Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2011/02/d-or-et-d-emeraude-holstein.jpg

 

Voilà un étrange roman...

 

Cela débute un peu comme un roman initatique, avec l'histoire de Simon, 25 ans, français adopté en Colombie, qui décide sur un coup de tête de partir à la recherche de ses origines pour y trouver un destin hors du commun. Une seconde partie nous met sur les traces du lieutenant-général Quesada, officier espagnol parti conquérir un empire, celui des Muiscas, dans les années 1540, dans des contrées qui deviendront plus tard la Colombie. Quant à la troisième partie, c'est elle qui jette le trouble chez le lecteur, puisque nous sommes à une époque contemporaine, mais que les pays, les institutions ne sont pas les mêmes, alors que cette société est elle aussi héritée de l'empire chibcha, dont l'ethnie muisca fait partie...

 

Trois parties distinctes donc, où, vous l'aurez peut-être compris, l'auteur joue le jeu délicat de l'uchronie et du paradoxe temporel. Car oui [SPOILER], la première et la troisième sont clairement deux orientations différentes d'une même histoire, deux conséquences possibles d'un évènement qui eut lieu au creux de l'Amérique latine dans les années 1540.[/FIN SPOILER]

 

Eric Holstein a une plume très agréable. La première partie, contemporaine, nous emmène dans une Bogota très évocatrice, peuplée de mille détails visuels, sonores et olfactifs, sur les pas d'un jeune homme un peu perdu à la recherche de son passé. Au passage Holstein a su s'emparer du sujet délicat de l'adoption (internationale) de façon aussi sobre que bien informée, au point que je me suis demandé si ce n'était pas simplement un pan de sa vie qu'il nous racontait... Un grand bravo donc pour cette partie, réellement très réussie.

 

L'entame de la deuxième m'avait un peu désarçonné, avec son vocabulaire qui, s'il est adapté à l'époque dépeinte (le XVIème siècle, je le rappelle), n'en était pas moins un peu chaotique. mais au bout de quelques pages l'auteur rectifie le tir, s'attachant plus à décrire l'atmosphère et les paysages que traversent ces Conquistadores dans un pays hostile. L'immersion est presque totale par moments, et je me suis pris au jeu, me demandant comment ces deux parties pouvaient s'articuler. A noter que le livre tourne autour de la légende d'El Dorado, celle d'un roi chibcha, surnommé Zipa, qui se faisait recouvrir de poudre d'or (adhérant à sa peau grâce à une résine spéciale) qui se faisait immerger dans une lagune penddant que ses sujets jetaient ors et bijoux dans cette même étendue d'eau. Une légende qui a fasciné chercheurs, historiens et auteurs...

 

Et puis la troisième partie, elle aussi écrite sur un ton moderne, accentue le caractère d'étrangeté de l'ensemble, il m'a fallu un peu de temps pour comprendre que le lien entre les trois parties était sous-jacent, mais complètement intime. L'articulation dans cette partie se fait grâce à un bouquin, un paradoxe temporel qui m'a rappelé un peu les ressorts du formidable roman d'Andreas Eschbach Jesus video (tiens, il faudrait que je retrouve la chronique que j'avais écrite à l'époque).

 

A son exercice -assez brillant par encroits-, Holstein a rajouté, via des annexes, quelques éléments donnant des clés de lecture. D'abord un article issu de la revue Histoire qui amorce le "et si..." qui sous-tend toute une partie du roman, mais aussi un lexique permettant de comprendre un certain nombre de termes muiscas, que Holstein utilise massivement. Une bibliographie, de Bolivar à Clara Rojas (oui, la secrétaire d'Ingrid Bétancourt), ainsi qu'un site-projet d'étudiants ayant tenté de reconstituer le vocabulaire muisca.

 

Un bouquin un peu inattendu, aux atmosphères réussies, qui mérite une belle exposition.

 

Spooky.

 

 

Commenter cet article

SBM 09/04/2011 18:11



Il y avait du bon et du moins bon dans son premier roman qui ne m'a pas enthousiasmée jusqu'au bout. Celui-ci est sur le haut de la pile et comme je lis par ailleurs beaucoup de littérature sud
américaine en ce moment, je suis curieuse de le découvrir...



Spooky 12/04/2011 10:28



Sandrine > Eric a accepté de répondre à une interview. Si ça te dit, et si tu as lu le bouquin et que tu as des questions, tu peux aprticiper, on peut même faire ça à deux sur nos blogs
respectifs... Qu'en dis-tu ? Cette proposition vaut aussi pour les autres ;)



Stéph 08/04/2011 15:10



Étonnant comme la forme de ce livre rappelle celle de The Fountain de Aronofsky ! 3 périodes : présent, passé et futur possible, la partie "passé" mettant également en scène les conquistadors en
Amérique du Sud ! Bon, The Fountain bien que très beau visuellement ne m'avait pas convaincu sur le fond, il semblerait qu'il en va autrement pour le livre dont tu parles, la comparaison s'arrête
donc là. Mais tout de même, c'est troublant ces points communs !



Spooky 08/04/2011 16:43



Ah tiens c'est vrai. Ca ne m'a pas marqué pour deux raisons je pense. Premièrement je n'ai pas vu le film d'Aronofsky -dont j'ai beaucoup entendu parler-, mais seulement la version comics (il ne
s'agit pas d'une adaptation, car les deux projets ont été menés de front), qui ne m'avait pas convaincu. La seconde c'est que là où The Fountain se base sur une histoire d'amour, le bouquin
d'Holstein a une portée plus géopolitique, puisque c'est le destin d'un continent entier qui est en jeu. Il y a beaucoup de questions sous-jacentes dans ce livre, et je me demande si je ne ferais
pas une petite interview de l'auteur pour éclaircir cela...



Articles récents

Hébergé par Overblog