Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Fictions

Et voici, après Terre des dragons (billet précédent), ma seconde contribution au concours de nouvelles organisé ce trimestre par la communauté Autres Mondes. A noter que j'ai écrit ces deux textes en une seule soirée, d'un jet, sans ajout particulier. Une sorte de petit miracle au milieu du désert imaginatif que je traverse actuellement. Une période de pénurie qui m'a tout de même inspiré ces quelques vers printaniers et délicats.

 

Ô muse de la prose !

Pourquoi donc me fuis-tu ?

Je t'ai offert de belles roses

Laisse-moi prendre ton [...]

 

 

Curieusement, je bloque sur la dernière rime. Ah, l'inspiration est bien joueuse...

 

Bonne lecture !

 

Spooky.

 

 

 

La faim d’aventure avait repris Poughkeepsie. Après avoir pris du bon temps à Bree, à l’enseigne du Poney fringant, il avait décidé, contre l’avis de ses compagnons de beuverie, d’aller vers le sud. C’est au milieu de l’après-midi qu’il entama son voyage.

 

On disait cette région infestée de brigands à la solde de Sharcoux, cet homme mystérieux surgi du néant. De fait, dès les collines situées à trois lieues de la ville, il avait aperçu des guetteurs, des mouvements furtifs. Il s’était donc écarté du Chemin vert pour se dissimuler dans les fourrés qui longeaient la muraille rocheuse qui menait à Andrath. Bientôt il perçut des clameurs, des discussions parsemées de jurons. Arrivé derrière un gros rocher, Pough s’arrêté et regarda vers le haut. L’antique fort qui gardait la passe le toisait de sa silhouette sombre. Plusieurs hommes aux mines patibulaires déambulaient sur les remparts branlants, s’invectivant ou partageant des victuailles. D’autres entraient et sortaient par la porte à double battant à laquelle menait un court raidillon en contrebas. De toute évidence il ne pourrait se faufiler par là sans être vu. Il allait falloir ruser. C’était le moment d’essayer un artefact étrange qu’il avait acheté pour trente pièces d’argent à Bree, à une étrange vieille femme qui lui avait affirmé qu’il lui permettrait de traverser sans être vu, mais pour des durées très limitées, les endroits les plus dangereux. Il s’agissait d’une couverture un peu miteuse, qui, une fois enroulée sur son dos, était censée vous rendre invisible aux yeux de ceux qui vous entourent. Seul souci, un tel artefact ne fonctionne qu’une fois. Et la vieille folle n’avait su dire à Pough si elle avait déjà servi. N’ayant pas osé l’essayer avant d’en avoir besoin, il allait donc tenter sa chance cette fois-ci.

S’armant de son courage et de sa fidèle épée courte, il s’enveloppa de la vieille peau –qui sentait fortement l’ovidé pas très hygiénique- et s’avança tant bien que mal vers la double porte, pour l’heure grande ouverte. Fort heureusement par endroits la peau était suffisamment usée pour être percée, et Pough pouvait y glisser l’un de ses yeux. Avec précaution, il réussit ainsi à pénétrer dans la petite enceinte en bois. Autour de lui les conversations et les allées et venues des brigands continuaient, et c’était comme s’il n’avait jamais existé. Ça marchait ! Mais pour combien de temps ? C’est pourquoi il pressa le pas dans la montée, tout en contournant la tour de pierre qui surplombait le fort. Sans toutefois courir de peur de faire du bruit, il vit bientôt les portes opposées. C’est le moment que choisit un brigand pour lui rentrer dedans par-derrière. Le Hobbit trébucha, et sa couverture glissa à ses pieds, le révélant aux yeux de tout le camp. Son adversaire commença à hurler dans une langue gutturale tout en le désignant. Plusieurs malandrins dégainèrent bruyamment leurs armes. Avisant la sortie, Pough s’élança.

 

Les portes commençaient à se refermer lorsqu’il sortit un petit paquet de son sac ; il le défit, et un nuage de mouches vibrionnantes fut jeté en l’air. Armées de dards redoutables, elles volèrent vers les hommes, qui venaient de manger. C’est l’odeur de nourriture fraîche qui les attirait. Profitant de la confusion, Pough put sortir à temps du fort. Il n’arrêta toutefois pas sa course, entendant de nombreux cris derrière lui. Il atteint bientôt le col, et, constatant que ses adversaires avaient abandonné la poursuite, décida de s’arrêter un moment pour se reposer. Avisant une anfractuosité légèrement en hauteur et dissimulée en partie par un buisson d’épineux, il s’y réfugia, regardant à loisir le panorama qui s’offrait à ses yeux tandis qu’il mâchonnait une charcuterie.

 

Il y avait en contrebas le pays du Cardolan, l’un des trois royaumes qui avaient jadis formé l’Arnor. A l’approche du crépuscule, le spectacle était splendide ; sur la droite, vers l’ouest, la rivière Brandevin charriait ses flots bruns pour s’éloigner vers le sud-ouest. Sur la gauche la Fontgrise, grossie par la fonte des glaces des Monts Brumeux, déambulait à travers des zones marécageuses puis suivait finalement un tracé plus ou moins parallèle à sa consœur de l’ouest. Entre les deux, Pough pouvait admirer une vaste plaine, interrompue ça et là par de petites éminences, lesquelles étaient parfois couronnées de pierres dressées, de tumulus ou de ruines. Car le royaume du Cardolan est une contrée laissée à l’abandon. Après la guerre contre l’Angmar, il y a de cela plus d’un siècle, le voisin l’Arthedain avait tenté de l’annexer, mais avait dû l’abandonner, la faute à, dit-on, des esprits malsains qui peuplent certains endroits. Mais on dit qu’un jour un roi, appelé Elessar, pourrait rétablir la dignité de ces royaumes laissés à l’abandon. Notre petit Hobbit, quant à lui, n’y croyait guère.

 

Comme la passe dans laquelle se trouvait Pough était orientée sud-sud-ouest, il put voir le magnifique coucher de soleil qui embrasait cette journée de début de l’hiver. L’approche de la saison froide était l’une de ses raisons de migration vers le sud. Son refuge de pierre ayant des proportions adéquates, il décida d’y passer la nuit ; n’oublions pas les ascendances naines de Poughkeepsie, qui lui permettaient d’accepter la présence de tonnes de pierre au-dessus de sa tête, contrairement à ses amis hobbits de pure souche.

 

Au petit matin, s’étant assuré qu’aucun homme de Sharcoux ne se trouvait dans les environs, Pough descendit dans la plaine. Au bout de plusieurs heures de marche, il parvint à la première localité, dont il ignorait le nom. D’après les restes, il pouvait voir que c’était autrefois un village prospère, actif et sûr. Ceint d’une muraille de trois mètres de haut, dont seuls quelques pans tenaient encore debout, il comportait de nombreux ateliers et échoppes ; forgeron, tisserand, poissonnier, auberges étaient organisés autour d’un puits central. A peine passa-t-il sa tête au-dessus de la cavité que le Hobbit dut la retirer vivement : une odeur méphitique s’en échappait. L’eau même était empoisonnée dans ce lieu qui sentait la mort ; des lambeaux de tissus pendaient sur les décombres de nombreuses maisons qui semblaient avoir brûlé. La désolation imprégnait ces lieux, et Pough n’avait aucune envie d’y rester. Ignorant les appels répétés de son estomac pour une sustentation, il sortit vite du village, car il avait également senti des présences à la fois malveillantes et malheureuses y régner.

 

Il reprit son chemin sans plus attendre.

Commenter cet article

Malek 21/11/2010 11:28



Un petit texte bien sympathique. J'aime bien tes descriptions et ton vocabulaire. Le thème est bien abordé dans la seconde partie du texte mais la première partie n'apporte pas beaucoup au
sujet traité, c'est dommage. Peut-être devrais-tu annoncer le royaume en ruine dès la première partie de ton texte. Non ? A bientôt !



Spooky 23/11/2010 10:36



Ah je n'avais pas vu ça comme ça... Je vais réfléchir, merci pour la suggestion :)



pierig 18/11/2010 10:18



Y a des moments comme ça où l'inspiration vient titiller tes envies.


A propos, ma commande, elle en est où? :)



Spooky 18/11/2010 11:15



En cours de traitement :)



Articles récents

Hébergé par Overblog