Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://img.over-blog.com/300x469/3/14/78/55/romans--suite-/Rose-Aimee-Tome-1.jpg

 

Petite incursion hors des chemins de lecture habituels avec ce roman qui allie récit sentimental et description des bas-fonds parisiens de 1850.

 

En pleine Ruée vers l'Or, en 1849, l'aventurier Martial Belleroche voit sa vie sauvée par un homme respectable, Albert Garancher. Son éternel débiteur, Martial accepte de se rendre en France, pour récupérer un ouvrage, une Histoire du travail que celui-ci a laissé à sa nièce. Belleroche arrive donc à Belleville, ancienne commune récemment rattachée à Paris, sur les traces d'une jeune fille chantant et dansant dans un cabaret. Il y trouve Rose-Aimée, dite Fifi-Bout-d'ficelle, une jeune femme dont la fraîcheur et la gentillesse rallie tous les clients des Trois anges blancs et agace sa patronne, qui aimerait bien la voir faire comme les autres, monter avec les clients pour une autre activité tarifée... Martial revient tous les soirs pour l'entendre chanter, et bientôt une drôle de relation s'installe entre eux, malgré la réputation de malédiction qui pèse sur la belle...

 

Cette lecture m'a pris du temps ; non seulement parce qu'elle tombait dans une période où j'avais beaucoup de choses à faire, mais aussi parce que je ne suis pas habitué, mais vraiment pas, à ce genre d'histoire. J'ai lu il y a bien longtemps un Harlequin, histoire de ne pas mourir ignorant. J'ai eu bien du mal à le finir. Ici ce n'est tout de même pas du même tonneau ; d'abord, il n'y a qu'un seul écrivain (et pas un spécialiste de la rencontre au clair de lune, un du premier baiser, etc.), rompue à l'exercice puisqu'elle compte déjà plusieurs romans à son actif ; ensuite, même si l'essentiel de l'intrigue se concentre sur l'idylle entre Martial et Rose-Aimée (alias Fifi-bout-d'ficelle), on est très loin des bluettes naïves au possible que j'ai citées plus haut.

 

Béatrice Bottet fait preuve d'un certain savoir-faire en termes d'écriture, car son roman est agréable à lire. Malgré les temps morts, elle propose une intrigue avec pas mal de rebondissements, essayant de passer vite sur les temps morts pour ne pas lasser son lectorat. Il y a quand même, cependant, une part de naïveté dans le récit. Comment peut-on croire qu'une danseuse de cabaret ait pu résister si longtemps à la pression de sa patronne pour devenir une prostituée ? Bien sûr, il y a cette réputation de porter malheur à celui qui lui veut du mal ; c'est d'ailleurs le seul argument fantastique, avec des fantômes de bonnes soeurs, que comporte ce récit. D'autre part, Martial, un homme rude, est très instruit, et se montre très fleur-bleue en présence de Rose-Aimée... Là encore, c'est difficile à croire. Et puis tous les deux peuvent passer et repasser sans coup férir dans ce quartier dangereux qu'était Belleville dans les années 1850...

 

A noter que le roman comporte des bonus très intéressants : la vie sous Louis-Napoléon Bonaparte, un plan de Belleville tel que le quartier se présentait en 1852 et aujourd'hui, l'évocation de la Ruée vers l'Or... très instructif.

 

Au final, ce roman, malgré ses qualités d'écriture indéniables, se place dans un genre qui n'est pas trop ma tasse de thé. Une lecture intéressante cependant, au niveau de l'ambiance.

 

Spooky.

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog