Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Il y a 18 mois déjà, je vous avais entretenus de ma très bonne lecture du Procès de la sorcière, première partie d'un dyptique aussi inattendu que réussi. La seconde partie est sortie depuis la même époque, et je n'avais pas perdu de vue l'envie de connaître le dénouement. Pour ceux qui auraient la flemme de retourner voir ma chronique de l'époque, voici en quelques mots l'intrigue. En 1699, un juge est envoyé dans la petite ville de Fount Royal, dans la Caroline du sud (côte est des Etats-Unis) pour juger le cas d'une prétendue sorcière, Rachel Howarth, suspectée de tant de maux sur le plan local. Tout semble en effet accuser la jeune femme, mais le clerc du juge, Matthew Corbett, impétueux et curieux, découvre que Rachel n'est peut-être pas la seule à avoir des torts dans la petite communauté... Et peut-être même qu'elle n'est en rien responsable des maux qui l'affectent. Parallèlement le juge tombe gravement malade, une affliction qui affecte son discernement. Au début du tome 2, c'est l'éxécution sur le bûcher qui est ainsi décidé. Disposant de quelques jours avant que la sentence soit exécutée, Matthew décide de continuer son enquête, au grand dam des édiles de la ville. Et bientôt de nouvelles horreurs ont lieu : le chef de la milice est vidé de son sang chez lui, les habitants ont des comportements étranges...

J'ai déjà pu vous vanter les qualités d'écriture de Robert Mc Cammon, qui font de cette enquête une histoire assez passionnante, mais n'ai pas encore parlé de certaines autres qualités. En effet le roman se déroule en 1699, à une époque où les Etats-Unis étaient en plein construction, c'était un pays très sauvage, même dans les Etats de l'est, les premiers constitués. Ce qui est très intéressant également, c'est la façon dont une communauté se forme, un peu à l'écart d'une "grande ville" comme Charles Town (devenue Charleston), sous la houlette d'un riche homme d'affaires, décidé à en faire une sorte de domaine privé. 1699 est aussi une époque où les sciences connaissent un nouvel essor, et c'est l'occasion pour McCammon de parler un peu de  la médecine de l'époque, coincée entre des pratiques médiévales (telles que la saignée), et de nouvelles techniques balbutiantes. Et d'autres sciences sont utilisées, même si leur réalité historique semble ne démarrer -réellement- qu'un siècle plus tard. Mais je ne puis révéler cette science car elle tient une place importante dans le récit.

Renouant avec un style d'écriture "popularisé" par Agatha Christie, McCammon propose un dénouement où de nombreux protagonistes sont réunis, après plusieurs péripéties très bien racontées. Et ce dénouement est à la mesure du roman : précis, implacable, intelligent. Pas de m'as-tu vu dans l'écriture, pas de grandes tirades ou de démonstrations écrasantes. Le personnage de Matthew Corbett est très crédible, et se comporte de façon admirable.

Robert Mc Cammon vient donc de faire un retour en force dans la littérature de terreur, en explorant un sous-genre encore méconnu, le polar médiéval (même si l'on n'est plus vraiment au moyen-Âge en 1699, et s'il y a finalement peu d'éléments fantastiques dans le récit). L'empathie de ses personnages, la force de l'évocation d'une époque, d'un lieu (cette région de la Caroline était alors presque à la frontière entre les colonies anglaises et les possessions espagnoles en Floride, avec une bande de terrain encore occupée par les natifs peaux-rouges entre les deux), sans oublier une qualité d'écriture remarquable, ont concouru à livrer un vrai bon bouquin. Matthew Corbett a déjà vécu deux autres aventures, Queen of Bedlam et Mister Slaughter. Espérons que Bragelonne a déjà acquis les droits...


Commenter cet article

Spooky 04/03/2010 09:18


Sandrine > oui, la lecture du second est toute aussi bonne :)


SBM 03/03/2010 12:19


Comme toi, j'ai aimé le premier volume, mais moi, j'ai perdu de vue l'envie de connaître la suite... j'ai eu tort on dirait...


Articles récents

Hébergé par Overblog