Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Personnalités

 

Steven Spielberg est l'un des artisans du 7ème art. son oeuvre est immense, souvent brillante, mais qu'en est-il dans les détails ?
Passons d’abord en revue son impressionnante filmographie. Né en 1946 à Cincinatti, il est très tôt porté vers le 7ème art, puisqu’il réalise à 12 ans un western de 4 minutes, The Last Gun. En 1963, Firelight est sa première oeuvre de science-fiction, son domaine de prédilection. Puis vient en 1968 Amblin, le court-métrage qui le fera connaître du petit monde du cinéma. Les studios Universal lui confient alors la réalisation de séries télé, dont un épisode de Columbo... En 1970 il réalise Duel, un téléfilm tétanisant contant une course-poursuite entre une automobile et un camion, dont on ne voit jamais le chauffeur. Ce film est toujours considéré comme une référence, 32 ans après. Le film sera distribué en salles à l’étranger. En 1975 sort son premier long-métrage de cinéma, Les dents de la Mer (Jaws) ; mise en scène magistrale, musique lancinante, suspense orgasmique, le film est un énorme succès.

 

 

Ensuite vient le film-référence sur le thème des OVNIs, Rencontre du troisième Type, avec une performance incroyable du réalisateur français François Truffaut dans l'un des rôles principaux. En 1979, Spielberg surprend son public en livrant 1941, qui raconte de manière loufoque la tentative d’invasion de la Californie par les Japonais. A mourir de rire, mais le film est un échec commercial. Spielberg se tourne alors vers un autre type de héros, un archéologue un peu aventurier qui se sort des situations les plus tordues avec un cynisme désarmant ; il s’agit bien d’Indiana Jones, campé par un Harrison Ford au sommet de sa forme dans Les Aventuriers de l’Arche Perdue, qui sort en 1981. Une réussite incontestable, qui sera suivie de deux (bientôt trois) suites, toutes réalisées par Spielberg, couronnées de succès.

 

 


En 1985, il surprend le monde du cinéma avec La Couleur Pourpre, une oeuvre dense et émouvante sur la tolérance et le respect. Succès critique et public en poche, il enchaîne deux ans plus tard avec L’Empire du Soleil, qui propose une vision enfantine du second conflit mondial. Après le troisième volet des aventures d’Indy, il s’attelle à Always, histoire de fantômes, de rédemption et d’amour, qui essuiera un cuisant échec public. En 1991 sortira ce qui sera probablement son plus mauvais film, Hook. Truffé de clichés, lent et tape-à-l’oeil, il s’agit d’un invraisemblable raté artistique.

 

 

Il revient alors vers la SF et adapte à l’écran le très bon roman de Michael Crichton, Jurassic Park, métrage qui bénéficie des dernières techniques d’effets spéciaux. En son temps, le film à dinos battra tous les records et deviendra le plus grand succès de tous les temps. Laissant son équipe boucler le montage final, il s’envole pour Cracovie et un autre choc cinématographique : La Liste de Schindler. Sept oscars plus tard, il réalise en 1997 coup sur coup Le Monde perdu (suite de Jurassic Park) et Amistad. Malgré le semi-échec de ce dernier, Spielberg revient à la Seconde guerre mondiale avec le blockbuster Il faut sauver le soldat Ryan. Oeuvre magistrale, qui pose la question du prix d’une vie humaine, et permet à son réalisateur de rentrer définitivement au panthéon d’Hollywood.

 

 

Lorsque Kubrick décède, en 1999, il reprend le projet sur lequel travaillait son ami et mentor, ce qui donnera AI, film brillant sur le plan technique, mais souffrant d’une fin proprement gerbante. Minority Report est son 20ème long métrage ; on dit que c’est le meilleur. Faites votre choix.

 

A partir de 2003 Spielberg diversifie énormément sa filmographie. Arrête-moi si tu peux est une sorte de thriller humoristique où Leonardo diCaprio et Tom Hanks se courent après. Spielberg retrouvera Tom Hanks pour le Terminal l'année d'après. En 2005 il réalise une version péchue de La Guerre des Mondes, le classique de la SF d'HG Wells. Dommage qu'il y ait Tom Cruise dedans. depuis l'acteur s'est complètement discrédité en faisant du prosélytisme pour l'église de scientologie au lieu de promouvoir le film de son ex-ami Stevie.

 

En 2006 Spielberg revient au film de conscience politique en réalisant Munich, dontle sujet est la prise d'otages d'athlètes israeliens par un commando palestinien lors des Jeux olympiques de Munich en 1972. Un beau film, un peu opaque par moments. En 2008 il revient à un de ses personnages fétiches. en effet le 4ème Indiana Jones sort, et les fans sont déçus : Harrison Ford n'a plus 20 ans (il en a même 65 !) et il a un fils. Stevie met de côté sa carrière de réalisateur pour produire beaucoup d'oeuvres (voir par ailleurs), mais il a encore beaucoup de projets devant lui, notamment une adaptation de Tintin et le secret de la Licorne (mais oui, c'est très sérieux ma bonne dame !), un Indiana Jones 5 (à l'hospice), une biographie de Martin Luther King, une autre de Lincoln...

 

A côté de sa vie de réalisateur, Spielberg a aussi vécu celle d’incubateur et de découvreur de talents.
On le retrouve en producteur sur des épisodes de la 4ème Dimension, Poltergeist (qu’il a également écrit), Gremlins 1 et 2, Retour vers le Futur 1, 2 et 3, l’Aventure intérieure, Miracle sur la 8ème rue, Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, la série télé Tiny toons, Arachnophobie, Jurassic Park III...
En 1995, il s’unit à David Geffen et Jeffrey Katzenberg pour créer le studio DreamWorks SKG (“le rêve fonctionne”). Les premières créations télévisuelle, Urgences (écrit par Crichton) et Spin City, sont des succès. Suivront Band of Brothers (produit par Tom Hanks) et High Incident. Forts de ce parcours, les golden boys accumulent les projets cinématographiques : Le Pacificateur de Mimi Leder, Amistad et Soldat Ryan, Small Soldiers, FourmiZ, Le Prince d’Egypte, La Route d’Eldorado, Gladiator, Men in Black 1 et 2, American Beauty, Apparences, Deep Impact, La légende de Zorro, Mémoires de nos pères/Lettres d'Iwo Jima, le diptyque de Clint Eastwood, Transformers (et ses suites), Lovely Bones, le dernier film de Peter Jackson... Parallèlement, les autres départements se développent ; côté musique, George Michael, EELS ont signé des contrats. Un département “interactive” a même vu le jour. Mais c’est bien le département cinéma qui booste la firme ; films de genre, science-fiction, animation, aventures, peplum... DreamWorks essaie de balayer large. Entre concurrence directe (on se souvient des duels Deep Impact/Armageddon et FourmiZ/1001 Pattes) et alliances avec les autres majors, contraintes du marché obligent, DreamWorks contribue à forger la légende de Steven Spielberg, l’enfant de Cincinnati.

 

Spooky.

Commenter cet article

Pierre 03/11/2010 14:28



Absolument! Mais il me semble que vous etes deux à vous s'occuper de ce blog! d'où l'utilisation de ce vouvoiement! à très bientôt



Spooky 03/11/2010 14:32



Et non je suis seul. Par contre certains amis me font le plaisir de venir chroniquer à l'occasion ;)



Pierre 03/11/2010 13:54



Salut Spooky! Je cherchais à la base un moyen d'acheter la version 1998 de la Jeunesse de Picsou! Et j'ai bien aimé votre image, et donc je suis venu! Et pis en voyant la pertinance de
vos articles, et les sujets dont vous traitiez, fallait quand même que j'aille faire un tour, et pis pour l'instant je suis très content de ce que j'ai trouvé! Seul défaut : J'ai pas assez
de temps pour tout lire, j'viens de passer toute ma matinée à faire ça, et je suis encore loin de la fin, et j'ai sauté des article! Bon point en revanche! J'apprécie aussi Tolkien! mais à part
le Seigneur des Anneaux, Bilbo, je bloque sur les contes et légendes inachevées! Faut que je pousse! bravo, plein d'article m'interessent, surtout sur les films! je reviendrais!!



Spooky 03/11/2010 14:13



Quand tu veux Pierre (on peut se tutoyer...)



Pierre 03/11/2010 11:52



Bon, maintenant que j'ai décourvert ton blog, avec la jeunesse de picsou, j'en fais le tour! Mais là : WoW! Je savais bien que Spielberg était si "énorme", il nous la montré maintes fois qui
savait utiliser une caméra et l'ordinateur, mais je ne savais pas qu'il avait autant participé à tous ces créations, qui ont pu permettre, comme tu l'a dit, l'arrivée de nombreus talents. La
liste filmographique que tu nous donne est tout de même impressionant, et concerne actuellement, j'en suid quasiment sûr plus de la moitié des activités d'Hollywood, et du monde cinématographique
(occidentale). C'est vrai qu'il a su faire de tout, et on peut l'en remercier. Et faut aussi que je défende un peu Hook! C'est l'histoire de Peter Pan, avec quoi aurions-nous grandit s'il
n'y avait pas eu d'histoire pareille! Les décors sont très riches, (un peut trop, je suis d'accord), mais Crochet est magnifique, Dustin Hoffman a du s'amuser en jouant dans ce film et
aussi réaliser un rêve de petit garçon, comme Robin Williams.



Spooky 03/11/2010 13:39



Bienvenue Pierre, tiens d'ailleurs comment es-tu venu sur le blog ?


Concernant Spielberg, c'est vrai que son oeuvre est impressionnante. Et je n'ai listé ici que les titres les plus connus...


Concernant Hook, j'avais bien apprécié le film à sa sortie, mais je pense que le principal défaut qu'on peut lui faire est surtout qu'il s'éloigne et du film Disney et de l'histoire originale de
JM Barrie... Hoffmann s'est en effet bien amusé, j'avais lu des itnerviews de lui à l'époque :)



Stéph 07/09/2010 11:01



Tu as raison Spooky, Spielberg est un grand monsieur du cinéma de ces 30 dernières années. Et si j'ai détesté son Hook et moyennement accroché sur des films comme Amistad ou, Munich ou
Attrape-moi si tu peux, il m'a donné parmi mes plus belles émotions de cinéma : Les Dents de la mer évidemment, ET et les 2 premiers Indiana Jones quand j'étais môme. Il a réalisé mon rêve
d'enfant en donnant vie aux dinosaures de Jurassic Park qui m'avait laissé sur le cul à l'époque. J'ai une tendresse particulière pour Always (même pas honte !). Et puis La liste de Schindler et
Il faut sauver le Soldat Ryan sont deux films à la puissance cinématographique incroyable. Il me reste à voir La Couleur Pourpre (jamais vu) et L'Empire du soleil (m'en souviens plus) pour faire
le tour de sa filmo qui dans son bilan est très largement positive pour moi !!!



GiZeus 31/08/2010 10:41



Merci de cette filmographie commentée, Spooky :)


Je connaissais Spielberg de nom, mais je n'avais pas en tête les innombrables réalisations auxquelles il est associé.



Articles récents

Hébergé par Overblog