Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films


Je vois une bande annonce très attirante, voire même alléchante et je me dis, en mon for intérieur ainsi qu'à mes voisins (Juliette et Yannick en l'occurrence) : "Heurgh ! Voilà un film que je vais aller voir !".
Alors évidemment les finances étant ce qu'elles sont en période de fêtes, ça a été plus long que prévu mais finalement à force de persévérance, me voilà dans la salle avec ma vénérable génitrice que j'ai réussie à traîner en évitant de lui préciser le genre cinématographique du film (fantastique, elle déteste) et en insistant sur la présence de Nicole Kidman (une des rares actrices qu'elle trouve à la fois belle et bonne… actrice, bien entendu !).
Je commence donc à me délecter à l'avance de cette histoire de fantômes que les critiques annoncent pas mauvaise du tout sans donner trop de détails toutefois (il faut dire aussi, que j'évite de lire trop de critiques avant d'aller voir un film, afin de ne pas être dégoûtée avant ou déçue après !) . Et là je lâche le morceau à la mère : "au fait, je suis pas sûre que ça te plaise : c'est une histoire de fantômes !". Alors hauts cris de la vénérable : " Quoi ? mais tu veux que je fasse des cauchemars pendant six mois, etc ! ". Et moi, de la rassurer : "Meu nan ! Fantastique ne veut pas dire horreur ! Tu confonds tout ! et pis t'as aimé Le sixième sens !" (pour ceux qui auraient vu les films, Les autres et Le sixième sens, vous noterez mon pouvoir de divination !)
Après cette intro un peu longue, certes, entrons dans le vif du sujet, c'est-à-dire la critique du film : je dirais : TRES BON ! voilà maintenant pour en savoir plus, allez le voir !
Je plaisante bien sûr et je vais quand même vous en toucher deux mots.
Sans rire, j'ai beaucoup aimé, même si la fin est un peu plagiée sur un autre film que je ne citerai pas pour ne pas tuer le suspense et surtout pour ne pas faire de redites (il paraît que c'est pas bon dans une critique, les redites !). C'est d'ailleurs, à mon avis, le seul bémol : la fin est déjà vue, mais, comme on ne s'attend pas à ce que le scénariste soit allé pomper si près, ça marche quand même !
En effet, personnellement, et impersonnellement aussi (car les autres spectateurs, d 'après ce que j'ai pu en voir, ont réagi de la même manière), je suis restée scotchée à mon siège ! Car, en l'occurrence, le suspense est bien mené grâce à un jeu d'émotions sur le visage de Nicole Kidman et surtout grâce à une musique bien sentie aux bons moments. Il est à noter qu'il n'y a aucun effet spécial dans ce film hormis la musique et pourtant, il réussit à terrifier ses spectateurs aussi bien qu'un Vendredi 13 (qui, personnellement ne me fait pas franchement peur, pour ne pas dire franchement pas peur) ou un Freddy (qui est un vrai film d'horreur et qui par conséquent, ne m'intéresse pas).

Alors même si ce n'était pas ce à quoi je m'attendais (avoir peur), j'ai pris du plaisir mais je ne le reverrai pas seule dans le noir !
Véronique.
 

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films
ATTAQUE ! DAVID
Le Postulat de départ d’Arac Attack est assez simple : reprendre le canevas d’un bon vieux nanar des années 1950 (en l’occurrence Les Monstres attaquent la ville) pour, avec les moyens techniques des années 2000, en faire un bon petit film d’humour/SF sans prétention.
C’est l’entreprise dans laquelle se sont lancés Roland Emmerich et Dean Devlin, d’ordinaire bien moins inspirés (Godzilla, ,,  Independence day...), qui, se cantonnant le rôle de producteurs, laissent la réalisation au scénariste Ellory Elkayem.
Celui-ci réussit le tour de force de nous rendre une copie sérieuse, une bonne série B, emmenée par david Arquette (surtout connu pour son rôle de flic débile dans la trilogie Scream) et la jolie Kari Wuhrer.

Des déchets toxiques tombent accidentellement dans une rivière du Nouveau-Mexique. Des araignées, qui y boivent commencent à grossir démesurément. En quelques jours, certaines tarantules sont grandes comme des camionnettes. Les riverains s’organisent pour exterminer les méchantes bêbêtes.
Ne se prenant quasiment jamais au sérieux, le film renferme quelques scènes de bravoure (comme la poursuite de motos par des araignées sauteuses géantes), ou complètement foutraques (des araignées passent en hennissant devant une maison où l’on regarde un western)...
Techniquement irréprochable, joué de manière outrée (la présence de Doug E Doug, transfuge de Rasta Rockett, est un signe qui ne trompe pas), bien mené, voici un bon petit film à louer si l’on veut se marrer entre copains.

Voir les commentaires

Publié le par Ansible
Publié dans : #Films



Un film fantastique avec deux super-stars à l’affiche ? Il y a de quoi craindre le piège. 

Pourtant Apparences se positionne dans la catégorie des “ça aurait pu être pire”. L’histoire, celle d’une maison hantée par l’esprit d’une femme qui réclame vengeance, est d’un grand classicisme. Elle aurait pu prendre place dans la collection “Terreur” de Pocket. 

Harrison Ford, quoiqu’un peu vieux pour le rôle (il a 57 ans) est un peu absent ; à croire que son charisme s’étiole avec les années... Pourvu que le prochain Indiana Jones (écrit par le réalisateur de Sixième sens, miam !) arrive vite ! Michelle Pfeiffer, annoncée comme très sensuelle, n’est pas très fraîche non plus. Mais son jeu reste ferme et sérieux, et elle colle bien à ce personnage tourmenté, qui doute de la loyauté de son mari. Robert Zemeckis (les trois Retour vers le futur, le très beau Contact et Forrest Gump) est un bon artisan, à l’aise avec les effets spéciaux discrets.



Ce blockbuster est une bonne série B, sans plus.
Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films
ALIEN VERSUS PREDATOR, LA VERITABLE HISTOIRE

Alors… Alien vs Predator, ça se passe dans l’Antarctique. Le satellite d’un riche milliardaire (oui, c’est un pléonasme) repère une source de chaleur 2000m sous la glace, en forme de bâtiment du genre pyramide. Il recrute donc une équipe et hop !, va voir ce qui se passe. Entre-temps, un vaisseau extraterrestre en orbite a émis un unique rayon laser qui a creusé dans la glace un trou jusqu’au fond (admirez la précision)... Les gentils et imprudents humains en profitent donc pour descendre, et se retrouvent dans une pyramide extraterrestre (qui mélange les styles égyptien, cambodgien et aztèque, peuples arriérés s’il en est, qui forcément ont adoré les extraterrestres en question et les ont donc copiés). Ils se font prendre au piège et là la reine alien enchaînée pond ses oeufs, les parasites envahissent des humains, et hop ! Les aliens arrivent youpi ! Et là les Prédators s’amusent à les chasser, et les humains meurent, sauf bien sûr la nana qui arrivera jusqu’à la fin. Car si vous en doutiez tout ça est bien un jeu pour les Prédators, soigneusement organisé par eux. Bon, le truc c’est que les aliens sont un peu balèzes et un peu nombreux, et qu’il n’y a que trois Prédators... et que la reine se fait libérer par ses rejetons. La Terre va-t-elle être envahie ? Est-elle condamnée ?

*** Petit spoiler ***

Eh bien non ! Car l’héroïne, qui maîtrise évidemment toutes les techniques de combat anti-alien, parvient à s’allier avec le dernier Prédator, qui lui est 5ème dan de l’explosage d’aliens ! Ils lancent une bombe qui fait tout péter, et parviennent à remonter à la surface (de l’Antarctique, rappelons-le) où les attend la reine ! Eh ouiiii ! Et donc la nana (qui a perdu ses fringues quelque part, quelle étourdie !) et le Prédator combattent la reine, waaah ! La fin est particulièrement émouvante, snif, je vous laisse la voir.
*** Fin spoiler ***



Bon voilà, ça pourrait être rigolo mais ça se prend malheureusement très au sérieux. Pas d’humour, pas d’ironie, pas de recul. C’est de l’action-only et il faut vraiment se forcer à ignorer toutes les incohérences du scénario pour trouver ça sympa. Ca se regarde, ça vide bien le cerval, mais n’allez pas payer une place de cinéma pour ça...


CoeurdePat

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Vie du blog

  http://ychazareng.free.fr/img/bannieransible2.jpg

 

Ansible sous sa forme actuelle existe depuis février 2008. Auparavant il existait sous forme de chroniques sur mon site personnel, ainsi que sous la forme d'un fanzine papier qui a connu une trentaine de numéros de 1999 à avril 2007.

 

Vous en trouverez quelques vestiges archéologiques ici.


Les contributeurs du site sont pour la plupart des amis, tous amateurs de mondes de l'imaginaire, et ils sont au nombre d'une vingtaine. Totalement bénévoles, ils viennent soumettre un papier à leur guise. Il peut s'agir de chroniques sur des livres, des films, des séries TV, des jeux, mais aussi des essais, des fictions...
Les thèmes de prédilection du fanzine -devenu blog- sont le fantastique, la SF et la fantasy, mais au fil du temps il a ouvert ses portes au thriller, à l'horreur et à d'autres genres moins définis, mais avec tous comme point commun la fiction et l'imaginaire.
Depuis plus de 4 ans Ansible a publié plus de 450 articles, pour plus de 60 000 visites et 115 000 pages vues.

 

Ansible est né de la passion de votre serviteur pour les mondes imaginaires, en particulier ceux émargeant dans les genres de la fantasy, du fantastique et de la SF, mais aussi de l'envie d'en parler au travers de chroniques parfois décalées. D'où vient le nom ? D'un principe de communication supra-luminique évoqué par des auteurs dans leurs romans.

 

Au fil du temps Ansible a tissé des liens privilégiés avec les éditeurs, tels Albin Michel, Bragelonne/Milady, etc.



 

Bonne navigation au sein d'Ansible !

 

Spooky.

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 84

Articles récents

Hébergé par Overblog