Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Après un reboot de la franchise Superman au goût mitigé, Zack Snyder remet le couvert avec ce premier crossover des deux géants de la firme DC. Et va donc plus loin, puisque ce film se pose en prélude à la Justice League of America, avec la présence plus ou moins longue de Wonder Woman, Aquaman, Flash et Cyborg. Mais je vais y revenir.

 

Une chose est sûre, on est très loin des films Marvel, pensés comme des longs-métrages pop-corn. Avec l'apport de Batman, on est dans une tonalité plus sombre, plus sérieuse... Trop. A vouloir jouer le premier dégré, on en perd de la subtilité, et les personnages se retrouvent au bord du ridicule. Comme lorsque Superman sauve Loïs Lane pour la ixième fois, et montre un visage absolument de marbre, alors qu'elle lui fait un énorme sourire et le remercie. Moi je sais pas, mais même en étant un demi-dieu engoncé dans mon slip par-dessus mon pantalon, je me déride un minimum face à Amy Adams...

 

Dans les comics, les personnages sont nettement plus "noirs". Batman est un psychopathe presque franc, qui se rapproche des criminels qu'il est sensé combattre. Superman devient une sorte de dictateur qui fait peur aux Terriens. Dans le film Batman reste mesuré dans sa violence, il ne tue d'ailleurs personne lorsqu'il est mis en joue. Et là, Superman est complètement inconsistant et impavide. Snyder a parlé d'un Director's cut, mais vu le niveau de profondeur de ses personnages sur les deux films, ce n'est pas rassurant...

 


Le personnage de Lex Luthor est joué par Jesse Eisenberg (Le Village, Insaisissables, The Social Network), qui s'inspire pas mal du Joker version Nolan, mais je ne suis pas sûr que ce soit une bonne orientation, même si j'aime bien Eisenberg. Batman version Affleck est pas mal, c'est peut-être l'un des rares éléments à sauver dans le film... Passons aux personnages féminins, qui ne servent quasiment à rien. Loïs Lane a le QI d'une huître, l'assistante de Luthor fait une apparition quasi symbolique et le personnage de Wonder Woman est juste là en prévision du film qui lui sera bientôt consacré. Doomsday, le monstre du film, est ridicule et semble ridiculement pompé sur la Chose et d'autres monstres vagues du cinéma américain. Quant à la présentation des autres futurs membres de la Justice League, ça ressemble à une séquence rajoutée à la dernière minute, mais pour le coup Snyder aurait pu s'en passer, cela coupe -encore plus- le rythme du film... Et pitié, on nous rejoue encore la scène de la mort des parents de Bruce Wayne ? Sérieusement ? Oh, à propos de parents... C'est l'origine du twist du film, le renversement de posture entre Batman et Superman, et c'est le plus ridicule que j'aie jamais vu. Oui, pire que la mort de Marion Cotillard dans le dernier Batman en date...

 

 

Certains diront que c'est mieux que Man of Steel, moi je l'ai trouvé encore moins bon, Snyder est INCAPABLE de traiter plusieurs personnages correctement, privilégiant les effets visuels -pas toujours réussis, en plus- à la psychologie. Et dire qu'on viré Bryan Singer de DC/Warner après son reboot...

 

Je fais plus attention à la bande originale depuis plusieurs films, et là, désolé, mais Hans Zimmer est en plein dégringolade. Aucun thème marquant, c'est discordant, malgré l'apport de Junkie XL (qui avait fait un chouette boulot sur Mad Max Fury Road).

 

Peut-être le pire film de super-héros que j'aie jamais vu (bon ok, il faudrait revoir Daredevil, Green Lantern et le dernier reboot des Fantastic Four pour être juste...)

 

Depuis la sortie du film, et malgré son démarrage canon qui s'est essoufflé depuis, Snyder se fait brocarder -et le terme est faible- de toutes parts. Ce n'est pas un hasard s'il a été annoncé la semaine dernière que Ben Affleck, le seul qui sorte du panier, avait écrit son propre film Batman. Peut-être une annonce à peine voilée pour la suite...

 

Bon, sinon je vous mets en lien une petite video parodique qui vaut toutes les moqueries du monde.

 

A fuir.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Ce tome 3 contitue l'épilogue de cette série SF pour adolescents. Après les émeutes qui ont rendu la Colonie impropre à la vie, une poignée de survivants a sauté dans une navette qui se rend, comme les précédentes, sur Terre.

Et ces naufragés se retrouvent donc avec les "presque 100", qui vont devoir gérer ces nouveaux arrivants, dont une partie s'est blessée à l'atterrissage... Mais parmi eux se trouve Rhodes, ancien Vice-cchancelier, autoritaire et totalitaire. Ça ne sent pas bon pour Clarke, Wells et Bellamy, qui ont pris en charge les survivants, ainsi que pour Sasha, la Née-Terre qui est tombée amoureuse de Wells. Il va y avoir des morts...

Ce qui me pose le plus problème dans cette série -qui heureusement touche à sa fin avec ce troisième tome-, c'est l'angélisme de son auteure. Elle aurait tout aussi bien pu se dérouler à Santa Barbara de nos jours. On a des gosses de riches et des gosses de pas riches qui se disputent pour des choses assez futiles, même si Kass Morgan essaie de nous faire croire le contraire...

La caractérisation se révèle très caricaturale dans ce troisième tome. Un ancien garde éprouve du dégoût à la vue du sang ; des jeunes hommes, seulement un peu aguerris par leurs semaines de présence dans la nature, parviennent à battre sans coup férir des gardes armés... Et en pleine action, ils ont le temps de réfléchir à leur tactique, leurs amours, de résoudre deux-trois équations différentielles et ainsi de suite... isolés en pleine nature, avec des cabanes en guise d'habitat, ils s'y meuvent comme s'ils étaient dans un immeuble de bureaux...

 

Sur le plan éditorial, ce n'est pas glorieux non plus : fautes de frappe, traduction et syntaxe hasardeuses...

 

Et la fin... est un peu trop gnangnan à mon goût, trop angélique...

 

Bref, vous l'aurez compris, cette trilogie qui commençait pas trop mal finit un peu n'importe comment.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Voici donc le second volet de la trilogie polar de King, sorti un an après le premier volet, en France.

 

En prenant sa retraite, John Rothstein a plongé dans le désespoir les millions de lecteurs des aventures de Jimmy Gold. Rendu fou de rage par la disparition de son héros favori, Morris Bellamy assassine le vieil écrivain pour s’emparer de sa fortune, mais surtout, de ses précieux carnets de notes. Le bonheur dans le crime ? C’est compter sans les mauvais tours du destin… et la perspicacité du détective Bill Hodges.

 

Nous sommes donc -dans un premier temps- dans les pas de deux personnages, Morris Bellamy et le jeune Pete Saubers, qui trouve un peu par hasard ces fameux carnets, tandis que Morris croupit en prison pour un viol commis alors qu'il était sous l'emprise de l'alcool. Condamné à perpétuité, mais bien décidé à sortir un jour et à lire la suite des aventures de Jimmy Gold. occasion que se présentera au bout de 36 ans...

 

King renoue donc avec l'un de ses vieux démons, le fan ivre d'amour qui commet les pires crimes pour redorer l'image de son héros favori. Ça rappelle forcément Misery, l'un des chefs-d'oeuvre de King, d'ailleurs cité au détour d'une page. Un de ses bouquins les plus connus, qui comporte, comme cette trilogie, une absence totale ou presque d'éléments fantastiques. Et vous vous en doutez, une nouvelle fois la beauté de la littérature américaine est mise en avant, King distillant des dizaines de titres qui suscitent l'envie de lecture...

 

Cette fois-ci, je n'ai pas loupé ma station de métro, mais j'ai été très fortement pris dans ma lecture. King passe sans problème d'un personnage à l'autre, adolescent pris au pire dilemme de sa vie, criminel pas repenti sorti de prison et ex-flic devenu une sorte de recouvreur de créances. Il est indispensable d'avoir lu Mr Mercedes pour comprendre toutes les implications du présent roman, même si la trame principale pourrait presque vivre sans. La gestion du "pic" narratif de l'histoire est quant à elle impeccable, on se croirait vraiment dans un film réalisé par David Fincher.

 

Ces Carnets noirs (Finders Keepers en VO, du nom de l'agence de Hodges) sont un des meilleurs King du moment.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Attention, on n'est pas loin du chef-d'oeuvre ! :)

 

Oui, j'ose l'écrire. Kingsman, l'adaptation d'un comics datant de 2012, rédigé sous les plumes de Dave Gibbons et Mark Millar. Il raconte les aventures d'un jeune agent des services secrets britanniques, un Kingsman, donc, décidé à succéder à son père sous la coupe d'un agent hors pair, face à un magnat des communications qui a décidé d'éradiquer l'espèce humaine.

 

Attention, il s'agit bel et bien d'une parodie des films d'espionnage à la James Bond. Kingsman en reprend les codes pour les tordre et les moquer. Un genre que j'ai déserté après le too much des épisodes avec Pierce Brosnan, au début des années 2000 (et malgré la présence de Halle Berry). Ce Kingsman ne va pas forcément m'y faire revenir, mais il m'a permis de vraiment apprécier un film d'action/espionnage, avec un réalisateur doué et inventif aux manettes.

 

Après Kick-Ass et X-Men: First Class, Matthew Vaughn confirme qu'il est un réalisateur à suivre, car ce troisième long-métrage (mais pas le premier dans sa filmo, il me manque d'ailleurs Layer Cake et Stardust) est tout simplement très très bon la plupart du temps, et carrément incroyable sur certaines séquences, dont une se déroulant dans une église. A ce titre, Colin Firth, acteur britannique aux multiples facettes, s'y révèle étourdissant, au sens propre comme au sens figuré... Le reste du casting est impressionnant, entre Samuel L. Jackson, industriel américain affuble d'un zozotement, la légende Michael Caine, "Arthur" des Kingsmen, Mark Hamill le temps d'une scène ou encore Mark Strong, second rôle éternel... A noter la présence de la danseuse-gymnaste franco-algérienne Sofia Boutella dans le rôle d'une tueuse dotée de prothèses particulières aux jambes...

 

Décidément, ce que fait Matthew Vaughn me plaît particulièrement. Je vous recommande chaudement ce film, à condition que vous le voyiez comme une parodie foutrement bien réalisée.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Olen, Nils et Karib, convaincus d'être des régicides en cavale, essaient d'en apprendre plus sur leurs véritables identités au fil de leurs pérégrinations. Mais il leur faut d'abord gagner leur croûte. Leur seul talent ? Deux d'entre eux sont d'excellents combattants, et le troisième un mage qui semble maîtriser plusieurs courants de magie. Ils vont d'abord devenir mercenaires, puis au cours d'une de leurs missions, vont découvrir leur véritable identité, à mille lieues de ce qu'ils pensaient... Enfin, deux d'entre eux, puisque Nils semble ne pas être connu des différentes personnes qu'ils croisent.

 

Changement de décor dans ce deuxième tome, puisqu'on quitte les chemins et les auberges douteuses pour apsser aux ambiances feutrées des palais et des appartements de mages de haut niveau. L'univers géopolitique mis en place dans cette trilogie se met doucement en place, et comme les principaux protagonistes, on le découvre peu à peu.

 

La lecture du premier tome m'avait laissé une bonne impression. Cette suite confirme les bonnes dispositions de Gabriel Katz pour créer un univers de fantasy assez cohérent, sans rentrer dans les détails, puisqu'il s'attache plutôt aux pas et aux pensées de ses trois héros amnésiques. Une astuce narrative, qui, si elle n'est pas nouvelle, permet de ne pas en dire trop au lecteur.

 

Il nous livre par ailleurs à la toute fin du tome une révélation qui donne envie de lire (vite) la suite et fin.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

 

Après Les Gardiens de la Galaxie, voilà le second film issu de l'univers Marvel dont je ne savais pas grand-chose avant d'aller le voir. Il y a quelques points communs entre ces deux films : une production résolument tournée vers l'humour, une équipe inconnue, si l'on excepte l'acteur principal (aucune star dans les Gardiens), une production à peu de frais, mais qui a vite été largement remboursée (lors du premier week-end pour Deadpool, si je ne me trompe pas). Mais revenons à nos moutons...

 

Deadpool est l'anti-héros le plus atypique de l'univers Marvel. A l'origine, il s'appelle Wade Wilson : un ancien militaire des Forces Spéciales devenu mercenaire. Atteint d'un cancer en phase terminale, il va accepter de subir une expérimentation hors norme qui va accélérer ses pouvoirs de guérison, et devenir Deadpool. pour assouvir son désir de vengeance.  Armé de ses nouvelles capacités et d'un humour noir survolté, Deadpool va traquer l'homme qui a bien failli anéantir sa vie.

 

Il s'agit donc, sur une longue moitié du métrage, d'une traque d'un mutant envers un autre. Mais bientôt Deadpool va s'adjoindre les services de deux X-Men, et sa cible Ajax va lui être secondée par une femme à la force surhumaine, Angel Dust. Cette traque est entrelardée par une scène d'action à couper le souffle, en partie visible dans les bandes-annonces que la Fox nous a livrées depuis plusieurs mois.

 

Deadpool est le premier anti-super-héros depuis longtemps, même si l'on peut citer Hancock ou encore Iron-Man, à des degrés moindres. Citons également Ant-Man, dont le héros est un malfaiteur, mais pour lequel le film bénéficiait d'un environnement plus "adulte".

 

Ryan Reynolds enfile le costume en lycra déjà arboré dans X-Men origins: Wolverine. Il est un habitué du genre, puisqu'il a aussi été la tête d'affiche du four Green Lantern. Une de ses répliques y fait d'ailleurs référence. Le second degré et l'ironie sont assez présents dans Deadpool, le personnage n'hésitant pas à se tourner vers les spectateurs en pleine action pour leur lancer une vanne pourrie. Deadpool est donc le troll de son propre film, dont il sait qu'il fait figure de parent pauvre (voir de fils fauché) au sein de toutes les franchises issues de l'univers de super-héros Marvel. Ce manque de budget fait d'ailleurs l'objet de deux vannes dans le film, dont une qui m'a fait hurler de rire, tellement elle correspondait à mon questionnement du moment. Malgré ce manque de moyens, le réalisateur Tim Miller, pour le coup débutant, a pu s'offrir le traditionnel caméo de Stan Lee, lequel dure le temps d'une réplique.

 

Les répliques foutraques et pipi-caca-zob, c'est donc la spécialité de Wade Wilson/Deadpool, qui même ayant appris son cancer en phase terminale, n'hésite pas à en balancer deux-trois à sa fiancée. Le film est la première production Marvel/Fox à être estampillée "R", c'est à dire interdite aux moins de 12 ans (en France). Car oui, la violence y est plus explicite que dans les autres (morceaux de cervelle qui volent et giclent sur l'écran), oui, le sexe y est aussi un peu plus explicite aussi, mais rassurez-vous (ou pas), aucun téton ni pénis ne sont visibles. Qui dit public "adulte" dit langage cru, et on y a largement droit, entre les remarques salaces, le non-respect des personnes âgées et autres joyeusetés. Pas de racisme par contre.

 

Difficile de juger du jeu d'acteur de Ryan Reynolds, du coup, puisqu'il passe les trois-quarts du film derrière un masque. Seuls sa posture et parfois l'étrécissement de ses paupières masquées viennent apporter un peu de subtilité. En face de lui l'impavide Ed Skrein (vu dans Game of Thrones et la "bombasse" Morena Baccarin (vue dans les séries Mentalist, Gotham et Homeland) ne se montrent pas beaucoup plus inspirés. Et ce ne sont pas Piotr Rasputin/Colossus, constamment sous sa forme métallique et Ellie Phimister/Negasonic Teenage Warhead, adolescente renfrognée, qui vont relever le niveau de l'expressivité. Mais on s'en fout. On se marre, c'est l'essentiel.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Eh oui, encore un bouquin sur l'univers de Tolkien... Celui-ci commence à dater un peu, puisque sorti en VO en 2002, et en France au début de l'année 2004.

 

David Colbert, spécialiste en mythologie et anthropologie, tente de répondre à une série de questions simples relatives au Seigneur des Anneaux, tout en y apportant des précisions, pouvant intéresser le néophyte dans l'univers tolkienien, mais aussi le lecteur plus chevronné à la recherche de nouvelles informations.

 

Avec les dizaines de bouquins déjà lus à ce sujet, j'arrive encore à apprendre des choses. Sur l'origine de certains noms. Sur la présence accrue des souterrains dans l'oeuvre de Tolkien. Sur le nombre de langues inventées par le Professeur... Colbert répond ainsi à une trentaine de questions, sur les inspirations de Tolkien, sur le symbolisme du Seigneur des Anneaux, etc. Un ouvrage plutôt intéressant, donc, bien écrit, mais qui souffre de son périmètre : en effet le Seigneur des Anneaux n'est qu'une infime partie du Légendaire inventé par Tolkien, et il est un peu dommage, dans les années 2000, de se cantonner à cette seule partie, certes remarquable...

 

Notons toutefois que l'auteur s'est arrangé pour ne pas spoiler la fin du Seigneur des Anneaux au cas où son lecteur n'y serait pas (encore) arrivé, et qu'il réserve la conclusion de son ouvrage à celles et ceux qui l'ont lue.

 

Sympathique, mais sans plus.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Séries TV

 

 

Les affaires non classées sont fermées, après l'incendie du bureau de Mulder et la destruction de tous ses dossiers. Mulder et Scully travaillent donc dans un autre département du FBI, et sont confrontés à une alerte à la bombe à Dallas. C'est persque par hasard que Mulder découvre l'engin explosif, mais celui-ci explose, en faisant un minimum de victimes. Mais c'est l'occasion pour leur hiérarchie d'essayer d'écarter encore plus les deux agents, et de les séparer. Mulder est alors approché par le Dr Kurtzweil, qui se prétend "vieil ami de son père", et qui sème le doute dans l'esprit du jeune agent fédéral quant au déroulement des évènements au sujet de cette bombe. Parallèlement des hommes du gouvernement escamotent le cadavre d'un enfant tombé dans une grotte du nord Texas dans laquelle semble se trouver des cadavres d'humains et d'extraterrestres...

Très vite le film se pose comme l'un des meilleurs segments de la série. Se positionnant comme un épisode de la conspiration, avec le sang extra-terrestre qui nécrose la peau de ceux qu'il infeste. Une mutation qui échappe à ceux qui sont derrière toute l'expérience, les hommes du Syndicat. L'ambiance est prenante, le rythme soutenu, les dialogues plutôt bien balancés, le tout avec une musique une nouvelle fois inspirée de Mark Snow.

 

Cet épisode "spécial" contient d'importantes révélations au sujet de tous les sujets "fil rouge" qui traversent la série. Il en constitue donc un segment essentiel, même si ce qui y est dit est disséminé dans les épisodes courants. Des étendues sèches du Texas aux plaines glacées de l'Antarctique, les deux agents spéciaux du FBI vont poursuivre la vérité, et la toucher du doigt.

 

 

Outre les personnages habituels de Mulder, Skinner et Scully, l'épisode permet de retrouver John Neville dans le rôle de l'Homme aux mains manucurées, autre représentant du Syndicat, martin landau (Cosmos 1999) dans celui du dr Kurtzweil, ou encore terry o' Quinn, inoubliable Locke de la série Lost, et qui apparaîtra également de façon récurrente dans Millennium.

 

Le film, réussi donc, est l'oeuvre de Rob Bowman, qui a également réalisé le fort divertissant le Règne du feu et le tout pourri Elektra. Il bénéficie du scénario de Chris Carter et Frank Spotnitz.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Séries TV

Nous vous proposons une rapide présentation des principaux personnages de The X-Files. Attention, spoilers inside...

 

Fox Mulder
Recruté par le Bureau après avoir étudié la psychologie à Oxford, l'Agent Spécial Fox Mulder montra
une inclination particulière vers l'excentricité dès ses débuts. Sa monographie réalisée très tôt sur les tueurs en série et les sciences occultes a permis d'arrêter un meurtrier célèbre. Il était suivi de près par le FBI quand il s'est tourné vers le paranormal. Convaincu par une expérience de régression hypnotique que sa sœur Samantha fut enlevée par une puissance inconnue quand ils étaient enfants, il devint obsédé par la découverte de la vérité cachée dans les Dossiers non classés, où atterrissent tous les cas extraordinaires, inexpliqués ou surnaturels. Le choix de Mulder de travailler sur les Dossiers non-classés n'était peut-être pas tout à fait sa volonté. L'Homme à la Cigarette, homme de paille du Syndicat, a suggéré de placer l'agent là où il pourrait être contrôlé. Ils n'ont jamais tué Mulder car il est très utile pour propager les mensonges qu'ils souhaitaient répandre.

 

Du fait de son métier et de sa passion pour la vérité, Mulder vit seul, connaît quelques aventures sans lendemain qui rendent Scully jalouse. Tout ce qu’on sait de sa vie privée, c’est qu’il lit régulièrement Playboy et grignote des graines de tournesol. Son humour est assez pince-sans-rire, et il veut croire, envers et contre tout parfois.

Le style de vie spartiate et besogneux de Mulder l'a éloigné de ses parents. Il découvrit finalement le secret à propos de sa sœur. Après la résolution de ce problème, Mulder lui-même devint un Dossier non-classé lorsqu'il fut enlevé par un vaisseau spatial. Sa quête de la vérité l'a amené au plus grand des sacrifices : son départ du FBI et sa séparation d'avec Scully et leur enfant.

L’interprète de Fox Mulder, David Duchovny (prononcer Doukovni), était déjà un chevronné des plateaux de télé et de cinéma lorsque la série a débuté. Il collectionne les rôles de troisième zone tels Kalifornia ou Beethoven. Et fut un étonnant transsexuel du FBI (déjà) dans la série-culte Twin Peaks de David Lynch. Son humour et son charme explosent dans X-Files, avec peut-être une nouvelle facette de son talent ; Duchovny a en effet co-signé le scénario original de plusieurs épisodes, et s’intéresse de près à la réalisation. pendant la longue pause sur la série, il enchaîne les succès de la comédie (Zoolander, Evolution, où il est aux prises avec... des extra-terrestres !) au thriller (Full frontal, de Soderbergh). Un temps pressenti pour incarner Hulk dans le second épisode au cinéma, il rencontre à nouveau le succès avec la série Californication, centrée sur le sexe, puis sur Aquarius, où il incarne un flic sur les traces de Charles Manson...

 

 

Dana Scully

L'Agent Spécial Dana Katherine Scully n'est pas seulement un docteur en médecine spécialisée en médico-légal, mais aussi une personne qui s'accroche à la raison ; elle pense qu'il y a une explication scientifique derrière chaque Dossier non-classé. Ses croyances ont été mises à rude épreuve, et elle a vu des choses (en travaillant sur ces dossiers) que ni la Science ni la logique ne pourraient justifier. Elle a même commencé à croire en l'existence des extra-terrestres. Contre le désir de ses parents, Scully, en sortant de l'Ecole de Médecine, intégra Quantico, où elle étudia durant 2 ans dans l'Académie du FBI. En sortant elle fut assignée à travailler aux côtés de Mulder sur les Dossiers non-classés, avec pour objectif de discréditer ses théories abracadabrantes et audacieuses.

 

C'est une fervente catholique, ce qui rend la psychologie de Scully encore plus intéressante. Au fil des années, elle a donné plus que sa propre vie pour ces Dossiers. Scully fut enlevée et sera retrouvée dans le coma dans un hôpital ; pendant son inconscience au seuil de la mort, elle rencontre son père disparu depuis peu. Cet épisode (Coma) est l’un de mes préférés, de par sa poésie, sa sensibilité. Il a d'ailleurs été réalisé par Gillian Anderson, l'interpète de Scullyn, elle-même. après un retour mystérieux, fut rendue fertile (alors qu'elle était stérile) par des expériences que l'on a supposé avoir été pratiquées sur elle. Elle découvrit alors qu'un implant informatique a été fait à la base de son cou. Son extraction provoqua la déclaration d'un cancer. La maladie connut une rémission avec l'implant d'une autre puce informatique. Elle réussit à trouver son partenaire, qui avait été enlevé, et trouva même le moyen de le ramener à la vie après qu'il ait été lui aussi soumis à des expériences extra-terrestres. La médecine, cependant, ne s'explique toujours pas comment Scully tomba enceinte après des années de stérilité. Bien qu'elle et Mulder craignaient le pire, leur fils William est né humain et en bonne santé. Comme ils commençaient à se faire à l'idée que le bébé fût le fruit d'une fécondation naturelle, des preuves mystérieuses prouveraient que William est encore plus qu'un miracle qu'ils ne l'imaginaient. Dans la saison 10 Scully est à nouveau touchée de près dans sa chair, ce qui constitue le véritable fil rouge de cette saison.

Scully, elle, n’a pas été traumatisée pendant son enfance, mais pendant sa collaboration avec Mulder. Elle est enlevée par des êtres au grand crâne et aux yeux sombres qui la soumettent –apparemment- à un examen médical. Totalement dévouée à son travail au FBI, Dana n’a pas de vie privée. On ne lui connaît pas de vice ; à peine la voit-on fumer dans un épisode de la troisième saison. Médecin de formation, c’est souvent à elle que revient la tâche ingrate de l’autopsie-dissection, ce qui donne parfois des scènes assez gore. Il est à noter qu’au début de la série Scully cherchait systématiquement une explication rationnelle à tout ce à quoi elle était confrontée ; au contact de Mulder elle a appris à croire (ou du moins envisager) presque tout. Comme Mulder, elle a souffert. Son père, tout comme sa sœur, sont assassinés, cette dernière prenant en plein cœur une balle qui lui était destinée.

 

La Fox, firme productrice du phénomène, voulait une grande blonde de 26 ans toute en jambes pour le rôle de Scully ; c’est finalement Gillian Anderson, une rousse de moins d’1 mètre 70, qui remporte le jackpot (comme elle n’avait que 22 ans, elle a dû tricher de 5 ans pour participer au casting), enthousiasmant Chris Carter lui-même. Actrice de théâtre, elle n’avait jusqu’alors fait que des apparitions mineures dans des sitcoms. D’entrée, elle montre un jeu d’excellente facture, pour devenir phénoménale lors de la 3ème saison. Gillian Anderson a scénarisé et réalisé un très bon épisode de la série : "Existences" (S7E17). Elle tourna dans des productions diverses, avec en point d'orgue un second rôle très convaincant dans Le Dernier roi d'Ecosse aux côtés de Forest Whitaker et James Mc Avoy. Mais sa carrière est surtout à la télévision, dans la saison 1 de Hannibal, et dans The Fall, dont elle est l'héroïne.

 

Walter S. Skinner
Ex-Marine avec un sens aigu du devoir, le Directeur adjoint de Bureau Walter Skinner se montre parfois peu patient avec les méthodes d'investigation peu orthodoxes de Mulder. Plus d'une fois il a prévenu les deux agents que leurs enquêtes s'aventuraient dans des contrées dangereuses. Il a également été forcé de fermer leur Service, mais l'a réouvert par la suite de sa propre autorité.
Skinner semble être pris entre deux feux : les Agents Mulder et Scully d'un côté, et l'Homme à la Cigarette de l'autre. De fréquentes visites de ce dernier placent Skinner comme un autre laquais du Syndicat, mais ses efforts en faveur de Mulder et Scully "à travers des réseaux non-officiels" démontre son intérêt pour les agents et leur travail. Cependant, Krycek a prouvé que le Directeur adjoint ne peut jamais être exclu des jeux de pouvoir. L'ex-Agent Krycek possède la console qui peut augmenter la densité de nanomachines dans le système sanguin de Skinner, le tenant à sa merci. Bien qu'il n'ait jamais été convaincu par les théories extra-terrestres de Mulder, Skinner est étonné de voir une lumière brillante et fut témoin de la disparition de ce dernier dans Requiem (7x22). Il fut rempli d'émotions contradictoires, comme il le dit plus tard à Scully en lui contant les événements. "On me demandera ce que j'ai vu", dit-il. "Et je ne peux nier ce que j'ai vu. Je ne le ferai pas."

Le directeur-adjoint Skinner prend de l’importance au fil des épisodes, en même temps que son personnage s’affine. Son rôle est un peu ambigu au début, car il entrave les enquêtes de Mulder. Mais comprenant que celui-ci œuvre pour faire éclater la vérité, il décide de s’humaniser, allant jusqu’à intervenir physiquement face au Smoking Man et Mr X. Sa vie s’en trouvera menacée, sa carrière presque ruinée, mais le respect que lui marquent les deux agents finira par le préserver. On sait qu’il est tenté de croire les histoires rocambolesques que lui rapportent Mulder. Lors de la guerre du Vietnam, Skinner a vécu une expérience de voyage astral, expérience qu’il avouera à Mulder ; de plus, des éléments laissent à penser que Skinner occupait peut-être la fonction de Mulder quelques années auparavant.

 

 

Mitch Pileggi (Skinner) n’avait comme titre de gloire qu’un rôle intéressant dans la bonne série B d’épouvante Shocker. L’acteur, doté dans la vie d’un humour salace, se montre parfait dans la peau du directeur-adjoint du FBI, souvent impavide mais capable de sortir de ses gonds ou de douter lorsque sa moralité ou ses certitudes s’écroulent. Mitch Pileggi, «à fond» dans la série, a demandé à avoir une présence accrue dans celle-ci. Pendant la pause d'une dizaine d'années dans la série, il a fait son bonhommed e chemin dans des séries comme Sons of Anarchy et Grey's Anatomy.

 

 

Le très controversé Mr X (Steven Williams) est l'informateur de Mulder. On ne sait s'il est ce fameux représentant au Congrès ous 'il n'est qu'un intermédiaire, mais il distille de nombreuses informations à l'agent du FBI. L'acteur a tenu un rôle différent dans l’excellente série 21, Jump Street et n’est donc pas un inconnu pour le grand public des séries policières américaines.

 

 

John Doggett
L'Agent John Doggett intégra le FBI en provenance du Département de Police de la Ville de New York, où il travaillait comme détective à la Division des Fugitifs. Approchant toutes ses enquêtes avec scepticisme, il croit que tout peut être expliqué avec les techniques policières standard. Ce n'est donc pas une surprise qu'après seulement 5 ans au Bureau, il soit affecté par le Directeur Kersh à la direction du groupe spécial lancé à la recherche de Mulder. Bien que son enquête s'enlisât, Doggett mit un point d'honneur à résoudre l'affaire. Une maîtrise et un doctorat d'Administration Publique de l'Université de Syracuse prouvent la volonté de Doggett de se conformer aux dogmes du Gouvernement. Il est l'exemple parfait du succès rapide et de l'efficacité. Avant de travailler dans la Police, Doggett eut le grade de sergent dans l'Unité amphibie du Corps des Marines des Etats-Unis et joua un rôle dans la Force Multinationale de Maintien de la Paix pour le Développement du Liban. Après 6 ans dans l'Armée, il fut mis à la retraite avec des recommandations après avoir été blessé sur le Front.

 

Robert Patrick a une longue carrière au cinéma, mais c'est son rôle de robot tueur dans Terminator 2 qui lui permet de paser à la postérité.

 

Monica Reyes
Bien que née à Austin, Monica Reyes fut adoptée par un couple de Mexicains et grandit à Mexico. Elle n'a jamais identifié ses parents biologiques. Elle sortit en experte en folklore et mythologie de l'Université Brown, obtenant son bac et sa maîtrise en 4 ans. Après avoir envisagé une carrière académique, elle entra à Quantico en 1990. La première mission de l'Agent Reyes fut d'intégrer un groupe spécial qui enquêtait sur des suspicions de rituels sataniques. Aucune des charges n'était justifiée, et Reyes publia un rapport en 1992. Reyes servit alors à l'antenne du Bureau dans l'Etat de New York, où parmi ses dossiers figurait le kidnapping de Luke Doggett, 8 ans, fils de l'Officier de Police John Doggett. Le garçon fut finalement trouvé mort, mais aucun suspect n'a été appréhendé. En 1999, elle fut transférée au Bureau de la Nouvelle Orléans. Elle y resta jusqu'à ce que l'Agent du FBI -ex-flic- Doggett la convainque d'accepter un poste au Département des Dossiers non-classés à Washington, DC.

 

L'actrice Annabeth Gish est peut-être la moins connue de la bande, avec beaucoup de seconds rôles et une présence régulière dans des séries comme Brotherhood et Flash Forward.


 

Smoking/Cigarette/Cancer Man

Au fil des épisodes Mulder découvre que son père, savant fonctionnaire, a été profondément impliqué dans des affaires troubles avec Smoking Man, qui est le membre le plus "visible du "Syndicat", ce groupe d'hommes d'influence qui tire les ficelles dans l'ombre...Peut-être même ce dernier a-t-il été un proche de la famille Mulder ?

 

L'acteur canadien William B. Davis a fait une longue carrière dans les séries fantastiques américaines : Supercopter, Andromeda, Smallville, Supernatural, Continuum. Non-fumeur, la production a dû lui confectionner des cigarettes sans tabac pour les soins de la série. Il est par ailleurs porte-parole de l'association anti-tabac canadienne.

 

Plus tard apparaîtra le Directeur Alvin Kersh (James Pickens Jr), encore moins paternaliste que Skinner. Autour de ce petit monde gravitent une galaxie de personnages au passé et aux motivations troubles, tels les agents Krycek (complice du Cancer Man, assassin du père de Mulder, puis complice de celui-ci), Spender (fils du Cancer Man) et Follmer, Directeur adjoint comme il se doit très ambigü et ancien amant de Reyes. La famille des deux agents Mulder et Scully joue aussi un rôle non négligeable. Nombre de ces personnages perdront la vie au fil des saisons, et les ambigüités de certaines de ces disparitions ont permis aux scénaristes de multiplier quiproquos, fausses pistes et renversements de situation parfois vertigineux.

 

Kami et Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Séries TV

 

Parlons un peu de cette série-phénomène, X-Files, qui vient de connaître une saison 10 tardive...

 

La série est apparue de manière confidentielle dans la mire française au cours de l’année 1993. Soumise aux caprices d’une programmation aléatoire, elle ne trouve son rythme de croisière qu’au bout d’une année, au point d’être devenue à l’époque l’une des principales locomotives d’audience pour M6. Sans prétention aucune, je pense faire partie des rares pelés qui ont vu la première diffusion du pilote, titré Nous ne sommes pas seuls (quel programme !). Immédiatement accroché, je me mis à pourchasser les épisodes diffusés au petit bonheur la chance (le mardi à minuit, le jeudi en 3ème partie de soirée, le dimanche…). En peu de temps, la X-Files(titre original de la série)-mania a envahi l’Hexagone : cassettes vidéo, cartes à collectionner, casquettes, tee-shirts, romans, novellisations d’épisodes… et une diffusion massive et plus régulière le samedi soir pour accrocher le public. Le pic d'audience était environ à 5 millions de téléespectateurs. Entre parenthèses, cette diffusion massive a obligé M6 à rediffuser l’intégralité de l’antériorité, sous peine de perdre des spectateurs dans l’intervalle.

Pourquoi ce succès comparable aux phénomènes Star Trek et Star Wars ? D’abord pour une raison très simple : la série est arrivée en pleine morosité télévisuelle. Il y avait, au début des années 90, peu de créations novatrices et les vieux standards commençaient à s’essouffler. Il est certain que lorsque X-Files est arrivé Avec Urgences, Friends, Code quantum, Oz, Sliders... On a vu des séries très originales avec un univers singulier et des scénarios divers et variés, ce qui nous changeait des rediffusions à profusion et des séries à scénarios plats.

Il faut savoir que les X-files ont une écriture qui est très souvent basée sur les mythes et les légendes du monde entier (ce qui permet au téléspectateur de voyager et d'accroître sa connaissances sur les us et les coutumes de notre planète) ; de plus cette série s'est souvent faite remarquer par sa réflexion profonde sur des sujets d'actualité, à l'époque, comme la maladie de la vache folle ou la malbouffe, les cultures transgéniques... La presse de l'époque avait suivi ces questionnements qui étaient, alors, des véritables phénomènes de société. Aucune autre série ne s'était autant impliquée sur ce sujet. C'était du jamais vu.

 

X-Files a par ailleurs relancé une mode plus ou moins abandonnée depuis les années 50 : le goût pour le paranormal et l’inexpliqué. La vague des extraterrestres revenait alors en force : témoins les bulldozers Independance Day et Mars Attacks ! De plus la série a cristallisé un sentiment profondément ancré dans l’esprit des Occidentaux, surtout des Américains : celui d’une manipulation sociale et intellectuelle par les autorités de la vie du citoyen lambda. On nous cache tout, on nous dit rien ! La série cultive et encourage donc une certaine paranoïa vis-à-vis de Big Brother.

Un homme est à l’origine du phénomène : Chris Carter (photo ci-dessus), dont le nom est aujourd’hui indissociablement lié à sa série. grand fan de la série Kolchak: the Night Stalker, il a voulu réactualiser le genre de l'enquête paranormale. Producteur, créateur, réalisateur, scénariste (parfois tout ça à la fois), il a pratiquement tout fait sauf jouer et maquiller. Auparavant connu comme rédacteur d’un magazine sur le surf et scénariste de séries médiocres telles Un Flic dans la Mafia, rien dans sa carrière n’annonçait son triomphe. Carter a à présent du mal à gérer son temps entre ses activités sur X Files et Millenium (une autre série créée depuis) et la promotion que son bébé génère. La série eut un tel succès que deux longs-métrages ont été produits, pour des résultats divers (lire ici et )… C’est bien joli tout ça mais de quoi ça parle ?

 

Au sein du FBI est créé un service des affaires non-classées, en fait les enquêtes qui ont abouti à l’inexpliqué. La responsabilité en est confiée au jeune agent Fox Mulder, que ses camarades à l’école du FBI surnommaient Spooky ("martien" en VF, traduction impropre, puisque "Spooky" est un équivalent plus fort qu'"effrayant"), du fait de son goût pour les petits hommes verts. Mais son dynamisme et son flair inquiètent les hautes sphères du gouvernement, c’est pourquoi on lui adjoint la rousse Dana Scully, diplômée de médecine et connue pour son cartésianisme forcené. Sa fonction officieuse est de le surveiller et de fournir régulièrement des rapports sur les agissements de Mulder. Tous deux deviennent rapidement des vrais amis, et plus si affinités, leurs sensibilités opposées se complétant souvent. Ils sont sous les ordres directs du directeur-adjoint Walter S. Skinner. Mulder bénéficie des informations fournies par Gorge Profonde (clin d’œil au Watergate), puis de Mr X, des hauts fonctionnaires qui le manipulent en même temps qu’ils l’aident. Protégé par un membre du Congrès, Mulder entretient d’étroites relations avec 3 fondus de paranormal, qui se surnomment eux-mêmes les Lone Gunmen (Les Tireurs solitaires), titre de la revue qu’ils éditent. L’ennemi, pour Mulder, c’est le Smoking Man (Homme à la Cigarette), un autre haut fonctionnaire, qui en vient même à tenter d’éliminer physiquement Mulder, dont la famille semble cacher des secrets. Pour une version XL de la présentation des personnages, merci d'aller faire un tour par là).

A de nombreuses reprises les deux agents paieront de leur personne ou de celle de leurs proches leurs incursions dans la chasse gardée du Gouvernement ou de l’armée. L’agent Scully sera même enlevée (par des extraterrestres ?). Elle découvrira plus tard que chaque Américain a fait l’objet d’un dossier médical secret. Les deux agents découvrent par bribes la vérité mais les preuves disparaissent ou sont insuffisantes pour que Skinner puisse vraiment intervenir, tiraillé entre son admiration pour Mulder et ses consignes hiérarchiques.

 

Côté artistique, Chris Carter a réuni autour de lui une équipe de choc avec des concepts et des idées autant novateurs que géniaux pour l'époque. Les maquillages (saisissants) sont signés Tony Lindala, qui a roulé sa bosse sur la moitié des meilleurs films d’horreur ou de science-fiction des années 1980 et 1990. La série est d'abord tournée dans la région de Vancouver, en Colombie britannique, où la lumière particulière donne cet aspect brillant et luminescent à beaucoup de scènes. A partir de la cinquième saison la production déménage à Los Angeles. La réalisation est assurée par 6 ou 7 metteurs en scènes qui se relaient, parfois remplacés par le producteur R W Goodwin ou par Chris Carter lui-même. Deux équipes régulières de scénaristes travaillent en permanence, épaulés par d’autres employés de la Fox. L’action est soutenue, amplifiée, magnifiée par la musique de Mark Snow ; son générique (dont la composition est due au hasard) est devenu un tube mondial. Je connais un lycée dans la banlieue de Bordeaux où l’indicatif à échos de X-Files a remplacé la sonnerie d’appel. En moyenne, un épisode de série TV comporte entre 10 et 15 minutes de musique pour une durée totale de 52. Sur X-Files, chaque épisode en utilise entre 30 et 35.

 

http://www.atomik.free.fr/xfiles/xfiles/images/xfiles14.jpg

 

Le succès et la qualité ont attiré bien des convoitises et des fans de poids : Spielberg aurait demandé à Carter s'il pouvait réaliser un épisode de la série, et Stephen King a manifesté le désir d’écrire un scénario (Episode 10, saison 5). Chris Carter avait menacé de quitter la série à la fin de la 5ème saison, estimant que tout ce qui se fera au-delà relèvera plus du commercial que de l’artistique. Mais il était resté jusqu'à la fin, relançant même une saison 10 (ultime) au bout de 13 ans d'absence, en 2016.

 

Chris Carter a voulu creuser le sillon de X-Files en créant deux séries "soeurs". Tout d'abord Millenium : Ancien agent du FBI, Frank Black (Lance Henriksen) se met à l'écart le jour où il se rend compte qu'il peut lire dans les pensées des criminels ! Approché par le mystérieux groupe Millennium, il décide d'utiliser son don pour résoudre des crimes souvent sordides... La série ne conaîtra que 3 saisons, entre 1996 et 1999, et aura notablement moins de succès que sa grande soeur.

Puis la série centrée sur les Lone Gunmen, appelée Au coeur du complot, qui n'a survécu que le temps de 13 épisodes, en 2001. Ce qui fait le sel des Lone Gunmen, c'est justement leur interaction avec Mulder et Scully, et leurs apparitions presque furtives...

 

Dix saisons. Voilà une belle durée pour une série fantastique américaine. Dans un créneau différent, seul Star Trek (et ses spin-offs multiples) a fait mieux en terme de longévité. Pendant ces 9 années, la série a acquis une réputation certaine, et a inspiré nombre d’autres séries, films, romans, BD... En terme de marketing, elle a généré une masse de goodies et de publicité sans précédent, comparable seulement à Star Trek, justement, et à Star Wars. Certains des acteurs sont devenus des stars, même s’ils ont du mal à se débarrasser de leur costume télévisuel. Sur le plan formel, il est important de noter qu’il y a eu une X-Files touch, caractérisée par une ambiance oppressante, une lumière très particulière, souvent tamisée (surtout durant les 4 premières saisons, où la production se tenait à Vancouver, au Canada) ; mais aussi par une musique très particulière due à Mark Snow, faites d’échos, de chocs, de mélodies lancinantes, en adéquation parfaite avec l’ambiance. Dès le premier épisode, les effets spéciaux (souvent numériques) se sont montrés largement à la hauteur des ambitions du créateur Chris Carter ; il en va de même des maquillages : on a vu dans cette série les plus “beaux” monstres de l’histoire du fantastique télévisuel. Sur le plan de l’intrigue, il est difficile d’être aussi clair, tant les scénaristes se sont ingéniés à balader les télespectateurs au cours de ces 9 premières saisons (pour tout vous dire, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris). La dixième a été annoncée comme conclusive, mais sa fin ouverte peut laisser penser le contraire. Pour une analyse du double épisode concluant la saison 9 et les 6 épisodes de la saison 10, je vous invite à aller faire un tour par là.

Mais si vous avez la flemme, en voici un petit résumé : 13 ans après, Mulder et Scully se retrouvent pour rouvrir le département des affaires non classées. En parallèle d'enquêtes "classiques", leur vie personnelle va encore être bouleversée. Une dixième saison qui ne se justifie pas vraiment tant elle semble assez pauvre scénaristiquement. Cependant, du fait des bonnes audiences pour ce retour, le réseau Fox demande de nouveaux épisodes. Carter ne ferme pas la porte, mais conditionnerait la production de nouveaux épisodes à la disponibilité de ses deux acteurs fétiches, lesquels sont très pris par leurs autres engagements, familiaux notamment. A noter qu'avec cette relance de la franchise, on nous annonce des romans racontant l'adolescence de Mulder et Scully, à paraître (en VO) en 2017.

 

Spooky et Kami.

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog