Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres
http://editions.critic.fr/wp-content/uploads/2009/10/couv_4.png

1942. Pologne. Camp de Stutthof. Le chef suprême de la SS rencontre secrètement le scientifique en charge du plus important projet du 3ème Reich. De nos jours. États-Unis. Jay Novacek, jeune trader new-yorkais, dépressif et alcoolique, reçoit la visite de deux émissaires de l’armée. Son père, haut gradé de l’US Air Force, vient de mourir dans d’étranges circonstances. Aussitôt, la C.I.A. dépêche une pétillante recrue pour protéger le fils du défunt. 
 
Au même moment, près de la base de Langley en Virginie, un agent du Mossad abat un espion à l’issue d’un interrogatoire musclé. Muni de nouvelles informations, il se rend vers son prochain objectif : un certain Jay Novacek. Venue des heures les plus sombres de l’Histoire, une terrible machination se met en branle, menaçant l’humanité tout entière. N’est-il pas déjà trop tard pour l’arrêter ?
 
Après le très prometteur Vestiges de l’Aube, voici donc le second roman de David S. Khara, qui délaisse les terres du fantastique pour s’essayer au polar. Les Vestiges de l’Aube avaient été une bonne surprise à mes yeux. Sans pour autant être parfait, le roman tirait son épingle du jeu parmi la production de romans vampiriques, et mêlait déjà polar et fantastique d’assez belle manière. Bleiberg fait cependant monter le niveau de l’auteur d’un cran. Car les quelques faiblesses narratives (notamment les quelques chapitres nécessaires à la mise en place des personnages et de l’intrigue) ressenties dans Les Vestiges de l’Aube se sont évanouies, propulsant d’emblée le lecteur dans une intrigue qu’on perçoit de plus en plus tentaculaire à mesure que progresse le récit.
 
Tout comme son précédent roman, David S. Khara joue à nouveau avec les flashbacks, qui nous conduisent cette fois-ci à différents moments de la seconde guerre mondiale. Le récit ne souffre pas de temps mort, les deux temporalité décrites étant toutes les deux travaillées avec soin. Un travail qui semble avoir également porté sur la psychologie des personnages, aussi riche et variée que travaillée. Tout ne nous est pas livré de but en blanc, ce qui permet d’apprécier au fur et à mesure les décisions des différents protagonistes, quel que soit leur camp. Les recherches historiques et techniques effectuées par l'auteur, qui apporte une crédibilité certaine au récit, s'allient ici avec une plume vivante, tour à tour mâtinée de roman noir, de récit de guerre ou d'action endiablée.
 
Polar protéiforme, à la fois financier, médical et espionnage, ce premier tome du Projet Bleiberg se dévore d’une traite, et augure du meilleur pour les prochains romans de David S. Khara, qui après les très bons retours sur les Vestiges de l’Aube confirme son statut d’auteur français de genre avec qui il faut maintenant compter.

La presentation de l'editeur (et des liens vers la bande-annonce) : http://librairie.critic.over-blog.fr/article-le-projet-bleiberg-de-david-s-khara-57819148.html

Vladkergan

Commenter cet article

Spooky 31/12/2012 12:04


Très bon bouquin, j'ai bien aimé même si le personnage du trader est horripilant.

Shanaa 16/10/2010 20:26



Une très belle critique il faut que je me le procure!



Vladkergan 13/10/2010 16:58



Oui, elle est attendue pour fin 2011, l'auteur s'étant remis a priori remis à la tâche sur le deuxième tome des Vestiges de l'Aube.


Gérard Collard, de la librairie la Griffe Noire (qui intervient aussi pour des chroniques livres sur LCI et TV5) a aussi flashé sur le livre en question :
http://www.lagriffenoire.com/blogtv/?p=2249



pierig 13/10/2010 10:47



Premier tome? ... Une suite est à venir alors?



Articles récents

Hébergé par Overblog