Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://2.bp.blogspot.com/-RAWc6PKAhZM/T48xeLrLRgI/AAAAAAAAAaw/ogj-YfGzcPI/s320/9782841724482.jpg

 

Le Clairvoyage est le premier roman d’Anne Fakhouri, une auteur que j’ai découverte il y a quelques mois via le très bon Narcogenèse (à qui je dois au moins une arrivée tardive au travail, après avoir oublié de descendre à la bonne station).

 

Ce premier roman ne visait pas forcément le même public. Si Narcogenèse se destine à un public plus adulte, le Clairvoyage est davantage coulé dans le moule de la littérature jeunesse. Ce qui n’empêche pas le lecteur dans la fleur de l’âge que je suis de m’être laissé accrocher sans problèmes par l’univers et les personnages.

 

Comment en effet ne pas se laisser convaincre par les personnages haut en couleur comme la Grand-tante Coucou ou le vieux monsieur Hêtre ? C’était une des forces d’Anne Fakhouri dans Narcogenèse, et je m’aperçois donc qu’il s’agit sans doute d’une des marques de fabrique de l’auteur. Tout comme cet intérêt pour les familles complexes qui dissimulent de lourds secrets que les dernières générations ont du mal à faire éclater. Mais le Clairvoyage n’est pour autant pas un simple proto-Narcogenèse. Le personnage principal est beaucoup plus jeune, la trame totalement différente et le bestiaire fantastique convoqué sans aucun rapport.

 

Récit jeunesse oblige, on est évidemment ici en présence d’une histoire initiatique, qui voit la jeune héroïne devenue subitement orpheline apprendre à affronter ses peurs, à démêler le vrai du faux et à comprendre que dans ce monde qu’on lui a présenté comme foncièrement pragmatique se déroulent des choses qui relèvent davantage de l’inexpliqué, voire du surnaturel. C’est intelligemment mis en place, le première chapitre pose brutalement les choses, ce qui permet de rapidement introduire un personnage principal qui va voir sa vie radicalement bouleversée.

 

J’attends de mettre la main sur La brume des jours pour conclure l’histoire de Clara, mais si j’ai mis plus de temps que Narcogenèse pour me plonger dans l’intrigue et prendre le rythme de l’histoire, force est de constater que Le Clairvoyage lançait sur les rails de l’édition une auteure pleine d’idées, qui sait puiser dans ses références avec goût, et appuyer son récit sur une galerie de personnages forts et complémentaires. Une sympathique lecture qui m’aura permis de me plonger dans un univers sans vampires, ce qui n’est jamais désagréable pour se ressourcer.

 

Vladkergan

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog