Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/4/4/5/9782226218544.jpg

 

Les romans de vampires sont tellement à la mode en ce moment qu'il commence à devenir difficile d'y voir clair. Au ilieu de l'omniprésence des équivalents dentus du clafoutis, à savoir la saga Twilight, on trouve des petites perles, des oeuvres qui sortent réellement du lot.

 

Les Radley est de ceux-là. Ca commence comme une gentille parodie de la série précitée (et d'autres), puis soudainement le virage du sérieux est pris, et l'on est malgré soi embarqué.

 

Dans la petite ville de Bishopthrope, en Angleterre et de nos jours, les Radley tentent tant bien que mal de vivre une vie normale malgré leur condition de vampires. Peter, le père, est médecin, et maintient son mariage à flot grâce à l'amour qu'il porte à Helen mais qui n'est pas partagé. Helen quant à elle ne peut aimer Peter comme elle le souhaiterait car elle a été convertie secrètement par le frère de celui-ci, Will. La conversion est un rituel vampirique qui consiste à échanger les sangs entre un vampire et l'une de ses victimes, la transformant irrémédiblement en créature de la nuit et en en faisant des amoureux intemporels. Un syndrome Tristan et Iseult horrifique en quelque sorte. Leurs deux enfants adolescents n'ont pas conscience de leur véritable nature. En effet leurs parents ont décidé avant leur naissance de devenir abstinents, c'est à dire d'éviter autant que possible de sucer le sang humain. Cela signifie se nourrir au maximum de viande rouge fraîche et crue, se protéger la peau avec de l'écran total indice 60... Mais un incident va tout changer.

 

En effet au cours d'une soirée lycéenne la jeune Clara va devoir repousser les avances alccolisées d'un camarade, qui insiste trop. Cédant à ses instincts, la jeune fille finit par saigner à mort son agresseur. Elle appelle à l'aide ses parents, qui vont devoir escamoter le corps, non sans avoir auparavant fait appel à l'oncle Will, qui entraîne dans son sillage une unité d'enquêteurs spécialisés dans les quenottes. S'ensuit une succession de situations diverses, oscillant entre l'ouvertement grotesque et le trépidant. 

 

Matt Haig n'est pas un spécialiste du vampirisme, mais c'est un bon écrivain. Il découpe son roman de façon très nerveuse, avec des chapitres courts (4 ou 5 pages en moyenne), alternant les scènes avec les différents protagonistes (une dizaine au total) vers un crescendo total et final. On est très vite happé par son écriture à la fois dynamique et moderne, et on ne lâche pas le bouquin avant la dernière page, ce qui m'est arrivé rarement ces derniers temps. Je n'oserais dire que ce bouquin a renouvelé le genre vampirique, mais il en propose une variation très intéressante, qui ne verse pas dans le gothique larmoyant ou le pseudo-romantisme à deux sous. De plus on baigne dans une ambiance d'humour noir britannique (mais pas absurde, attention !). Les vampires en question peuvent voler, certains hypnotiser leurs interlocuteurs, mais Haig a le mérite de ne pas abuser de ces pouvoirs, pour rendre ses personnages plus attachants. Le decorum vampirique est donc relativement discret, et la lecture de ce livre pourra sans doute contenter les amateurs de fantastique (et pas seulement les vampirophiles) et les lecteurs avides de qualité d'écriture.

 

Lisez-le ou je vous mords !

 

Spooky.

Commenter cet article

Stéph 16/11/2010 11:21



Moi non plus je ne suis pas trop attiré par le genre vampirique pour tout ce qu'il charrie en ce moment. Romantisme à 2 balles et imagerie adolescente façon Twilight, argh.


Mais comme d'une je te fais confiance Spooky, et de deux je n'ai pas envie de me faire mordre (devenir une créature de la nuit passerait encore, mais ton amoureux intemporel je dis non)(non non
n'insiste pas), je me laisserai peut-être tenter par ce roman. Et ce que tu en dis sur l'écriture a tendance à me plaire : le découpage en très courts chapitres ça doit donner un style nerveux et
rapide, et avantager une lecture fluide, le genre de chose que je cherche en ce moment dans mes lectures.



Spooky 16/11/2010 11:56



Il y a un petit passage mou vers les deux tiers du bouquin, mais la suite revient au meilleur niveau. C'est vraiment bien écrit.



SBM 14/11/2010 13:19



Très tentants ces vampires-là, je note ça immédiatement, je fouille partout sur mes étagères, mais non, pas reçu... c'est contrariant... je vais quand même voir ce que je peux faire parce que là
tu me donnes sérieusement envie.



Spooky 16/11/2010 11:56



Lis-le ou je te mords !



Vladkergan 10/11/2010 21:11



Content de voir que nous partageons un avis plus que positif sur le roman de Matt Haigh. J'ai également trouvé que le ton, le style de l'auteur et même l'histoire offrait un peu de sang neuf à la
surenchère vampirique actuelle. Le côté so british des personnages ajoute beaucoup à l'ensemble selon moi. Bref j'en avais fait une chronique plutôt élogieuse sur Vampirisme.com : http://blog.vampirisme.com/vampire/?769-haig-matt-les-radley



Spooky 11/11/2010 10:22



Yes compère, j'ai rajouté un petit commentaire :)



GiZeus 10/11/2010 13:59



Faut croire qu'il reste encore de bons livres sur le genre malgré l' "enthousiasme" incoercible envers les vampires décatis. Mais bon, tu peux toujours me mordre, les vampires ne m'attirent pas
:P



Spooky 11/11/2010 10:23



Tssss. :)



Articles récents

Hébergé par Overblog