Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.editionsdupetitcaveau.com/images/soutoul2petit.jpg

 

Je vous avais déjà parlé de Stéphane Soutoul, jeune écrivain tealentueux qui évolue dans la sphère du fantastique français, et plus précisément le vampirisme. J'avais bien aimé son premier roman, qui parlait d'une famille, les Lacarme, dont le destin allait être irrémédiablement lié à ceux qu'elle combat, les vampires. Son second roman se situe dans le même cycle, contant la suite des aventures de la famille.

 

Fin du XIXe siècle. Paul de Lacarme, l’héritier d’un clan dévoué à la chasse aux vampires, regagne la demeure familiale après une longue errance. Sur place, il ne découvre que mort et désolation. Les résidents du domaine mis à sac ont été assassinés, mais surtout sa sœur est portée disparue.


Léonore de Lacarme couve en son sein un terrible enfant convoité par un groupe de fanatiques. La jeune femme enceinte pourra-t-elle échapper à ces individus prêts à tout pour accomplir leurs sombres dessins ? Et son fiancé, cet amant à présent devenu un prédateur aux mœurs sanglantes et à la séduction irréelle… peut-elle encore lui accorder sa confiance ?


Paul de Lacarme va tenter l’impossible pour retrouver l’unique famille qui lui reste et la soustraire à un funeste destin. À moins que la trahison d’un ancien amour ne le précipite lui aussi au cœur d’un piège sans retour…

 

Stéphane Soutoul écrit bien, il a de l'imagination, et l'on sent que les Lacarme lui tiennent à coeur car ils sont la véritable chair de son oeuvre. Mais si le vampirisme est présenté comme l'argument, c'est en creux un autre élément que nous présente l'auteur. C'est véritablement cette dynastie frappée par le malheur qui l'intéresse... et nous aussi, parce que les vampires, c'est gentil, mais ça pue du bec. :)

 

Pour en revenir à nos moutons saignés à blanc, l'auteur a de l'imagination, il nous propose un récit qui laisse peu de répit au lecteur, même s'il a une fâcheuse tendance, encore, à l'emphase. Stéphane a du vocabulaire, et du bon, et abuse parfois des redites, lorsqu'il nous emmène dans les pensées de ses personnages, surtout féminins. C'est l'une des caractéristiques de ce genre de récit, un peu daté, désuet. Un style parfois repris dans la bit-lit actuelle. Personnellement j'aurais aimé un style plus direct, un peu plus "sec" ; mais que voulez-vous, c'est le genre qui veut ça. Ceci dit, j'aime bien, le garçon a de la ressource, il a réussi à m'étonner à plusieurs occasions. Je suis curieux de lire la suite des aventures des Lacarme, d'autant plus qu'une chouette longue nouvelle vient faire le lien avec le prochain opus, procédé qu'il a déjà utilisé (avec bonheur) dans le précédent.

 

 

J'avais relevé dans le premier tome un travail d'éditeur insuffisant dans le sens où subsistaient de nombreuses fautes d'accord, d'orthographes ou des tournures malheureuses. Il y a du mieux ici, quelques fautes éparses subsistent, mais c'est moins gênant, même si le prologue était mal parti sur ce plan. Espérons qu'un effort supplémentaire sera fait pour la suite.

 

Spooky.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog