Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah ben ça caille aujourd'hui… Pas trop tôt, j'arrive dans mon petit café préféré… on y est bien : pas de musique débilitante qui vous broie le cerveau, un peu de blues c'est très bien pour ce que j'ai à faire. Une ambiance calme, du bon café et une barmaid aussi mignonne que sympathique. Allez, je me lance.
C'est que le père Spooky il rigole pas avec les articles de Ansible. Faut que ça tombe à l'heure, c'est pour sa mise en page qu'il dit…(Marv’ ! dans mon bureau ! ndlr) Bon, j'ai avalé mon premier expresso, le deuxième est en route. J'attaque. Euh, non pas la serveuse, l'article ! suivez un peu quoi…
Midnight Nation
. Déjà, rien que le titre, moi ça m'intrigue. Ah oui, vous ne connaissez peut-être pas, je fais les présentations. Il s'agit du titre d'une BD. Plus particulièrement d'un comics, vous savez le genre de bouquins où on voit habituellement des super-héros en collants moule-burnes se coltiner avec des méchants qui veulent conquérir le monde… Superman, Batman, Spiderman, les X-Men ça vous dit quelque chose quand même ? Et bien ma mission, c'est de vous parler des comics d'une autre façon, en évitant si possible les idées reçues et autres stéréotypes qui les accompagnent souvent.

Midnight Nation
, disais-je donc. C'est une mini-série de 12 épisodes de 24 pages tout droit sortie des studios Top Cow et éditée par Image. En France, vous trouverez cette BD soit en kiosque avec 2 épisodes par numéro, soit en librairie en albums de 4 épisodes chez Semic Books dès mars 2003.

Les auteurs sont plutôt ce qui se fait de mieux en ce moment dans les comics mainstream (grand public). Au scénario monsieur Joe Michael Straczynski, auteur entre autre d'une série télévisée à succès : Babylon 5. J'en parle parce qu'on m'a dit que c'est une très bonne série, mais je vous avoue ne pas en avoir vu le moindre épisode… Ça situe le bonhomme pour ceux qui connaissent. Depuis peu, Straczynski s'est mis aux scénarii de BD, et il a remporté de tels succès publics et critiques qu'il a vite été recruté pour redonner un coup de fouet ni plus ni moins à Spiderman en personne, l'un des comics les plus vendus au monde… Côté dessin, c'est l'excellent Gary Frank qui s'y colle et qui apporte son talent à l'histoire. Frank parvient à traduire de manière saisissante toute forme d'émotion sur les visages de ses personnages, et ceux-ci traversent bien vite la barrière de papier et d'encre pour prendre véritablement vie sous vos yeux. Voilà pour l'équipe créatrice, gage de qualité.


Passons à l'histoire… Ici pas de personnages aux super-pouvoirs, pas de costumes bariolés ni de menace planétaire à l'horizon. Juste un homme ordinaire et sa quête. L'homme en question, c'est David Grey, flic de son état, il vit à Los Angeles et fait son boulot du mieux qu'il peut. C'est au cours d'une de ses enquêtes que David va basculer dans un autre monde. Le monde des marcheurs. En fait, le monde des marcheurs est identique au nôtre, les lieux sont les mêmes. Mais pas les habitants. Tels des ombres, peut-être des fantômes, les marcheurs errent dans une dimension différente, les êtres humains ne les perçoivent pas. En tout cas, pas tant que les marcheurs ne le veulent pas.


Ça vous rappelle le film
Ghost ? Et bien oubliez ça, la comparaison s'arrête là. Ici, pas de Demi Moore à sauver d'un affreux comploteur, ou de Whoopi Goldberg pour amuser la galerie. Non, les enjeux sont très sérieux. Il s'agit pour David de reconquérir son âme, ni plus ni moins. Il dispose de 11 mois pour faire le chemin, à pieds, jusqu'à New York, lieu de sa possible rédemption. Moins d'une année pour faire le point sur lui, sur sa vie. Mais au fur et à mesure que le temps passe et que les kilomètres défilent, la personnalité de David cède à l'influence néfaste des marcheurs, créatures piégées dans ce monde entre les mondes, et dont la sauvagerie n'a d'égale que leur laideur. Pour ce voyage, David est accompagné d'une guide, en la personne de Laurel. Laurel est une jeune femme aussi belle que triste, condamnée à mener inlassablement les hommes sur ce long chemin qui les conduira à leur perte ou à leur rédemption. Elle fait partie des "règles du jeu", mais souffre à chaque fois avec ceux qu'elle guide. Laurel, c'est en quelque sorte un "Charon" en version féminine et rajeunie, à ceci près qu'il est inutile de lui offrir une obole pour le voyage.

Voilà, je viens de vous dresser le tableau, la trame de départ de
Midnight Nation. Attention, le thème a beau toucher à la rédemption et à l'âme des protagonistes, ici pas de bondieuserie, pas d'ange vengeur ou de diable à queue fourchue ! Juste un homme entraîné dans un jeu qui le dépasse, un monde dont il ne saisit pas toutes les règles. Vraiment, vous entrez dans Midnight Nation comme vous entrez dans un épisode de La Quatrième Dimension : sans savoir si vous en reviendrez, ni comment.

Une dernière chose, importante et appréciable : le dénouement de l'intrigue est à l'avenant du reste : original et sans concession. Ne craignez pas la déception d'une fin plate après une idée de départ excitante, Straczynski ménage son scénario de telle manière que tout au long des 12 épisodes la tension reste la même : pas de temps mort, pas d'inégalité d'intensité.


Vous l'aurez compris : j'ai adoré cette BD, qui est selon moi l'une des meilleures parues ces derniers temps aux USA.

Ouch ! déjà 13h50… Bon, j'avale ma dernière gorgée de café, et va falloir retourner bosser… Merde, j'ai plus un rond sur moi… Comment ? la maison ne fait pas crédit ? Et être citée dans le fanzine Ansible en guise de pub en contrepartie ? … ça ne vous intéresse pas… bon ok, c'est par où la plonge ? …


Marv’

Commenter cet article

DR 05/08/2010 17:39



Va faire un tour par là : facebook.com/critiquesbd   



Spooky 05/08/2010 08:39



DR > De rien. Mais tu es lequel de mes 600 amis ? ;)



DR 05/08/2010 00:01



Très bon comics dont j'ai été content de pouvoir lire la fin.


J.M. Straczynski devrait, à présent, songer à nous écrire la fin de Rising Star et Supreme Power
!


Merci pour ton invit. sur FB ^O^



GiZeus 10/06/2010 17:35



Si ça te rassure, dis-toi que j'ai bien aimé (l'humour, mais aussi l'article)



Spooky 09/06/2010 16:56



Steph > oui j'ai voulu rééditer certains "vieux" papiers... J'en ai encore une vingtaine en stock (mais très peu de toi, je te rassure) ; l'humour était sympa quand même :)



Articles récents

Hébergé par Overblog