Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Après Ici reposent les oiseaux et Blanche, les Editions Margot continuent à explorer les voies de l'illustration jeunesse haut de gamme en nous proposant Mireille.

 

Comme Ici reposent les oiseaux, Mireille est écrit par Anne-Fleur Drillon ; cela se sent assez vite, les univers sont proches, avec des oiseaux, des drôles de machines, et un potentiel poétique certain. Mireille est d'ailleurs une petite hirondelle. Le travail de maquettage est remarquable : il n'y a que quelques phrases sur chaque page, laissant un maximum de place aux dessins d'Eric Puybaret, qui propose des illustrations très aérées, une large place laissée au ciel... Eric Puybaret a un trait vraiment doux, même si résolument moderne.

 

 

En bonus de l'ouvrage, quelques belles esquisses par Puybaret, permettant d'entrer un peu dans ses travaux préparatoires. Encore une fois, de la belle ouvrage. Chaudement recommandé.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

Sam Bell vit depuis plus de trois ans dans une station lunaire, où il gère l'extraction de l'hélium 3, seule solution à la crise de l'énergie sur Terre. Souffrant en silence de son isolement et de la distance le séparant de sa femme et de sa fille, il passe son temps à imaginer leurs retrouvailles.
Mais quelques semaines avant la fin de son contrat pour l'entreprise Lunar, Sam se met à voir et à entendre des choses étranges... Au cours d'une sortie sur le terrain pour inspecter une moissonneuse, il est victime d'un accident. Il se réveille dans la station, mais sa curiosité le pousse à retourner sur les lieux de l'accident, où il se trouve face... à lui-même.

 

Moon est un huis-clos avec un seul personnage, incarné par le talentueux et sous-exploité Sam Rockwell (Iron-Man 2, Cow-boys et envahisseurs, H2G2, Galaxy Quest). Le film parle de manipulation, de mémoire, de solitude...

 

Je n'avais jamais entendu parler de ce film, avant de le voir figurer dans des listes de "best-of" de la SF à l'écran (merci les réseaux sociaux).; du coup, l'ayant trouvé à un prix modique (et en blu-ray), je me suis laissé tenter... Sans aucun regret.

 

Le premier film de Duncan Jones, fils de David Bowie, est un petit bijou.

 

Il baigne dans une atmosphère très particulière, presque onirique parfois, histoire de nous montrer que l'on est dans une atmosphère "autre". Au fil des scènes, il distille un sentiment diffus de malaise, surtout lorsque Sam Bell commence à avoir des hallucinations. Lesquelles constituent une fausse piste pour le spectateur, qui ne s'attend pas à voir ce qu'il va voir. Bien sûr, le rythme est lent, comme dans 2001, l'Odyssée de l'espace, mais c'est aussi pour que l'on ne sente pas venir ce qui va venir. La musique de Clint Mansell participe aussi à cette ambiance très inquiétante ; ce nom ne vous dit rien ? Et si je vous dis Pi, Requiem for a dream, The Hole, The Fountain, Stoker, Noé, Black Swan... ? Et pour le plaisir, je vous remets en lien l'un de ses morceaux qui me hantent depuis des années...

 

Oh, un autre détail qui m'a marqué dès les premières scènes : la combinaison spatiale de Sam Bell n'est pas immaculée, comme dans la plupart des films de SF : elle est tachée, un peu abîmée, bref, elle a VECU. Et cela renforce le réalisme des scènes, malgré le contexte science-fictionnel. une manière pour le réalisateur d'appuyer encore plus sur la dimension humaine de l'histoire, sans doute.

 

 

Sam Rockwell apparaît dans 99% des scènes, on peut quasiment dire que c'est un film avec un seul personnage. Il fallait un acteur qui soit en mesure de tenir un film sur ses épaules, et Rockwell en est incroyablement capable. Son physique, très commun, lui permet de se glisser dans la peau de quasiment tous les personnages possibles, et ici il se retrouve en train de jouer face à lui-même, ou sa doublure, ce qui n'est pas facile non plus. Le film se tient remarquablement bien, il n'y a pas de fausse note dans l'histoire, tout au plus arguera-t-on que la curiosité de Sam Bell envers son accident est peut-être moyennement amenée, et qu'un plan, UN SEUL, dans tout le film, est maladroit. Il y a bien sûr des effets spéciaux, il s'agit d'un film de SF, mais ils sont cantonnés aux scènes en extérieur, avec la base ou les véhicules d'exploration. Rien à dire, sans être spectaculaires, ils sont efficaces. A noter que la voix de l'IA qui accompagne Sam au quotidien est assurée par Kevin Spacey, dans une tonalité monocorde, parfaitement neutre. Efficace.

 

A noter que le film a été remarqué dans les festivals, et a obtenu le Prix de la Critique internationale et celui du Jury au festival Fantastic'Arts de Gérardmer, ainsi que le BAFTA Award du meilleur premier film, tout cela en 2010.

 

 

En bref, je recommande chaudement ce petit film qui compense son manque de moyens par un scénario à toute épreuve, et surtout un acteur remarquable qui amène ce drame humain à des altitudes inespérées.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Cage est un militaire. Ou disons plutôt un spécialiste marketing déguisé en militaire. Alors quand il est "piégé" par un colonel britannique pour faire partie de la première vague d'invasion de la France pour reprendre l'Europe aux Mimics, la panique commence à l'envahir. Lui, le génie qui a érigé la combattante d'élite Rita Vrataski en véritable égérie, se retrouve bien ennuyé dans cet exosquelette de combat avec une mitrailleuse verrouillée... Et encore plus interloqué lorsque, après avoir abattu un Mimic bleuté, il est éclaboussé par son sang, qui lui ronge les chairs, meurt, et... se réveille au début de la journée, toujours embringué dans une expédition qui va mal se passer...

 

Mais qu'est-ce qu'un Mimic, me demanderez-vous ? Eh bien il s'agit d'une entité extraterrestre, ou plutôt de l'une de ses ramifications, qui ressemble vaguement à un plat de nouilles sombres avec des crocs au milieu. Ils ont débarqué sur Terre quelques mois plus tôt, apportés par des météorites. Depuis ils font régner la terreur, et l'Europe a été envahie. Ils semblent imbattables, mais les forces alliées sont décidées à leur porter un coup fatal en organisant un nouveau Débarquement sur les plages de Normandie (mais oui, et ce film sort 70 ans après le "vrai" !). Sauf que que Cage va vite se rendre compte que leurs adversaires étaient au courant de cette attaque, qui va se révéler un véritable massacre. Dès lors il va tenter d'influer sur le cours de la bataille, de prévenir ses supérieurs du danger (oh mon dieu, mais des tas de soldats vont mourir !). Il va d'ailleurs se rendre compte que le salut passe par la combattante Rita Vatarski, et va s'efforcer de la convaincre de son statut très particulier pour qu'elle 'laide à influer sur le cours des évènements.

 

 

Edge of tomorrow est donc un mélange entre Starship Troopers (pour la lutte contre un ennemi extraterrestre) et Un jour sans fin (pour le reboot du héros, jusqu'à ce qu'il arrive à ses fins... ou pas). Le réalisateur Doug Liman, avec ses scénaristes Christopher Mc Quarrie et les frères Butterworth, se sont basés sur un roman de Hiroshi Sakurazaka, en y saupoudrant de l'humour (les fameux reboots), tout en préservant une bosse dose d'action, un peu bourrine parfois. A ce titre le dernier tiers est très BOUM BOUM BOUM, mais il s'agit d'une guerre. Le parallèle avec le Débarquement de 1944 en Normandie n'est pas anodin, et le fait que le film sorte 70 ans après, à quelques jours près, non plus.

 

Mais une fois le film terminé, que reste-t-il ? Pas grand-chose. Un actioner mâtiné de SF très correct, bien filmé, pas trop mal interprété (on oublie même parfois que c'est Tom Cruise le héros, c'est dire), avec une fin trop "happy end" qui gâche un peu le plaisir...

 

Un film pop-corn, en quelque sorte.

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres
La Patience du Diable

Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ?

Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue…

Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse…

Des gens ordinaires découverts morts… de terreur.

Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou.

Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.

J'avais beaucoup aimé La Conjuration primitive, sortie il y a un an, du même auteur. Celui-ci s'y montrait audacieux, novateur, surprenant, du moins pour l'amateur de thrillers que je suis. Cette Patience du Diable en est la suite, mettant en scène les mêmes personnages, cette cellule de la Section de Recherche de la gendarmerie nationale, avec au premier plan une jeune enquêtrice du nom de Ludivine Vancker.

Le schéma de ce roman est plus classique que le précédent, la construction oscillant entre actes de barbarie/terrorisme et enquête plus ou moins raisonnée, jusqu'à un climax dans le dernier quart, ou plutôt deux, où les protagonistes frôlent le vide et la mort. Mais ce qui est intéressant c'est que Chattam tisse, roman après roman, une sorte de toile narrative, qui lui permet de diffuser sa théorie d'un désordre total potentiel. Ce qui arrive à Ludivine lui permet d'étayer sa théorie en filigrane. Son prochain roman pourrait ainsi s'appeler Les Graines du Chaos, ou Les Germes de la Discorde, voire La Moisson des Ombres, si le monde finit par verser dans le chaos...

La fin de la Patience du Diable lui permet également de pouvoir faire revenir certains personnages par la suite, un en particulier, qui comme il le révèle dans ses remerciements, a déjà été présent dans un de ses anciens écrits, et pourrait faire son retour sous une autre forme et un autre nom, un procédé cher à Stephen King, idole de son homologue français, avec la figure de Randall Flagg.

A suivre, donc.

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
X-Men: Days of Future Past

Années 2020. L'Humanité est à l'aube de sa disparition. Les Sentinelles, robots géants initialement créés pour traquer et détruire les mutants, ont attaqué des humains voulant les aider, et entraîné le monde dans le chaos. Retranchés dans les montagnes au coeur de la Chine, les X-Men voient leur fin arriver, lorsque Kitty Pryde leur explique qu'elle est capable de faire partir l'un d'entre eux dans le passé pour empêcher l'évènement ayant déclenché la production à grande échelle de ces Sentinelles, à savoir l'assassinat par Mystique la métamorphe de Bolivar Trask, l'industriel à l'origine des Sentinelles, avec l'aide des ennemis d'alors, Charles Xavier et Magneto. Mais le voyage risque d'être extrêmement éprouvant pour celui qui repart dans le passé, et seul Wolverine est suffisamment résistant pour le faire.

Ce nouvel opus était annoncé comme une sorte de blockbuster ultime, rempli de super-héros, réunissant en outre les deux "générations" de X-Men aperçues précédemment l'espace de quatre films, une prouesse scénaristique due au voyage dans le temps.

Disons-le tout net, il y a pas mal d'incohérences et d'anachronismes dans le film. Comment, dans le passé, l'assassinat de Trask peut-il empêcher la future traque des mutants, alors même que sa création a la même finalité, même si le Congrès refuse de le financer ? Le scénario prend place en grande partie en 1973, une époque où le baladeur, l'alimentation électrique sans fil et l'étude de l'ADN ne sont encore que des projets, au mieux... Des invraisemblances qui risquent de décevoir de nombreux spectateurs.

A côté de ça, il faut avouer que ce cinquième épisode ne manque pas de souffle. Les scènes d'action sont toujours bien gérées, même si les Sentinelles manquent un peu d'épaisseur à mon sens. Comme dans le deuxième épisode avec Diablo, le réalisateur Bryan Singer offre une magnifique scène à Vif-Argent, cette fois-ci avec beaucoup d'humour, et... un bel anachronisme. Un Vif-Argent que l'on ne verra quasiment plus par la suite, et c'est bien dommage ; gageons que sa présence, ainsi que celle de sa soeur surnommée la Sorcière Rouge dans la scène post-générique d'Avengers leur promet une place de choix dans le prochain épisode de l'une ou l'autre des franchises... A côté de cela, outre les classiques Storm, Cyclope, Jean Grey, Le Fauve, Rogue , Iceberg, Pyro, Colossus, Havoc, le Crapaud, on trouve de "nouveaux" mutants, tels que Bishop, Blink ou Warpath. Rajoutez à cela le Président Nixon, le capitaine William Stryker... Un casting énorme, même si l'histoire est centrée sur 4 ou 5 personnages principaux.

Le récit est dense, complexe, encore une fois centré sur la menace que représente (ou pas) les mutants. Les enjeux des uns ou des autres nécessite des effets spéciaux colossaux, comprenant des dizaines de Sentinelles (versions 1973 et 2020), un stade de football, ou des rafales de feu ou de glace. Il se passe beaucoup de choses, pas forcément bien gérées par Singer : certaines séquences, comme la prise de décision d'aller dans le passé, sont expédiées, d'autres tirent en longueur. Les bonus DVD et Blu-ray devraient comporter pas mal de scènes coupées à fort potentiel, comme souvent dans ce genre de film. Et le scénario jongle entre deux époques : l'attaque des Sentinelles dans le futur et la quête de Wolverine dans le passé. Pour ma part j'ai trouvé que l'ensemble se tenait à peu près, sans tenir compte des incohérences. Ce n'est qu'à froid qu'elles me sont apparues peu à peu. Et attention, je vous mettrai un gros [SPOILER] en fin d'article, après ma signature pour vous parler du futur de la franchise...

Au centre de l'intrigue, outre Wolverine qui est définitivement le héros de la série, se trouve Mystique. Partagée entre son désir fou de sauver les mutants de l'extinction auxquels ils sont voués de par la tendance de l'opinion, et son amour fraternel (ou pas) pour Xavier, elle est le véritable moteur de l'intrigue. Et pour l'incarner, il fallait quelqu'un de plus expressif et talentueux que la sculpturale Rebecca Romijn-Stamos. Pour la version jeune de la métamorphe à peau bleue, c'est donc Jennifer Lawrence qui s'y colle depuis First Class. Et ça marche bien, elle parvient à faire passer son jeu sous son maquillage pourtant assez lourd. L'ensemble du casting est plutôt bon, un grand nombre étant d'ailleurs rodé à leurs personnages depuis deux films au minimum.

Le récit est complexe, d'autant plus qu'il comporte des "easter eggs", terme intraduisible en français, mais que l'on pourrait définir comme des éléments discrets mais appelant des éclaircissements ou des développements dans la suite de la franchise... Ainsi nous parle-t-on de l'assassinat de Kennedy, de l'ascendance de Vif-Argent, clin d'oeil aussi au Watergate, références à Star Trek, Terminator, Ken le Survivant (mais oui !)... A noter qu'ici Stan Lee ne fait pas de cameo, mais Chris Claremont et Len Wein, auteurs du comic-book dont est tiré le film, apparaissent furtivement. Sur le plan marketing, les créatifs de chez Fox ont mis le paquet, par exemple en créant un site viral consacré à Magneto et JFK, ainsi qu'un faux site présentant Trask Industries, ses innovations technologiques et tout un chapitre consacré à la mutation.

Tourné entièrement en caméra 3D, le film s'avère très regardable dans cette version. Au final, s'il ne s'agit pas du meilleur film de la franchise, surtout à cause d'anachronismes et d'incohérences (même si on est loin de Prometheus), ce DoFP est un excellent moment de cinéma, riche en scènes spectaculaires et en rebondissements, jouissant d'une véritable écriture complexe et à tiroirs. Le réalisateur a déjà annoncé la sortie du volet suivant de la franchise, X-Men Apocalypse, prévu dans les salles en mai 2016.

Spooky

[SPOILER] Attention, la fin du film risque de déplaire à nombre de personnes, puisque la résolution du problème par Wolverine dans le passé efface nombre de choses, y compris ce qu'il s'est passé dans les trois premiers films de la franchise. Et oui, des personnages disparus reviennent... De quoi favoriser un reboot de la franchise s'il y a "besoin"...

Autre élément, la traditionnelle scène post-générique fait le lien avec le prochain film, programmé pour dans deux ans, et met en scène un personnage majeur de la série...

[/ FIN SPOILER]

L'une des affiches teaser de Trask Industries

L'une des affiches teaser de Trask Industries

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
La Chute d'Arthur

La Chute d'Arthur est un poème de mille vers, écrit par J. R. R. Tolkien et inspiré de l'histoire du roi Arthur. Arthur règne sur la Bretagne et ses chevaliers dits de la Table ronde. A la fidélité de Gauvain répond la trahison de Mordret, neveu du roi et régent durant son absence ; lequel est envoûté par une Guenièvre énigmatique, elle-même objet de passion pour un Lancelot tourmenté.

Philologue de génie et spécialiste de littérature anglo-saxonne, Tolkien a ainsi voulu donner sa version de l'un des textes de base de la culture anglaise, une version différente de celle du Morte Arthur ou de la Mort Artu.

C'est, comme toujours, Christopher Tolkien qui édite ce texte, en montrant comment il dialogue et se démarque de ces versions médiévales, mais aussi avec le monde du Silmarillion, puisqu'un lieu y est appelé Avallon, avec une fonction proche, pour ne pas dire identique, de celle de la légende arthurienne...

Bien évidemment le poème est incomplet (ce ne serait pas du Tolkien autrement), mais le fils de l'auteur en donne la version la plus aboutie possible, composée à partir de notes éparses qu'il a pu récupérer. Une histoire et une évolution dans la composition qu'il détaille donc dans l'avant-dernière partie du présent volume, avant de reproduire un entretien radiodiffusé en janvier 1936 que fit le Professeur Tolkien, consacré à la poésie vieil anglaise.

Globalement, c'est une lecture qui est loin d'être inintéressante, mais qui intéressera peu ceux qui sont attirés par le Legendarium de Tolkien. Ceux qui souhaitent appréhender son oeuvre de manière globale, notamment via ses influences, y trouveront une nouvelle pierre pour leur édifice.

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres
Cahier de croquis du Seigneur des Anneaux

Alan Lee est, avec John Howe, l'un de mes illustrateurs préférés de l'univers de Tolkien. Ça tombe bien, ils avaient tous les deux été choisis pour travailler aux effets visuels de la trilogie de Peter Jackson. Un boulot de six mois, au départ, qui s'est transformé en une expérience de six ans, le plus souvent en Nouvelle-Zélande, à travailler sur la pré-production, la réalisation des décors, costumes et accessoires, puis sur l'habillage visuel voire matériel des éditions spéciales en DVD.

Alan Lee n'a donc pas résisté à l'envie de montrer son travail préliminaire, qui peut aller de la simple esquisse au croquis très très poussé, proche de l'illustration finale. Des Hobbits aux statues de l'Argonath en passant par la forteresse lugubre de Cirith Ungol ou encore les Oliphants, Alan Lee a touché à tout, en alternance ou en accord avec Howe, et c'est un pur régal pour les yeux. Au fil des dessins il livre aussi quelques impressions de tournage ou de production, parle de ses relations avec les autorités des films ou les techniciens qui ont dû transformer en réalité ses visions dantesques.

Un must have pour les amateurs de l'univers de Tolkien :)

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

 

Joyland est le nom d'un parc d'attractions situé sur la côte de Caroline du nord. En cet été 1973, Devin Jones, 21 ans, découvre l'endroit un peu par hasard et décide de s'y faire embaucher comme saisonnier. Il va y vivre les plus belles et les plus cruelles pages de sa vie...

 

Quelques années auparavant la réputation de Joyland a été entaché par un drame. Une jeune fille a été retrouvée dans les décors de la Maison de l'Horreur, une attraction du type "train de l'Horreur", et personne n'a retrouvé le coupable, qui est fort probablement son petit ami, à l'identité inconnue, qui l'accompagnait ce jour-là... Depuis, le fantôme de la jeune fille réapparaîtrait de temps à autre aux yeux des visiteurs (qui la prennent comme un élément de l'attraction) ou des employés, qui préfèrent se taire. Intrigué, Devin et l'une de ses amies également engagée comme saisonnière, Erin Cook, commencent à s'y intéresser, et vont découvrir une vérité bien sombre...

 

On n'arrête plus Stephen King. Ce nouveau roman, sorti il y a un an en anglais, sort seulement six mois après Dr Sleep, présenté comme un évènement, et environ six mois avant Mr Mercedes, visiblement plus ou moins inspiré par l'attentat du marathon de Boston, survenu l'an dernier. Joyland est un récit assez court (320 pages tout de même), qui relève plus du policier et du social que du surnaturel, un genre où l'auteur s'est posé en maître, même s'il y en a des soupçons.

 

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, King a livré quelques très bons récits ne relevant pas du surnaturel, certains sous le nom de Richard Bachman, d'autres sous son nom véritable. Je pense par exemple à La petite fille qui aimait Tom Gordon, Misery, Dolorès Claiborne, ou encore le récent 22/11/63. Mais il est difficile de trouver des motifs communs à ces romans, si ce n'est une analyse fine de ses personnages et un ancrage historico-géographique presque sans équivalent... C'est encore une fois le cas avec ce roman, qui voit se croiser (entre autres) un enfant atteint de myopathie, un chien géant qui fait des claquettes, une jeune fille au destin fatal, quelques fantômes et une logeuse adepte de Scrabble.

 

Mais dès les premières pages, on sait qu'on lit un King. Avec ces bonds dans le futur par rapport à la trame principale, qui attisent l'attente du lecteur ("mais comment en est-on arrivé là ?"), ces petits détails dont il parsème son récit et qui ont tous leur importance, ces moments où certains personnages disparaissent, laissant le lecteur dans le désarroi... Car bien sûr on a de l'empathie pour ceux-ci, presque quels qu'ils soient, et lorsque l'identité du tueur est découverte, on est presque choqué, au même titre que le héros...

 

Pourtant, malgré tous ces éléments et ces atouts, je n'ai pas trouvé que ce Joyland était l'un des meilleurs bouquins du King. Il est bien écrit, les personnages sont, comme je l'ai dit, empathiques, mais il n'y avait pas tout à fait cette âme, cette énergie qui en font -souvent- un redoutable page-turner. Il conviendra tout à fait à celles et ceux qui ont une âme sensible parmi ses fans, cependant.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky

 

Je continue à rattraper mon retard sur les traductions de Joe Hill, dans le désordre chronologique.

 

Cette fois-ci c'est un recueil de nouvelles, pour la plupart antérieures à ses romans, qui a retenu mon attention. Le recueil en comporte une quinzaine, portant sur pas mal de thèmes classiques du fantastique ou du thriller. Bien sûr, c'est inégal, mais certaines sortent un peu du lot. A noter que certains récits ont obtenu le Bram Stoker award et le British fantasy award, des prix prestigieux.

 

Ce recueil compte donc une quinzaine de récits courts, qui touchent à pas mal de thèmes classiques du fantastique : un fantôme de jeune fille dans un cinéma, le pouvoir de voler, le dernier souffle des morts, un garçon en plastique (littéralement), une métamorphose à l'instar de celle de Kafka... Il s'attaque à la terreur, avec l'histoire d'un pédophile, ou celle d'un écrivain aux prises avec une famille rien moins qu'étrange. Il y a également une suite/hommage au Dracula de Stoker, ou encore un sympathique clin d'oeil à un classique du cinéma d'horreur, le Zombie de George Romero. L'auteur place également deux de ses courts récits dans un cadre qu'il aime, celui du base-ball.

 

Un recueil fort recommandable, comme l'ensemble de l'oeuvre de Joe Hill.

 

Pour une lecture vampirique, puisque le recueil contient un récit émargeant dans ce genre, vous pouvez également lire ma chronique sur vampirisme.com.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

Voici donc le second volet cinématographique adaptant le triptyque à succès de Suzanne Collins. Pour connaître mon avis sur ce second tome, je vous renvoie vers mon billet. Un coup d'oeil également vers mon avis sur le premier film tiré de la franchise vous montrera que, comme souvent, on est dans le "moins bien". C'est dire que ce second volet était attendu au tournant...

Les producteurs ont semble-t-il réussi à tirer les leçons et choisi de mettre plus l'accent sur l'action. Exit donc le propret et sage Gary Ross, place au plus péchu Francis Lawrence (qui n'est pas parent avec Jennifer Lawrence, la star des films). Le réalisateur s'est fait connaître grâce à Constantine, puis avec Je suis une légende, mettant en vedette Will Smith. Visiblement il a été choisi un peu par défaut pour mettre en scène ce deuxième volet, mais ce second choix s'avère payant. La partie introductive du film, qui dure plus d'une heure, est cette fois réalisée de façon classique, sans sauts de caméra ni cadrages trop proches des acteurs. Et dans la partie "action", toutes les séquences, même celles se passant de nuit, sont d'emblée lisibles, sans en rajouter toutefois. La maîtrise du rythme est remarquable, alors que justement c'est ce qui avait péché pour moi dans le roman... Francis Lawrence devrait en principe réaliser les deux longs métrages qui conclueront la saga à l'écran.

 

Catniss et Peeta embarqués pour de nouveaux Jeux à l'issue dramatique...

 

L'essentiel du casting du premier film est reconduit, et s'avère bien dirigé ; il faut dire qu'entre Donald Sutherland, Stanley Tucci, Philip Seymour Hoffmann (disparu il y a quelques mois) et Woody Harrelson, il y a du niveau, mais aucun ne marche sur les pieds de l'autre. Seuls Elizabeth Banks et Liam Hemsworth sont transparents, mais finalement ce n'est pas si grave, leurs rôles étant très limités. Un casting toujours dominé de la tête et des épaules par Jennifer Lawrence, qui se construit une belle carrière d'actrice convaincante.

 

La fin du film peut s'avérer frustrante, mais c'est la même que celle du roman, et s'achève sur un gros cliffhanger amenant le spectateur à vouloir la suite vite, très vite. La première partie de Hunger Games : la Révolte sort en novembre prochain, la deuxième un an plus tard. J'ai hâte de les voir.

Spooky

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog