Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD


Un vaisseau spatial, parti de la Terre, parcourt la galaxie à la recherche d'espèces extraterrestres inconnues. Sa mission : prélever un individu sur chaque nouveau monde, pour l'étudier et le classifier. Mais un jour, les cobayes doivent se rendre à l'évidence : tous les hommes ont disparu ! Commence alors, pour ces créatures arrachées à leur monde natal, une folle épopée à travers le cosmos...

Un one shot forcément sympathique.
"Forcément" parce que l'inventivité des "gueules" des protagonistes me semble déjà valoir le coup d'oeil. Bien sûr, comme l'opus est destiné à un public relativement jeune, il n'y a pas de faciès ou de morphologie véritablement effrayants (et en plus, les méchants sont les plus "mignons). En plus de ça, l'histoire, bien qu'un peu longue, est quand même bien sympa à suivre, grâce entre autres au découpage en chapitres, qui permet de sauter d'une sous-intrigue à l'autre.

L'intrigue est assez linéaire, c'est une sorte de huis clos spatial avec plein de personnages très différents. Détail amusant, on parle presque en permanence des hommes, mais on ne les voit jamais, ça m'a plu, ce trait narratif. Pour le reste, j'ai passé un très bon moment de lecture.

Les personnages sont donc "jolis", le dessin d'Olivier Texier plaira sans doute à beaucoup de lecteurs. En ce qui me concerne, j'ai apprécié, sans trouver que "Croisière Cosmos" soit vraiment inoubliable. Mais je lirai avec plaisir d'autres albums du même auteur.

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD


Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X.
Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal.
Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.

 

Voilà une nouvelle série très ambitieuse, qui, si elle confirme les espoirs placés en elle, pourrait bien devenir un classique.

L’ambition des deux co-scénaristes, par ailleurs chefs de file de la SF française, est d’écrire une mythologie super-héroïque européenne. Le point de départ, si l’on peut dire, est l’absence de super-héros dans cette zone après le second conflit mondial. D’où le sous-titre de la série « la fin des super-héros européens ». Vaste entreprise, où d’autres se sont cassés les dents, mais dont d’autres auteurs ont pu aussi se sortir dans des sphères différentes. Je pense à des séries telles que Watchmen et La Ligue des gentlemen extraordinaires, avec lesquelles la comparaison est inévitable.

Dans le prologue nous sommes à Metropolis, une cité secrète nichée dans les Alpes autrichiennes, où le Dr Mabuse a convoqué l’ensemble des super-héros européens pour leur exposer un plan de guerre. S’y trouvent des « méchants », comme Gog et la Phalange, mais aussi des « gentils », tels que Gibberne, l’Accélérateur, ou encore Irène Joliot-Curie, fille de la physicienne Marie Curie, cachée dans une super armure soviétique. De cette réunion va naître un conflit qui transformera à jamais l’Europe.

Pour enrichir leur récit, les scénaristes ont convoqué à peu près toutes les ressources de la littérature fantastique de l’entre-deux guerres. Les Surréalistes, le Golem (certes plus ancien), le Passe-Murailles, Harry Dickson, et même Superman, présent sous une autre identité, transparente (« Steele »)… Les auteurs font même un petit clin d’œil à Lovecraft ; quant à moi j’ai vu également une référence au film <a>Cube</i>. Manquant personnellement de repères, je pense qu’il y a d’autres influences et références, que je n’ai pas vues. Mais peu importe, puisque l’ensemble se tient sans trop d’incohérences, et que ce tome 1 ébauche un récit qui sera sans doute riche. Il comporte un prologue et le premier récit de la série (qui comptera au final 6 tomes), où il ne se passe pas grand-chose mais où un amateur de fantastique comme moi peut trouver du grain à moudre, et des pistes de recherche pour enrichir sa connaissance du genre.

La série comptera au final 6 tomes, mais il n’y aura pas à attendre des années pour connaître l’épilogue de celle-ci, les deux suivant sortant en septembre et octobre, et les trois derniers au printemps 2010, en principe.

Le dessinateur chargé de ce travail de stakhanoviste est Gess, auteur de Teddy Bear et Carmen Mc Callum. Il a fait beaucoup de recherches pour coller à l’ambiance de cette série, proche du bauhaus et de l’expressionnisme allemand. Ces recherches sont notamment visibles dans les décors, els costumes, les architectures, ce qui rend le récit plus réaliste.

 

On pourrait croire cette bande dessinée réalisée par une équipe américaine, tant elle ressemble à d’autres productions outre-Atlantique : format, sujet (super-héros, bien sûr), découpage bien sûr (Gess fait ici un travail qui est à rapprocher de celui de Stan et Vince, par exemple). En feuilletant l’album on risque de trouver son travail un peu bâclé, mais à la lecture cette sensation disparaît pour une impression générale d’efficacité, et surtout une recherche d’authenticité et de fidélité aux différentes figures emblématiques qui parsèment le récit. A noter également le très bon travail éditorial des graphistes de l’Atalante, avec une maquette soignée et des « bonus » dans le ton et la mode des années 1930.

En résumé, une uchronie riche qui intéressera les amateurs du genre, et qui présente l’avantage d’être rapidement bouclée. A suivre donc.


 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD

Hanne a eu un très grave accident. Mais était-ce une raison pour faire de cette jeune femme un cobaye d’une thérapie cellulaire non-homologuée ? Une thérapie qui va provoquer un étrange résultat.

La main de Hanne peut traverser le verre…
Alors que les scientifiques mesurent l’importance de leur découverte et le profit à en tirer, Hanne s’évade. Traquée, elle trouvera refuge dans le camping-car de trois jeunes français en voyage aux USA. Cette rencontre va transformer leurs vacances aux USA en chasse à l’homme. Les trois amis pensaient observer la nature sauvage dans l’Adirondack Park, pas devenir gibier.

Vous avez dit American trip ?
Bad trip.

 


 

Sympa le travail de Christophe Pernoud.
Après La Métaphore du Papillon et Kim, voici un nouveau thriller scientifique assez sympathique. Cette fois-ci c'est l'histoire d'une jeune femme qui a fait l'objet d'étranges expériences qu'il nous invite à suivre, à travers une cavale diabolique où se télescopent pêle-mêle militaires bornés, scientifiques un rien naïfs, tueurs froids et campeurs français amateurs de pétards en pleine nature... Un mix relativement classique, mais qui a le mérite d'assez bien fonctionner. Pernoud nous conte un récit avec plusieurs trames parallèles et imbriquées, et s'en sort plutôt bien. Le côté scientifique de l'histoire est bien géré, il pourrait même inciter le lecteur à vouloir en savoir plus, même si je trouve que cela manque un peu d'explications. Les personnages font un peu cliché, mais ils ne sont pas plus mal gérés que dans de nombreux thrillers américains de bonne facture. Ca se lit très bien, c'est vraiment agréable, d'autant plus que le dessin du débutant Brice Mallié, alias Eillam, est clair et bien coloré dans un style réaliste. Par contre il y a encore un manque de maturité, quand on voit des troncs un peu courts ou des encrages approximatifs.

En résumé, un thriller pas révolutionnaire mais solide, bien mené et agréable à lire et à regarder. Autre avantage ? Celui de suivre dans un même album un peu plus petit, un premier cycle complet, et à prix attractif (17,90€). Pourquoi s'en priver ?

 

Spooky.



 

BD American Trip

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD

Carol Ann a 15 ans, l'âge du doute et de la déraison. Coincée entre une mère dépressive et des cauchemars récurrents qui la mènent toutes les semaines chez le psy, elle n'accepte pas le contact des autres. Le contact des garçons que les filles de son âge cherchent avec envie.

Serait-ce l'absence de ce père diabolisé qu'elle n'a jamais connu qui la rend si infréquentable ? La mort de sa mère va la mettre au pied du mur. Son père entre brutalement dans sa vie. Mais la rencontre avec cet homme étrange, antiquaire à Londres, n'arrange rien. Et c'est au fond de son magasin que Carol Ann trouvera les réponses à ces mystères.

 

Cette nouvelle série n'est pas inintéressante. Fortement influencée par la mythologie nordique, elle présente un univers parallèle assez attrayant. Roi déchu, Hemdal (dont le presque homonyme Heimdal garde le Bifrost, le pont reliant Asgard, domaine des dieux, et Mitgard, terre des Hommes) est contraint de revenir dans son ancien royaume pour sauver sa fille, semi-humaine et affronter ses fils. parmi lesquels Loh-kee, forcément inspiré par Loki, fils de Zeus, figure mythologique du félon, du traître. Le personnage ici développé correspond bien à l'archétype, bien que le scénariste lui ait donné des caractéristiques alternatives.
Ici celui qui joue le rôle de passeur entre les mondes est Passeur, une femme énigmatique dont la génèse est racontée dans la seconde partie. Je pense qu'on pourrait pousser plus loin l'analyse de texte en regard de cette mythologie nordique, mais n'étant pas un spécialiste, je m'en abstiendrai (et puis ça serait peut-être très chiant).
Le récit est assez difficile à suivre. D'une part du fait de complexité, d'autre part à cause d'une certaine confusion dans la narration. J'avoue avoir été quelque peu noyé vers la fin du second tome.
Jean-Philippe Baradat est un autodidacte du dessin. Il a affiné son style pendant des années et sa première BD montre une quasi maturité graphique. Ses personnages sont assez justes, il y a une ambiance certaine dans ces deux tomes, une marque du dessinateur je pense. J'avais été agréablement surpris par ses premières planches, mais la suite a confirmé cette première impression.

En définitive "Hellheim" est une série très prometteuse, avec un univers à la fois original et marqué par la mythologie nordique, et qui bénéficie d'un graphisme envoûtant par moments. Espérons qu'une éventuelle suite sera moins confuse, confusion qui explique ma note finale de 3,5.

 

Spooky.

 

BD Hellheim

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films

C'est tout simplement l'évènement cinéma de l'été. Le sixième film adapté de la saga écrite par J. K. Rowling déboule sur nos écrans, alors que la partie finale, divisée en deux longs métrages, est en cours de tournage. Ce film est en outre le premier à sortir après la conclusion sur papier de ladite saga. Le challenge est donc grand pour l'équipe du film, puisque l'immense majorité de ceux qui iront voir le film savent le fin mot de l'histoire. Il ne peut donc pas y avoir trop de surprises dans le déroulement, auquel cas l'adaptateur steve Kloves et le réalisateur David Yates seraient lynchés sur la place publique. Le défi est donc de produire un spectacle de qualité, qui soit à la mesure de l'attente des fans.


Harry et ses amis s'apprêtent à vivre leur avant-dernière année scolaire à Poudlard. L'étau démoniaque de Voldemort se resserre sur l'univers des Moldus et le monde de la sorcellerie. Poudlard a cessé d'être un havre de paix, le danger rode au coeur du château... Mais Dumbledore est plus décidé que jamais à préparer Harry à son combat final, désormais imminent. Ensemble, le vieux maître et le jeune sorcier vont tenter de percer à jour les défenses de Voldemort. Pour les aider dans cette délicate entreprise, Dumbledore va relancer et manipuler son ancien collègue, le Professeur Horace Slughorn, qu'il croit en possession d'informations vitales sur le jeune Voldemort. Mais un autre "mal" hante cette année les étudiants : le démon de l'adolescence ! Harry est de plus en plus attiré par Ginny, qui ne laisse pas indifférent son rival, Dean Thomas ; Lavande Brown a jeté son dévolu sur Ron, mais oublié le pouvoir "magique" des chocolats de Romilda Vane ; Hermione, rongée par la jalousie, a décidé de cacher ses sentiments, vaille que vaille. L'amour est dans tous les coeurs - sauf un. Car un étudiant reste étrangement sourd à son appel. Dans l'ombre, il poursuit avec acharnement un but aussi mystérieux qu'inquiétant... jusqu'à l'inévitable tragédie qui bouleversera à jamais Poudlard...

 

Vous le voyez, l’adolescence est au cœur du récit. Nos héros connaissent leurs premières amours, mais ils doivent également faire face à leurs démons. Ce n’était pas le meilleur des romans de la saga Harry Potter. Le plus noir était le précédent, L’Ordre du Phénix. Mais un évènement va bouleverser à tout jamais cet univers. Il ne se passe finalement pas grand-chose, mais le réalisateur va pourtant réussir à rendre ce film passionnant sur ses deux premiers tiers, un peu poussif sur le dernier tronçon. Passionnant grâce à un sens de la caméra assez bluffant sur certaines scènes, et pas forcément les plus spectaculaires. Curieusement, la séquence la moins réussie me semble celle où Harry et Dumbledore explorent une grotte à la recherche d’un horcruxe renfermant l’âme de Voldemort. Cette notion de horcruxe fait d’ailleurs partie des faillites du scénario (et de la saga originale) ; ce n’est pas bien explicité, c’est un peu expédié. Yates semble plus à l’aise dans des scènes de comédie, concernant en particulier les amours des adolescents. Ce film est d’ailleurs le premier où nos apprentis sorciers ne portent plus la robe typique de leur condition, ils sont plus souvent en tenue de ville qu’avec ces bures qui sont, reconnaissons-le, assez ridicules sur des jeunes gens de 16 ans. Le directeur de la photo a placé sur la plus grande partie du métrage un léger filtre pastel sur le film, plongeant celui-ci dans une ambiance beige du plus bel effet.

 

Au final le film est assez plaisant, voire très si vous vous laissez prendre par l’ambiance. Ce n’est pas le meilleur film de la saga, mais le récit original non plus.

 

Comme je le signalais, le segment Harry Potter et les Reliques de la mort est en cours de tournage, toujours sous la direction de David Yates (qui aura donc réalisé les 4 derniers films de la série), et devrait sortir –en deux parties- en cours d’année 2011. Il est temps, Rupert Grint doit en avoir marre de se taper des tenues ridicules et des grimaces enlaidissantes !

 

Spooky.

 

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD


Dans un futur lointain où les machines à vapeur cohabitent avec les dernières technologies permettant les voyages interplanétaires, la Terre est le théâtre d’une guerre civile faisant des millions de victimes. Vincent, le fiancé de Marie, fait malheureusement partie des soldats qui ne reviendront jamais. Pour oublier sa peine, notre jeune héroïne s'engage en tant que médecin sur l'une des arches spatiales parcourant la galaxie à la conquête de nouveaux mondes.

Tiens bizarre que ce one-shot soit passé inaperçu… Kara, auteur à la forte inspiration manga, comme en témoignent Gabrielle, Le Miroir des Alices et Le Bleu du Ciel, s’est attaché les services de Masa, auteur venu du Pays du Soleil levant pour nous livrer un récit en 48 pages à l’européenne, ce qui n’a pas dû être facile à gérer. Pourtant le résultat est là, et il est plus qu’honorable. Masa, même s’il n’a pas un trait original pour un auteur de shônen, a quand même une sacrée maîtrise du genre semi-réaliste. Comme souvent chez Kara, les personnages principaux sont des jeunes femmes (et même des enfants, dont un au sexe indéterminé) qui sans être surpoumonées, n’en sont pas moins jolies. Ajoutez à cela un petit vernis « mecha », avec un soupçon de faits scientifiques (mais ici plus discrets que dans ses autres séries) et vous aurez une idée de l’environnement que Kara affectionne.

Si je suis plutôt enthousiaste sur le dessin (et les couleurs, que les deux auteurs se sont partagées), qui a été réalisé de façon traditionnelle, sans l’aide de l’ordinateur, je suis un peu plus circonspect sur la mise en scène, sur la superposition des plans. Il y a un manque de « fondu » entre le premier plan et le fond de certaines images, ce qui est un peu étrange parfois… L’autre point un peu décevant c’est le scénario. Kara part d’une guerre civile (en… France ?) au 23ème siècle, mais en parle finalement très peu pour nous propulser quelques temps plus tard, lorsqu’une veuve éplorée s’embarque pour une mission d’exploration aux confins de l’espace. Atterrissage, rencontre avec… quelque(s) chose(s), et puis pouf, ça se termine. Je n’en dis pas plus sur le déroulement, car ce serait du méchant spoiler, mais je pense qu’il y aurait eu matière à faire une histoire plus longue, de montrer un peu plus longuement et individuellement les rapports des trois exploratrices avec cette étrange planète. Il y avait matière à faire 3 ou 4 albums à mon sens. Mais d’après les dires de Kara, ce fut assez contraignant des deux côtés de la planète, la réalisation d’albums supplémentaires aurait certainement traîné en longueur…
A noter des éléments discrets mais qui, si on y prend garde, éclairent un peu le propos de Kara : le nom que les jeunes femmes donnent à la créature qu'elles rencontrent sur la planète, ainsi que la texture du décor sur certaines cases.

En résumé, une lecture assez sympathique, qui offre une petite réflexion sur les rêves, les désirs, le fait de se replier sur le passé, bien ambiancé, mais malheureusement trop court, donc un peu frustrant.

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Livres

Le Lac aux vélies était initialement un spectacle musical original, véritable pop-opéra baroque pour orchestre, créé pour la Cité de la musique en 2007.
C'est la musique de ce spectacle, enregistrée spécialement pour cet album, qui accompagne le conte féérique écrit par Nosfell et illustré par Ludovic Debeurme.
Le Lac aux Vélies a été joué à Pleyel, le 29 juin 2009 par l'Orchestre National d Ile de France.

Nosfell raconte la naissance de Günel dans le gouffre lugubre d'un tronc d'arbre, ses jeunes années d 'enfant solitaire, et de quelle terrifiante manière, il chercha à percer les secrets de l'amour pour conquérir le coeur de la douce Milenaz, qu'il en vint, malgré lui, à tuer.
Günel, l'enfant de l'arbre et des larmes, n'aura été capable dans sa vie que d'un seul geste d amour...

Écrit en la langue inventée par Nosfell, le conte est traduit en français. C'est la première fois qu'une telle traduction est proposée. Pour clore le livre, à la façon d'encyclopédie, les grands mythes de Klokochazia, qui précèdent historiquement les événements du conte, sont relatés. Les planches anatomiques fantasques et les prononciations illustrées de la langue de Nosfell, complètent cette oeuvre débordante de trouvailles graphiques et de passerelles vers l'imaginaire.

Ce beau livre-objet est édité par Futuropolis, l'un des éditeurs de bande dessinée les plus attractifs sur le marché francophone actuel. Ils sortent des sentiers battus avec Le lac aux Vélies, que je me suis permis de lire et d'écouter. Le livre renferme donc principalement un conte, très bien écrit, mis en forme et illustré par ludovic debeurme, auteur "underground" de bande dessinée. personnellement je n'aime aps le style de Debeurme, Je le trouve inquiétant, obscène, trop sensuel pour être honnête. Cependant je lui reconnais un pouvoir d'envoûtement certin, et il est certainement le meilleur pour illustrer une création de Nosfell, cet auteur protéiforme, qui a créé son propre univers, avec son langage, sa cosmogonie, son écriture... Il fallait bien une édition exceptionnelle pour rendre hommage à ce démiurge ! Le coffret contient donc des morceaux qui racontent et accompagnent le conte. il faut se mettre le CD en fond sonore, et se laisser doucement emporter par les rythmes suaves du musicien-chanteur, se laisser emporter par les voix languissantes des choristes et chanteuses qui ponctuent ces mélodies de mélopées langoureuses dans la langue inventée par l'artiste... Une vraie réussite !

Spooky.


Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Livres


2084. Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Laquelle ? La nôtre. Souriez, vous êtes gérés ! Le citoyen ne s'opprime plus : il se fabrique. À la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu'on forme, tout simplement.

Au cœur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le Dehors est leur pays, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution - et même au-delà, jusqu'à construire cette vie de partage, rouge, que personne ne pourra plus leur délaver.

La Zone du Dehors a reçu le "Prix européen Utopiales 2007 des Pays de la Loire".

Avant de connaître la gloire avec La Horde du Contrevent, Alain Damasio avait déjà écrit un roman plutôt novateur en 2000. Celui-ci était né d'une révolte, d'une envie de tout casser. Et comme Damasio écrit extrêmement bien, il le fit par le biais de sa plume (cela lui prendra cinq ans tout de même pour réaliser ce récit). Son roman est un cri, anarchiste jusqu'au bout, qui nous mène sur les traces d'un petit groupe de révoltés dont l'action les amènera au bout. Au bout de quoi ? A vous de le découvrir. Sur le plan du propos, le livre est un véritable pamphlet, qui nous met face à une criante actualité, que Damasio lui-même relève lors de la réédition en 2007 de son premier roman.

La nouvelle version est accompagnée d'un DVD contenant un court métrage, des animations en 3D et d'autres "bonus" censés prolonger l'expérience de lecture. Je vais vous parler du contenu du DVD, mais j'ai un gros regret cependant face à cette nouvelle édition : que Damasio n'en ait pas profité pour relire sa première oeuvre d'envergure pour en gommer certains passages chaotiques, et qu'aucun relecteur ne se soit penché dessus non plus, car il comporte un certain nombre de fautes d'accord ou de grammaire qui passent moyennement bien dans un produit aussi marketé.

La Zone du Dehors, dans son déroulement et son sujet, n'est pas un roman si exceptionnel. Il s'agit d'un roman d’anticipation qui s’intéresse aux sociétés de contrôle sous le modèle démocratique, et ce genre d'histoire a déjà été racontée sous diverses formes depuis que la science-fiction existe. Après tout, le genre est le meilleur moyen de parler de notre société actuelle par des moyens détournés. Cela se vérifie encore une fois avec ce roman, qui s'attaque aux démocraties qui ne sont en fait que des modèles détournés d'esclavagisme, selon l'écrit de l'auteur, qui s'est tout de même inspiré (et ce sont des influences revendiquées) des pensées de Deleuze et Foucault. Seulement ces pensées sont présentées de façon un peu brouillée, trop touffue pour être véritablement assimilable. Bon, je vous avoue aussi que la philosophie politique a le don de me taper sur le système, et que peut-être je ne suis pas le plus réceptif à ce genre de revendications. Cependant l'auteur explore à fond le sujet de la lutte armée, de sa récupération politique et des utopies qui en découlent.

C'est un roman confus, mais qui à l'époque (en 1999 donc, chez Cylibris) permettait de découvrir un véritable écrivain, adepte des mots-vvalises, des néologismes révolutionnaires (cette appétence atteindra un niveau bien supérieur dans La Horde du Contrevent). D'autres idées ou concepts valent aussi le détour. La Zone du Dehors, c'est la zone irradiée, soumise aux rayonnements cosmiques (nous sommes sur un planétoïde, ou un satellite, proche de Saturne), par opposition à Cerclon, la cité circulaire où vivent les personnages du roman. Cette zone est peuplée par les Radieux, qui sont heureux de leur sort, de leur liberté. Cette zone du Dehors qui est une sorte d'endroit utopique pour les Voltés. Revenons à Cerclon, dont la société est régie par le Clastre, ce classement où chacun est placé suivant son nom, composé de 1 à 5 lettres. Le Président s'appelle A, le Premier ministre P (ou C s'il change) ; un haut fonctionnaire peut s'appler Fq, et ainsi de suite jusqu'à Qzaac, le citoyen le moins bien placé dans cette société.  Des idées intéressantes donc, mises en scène avec une narration multiple, Damasio se mettant dans la peau de Capt, de Kamio, de Slift, etc.  Là encore cette idée sera reprise et amplifiée dans La Horde du Contrevent.

C'est véritablement un manifeste littéraire de toute première force, lequel manifeste mènera entre autre à la création de la maison d'édition La Volte, du nom du groupement anarchiste dont font partie Capt et les autres. Laquelle maison d'édition a donc réédité le roman de Damasio avec ces bonus dont nous allons parler. En premier lieu, Dieu n'a pas d'yeux (remarquez le jeu de mots), un court-métrage expérimental où des acteurs en prises de vues réelles se baladent dans des décors en 3D créés après coup. Le court raconte la rencontre de 3 des personnages principaux du bouquin.

Vient ensuite un diaporama des décors créés pour ce court-métrage, ainsi que quelques animations en 3D reprenant certaines scènes du roman. Comme pour La Horde du contrevent, les editions La Volte ont développé l'univers de Damasio au travers d'un site internet (voir lien ci-après), qui comporte lui aussi des bonus : des extraits du livre, les textes de philosophie politique qui ont inspiré l'auteur, un argumentaire sur les enjeux du roman par le poète Vincent Wahl, des morceaux musicaux inspirés par le roman, des images extraites du court-métrage et bien d'autres ressources, dont certaines ne sont pas encore en ligne... Je vous invite à aller y faire un tour afin de vous imprégner de l'esprit qui baigne dans ce livre-univers.

En résumé, La Zone du Dehors n'est pas un chef d'oeuvre dans son sujet ou son déroulement, mais plutôt dans sa conception, sa réalisation qui connaît de nombreuses ramifications et reste d'une actualité tétanisante.

A lire !

A visiter : le site construit autour du roman.

Spooky

PS : Merci à PAco pour ses conseils de lecture et son inspiration.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #BD



2465.
Contrainte de trouver de nouveaux horizons pour assurer sa survie, l'humanité a envoyé une colonie dans le lointain Système de Ruivivar. Installés depuis près d'un demi-siècle sur la planète Acriboréa, les colons s'apprêtent à accueillir la Seconde Vague de ses douze millions de migrants. Une arrivée historique qui mobilise l'attention de tous y compris celle des natifs de Ruivivar.
Ce récit retrace les destins de Jasper Niemeyer et Nathan Polliger, deux hommes au centre de terribles événements dont l'enjeu ultime est la préservation du genre humain.

Une série de SF courte et de bonne facture, ça manquait ces dernières années...

"Acriboréa" est de cette trempe, sans toutefois faire partie du haut du panier. J'ai tout de même accroché assez vite à l'histoire, grâce à un univers assez cohérent et à un dessin plutôt bon de Stéphane Créty. Un univers qui brasse cependant pas mal de thèmes : une guerre interstellaire, des manipulations de l'opinion, des "Elus". J'y ai trouvé pas mal de références avec des romans connus ou pas relevant de la science-fiction. Ce n'est pas forcément un reproche, mais il faut que la mayonnaise prenne avec tous ces ingrédients. Je l'ai dit, l'univers est cohérent, il y a relativement peu d'incohérences. Cependant j'ai eu du mal avec le scénario. Lors des deux premiers tomes, il est assez logique, limpide. Mais par la suite le récit se complexifie, les personnages sont plus nombreux et le scénariste semble avoir du mal à tous les caser, à leur trouver une trame cohérente. Cela a un peu plombé ma lecture, d'autant plus que j'étais bien rentrée dans ma lecture jusque-là.

Par la suite, j'ai donc arrêté de me prendre la tête avec le scénario quelque peu hasardeux, m'attachant au simple plaisir des yeux, suivant l'histoire sans me poser trop de questions. Le dessin de Créty est donc très bon, on voit qu'il s'amuse comme un fou à crobarder les designs d'engins interstellaires. Cependant la présence de chasseurs des années 2000 au milieu des astronefs à hyper-réaction m'a fait tiquer, j'ai trouvé ça un peu trop anachronique pour passer dans un récit qui se prend par ailleurs au sérieux. Les couleurs de Sandrine Cordurié sont très agréables, commençant par un dégradé entre le bleu et le brun dans le premier tome pour élargir sa palette par la suite. Du travail sérieux.

Bref, une série qui m'a distrait, mais que je ne mettrais pas au même niveau que d'autres dans le même genre.

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Livres
J’ai rencontré Pierre Brulhet, autour du présent bouquin, lors d’un festival des littératures fantastique sur Dijon (festival qui j’espère, aura droit à d’autres éditions : http://www.lecritdelafee.onlc.fr). Alors que je parcourais la 4e de couverture, je n’ai pu m’empêcher d’éprouver une certaine impression de déjà-vu. En effet, le résumé du livre fait étrangement penser au dernier roman de Neil Gaiman, L’étrange vie de Nobody Owens. Après avoir abordé le sujet avec l’auteur, celui-ci m’a confié que cette ressemblance lui avait déjà été signalée, mais que lui-même n’avait pas lu le Gaiman (L’Enfant du cimetière ayant quelques années de plus que le Gaiman).
 
Qu’à cela ne tienne, titillé par cette étrange ressemblance (plagiat ?), je me suis procuré (et fait dédicacé au passage) le roman de Pierre Brulhet. Quelques jours plus tard j’en entamais donc la lecture.
 
L’ouverture du roman comporte en effet de nombreux détails qui ne peuvent que rappeler le livre de Gaiman. Un enfant est confié aux soins du hasard par une mystérieuse femme, qui le dépose sur la tombe d'un cimetière. L’enfant va être recueilli par les esprits qui hantent les lieux, qui vont, après décision unanime, décider de le garder parmi eux. Jusque-là, c’est plus que de la ressemblance, l’idée du vote de l’assemblée des fantômes étant également une scène très forte dans le livre de Gaiman.
 
Mais la suite n’a plus rien à voir. Le roman de Brulhet prend la direction d’un conte attachant, qui mélange amour et aventure. À la différence de Gaiman, qui fait du passé du héros un des axes fort de la trame, Brulhet se concentre essentiellement sur la place du héros dans le cimetière. Très vite s’impose l’idée que dans cet univers, les vivants sont bien plus dangereux que les morts. En effet, c’est surtout un élément extérieur au cimetière qui va constituer le principal de l’intrigue, élément qui va conduire le héros à prendre position pour ceux qui l’ont élevé, et à tenter le tout pour le tout pour sauver le lieu où il vit.
 
L’auteur a un style simple mais efficace, et brille surtout par une imagination fertile, qui donne une grande richesse à son univers. Les personnages sont très attachants, tous ayant un petit côté décalé très bien pensé (notamment les fantômes qui conservent pour beaucoup certaines lubies venues de leur vie terrestre).
 
Au final il s’agit d’un livre qui se lit vraiment bien (je l’ai dévoré en quelques heures), l’auteur réussissant à captiver de bout en bout son lecteur, jusqu’à une très jolie fin qui clôt avec beaucoup de tendresse le récit. Chaudement recommandé.

Vladkergan

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog