Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/64/27/19846310.jpg

 

Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé - en forme de cœur - qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…

 

Ce n'est que le point de départ de l'histoire, et celle-ci va connaître des développements, je dois le dire, assez inattendus. Martin Scorsese, connu pour des chefs-d'oeuvre tels que Mean StreetsTaxi driver, New York New York, Raging Bull, After Hours, La Couleur de l'argent, les Affranchis, Casino, Gangs of New York, Aviator, Shutter Island..., souhaitait depuis longtemps réaliser un film pour enfants. C'est son producteur, Graham King, qui tombe sur le roman de David Selznick, l'Invention d'Hugo Cabret, et qui lui propose de l'adapter. Bien sûr, il y eut quelques coupes, l'intrigue est centrée sur l'histoire d'Hugo (avec quelques à-côtés quand même). Scorsese décide en plus d'expérimenter la 3D redevenue à la mode, et sort donc ce film, largement salué par la critique, en 2011.

 

La production d'Hugo Cabret a été très coûteuse, dépassant celle d'Inception, par exemple, car Scorsese a mis du temps à apprivoiser la technologie 3D et a fini son film avec plusieurs mois de retard. Le résultat à l'écran est tout de même splendide. La Paris de 1931 est constamment illuminée, baignant dans des tons ocres et bleutés (parfois jusqu'à l'excès), et l'on sent qu'énormément de plans ont dû être retouchés. Le film comporte plusieurs vues magnifiques de Paris, on voit à quoi sert la 3D... Bien sûr, la vision du réalisateur comporte toujours ces imageries d'Epinal avec le béret, les airs d'accordéon et l'air vaguement bouseux des personnages. On n'a pas la baguette, c'est déjà ça.

 

Pour incarner son héros, Scorsese est allé jusqu'à Londres, et dénicher un jeune comédien, Asa Butterfield. Visage encore un peu poupin, yeux bleus azur (là encore, je soupçonne la retouche), notre Gavroche s'en sort pas mal, nullement impressionné par la taille de la production. la jeune Isabelle est quant à elle incarnée par Chloé Moretz, particulièrement remarquée dans Kick-Ass, alors qu'elle a déjà une grosse carrière derrière elle. On la trouve également à l'affiche du Dark Shadows de Burton, et prochainement dans le rôle-titre du remake de Carrie. Bizarrement, je l'ai trouvée décalée dans le rôle, passant son temps à sourire, et apportant une touche un peu aristocratique et... britannique (alors qu'elle est américaine) alors qu'il n'en était nul besoin. Les enfants sont entourés de seconds rôles pas piqués des vers : Ben Kingsley, qui jour le parrain d'Isabelle et va tenir un rôle central dans l'intrigue, Sacha Baron Cohen, en flic ferroviaire mutilé à la guerre (très bizarre, mais SBC est coutumier du fait), l'éternel Christopher Lee (en bibliothécaire, merveilleux), Jude Law... Aucun ne cabotine, tous sont au service de ce film qui est en fait un hommage aux débuts du cinéma.

 

[ATTENTION, SPOILERS]

Car l'enjeu d'Hugo Cabret est là. Très vite l'aspect sentimental du fils qui essaie de trouver un message de son père, trop tôt disparu, dans l'automate qu'il lui a légué est relégué au second plan, car Hugo découvre que le vieillard bougon qui tient une boutique de jouets en face de sa cachette n'est autre que Georges Méliès, le pionnier du cinéma ! A partir du tiers du film on bascule dans l'hommage massif mais justifié à cet homme qui était tombé dans l'anonymat une vingtaine d'années plus tôt. Cela occasionne beaucoup de séquences poétiques, qui émerveilleront sans doute pas mal de jeunes spectateurs. Scorsese s'est également "amusé" à reproduire certaines scènes des films de Méliès, et le résultat est assez bluffant, ce qui a amené le film jusqu'aux Oscar™ de cette année... A côté de cette réussite formelle, il y a tout de même quelques petits ratés ; certains effets manquent de naturel, comme cette séquence où, après avoir été réparée par Hugo, une souris mécanique appartenant à méliès tourne sur son comptoir. A la limite un véritable jouet aurait été plus crédible qu'une incrustation grossière (et inutile !) d'effets spéciaux. Mais on me dit que cette séqunce avait été étalonnée exprès pour la 3D. Soit. Il y a aussi un tiers du film où l'intrigue est un peu cucul, ça sourit dans tous les coins, on fait un peu de la grosse farce (la plupart des scènes avec Sacha Baron Cohen). On se rend ainsi compte que le film est aussi à destination des plus jeunes (à partir de 6 ans), et c'est un peu dommage, je pense qu'un scénario avec plusieurs niveaux de lecture tout du long aurait mieux fonctionné.

[/FIN SPOILERS]

 

Au final, j'ai bien aimé Hugo Cabret ; techniquement bien fait (même si certaines séquences auraient mérité plus de simplicité), le film s'éloigne d'un point de vue classique pour dériver vers un bel hommage aux débuts du cinéma, en faisant une sorte de mise en abyme plutôt agréable. Pas un chef-d'oeuvre, mais sans doute un bon film.

 

 

Spooky.

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/64/27/19857027.jpg

Commenter cet article

GiZeus 05/06/2012 18:13


Arf la rage ! J'espère que tu lui as fait payer ce sacrilège :P

Spooky 05/06/2012 23:01



Etant donné que le combo Blouré-dévédé ne m'appartenait pas, hélas non.



GiZeus 05/06/2012 15:36


Ton avis me donne envie de le voir. Mais je crois que ça fait un moment qu'il n'est plus au ciné, et tu sembles dire que la 3D apporte un plus. Dommage, ce sera le petit écran :D

Spooky 05/06/2012 15:57



Je l'ai aussi vu sur petit écran, en Blu-ray, puis DVD, le blu-ray ayant buggé en cours de route.



Stéph 05/06/2012 14:34


Ah ben pour rebondir sur ce que tu dis, c'est justement  son statut de "film pour enfants" qui ne me donne pas envie de le voir. Malgré les qualités dont tu parles, ça ne m'attire pas du
tout.

Spooky 05/06/2012 15:58



Oui, une partie fait vraiment naïve.



SBM 04/06/2012 11:10


J'ai raté et le film et le livre, va ma falloir une séance de rattrapage, malgré les petits ratés du film, je pourrais bien être éblouie...

Spooky 04/06/2012 12:32



Je pense que c'est intéressant au minimum :)



Fauve 04/06/2012 10:10


Marrant, je l'ai vu ce week-end et j'ai vraiment adoré !


Assez critiqué effectivement pour la réalisation et le long passage pour certain en l'hommage des premiers pas du cinéma.


Personnellement, j'ai trouvé cela très onirique et qui offre de belles images :)

Spooky 04/06/2012 12:31



Il y a aussi cette scène d'accident ferroviaire, qui permet à Scorsese cette incrustation narrative et visuelle certes symbolique, mais aussi un peu ratée, on vient de me la remettre en mémoire.



Articles récents

Hébergé par Overblog