Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book_focus/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253164753-T.jpg

 

Son nom est Corvus. Il deviendra un grand roi. Vingt-trois ans ont passé depuis que les Macht ont retrouvé le chemin de leur foyer après la lutte contre l’Empire Asurian. L’homme qui dirigeait cette armée, Rictus, est maintenant un capitaine mercenaire âgé et fatigué. Il ne souhaite rien d’autre que poser sa lance et devenir le fermier que son père était. Mais le destin ne voit pas les choses de cette façon. Un jeune chef de guerre, stratège de génie, prend la tête des mercenaires et défie les nations. Son nom est Corvus. Les rumeurs prétendent qu’il n’est pas seulement humain. Il deviendra un grand roi.

 

Corvus est le second tome d'un cycle de fantasy épique écrit par Paul Kearney, entamé par 10 000 - au coeur de l'Empire. L'une des caractéristiques de l'oeuvre de Kearney est que ces tomes peuvent se lire indépendamment, bien qu'il y ait des personnages récurrents. Ici c'est Rictus, qui après une longue campagne n'aspire qu'à retrouver la paix auprès des siens. Le vent du destin va l'emener sur une autre guerre, aux dimensions presque cosmiques, dont il ne sortira bien sûr pas indemne. 

 

Corvus est construit d'étrange façon. Une première partie, presque la moitié du bouquin, est faite de discussions autour de Rictus, avant de basculer, presque subitement, dans l'action pure et dure, jusqu'à la fin ou presque. Il s'agit bien de fantasy épique, puisque les stratégies militaires y sont largement décrites, rendant les batailles extrêmement vivantes. Mais à côté de cette dimension se trouve un côté tragique, au sens classique du terme, puisque Rictus va être touché dans sa chair (et même la chair de sa chair) au cours de cette guerre. Les personnages revetus d'une aura légendaire vont d'ailleurs descendre de leur piédestal. Cette ambiance très particulière est renforcée par le background très inspiré du decorum de l'Antiquité romaine : nombre d'éléments (noms propres, termes techniques, organisations politiques) s'y réfèrent. 

 

Un autre élément intéressant est la multiplicité des points de vue ; nous sommes du côté de Rictus et Corvus, mais aussi de celui de leurs ennemis, de la famille de Rictus qui l'attend, etc. Pas mal pour bien comprendre la mécanisme de la narration.

 

Personnellement je ne suis pas trop preneur de récits guerriers, où l'adrénaline et le sang remplacent tout autre moteur narratif. Je dois cependant reconnaître que Paul Kearney a une belle écriture, très évocatrice et d'une puissance rare. A lire si vous aimez le genre. A noter que le roman possède en annexe une carte du monde de Kuf (beaucoup plus grand que ne le laisse entendre le cadre de ce roman) ainsi qu'un glossaire des termes militaires spécifiques et des divinités (inventés par Paul Kearney).

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog