai déjà entendu des histoires de corps astral sortant pendant qu’on dort, et dans cette situation, on se voit soi-même, dormant dans le lit… Comment savoir ? Bon, j’ai plus de ratiches, mais je me sens tout nauséeux.

***



Le cri bizarre est revenu. Un peu plus fort cette fois-ci. Mais c’est quoi ce cri ? Un rire, une expression de souffrance ? Est-ce que c’est humain, au moins ? Difficile à dire. C’est un son modulé, un peu comme quand on passe à vélo sur des pavés disjoints, et qu’on essaie d’articuler. A-a-a-a-a-a-a-a… Une chose est sûre, la voix est grave. Ce n’est pas une fillette ni un petit oiseau. On progresse à pas de géant, dis-moi. La voix se rapproche est-ce moi qui bouge, ou elle :lui ? Ah merde, je n’entends plus rien. J’essaie d’appeler à mon tour, essayant tous les mots que je connaisse en plusieurs langues. Aucun son ne parvient à mes oreilles. Je commence à en avoir marre. Dire que j’avais l’intention de me faire un plateau-repas devant un bon DVD… c’est trop injuste Qu’est-ce que vous voulez de moi ? Prenez toute ma collection de BD, ça a fait fuir ma femme, ça doit valoir quelque chose, non ? J’ai pas envie de passer l’éternité à errer dans de la vapeur d’eau, avec autant de conscience qu’une pince à linge ! Et c’est quoi cette voix bizarre ? Un jeu de cache-cache ? J’ai jamais aimé ce genre de jeu, je perdais systématiquement… Bon, moi, je m’assois là et je ne bouge plus. Ah merde, c’est vrai, je ne peux pas m’asseoir.

Le cri revient. Il se déplace. Ca s’entend dans les inflexions de la voix. Ca monte, ça descend… Je commence à avoir sérieusement les chocottes. Qu’est-ce que c’est que ce truc ? C’est humain, pas humain… ? Je suis à présent persuadé que l’être –quel qu’il soit- qui émet ces cris étranges me veut du mal. Mais pourquoi ? Je n’ai rien fait de mal. Je suis arrivé là par hasard, moi. Et si je repars aussi sec que je suis arrivé, je serai le plus heureux du monde…

La voix est derrière moi à présent. Tout près. Je me retourne, mais bien sûr, je ne vois rien ou presque. La voix ne s’éteint pas, et semble tourner autour de moi. A peu de distance, mais impossible de déterminer où. Quand cette créature va-t-elle se décider à se montrer ? Je lui fais peur ? Il n’y a aucune raison pour cela. En plus, je suis totalement immatériel, je suis juste… un esprit. Elle ne me fait pas peur, oh ça non. Elle s’est tue, c’est le bouquet !

***



Je recommence à errer sans but ni fin dans cet entremonde. Au moins, quand il y avait la voix, ça me faisait de la distraction. Elle est même revenue à plusieurs reprises, semblant s’approcher de moi à me frôler, puis s’éloignant brusquement, se coupant sans prévenir, au milieu d’une inflexion, puis reprenant à distance, ou tout près, m’emplissant les oreilles de cette plainte lugubre que je n’oublierai pas. Là je n’ai rien d’autre à faire que réfléchir…Ah, j’entends un murmure lointain… Ca se rapproche… A toute vitesse, le son commence à devenir assez fort. Cette… chose doit avoir un drôle de larynx pour produire un son pareil. Ca devient assourdissant, comme si j’étais dans les boyaux d’un monstre préhistorique, antédiluvien. Et ça se rapproche encore, c’est tout près… mais, qu’est-ce que… Oh non !

Commenter cet article

Miranda 19/10/2010 09:48



Manquent : une majuscule, un espace une fois après deux points et une autre fois après des points de suspension.


Pour le reste...


 


 



Spooky 19/10/2010 11:15



Tsss. :)



pierig 18/10/2010 15:52



Très chouette texte. Ca me fait penser qu'il faudra qu'on s'y mette pour notre projet commun d'adaptation en bd ... :)



Spooky 19/10/2010 11:16



On en reparlera :)



Articles récents

Hébergé par Overblog