Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Fictions

Voici une courte nouvelle écrite cet été, et destinée à participer au concours organisé par la communauté de blogs Autres Mondes (dont je vous reparle bientôt). Il y aurait sans doute beaucoup de choses à dire sur ce texte, mais je vais vous livrer quelques clés de lecture.

 

- Lorsque le thème du concours, "Terre des dragons" a été dévoilé, je n'avais aucune idée. Et puis un jour sur facebook quelqu'un a partagé un outil de création de titre. La cave des mutilés est sorti. Ce titre m'a permis de commencer à réfléchir à mon texte.

- Au départ mon texte était bien plus long. Mais peu de temps avant la date à laquelle je prévoyais de rendre ma copie je me suis rendu compte que cela devait être limité à 3500 caractères. Du coup la structure de ce que j'avais écrit ne tenait plus, et j'ai dû tronquer mon papier.

- Tellement tronquer que la fin vous semblera bizarre, puisque le récit s'achève en plein milieu d'une phrase. Ce n'est pas une erreur, c'est bien parce que le récit s'arrête là. Définitivement. Si vous partez du fait que nous sommes dans la tête du personnage principal, vous le comprendrez peut-être.

- J'ai parlé de cette nouvelle avec une amie scénariste, à un moment où j'étais "bloqué" (avant que je me rende compte de cette limite de 3500 caractères, en fait) ; elle m'a sortie plusieurs pistes narratives, qui pourraient, si j'arrive à les coucher sur le papier, donner lieu à un récit bien plus ambitieux. J'espère pouvoir vous faire lire ça un jour, et ainsi rendre hommage à l'imagination fertile de cette amie. Vous voulez savoir qui c'est ? Indice : elle est rousse.

 

Et maintenant, voici cette nouvelle, qui n'a pas remporté le concours, qui est ratée, mais que j'assume complètement. Bonne lecture !

 

Spooky.

 

 

La cave des mutilés

 

Julien et Stéphane venaient juste d’emménager dans la vieille bicoque. Une super occasion, car le propriétaire en proposait un prix dérisoire, et ne semblait pas trop regardant sur l’orientation sexuelle de ses acheteurs, chose rare dans ce coin de Bretagne où ils avaient dû affronter pas mal de frondes anti-homosexuels.

 

Au bout d’une semaine, ils descendirent à la cave, qu’ils n’avaient que peu explorée jusqu’à présent. Celle-ci était encombrée de vieilleries en tous genres. Ils furent par exemple amusés de trouver un poste de TSF, ou encore ce qui ressemblait à une collection de drapeaux bretons. Au bout d’un moment, ayant un peu déblayé, ils dégagèrent une ouverture dans le fond de la pièce voûtée. Une porte en bois, de petite taille, fermée par un cadenas qu’une simple traction réussit à faire céder. Un couloir obscur s’ouvrit devant eux, avec une odeur assez nauséabonde qui s’évapora en un instant. Julien remonta chercher une lampe-torche et tous deux partirent à l’exploration.

 

Le boyau s’élargissait au bout de quelques mètres, et les deux jeunes gens débouchèrent dans une vaste salle, dont ils ne pouvaient voir les parois. Ils se rappelèrent que leur logis était accolé à une falaise haute d’une cinquantaine de mètres. Mais leur plus grande surprise se trouvait en contrebas. En effet le sol de la grotte était jonché d’ossements gigantesques. Se rapprochant, ils purent évaluer la taille des créatures, entre deux et quinze mètres pour la plupart, queue comprise.  Les animaux avaient une tête énorme, une longue queue mais aussi des excroissances sur le dos, comme des… ailes.  Mais le plus surprenant était le sort réservé à ces excroissances. Elles étaient toutes coupées, car les ossements qui les prolongeaient se trouvaient à terre. Et les uns comme les autres étaient coupés, et de façon nette. Visiblement on avait sciemment mutilés ces animaux étranges… Pourquoi ?

 

Juste au moment où ils se posaient la question, le sol se mit à trembler violemment. Tous deux perdirent l’équilibre, et Julien entendit son compagnon gémir lorsqu’il heurta l’un des énormes squelettes. Quant à lui, il fut projeté dans un recoin obscur de la grotte, et des grosses pierres se mirent à dégringoler sur lui. Bien sûr la torche avait été perdue, et vite éteinte par la chute d’une pierre. Une autre lui écrasa littéralement la jambe. Le tumulte ne dura que quelques secondes, mais cela lui sembla des heures, avec sa douleur qui menaçait à tout moment de le faire sombrer dans l’inconscience. Lorsque le calme fut revenu, Julien appela son compagnon. Aucune réponse ne lui parvint. Il essaya de se rappeler où Stéphane se trouvait avant le tremblement de terre, et tenta de le rejoindre en rampant. Sa jambe n’était que douleur. Après plusieurs minutes de tâtonnements, entrecoupés de halètements et d’appels de moins en moins assurés, il finit par retrouver le corps de son compagnon. Un projectile avait eu raison de sa tête. Au bout d’un moment, surmontant son chagrin, il décida de sortir de ce caveau. Mais ce fut peine perdue. Il se vidait de son sang par la jambe, et malgré le garrot qu’il avait réussi à faire avec sa chemise, ses forces déclinaient rapidement. Et il ne trouvait aucune issue, le boyau par lequel Stéphane et lui étaient arrivés avait dû être bouché. Il se sentit envahi par le désespoir. Il allait mourir à son tour, mutilé, comme son compagnon, comme les dragons qui l’entouraient.

 

Mais soudain il entendit un rugissement… Une lueur aveuglante… Puis tout devint

 

 

 

Commenter cet article

Miranda 19/10/2010 10:15



C'est pas mal et ça pose un bon suspense, par contre cette fin n'en est pas une, j'irai même plus loin en disant qu'il n'y a même pas d'histoire mais juste une introduction à celle-ci, c'est à
mon sens un texte inachevé, comme si on t'avait arraché le clavier des mains, j'ai même pensé à une erreur...


J'ai lu ton intro où tu dis que c'est volontaire...C'est comme si on te on te vendait une voiture sans moteur, je n'y vois donc aucun intérêt, sauf si tu comptes vraiment écrire le récit complet.


Par contre j'adore le titre, il est excellent !


 


 



Spooky 19/10/2010 11:15



Merci...


Le choix de la fin est assumé, et le reste même après tes remarques, mais je le note. :)



Alice 05/10/2010 21:54



Le contexte de troncature de ton explique explique bien l'effet qu'il m'a laissé : il manque quelques explications. Je suis d'accord avec les autres sur le passage à la 1ère personne, mais pour
moi c'est insuffisant. Quitte à tronquer, il aurait peut-être fallu le faire encore plus, pour ne développer qu'un point particulier et profiter du potentiel de caractères ainsi acquis pour
terminer comme tu le souhaitais.


Je dis ça, mais j'avoue que j'ai eu du mal à réduire le mien pour qu'il rentre dans la limite de caractères, alors ...


Moi aussi je veux lire le remodelage sans limite.



Spooky 05/10/2010 22:40



C'est noté... Toute l'amosphère créatrice que ce concours a généré, cette émulation positive m'ont donné envie d'écrire, de m'y mettre de façon un peu plus sérieuse... Il ne reste plus qu'à me
sentir inspiré et prendre le temps pour ! :)



Malek 05/10/2010 20:30



L'idée est bonne, j'ai bien aimé, et la fin qui se fait en coupure ne laisse pas d'autre interprétation que la mort du protagoniste, donc , ça ne m'a pas gêné du tout. Par contre je
pense que ça aurait pu être mieux amené en travaillant davantage le style et les descriptions.



Spooky 05/10/2010 21:18



Merci Malek :)



space freak 05/10/2010 11:39



Franchement, ton texte est un peu déroutant; Il a d'indéniables qualités, ton ambiance est bien amenée, la transition entre le monde réel et le monde des dangers se fait naturellement, mais la
fin donne l'impression de buter contre un mur, ou bien d'arriver en haut d'un escalier qui ne mène nulle part.
Je pense que ce genre de coupure serait mieux passé si le texte avait été écrit en narration à la première personne (ce n'est que mon avis)
Voilà. en résumé, un texte intéressant, des personnages attachants, même si ils sont rapidement présentés, mais une fin qui me laisse sur la mienne (de faim!)



Spooky 05/10/2010 12:02



Ta remarque étant en accord afvec celle de Steph, j'en déduis que c'est le réel point d'achoppement de mon récit... Il faudra que je corrige ça plus tard...



Stéph 05/10/2010 11:14



Eh bien moi au contraire je trouve cette idée de fin "coupée nette" très bonne. Je dirais même que dans le contexte d'une nouvelle au nombre de caractères limité c'est bien trouvé et se défend
parfaitement.
Mais elle implique à mon sens que la narration se fait du point de vue de Julien (pour qui tout s'arrête avec cette "lueur aveuglante").
Or c'est peut-être là le problème de ton texte. Du fait qu'il est très court, on n'a pas l'impression en tant que lecteur de lire le récit du point de vue de Julien, plutôt d'un "narrateur
extérieur", impersonnel. Il faudrait donc arriver à accentuer le fait que le personnage principal est Julien.
Passer à la première personne du singulier pourrait être une solution, mais du coup ça changerait du tout au tout ta narration. En restant à la troisième personne il faudrait reprendre quelques
passages pour axer tout autour de Julien.
Mais vraiment cette fin est originale et me plaît bien.



Spooky 05/10/2010 12:01



Merci Steph pour cette remarque très pertinente. C'est dommage, j'avais été tellement désarçonné par cette limite de 3500 caractères que j'avais perdu toute envie de reprendre le texte (alors que
j'en avais le temps)... Pas grave :)



Articles récents

Hébergé par Overblog