Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.livredepoche.com/sites/default/files/styles/cover_book_focus/public/media/imgArticle/LGFLIVREDEPOCHE/2012/9782253173618-T.jpg

 

On vante souvent, ici et là, les mérites des polars américains, français, voire britanniques, par exemple. Mais depuis quelques années une autre région montre qu'elle n'a rien à envier à ses glorieuses voisines. La Scandinavie peut procurer toutes sortes de frissons...

 

La Norvège, avec ses Harry Hole, Arnaldur Indridason en Islande, ou Henning Mankell, avec sa série sur Kurt Wallander, sont recommandés par les uns ou les autres. Mais aujourd'hui je vais vous parler d'un polar danois. Miséricorde est le premier d'une série, que l'on appelle Département V, qui raconte les aventures de Carl MØrck, vice-commissaire de la Criminelle de Copenhague, et de son assistant Assad. Le premier est un flic désabusé, qui vient tout juste de reprendre le boulot après un guet-apens qui a provoqué la mort brutale et l'état quasi végétatif de ses deux équipiers, qui étaient aussi ses seuls amis. Il se voit confier la responsabilité d'un placard une nouvelle entité, appelée Département V, laquelle est censée proposer une seconde chance à des affaires classées sans suite des années auparavant. Ce qu'on appelle -et les amateurs de séries apprécieront- aux Etats-Unis des cold cases. Lorsqu'il demande un assistant, il se retrouve avec un gars bizarre, tout droit venu de Syrie, qui se fait appeler... hafez El-Assad (non, ce n'est pas un hasard), qui se contente dans un premier temps de passer le balaI, mais va vite se révéler précieux, énigmatique et surprenant.

 

Cette "première" affaire est celle de la disparition de merete Lynggaard, député du centre-gauche à la trajectoire montante, une trajectoire à laquelle sa beauté n'est pas étrangère par ailleurs. Mais la belle est réputée pour ne pas avoir de relations amoureuses, son temps libre étant consacré à l'accompagnement de son frère cadet Oluf, resté psychologiquement limité après un accident de voiture dans leur jeunesse ayant coûté la vie à leurs parents et à trois autres passagers du véhicule qu'ils ont percuté, une quinzaine d'années auparavant. Nous sommes en 2002. Lors d'un voyage avec son frère, Merete disparaît du ferry qui les transportait vers l'Allemagne. L'enquête concluera vite à la noyade par accident. Mais lorsque MØrck remet le nez dedans, presque cinq ans après, il se rend compte qu'un certain nombre de petits détails ont été ignorés par ses collègues de l'époque...

 

Car...

 

[SPOILER - attention, le paragraphe ci-dessous est volontairement dans la même couleur que le fond de la page ; sélectionnez-le pour le lire]

 

Merete Lynggaard n'est pas morte noyée. Elle se réveille, hébétée, dans une pièce plongée dans l'obscurité, close et sans aspérités. Bientôt elle se rend compte qu'elle est à la merci de plusieurs personnes dont elle ignore l'identité, qui lui parlent par hauts-parleurs et ne montrent leurs silhouettes fantomatiques qu'au travers de hublots renforcés, et qui disent vouloir la punir pour ce qu'elle a fait... Rapidement Merete écarte la piste politique, mais il lui faudra du temps pour comprendre les mobiles de ses oppresseurs. Beaucoup de temps. Celui qu'il leur faudra pour dégrader, petit à petit, ses conditions de détention, jusqu'à la pousser aux dernières extrémités...

 

[FIN SPOILER]

 

C'est donc un récit avec deux intrigues, qui bien sûr vont se rejoindre. Les deux sur des tons et des rythmes très différents ; celle avec MØrck et Assad, très lente, mais se déroulant sur quelques semaines à peine. L'autre, nous proposant des "instants choisis", mais qui lui se déroule sur une période nettement plus longue. J'ai été séduit par plusieurs choses dans ce roman.

 

D'abord la façon dont les différents éléments se mettent en place : tout m'a semblé judicieusement placé, du mobile à la résolution de l'enquête (qui rencontre des difficultés "modernes" : RTT, voyages, virus informatique...), en passant par la montée en puissance et en tension des deux récits. Ensuite les personnages : MØrck est un flic comme on en connaît des dizaines dans la littérature de genre : détesté par ses collègues, protégé par son chef, et avec des boulets familiaux plus gros qu'une mine de diamants en Afrique centrale. Ce qui lui donne un côté inédit, c'est son assistant : un homme qui n'a l'air de rien, aux origines obscures, qui va prouver son utilité...

 

Comme je l'ai indiqué, les deux fils narratifs n'avancent pas du même pas, et celui qui met en scène le duo est parfois un peu long. Mais, à la réflexion, tous les passages sont justifiés, même ceux où il s'embarque dans une fausse piste...

 

Je lis peu de polars, mais ma pioche est plutôt bonne en l'occurrence. Etant donné que j'ai déjà le troisième opus de cette série, Délivrance, il me faut, vous l'aurez compris, le deuxième au plus vite.

 

Spooky

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog