Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Séries TV

http://www.tijuana.fr/wp-content/uploads/2009/08/xfiles3.jpg

 

Réédition aujourd'hui d'une séries d'articles que j'ai écrits il y a déjà pas mal d'années, et qui avaient pour but de donner un aperçu de la série télévisée qui m'a donné mon pseudo. Attention, certains apssages, notamment dans le second et le troisième articles, comportent des révélation.


X-FILES : ARTICLE ONE



Cette série est apparue de manière confidentielle dans la mire française au cours de l’année 1993. Soumise aux caprices d’une programmation aléatoire, elle ne trouve son rythme de croisière qu’au bout d’une année, au point d’être devenue à l’heure actuelle l’une des principales locomotives d’audience pour la petite chaîne qui monte, j’ai nommé M6. Sans prétention aucune, je pense faire partie des rares pelés qui ont vu la première diffusion du pilote, titré Nous ne sommes pas seuls (quel programme !). Immédiatement accroché, je me mis à pourchasser les épisodes diffusés au petit bonheur la chance (le mardi à minuit, le jeudi en 3ème partie de soirée, le dimanche…). Depuis, la X-Files(titre original de la série)-mania a envahi l’Hexagone : cassettes vidéo, cartes à collectionner, casquettes, tee-shirts, romans, novellisations d’épisodes… et une diffusion massive le samedi soir pour accrocher le public. Aujourd’hui les fans réguliers sont environ 5 millions. Entre parenthèses, cette diffusion massive oblige M6 à rediffuser l’intégralité de l’antériorité, sous peine de perdre des spectateurs dans l’intervalle.

Pourquoi ce succès comparable aux phénomènes Star Trek et Star Wars ? D’abord pour une raison très simple : la série est arrivée en pleine morosité télévisuelle. Il y avait, au début des années 90, peu de créations novatrices et les vieux standards commençaient à s’essouffler. Aux Frontières du Réel a relancé une mode plus ou moins abandonnée depuis les années 50 : le goût pour le paranormal et l’inexpliqué. La vague des extraterrestres revient en force : témoins les bulldozers Independance Day et Mars Attacks ! De plus la série a cristallisé un sentiment profondément ancré dans l’esprit des Occidentaux, surtout des Américains : celui d’une manipulation sociale et intellectuelle par les autorités de la vie du citoyen lambda. On nous cache tout, on nous dit rien ! La série cultive et encourage donc une certaine paranoïa vis-à-vis de Big Brother. Il reste à espérer que ce sentiment, probablement justifié, ne plongera pas le monde dans le chaos.


http://img.thesun.co.uk/multimedia/archive/00540/Chris-Carter_280_540792a.jpg
Un homme est à l’origine du phénomène : Chris Carter (photo ci-dessus), dont le nom est aujourd’hui indissociablement lié à sa série. Producteur, créateur, réalisateur, scénariste (parfois tout ça à la fois), il a pratiquement tout fait sauf jouer et maquiller. Auparavant connu comme rédacteur d’un magazine sur le surf et scénariste de séries médiocres telles Un Flic dans la Mafia, rien dans sa carrière n’annonçait son triomphe. Carter a à présent du mal à gérer son temps entre ses activités sur X Files et Millenium (une autre série créée depuis) et la promotion que son bébé génère. On parle même d’un long métrage… C’est bien joli tout ça mais de quoi ça parle ? Eh bien, voilà l’histoire : au sein du FBI est créé un service des affaires non-classées, en fait les enquêtes qui ont abouti à l’inexpliqué. la responsabilité en est confiée au jeune agent Fox Mulder, que ses camarades à l’école du FBI surnommaient Spooky (martien en VF, traduction plus qu'approximative), du fait de son goût pour les petits hommes verts. Mais son dynamisme et son flair inquiètent les hautes sphères du gouvernement, c’est pourquoi on lui adjoint la rousse Dana Scully, diplômée de médecine et connue pour son cartésianisme forcené. Sa fonction officieuse est de le surveiller et de fournir régulièrement des rapports sur les agissements de Mulder. Tous deux deviennent rapidement des vrais amis, leurs sensibilités opposées se complétant souvent (Scully possède une clé de l’appartement de Mulder). Ils sont sous les ordres directs du directeur-adjoint Walter S. Skinner, ancien du Vietnam. Mulder bénéficie des informations fournies par Gorge Profonde (clin d’œil au Watergate), puis de Mr X, des hauts fonctionnaires qui le manipulent en même temps qu’ils l’aident. protégé par un membre du Congrès, Mulder entretient d’étroites relations avec 3 loufoques fondus de paranormal, qui se surnomment eux-mêmes les Lone Gunmen (Les Tireurs solitaires), titre de la revue qu’ils éditent. L’ennemi, pour Mulder, c’est le Smoking Man (Homme à la Cigarette), un autre haut fonctionnaire, qui en vient même à tenter d’éliminer physiquement Mulder. Le problème, c’est que c’est homme mystérieux semble avoir travaillé avec son père sur un projet nébuleux dans les années 50/60.

 

A de nombreuses reprises les deux agents paieront de leur personne ou de celle de leurs proches leurs incursions dans la chasse gardée du Gouvernement ou de l’armée. L’agent Scully sera même enlevée (par des extraterrestres ?) pour l’implantation d’une puce sous la nuque. Elle découvrira plus tard que chaque Américain a fait l’objet d’un dossier médical secret où sont relatés des éléments inconnus. Les deux agents découvrent par bribes la vérité mais les preuves disparaissent ou sont insuffisantes pour que Skinner puisse vraiment intervenir, tiraillé entre son admiration pour Mulder et ses consignes hiérarchiques.


http://ibnkafkasobiterdicta.files.wordpress.com/2008/07/xfiles.jpg

En plus de ce synopsis original, Chris Carter a soigné le background de ses personnages. L’acharnement de Mulder à chasser le paranormal tient son origine dans son enfance : lorsqu’il avait 12 ans, il assista à l’enlèvement de sa petite sœur Samantha au sein d’une lumière intense venue de l’extérieur de leur maison. Cette scène donna lieu, à mon sens, à l’une des meilleures séquences de la série, car elle sous-tend un grand nombre d’éléments : l’existence des extraterrestres, l’accointance de ses parents avec la conspiration gouvernementale, la vocation de Mulder et sa vie gâchée par ce traumatisme… Vingt ans après Fox retrouvera Samantha pour la perdre aussitôt et découvrir qu’il s'agissait d’un clone (lors de l’excellent épisode La Colonie). Au fil des épisodes Mulder découvre que son père, savant fonctionnaire, a été profondément impliqué dans des affaires troubles avec Smoking Man ; peut-être même sa mère a-t’elle été la maîtresse de ce dernier ?

 

http://www.actucine.com/wp-content/uploads/2008/03/20080328_xfiles2poster.jpg

 

Du fait de ses fonctions et de sa passion, Mulder vit seul, connaît quelques aventures sans lendemain qui rendent Scully jalouse. Tout ce qu’on sait de sa vie privée, c’est qu’il lit régulièrement Playboy et grignote des graines de tournesol. Son humour est assez pince-sans-rire et il éprouve une grande tendresse pour sa partenaire.

Scully, elle, n’a pas été traumatisée pendant son enfance, mais pendant sa collaboration avec Mulder. Elle est enlevée par des êtres au grand crâne et aux yeux sombres qui la soumettent –apparemment- à un examen médical. ; Scully sera retrouvée dans le coma dans un hôpital ; pendant son inconscience au seuil de la mort, elle rencontre son père disparu depuis peu. Cet épisode (Coma) est l’un de mes préférés, de par sa poésie, sa sensibilité. Totalement dévouée à son travail au FBI, Dana n’a pas de vie privée. On ne lui connaît pas de vice ; à peine la voit-on fumer dans un épisode de la troisième saison. Médecin de formation, c’est souvent à elle que revient la tâche ingrate de l’autopsie-dissection, ce qui donne parfois des scènes assez gore. Il est à noter qu’au début de la série Scully cherchait systématiquement une explication rationnelle à tout ce à quoi elle était confrontée ; au contact de Mulder elle a appris à croire (ou du moins envisager) presque tout. Comme Mulder, elle a souffert. Son père, tout comme sa sœur, sont assassinés, cette dernière prenant en plein cœur une balle qui lui était destinée.


Le directeur-adjoint Skinner prend de l’importance au fil des épisodes, en même temps que son personnage s’affine. Son rôle est un peu ambigu au début, car il entrave les enquêtes de Mulder. Mais comprenant que celui-ci œuvre pour faire éclater la vérité, il décide de s’humaniser, allant jusqu’à intervenir physiquement face au Smoking Man et Mr X. Sa vie s’en trouvera menacée, sa carrière presque ruinée, mais le respect que lui marquent les deux agents finira par le préserver. On sait qu’il est tenté de croire les histoires rocambolesques que lui rapportent Mulder. Lors de la guerre du Vietnam, Skinner a vécu une expérience de voyage astral, expérience qu’il avouera à Mulder ; de plus, des éléments laissent à penser que Skinner occupait peut-être la fonction de Mulder quelques années auparavant. Les personnages secondaires sont moins soignés mais cela n’enlève rien à l’intrigue, tissés de fils ténébreux. Sans leur part de mystère, ils deviendraient moins intéressants.

L’interprète de Fox Mulder, David Duchovny (prononcer Doukovni), était déjà un chevronné des plateaux de télé et de cinéma. Il collectionne les rôles de troisième zone tels Kalifornia ou Beethoven. Et fut un étonnant transsexuel du FBI (déjà) dans la série-culte Twin Peaks de David Lynch. Son humour et son charme explosent dans X-Files, avec peut-être une nouvelle facette de son talent ; Duchovny a en effet co-signé le scénario original de plusieurs épisodes, et s’intéresse de près à la réalisation. Son agenda, rempli 10 mois sur 12 par la série, il n’a pu pour l’instant reprendre sa carrière cinématographique, qui s’annonce très intéressante vue son aura (surtout auprès de la gent féminine). La Fox, firme productrice du phénomène, voulait une grande blonde de 26 ans toute en jambes pour le rôle de Scully ; c’est finalement Gillian Anderson, une rousse de moins d’1 mètre 70, qui remporte le jackpot (comme elle n’avait que 22 ans, elle a dû tricher de 5 ans pour participer au casting), enthousiasmant Chris Carter lui-même. Actrice de théâtre, elle n’avait jusqu’alors fait que des apparitions mineures dans des sitcoms. D’entrée, elle montre un jeu d’excellente facture, pour devenir phénoménale lors de la 3ème saison. Pour tous deux l’après-X-Files est assuré.

 

http://www.slashfilm.com/wp/wp-content/images/xfiles-417-2.jpg

 

Mitch Pileggi (Skinner) n’avait comme titre de gloire qu’un rôle intéressant dans la bonne série B d’épouvante Shocker. L’acteur, doté dans la vie d’un humour salace, se montre parfait dans la peau du directeur-adjoint du FBI, souvent impavide mais capable de sortir de ses gonds ou de douter lorsque sa moralité ou ses certitudes s’écroulent. Mitch Pileggi, «à fond» dans la série, a demandé à avoir une présence accrue dans celle-ci. Le très controversé Mr X (Steven Williams) a tenu un rôle différent dans l’excellente série 21, Jump Street et n’est donc pas un inconnu pour le grand public des séries policières américaines.

Côté artistique, Chris Carter a probablement réuni autour de lui une espèce de Dream Team avec des concepts et des idées autant novateurs que géniaux. Les maquillages (saisissants) sont signés Tony Lindala, qui a roulé sa bosse sur la moitié des meilleurs films d’horreur ou de science-fiction de ces 15 dernières années ; la série est intégralement tournée dans la région de Vancouver, en Colombie britannique, où la lumière particulière donne cet aspect brillant et luminescent à beaucoup de scènes. La réalisation est assurée par 6 ou 7 metteurs en scènes qui se relaient, parfois remplacés par le producteur R W Goodwin ou par Chris Carter lui-même. Deux équipes régulières de scénaristes travaillent en permanence, épaulés par d’autres employés de la Fox. L’action est soutenue, amplifiée, magnifiée par la musique de Mark Snow ; son générique (dont la composition est due au hasard) est devenu un tube mondial. Je connais un lycée dans la banlieue de Bordeaux où l’indicatif à échos de X-Files a remplacé la sonnerie d’appel. En moyenne, un épisode de série TV comporte entre 10 et 15 minutes de musique pour une durée totale de 52. Sur X-Files, chaque épisode en utilise entre 30 et 35. Tout cela explique (ou excuse) que la série mettant en scène Mulder et Scully soit considérée par beaucoup comme la meilleure, comme le furent en leur temps Star Trek, Le Fugitif ou Chapeau Melon et Bottes de cuir. Mais libre à vous de préférer Urgences ou Alerte à Malibu ; ces séries ont leurs qualités, je le conçois, mais elles ne m’interpellent pas.

 

http://www.atomik.free.fr/xfiles/xfiles/images/xfiles14.jpg
Pour l’heure, l’équipe de X-Files tourne la quatrième saison, montée vers la folie et la vérité, avant d’enchaîner sur un long métrage l’été prochain. Le succès et la qualité ont attiré bien des convoitises et des fans de poids : Spielberg aurait demandé Carter à réaliser un épisode de la série, et Stephen King a manifesté le désir d’écrire un scénario. Rien n’est décidé pour le moment. Une chose semble en tout cas acquise : Chris Carter quittera la série à la fin de la 5ème saison, estimant que tout ce qui se fera au-delà relèvera plus du commercial que de l’artistique. Lui survivra-t-elle ? Pas sûr car il en est l’âme, il a inspiré l’atmosphère, le rythme et les ellipses qui ont fait sa réputation.

Paris, le 20 novembre 1996.



THE X-FILES : ARTICLE TWO

 

Fox Mulder
Recruté par le Bureau après avoir étudié la psychologie à Oxford, l'Agent Spécial Fox Mulder montra une inclination particulière vers l'originalité dès ses débuts. Sa monographie, réalisée très tôt, sur les tueurs en série et les sciences occultes a permis d'arrêter un meurtrier célèbre. Il était suivi de près par le FBI quand il s'est tourné vers le paranormal. Convaincu par une expérience de régression hypnotique que sa sœur Samantha fut enlevée par une puissance inconnue quand ils étaient enfants, il devint obsédé par la découverte de la vérité cachée dans les Dossiers non classés, où atterrissent tous les cas extraordinaires, inexpliqués ou surnaturels. Le choix de Mulder de travailler sur les Dossiers non-classés n'était peut-être pas tout à fait sa volonté. L'Homme à la Cigarette, homme de paille du Syndicat, a suggéré de placer l'agent là où il pourrait être contrôlé. Ils n'ont jamais tué Mulder car il est très utile pour propager les mensonges qu'ils souhaitaient répandre. Le style de vie spartiate et besogneux de Mulder l'a éloigné de ses parents, qui ont été éliminés par des agents souterrains qu'il avait cherché à retrouver. Il découvrit finalement le secret à propos de sa sœur, apprenant qu'après son kidnapping et les expériences dont elle avait été l'objet, une présence céleste vint à son secours et transporta son âme au paradis. Après la résolution de ce problème, Mulder lui-même devint un Dossier non-classé lorsqu'il fut enlevé par un vaisseau spatial. Son corps fut retrouvé mort, mais, avec l'aide de Scully, Mulder est revenu à la vie. Sa quête de la vérité l'a amené au plus grand des sacrifices : son départ du FBI et sa séparation d'avec Scully et leur enfant.




Dana Scully
L'Agent Spécial Dana Katherine Scully n'est pas seulement un docteur en médecine spécialisée en médico-légal, mais aussi une personne qui s'accroche à la raison ; elle pense qu'il y a une explication scientifique derrière chaque Dossier non-classé. Ses croyances ont été mises à rude épreuve, et elle a vu des choses (en travaillant sur ces Dossiers) que ni la Science ni la logique ne pourraient justifier. Elle a même commencé à croire en l'existence des extra-terrestres. Contre le désir de ses parents, Scully, en sortant de l'Ecole de Médecine, intégra Quantico, où elle étudia durant 2 ans dans l'Académie du FBI. En sortant elle fut assignée à travailler aux côtés de Mulder sur les Dossiers non-classés, avec pour objectif de discréditer ses théories abracadabrantes et audacieuses. Au fil des années, elle a donné plus que sa propre vie pour ces Dossiers. Scully fut enlevée et, après un retour mystérieux, fut rendue fertile (alors qu'elle était stérile) par des expériences que l'on a supposé avoir été pratiquées sur elle. Elle découvrit alors qu'un implant informatique a été fait à la base de son cou. Son extraction provoqua la déclaration d'un cancer. La maladie connut une rémission avec l'implant d'une autre puce informatique. Une tentative d'assassinat sur Scully causa le décès de sa sœur Melissa. Elle réussit à trouver son partenaire, qui avait été enlevé, et trouva même le moyen de le ramener à la vie après qu'il ait été lui aussi soumis à des expériences extra-terrestres. La médecine, cependant, ne s'explique toujours pas comment Scully tomba enceinte après des années de stérilité. Bien qu'elle et Mulder craignaient le pire, William est né humain et en bonne santé. Comme ils commençaient à se faire à l'idée que le bébé fût le fruit d'une fécondation naturelle, des preuves mystérieuses prouveraient que William est encore plus qu'un miracle qu'ils ne l'imaginaient. Et ceci mit leurs vies en danger.




John Doggett
L'Agent John Doggett intégra le FBI en provenance du Département de Police de la Ville de New York, où il travaillait comme détective à la Division des Fugitifs. Approchant toutes ses enquêtes avec scepticisme, il croit que tout peut être expliqué avec les techniques policières standard. Ce n'est donc pas une surprise qu'après seulement 5 ans au Bureau, il soit affecté par le Directeur Kersh à la direction du groupe spécial lancé à la recherche de Mulder. Bien que son enquête s'enlisât, Doggett mit un point d'honneur à résoudre l'affaire. Une maîtrise et un doctorat d'Administration Publique de l'Université de Syracuse prouvent la volonté de Doggett de se conformer aux dogmes du Gouvernement. Il est l'exemple parfait du succès rapide et de l'efficacité. Avant de travailler dans la Police, Doggett eut le grade de sergent dans l'Unité amphibie du Corps des Marines des Etats-Unis et joua un rôle dans la Force Multinationale de Maintien de la Paix pour le Développement du Liban. Après 6 ans dans l'Armée, il fut mis à la retraite avec des recommandations après avoir été blessé sur le Front.

 

Monica Reyes
Bien que née à Austin, Monica Reyes fut adoptée par un couple de Mexicains et grandit à Mexico. Elle n'a jamais identifié ses parents biologiques. Elle sortit en experte en folklore et mythologie de l'Université Brown, obtenant son bac et sa maîtrise en 4 ans. Après avoir envisagé une carrière académique, elle entra à Quantico en 1990. La première mission de l'Agent Reyes fut d'intégrer un groupe spécial qui enquêtait sur des suspicions de rituels sataniques. Aucune des charges n'était justifiée, et Reyes publia un rapport en 1992. Reyes servit alors à l'antenne du Bureau dans l'Etat de New York, où parmi ses dossiers figurait le kidnapping de Luke Doggett, 8 ans, fils de l'Officier de Police John Doggett. Le garçon fut finalement trouvé mort, mais aucun suspect n'a été appréhendé. En 1999, elle fut transférée au Bureau de la Nouvelle Orléans. Elle y resta jusqu'à ce que l'Agent du FBI -ex-flic- Doggett la convainque d'accepter un poste au Département des Dossiers non-classés à Washington, DC.




Walter S. Skinner
Ex-Marine avec un sens aigu du devoir, le Directeur adjoint de Bureau Walter Skinner se montre parfois peu patient avec les méthodes d'investigation peu orthodoxes de Mulder. Plus d'une fois il a prévenu les deux agents que leurs enquêtes s'aventuraient dans des contrées dangereuses. Il a également été forcé de fermer leur Service, mais l'a réouvert de sa propre autorité.
Skinner semble être pris entre deux feux : les Agents Mulder et Scully d'un côté, et l'Homme à la Cigarette de l'autre. De fréquentes visites de ce dernier placent Skinner comme un autre laquais du Syndicat, mais ses efforts en faveur de Mulder et Sculy "à travers des réseaux non-officiels" démontre son intérêt pour les agents et leur travail. Cependant, Krycek a prouvé que le Directeur adjoint ne peut jamais être exclu des jeux de pouvoir. L'ex-Agent Krycek possède la console qui peut augmenter la densité de nanomachines dans le système sanguin de Skinner, le tenant à sa merci. Bien qu'il n'ait jamais été convaincu par les théories extra-terrestres de Mulder, Skinner est étonné de voir une lumière brillante et fut témoin de la disparition de ce dernier dans Requiem (7x22). Il fut rempli d'émotions contradictoires, comme il le dit plus tard à Scully en lui contant les événements. "On me demandera ce que j'ai vu", dit-il. "Et je ne peux nier ce que j'ai vu. Je ne le ferai pas."

 

Paris, Février 2002.



THE X-FILES : ARTICLE THREE































Voilà, c'est fini... Après neuf ans de bons et loyaux services, la série a tiré sa révérence en mai 2002. En France, la diffusion s'est achevée en janvier 2003. Nous allons essayer, dans le présent article, de faire un bilan.

Neuf années. Voilà une belle durée pour une série fantastique américaine. Dans un créneau différent, seul Star Trek (et ses spin-offs multiples) a fait mieux en terme de longévité (à noter que Buffy, l’une des rares séries fantastique de qualité du moment, en est à sa 6ème saison). Pendant ces 9 années, la série a acquis une réputation certaine, et a inspiré nombre d’autres séries, films, romans, BD... En terme de marketing, elle a généré une masse de goodies et de publicité sans précédent, comparable seulement à Star Trek, justement, et à Star Wars. Certains des acteurs sont devenus des stars, même s’ils ont du mal à se débarrasser de leur costume télévisuel. Sur le plan formel, il est important de noter qu’il y a eu une X-Files touch, caractérisée par une ambiance oppressante, une lumière très particulière, souvent tamisée (surtout durant les 4 premières saisons, où la production se tenait à Vancouver, au Canada) ; mais aussi par une musique très particulière due à Mark Snow, faites d’échos, de chocs, de mélodies lancinantes, en adéquation parfaite avec l’ambiance. Dès le premier épisode, les effets spéciaux (souvent numériques) se sont montrés largement à la hauteur des ambitions du créateur Chris Carter ; il en va de même des maquillages : on a vu dans cette série les plus “beaux” monstres de l’histoire du fantastique télévisuel. Sur le plan de l’intrigue, il est difficile d’être aussi clair, tant les scénaristes se sont ingéniés à balader les télespectateurs au cours de ces 9 saisons (pour tout vous dire, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris). A l’âge de 11 ans, le petit Fox Mulder assiste à l’enlèvement (par des extraterrestres ?) de sa soeur Samantha. Il n’aura de cesse de découvrir la vérité, au point, après des études de psychologie, d’intégrer le Service des Affaires non Classées, à Washington. Il s’agit en fait d’un cagibi sans fenêtre, où ses supérieurs l’affectent pour avoir les coudées franches. En effet, Mulder (surnommé Spooky -sic-, ce qui signifie à la fois bizarre, effrayant et dingue), doté d’une intelligence très au-dessus de la moyenne, fourre son nez un peu partout. On lui adjoint une collaboratrice toute fraîche émoulue de l’Académie du FBI, Dana Katherine Scully (Gillian Anderson), également médecin légiste. Lui, prêt à croire à la moindre affaire étrange, se heurtera à elle, cartésienne et incrédule. Mais peu à peu ils deviendront très intimes (au point de faire un enfant ensemble), et leurs points de vue convergeront. Mais Scully et Mulder seront enlevés à leur tour, et Scully, après son retour, fera équipe avec un ancien Marines, John Doggett (Robert Patrick, vu en mauvais Terminator dans Terminator 2), dont la mâchoire est aussi carrée que son esprit inflexible. Pendant la grossesse et la maternité de Scully, un autre agent fera son apparition : Monica Reyes (Annabeth Gish), qui a des pouvoirs de medium, pouvoirs qui lui ont permis de travailler en tant que profileur au FBI.
Cette équipe à géométrie variable a travaillé sous les ordres du Directeur Adjoint régional Walter S. Skinner (Mitch Pileggi), à l’attitude très très ambigüe au regard du service des Affaires non Classées. Plus tard apparaîtra le Directeur Alvin Kersh (James Pickens Jr), encore moins paternaliste que Skinner. Mulder est persuadé qu’un groupe d’industriels, de hauts fonctionnaires et de savants (surnommé le Syndicat) complote en secret en faveur d’une invasion extraterrestre ; et qu’un homme au passé nébuleux et aux motivations troubles, surnommé l’Homme à la cigarette (William B. Davis) et qui s’avèrera être le père biologique de Mulder (syndrome Star Wars ?), est leur principal homme de main. Les soupçons de Mulder et Scully sont confirmés par les confidences de deux mystérieux informateurs (Gorge profonde et Mr X) et la paranoïa entretenue par trois hurluberlus à la fois lubriques, intelligents et persévérants, les Lone Gunmen.

Autour de ce petit monde gravitent une galaxie de personnages au passé et aux motivations troubles, tels les agents Krycek (complice du Cancer man, assassin du père de Mulder, puis complice de celui-ci), Spender (fils du Cancer Man) et Follmer, Directeur adjoint comme il se doit très ambigü et ancien amant de Reyes. La famille des deux agents Mulder et Scully joue aussi un rôle non négligeable. Nombre de ces personnages perdront la vie au fil des saisons, et les ambigüités de certaines de ces disparitions ont permis aux scénaristes de multiplier quiproquos, fausses pistes et renversements de situation parfois vertigineux.

 

Cette trame dite “de la conspiration”, qui faisait tout le sel de la série, a fini par dégoûter les fans les plus endurcis. A partir de la 5ème saison, pic de la série, les audiences n’ont cessé de diminuer. Ces épisodes, parfois très crispants, alternaient avec plus ou moins de bonheur avec des intrigues du type “le Monstre de la semaine”, parfois humoristiques. C’est dans ces épisodes que peuvent s’exprimer les effets spéciaux, les décorateurs et les maquilleurs, mais aussi les talents comiques (eh oui !) de David Duchovny (Mulder) et des Lone Gunmen.


[SPOILER]

Que nous révèle The Truth (en VF La Vérité), le double épisode qui clôt la neuvième saison ? Eh bien pas grand-chose finalement, un peu à l’instar de l’ensemble de la série. Que s’y passe-t’il ? Mulder pénètre incognito dans une base ultra-secrète pour récupérer des informations secrètes, où il affronte et “tue” un super-soldat ; arrêté, il est jugé pour ce meurtre ; sa défense est assurée par Skinner face à un tribunal militaire, présidé par le Directeur Kersh. L’ensemble de la trame de la Conspiration y est rappelé, de manière un peu trop brutale... Le procès est truqué du début à la fin, et l’issue est sûre : Mulder est condamné à mort par injection létale... Ses amis (Scully, Skinner, Doggett et Reyes, aidés par un enfant prodige) le font évader. Mulder et Scully, en fuite, se rendent dans un pueblo du peuple disparu les Anasazi, au Nouveau-Mexique, où ils retrouvent l’Homme à la Cigarette, qui leur révèle que le 22 décembre 2012 est la date de l’invasion finale de la Terre par les extra-terrestres. Mais Rohrer, le super-soldat soi-disant tué par Mulder apparaît, suivi par des hélicoptères de la Conspiration, pour détruire les dernières preuves. Les deux ex-agents du FBI réussissent à s’échapper, laissant le Gardien de la vérité face à son destin... L’épisode se termine sur une scène où Scully réaffirme sa dévotion et son amour pour Mulder, laissant la porte ouverte à toutes les possibilités.


Le gros de ce double épisode est centré sur un procès, “classique” des séries télé, et l’on voit que l’équipe d’ X-Files n’est pas à l’aise dans cet exercice. Le rythme est trop haché, les personnages sont assez mal filmés...
Au cours de cet épisode réapparaîtront quelques personnages que l’on pensait disparus, comme l’ex-agent Alex Krycek, l’homme de paille à géométrie variable du Syndicat ; comme l’agent Jeffrey Spender, demi-frère de Mulder et fils du Smoking Man, au cours d’un passage totalement dénué d’intérêt, permettant simplement à l’acteur Chris Owens - au demeurant excellent- d’apparaître une dernière fois) ; comme Marita Covarrubias, qui travaille pour l’ONU, et dont le rôle aurait pu être mieux exploité ; notre agent préféré recevra l’appui inattendu du jeune Gibson Praise, un enfant qui peut lire dans les pensées. On retrouve l’aspect fantastique lorsqu’il révèle que l’un des “jurés” n’est pas un humain, scène assez chargée au niveau dramatique, mais qui malheureusement n’aura pas de suite... Au cours de sa détention, Mulder recevra la visite de l’esprit de Mr X, au cours de sa fuite il verra les Lone Gunmen... Du point de vue de la forme, en plus de la scène citée plus haut, seuls deux passages de ce double épisode renouent avec l’esprit X-Files : la base secrète du début, et le pueblo de la fin, comme un grand écart entre la technologie, la modernité et l’industrie (soit un grouillement symbolisant la vie) d’une part, et les traditions ancestrales, le désert, le passé et la mort d’autre part, des concepts élaborés et exposés tout au long des neuf saisons. Il est donc dommage que la fin se déroule de manière aussi peu typique de la série. On a un peu l’impression que les scénaristes ont tenté de rappeler tout ce qui s’est passé en neuf ans (gageure non relevée) au cours d’un même épisode (ce qui explique l’idée du “procès” - procès qui bafoue toutes les règles de droit, ce qui est ouvertement dit mais ne s’excuse pas), tout en revenant aux sources de l’histoire (cette région du Nouveau-Mexique et l’évocation des Anasazi ont rythmé certains des meilleurs épisodes de la saga).

[/FIN SPOILER]

 

Une forme un peu hybride donc, qui hésite entre l’exposition (prélude aux prochains films ?) et l’action (une fin uniquement bavarde aurait fortement chagriné les fans). Et la dernière scène, teintée d’un sentimentalisme au sirop d’érable, n’arrange pas l’affaire... Difficile donc d’être satisfait par cette non-fin, qui, au lieu de dévoiler la vérité, ne fait qu’embrouiller les cartes et ouvrir de nouvelles pistes de réflexions pour les dizaines de millions de X-Philes qui peuplent les fan-clubs. Espérons que les films à venir complèteront au moins un peu le goût sucré-salé que Chris Carter a laissé dans notre bouche.


Paris, Avril 2003

 

Mon avis sur le second film.

 

Octobre 2010 : on nous annonce un troisième long-métrage pour décembre 2012. A suivre...

 

Spooky.

Commenter cet article

Erwelyn 04/10/2010 13:03



Eh bien voilà une succession d'articles qui tombent à point nommé puisque nous sommes en train de visionner la saison 6, la seule à priori que je n'avais pas vue. Un régal avant de nous refaire
peut-être l'intégralité depuis le début...



Spooky 04/10/2010 13:39



Erwelyn > Un petit hasard quand même parce que je n'avais pas prévu de publier ce billet aujourd'hui. Mais au cours de ma dernière correction, mon doigt a ripé et je l'ai publié.


Et bien sûr à la relecture je me suis senti frustré, j'ai un peu honte de certains passages très mal écrits...



Articles récents

Hébergé par Overblog