Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://media.biblys.fr/book/34/34.jpg

 

De temps en temps j'aime bien me replonger dans la SF "à l'ancienne", les bons vieux romans post-apocalyptiques qui ont un cachet tout particulier. Tombé par hasard sur une édition (a priori originale) de ce roman de 1955 de Francis Carsac, je m'y suis plongé avec délices.

 

Nous sommes en 1975. Un évènement cosmique -qui restera un peu mystérieux- provoque l'arrachage d'un morceau de Terre, précisément une bande d'environ 300 km², et l'envoie sur une planète inconnue. Les survivants, au nombre de près de 3 000, ayant constaté leur éloignement inéluctable de leur monde d'origine, tentent alors de s'organiser autour d'un groupe d'ingénieurs, dont notre narrateur, en répartissant les tâches suivant les spécialités de chacun. Mais un riche châtelain du coin ne l'entend pas de cette oreille. Trafiquant d'armes, celui-ci profite de la relative confusion pour constituer une véritable petite armée destinée à prendre le pouvoir. Mais nos héros se prennent en main, et ils réussissent, après une seule journée, à réduire totalement l'apprenti dictateur.

 

Nonobstant la naïveté du propos, c'est le long passage (environ un tiers du bouquin) concernant cette bataille rangée qui m'a soulevé les lèvres de moquerie. A peine arrivés sur leur nouveau monde, nos survivants se tapent dessus. Ensuite les non-militarisés arrivent presque par enchantement à fabriquer des armes (dont... une catapulte comme au Moyen-Âge...) et agissent comme des soldats chevronnés, disciplinés, doués en tir.

 

Bon, passons.

 

Le calme revenu, le héros, qui ne tient pas en place, propose de faire une exploration de leur nouvel environnement. Dans un camion spécialement équipé, une petite dizaine de personnes part donc pendant plusieurs semaines. Le camion semble ne pas avoir de problèmes de carburant, et la découverte miraculeuse de pétrole brut va bien arranger les affaires de la communauté par la suite. Une faune étrange va toutefois faire son apparition, comme des octopodes volants très agressifs, une race de centaures archers, ou encore un "tigrosaure" particulièrement dangereux. Bientôt le coin où vivent les survivants se montre impraticable, étant la proie continuelle des Hydres (les fameux octopodes volants).

 

Assez vite j'ai pensé à Malevil au cours de ma lecture, car il y a des points communs : une petite communauté, coupée du monde suite à un évènement extraordinaire, qui se déchire, un château (et dans la même région, le sud-ouest de la France), le pouvoir de la science sur la force brute, etc.C'est assez curieux cette certitude chez les auteurs -français en particulier- de la supériorité des ingénieurs sur les militaires ou les hommes politiques...

La naïveté du propos m'a parfois fait décrocher du bouquin, là encore c'est un peu dommage...

 

Je ne dirais pas qu'il s'agit d'un classique, car le propos a franchement vieilli.

 

Spooky

Commenter cet article

Stéph 09/07/2012 16:25


Résumé comme tu l'as fait, je me dis que ça aurait été du pain béni pour un scénario de film de Ed Wood !! 

Spooky 09/07/2012 18:15



Je crois que c'est clair :)



erwelyn - Soleil Vert 07/07/2012 12:18


Ce qui est intéressant ce sont les couvertures... Sinon à par ça c'est plus à "La ville sous globe" d'Edmond Hamilton que je pense en te lisant... qui ne manquait pas non plus
de naïveté, mais à lire par curiosité.
Personnellement j'adore déterrer ces vieux bouquins d'une SF révolue mais qui avait le mérite de détendre sans toujours chercher à se prendre au sérieux. De temps à autre ça fait du bien.

Spooky 07/07/2012 17:12



Ah tout à fait, ça permet de passer du bon temps parfois. Connais pas le bouquin d'Hamilton, je le note :)



Articles récents

Hébergé par Overblog