Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Articles avec #bd catégorie

Publié le par Spooky
Publié dans : #Jeux, #Séries TV, #BD

 

La déferlante Yo-kai Watch arrive sur la France !

 

Qu'est-ce donc ? Initiée par la studio Level-5 au Japon, la franchise est d'abord un manga, sorti en 2012, puis un jeu video, sorti en 2013 sur Nintendo 3DS, et seulement cette année chez nous, avant d'être déclinée en série animée, puis en longs métrages d'animation. Sans oublier calendriers, albums Panini, et autre dérivés en tous genres, une industrie des goodies dont le Japon est friand. Tous racontent la même histoire.

 

Un jour, alors qu'il se promène dans les bois de Sakura New Town pour attraper des insectes rares (inspiré de la ville de Tsukuba, département d'Ibaraki), un garçon nommé Nathan Adams (Keita Amano en japonais) tombe sur un gashapon (machine à capsule) particulière près d'un arbre sacré. Quand il ouvre l'une des capsules, il fait apparaître un yōkai nommé Whisper, ce dernier donne à Nathan un dispositif connu sous le nom de Yōkai Watch. En l'utilisant, Nathan est capable d'identifier et de voir de nombreux yōkai qui hantent les personnes et causent des méfaits. Ensemble, Nathan et Whisper commencent à devenir amis avec toutes sortes de yōkai rencontrés, qu'il peut alors invoquer pour lutter contre des yōkai malintentionnés qui vivent dans la ville.

La franchise, dans son ensemble, est destinée à un public jeune, disons de 6 à 12 ans. Le look des personnages est plutôt rond, avec assez peu d'aspérités, facile à assimiler. Dans le manga les décors sont souvent simples, parfois absents, pour que le lecteur puisse concentrer son attention sur les dialogues et l'action. Il n'y a pas de temps mort, les valeurs encouragées sont plutôt faciles à assimiler pour les plus jeunes et malgré la profusion des yōkai (pas autant que de Pokémon, tout de même), le récit reste centré sur Nathan et ses deux yōkai de prédilection, Whisper et Jibanyan, le chaton qui passe son temps à se faire renverser par des camions. Le ton est assez enlevé, parfois drôle, mais surtout assez contemporain.

En France, c'est la société Viz Media Europe, au travers de ses labels Kazé Manga et Kazé Anime, qui se charge de la commercialisation des mangas et série animée. Cette dernière passe actuellement sur Gulli.

 

 

Une franchise plutôt sympathique pour les plus jeunes, donc.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://bdtheque.com/repupload/T/T_36803.JPG

 

A la demande générale de Steph' lors de la publication de ma pile à lire (romans et essais), voici son équivalent en BD...

 

En fait l'essentiel est constitué de séries pour lesquelles j'attends d'avoir acquis la totalité avant de me plonger dedans, quitte à être très en retard par rapport à leurs publications. Une partie non négligeable est aussi constituée de séries en cours... Vous connaissez donc la structure de ma liste.

 

1/ Séries complètes, mais à compléter

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_31772.JPG

- L'Odyssée du Temps. Je possède les trois premiers tomes sur les 4 de la série.

 

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_17593.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_17595.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_17596.JPG

- Norbert et Kari. Il me manque les tomes 6, 8 et 9 de cette série de Christian Godard, auteur par ailleurs de Martin Milan, que j'adore. Je pense que les tomes peuvent se lire indépendamment, mais je préfère avoir la totale avant d'attaquer ma lecture, ce qui peut être encore très long...

 

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_42235.JPG

- Courtisanes. Je possède les tomes 1, 3 et 4. Il ne me manque plus que le 2 pour cette série qui semble allier polar et Histoire.

 

 

http://www.glenatbd.com/images/albums/9782723417488/9782723417488-L.jpg

- Chronique de la nuit des temps. Une vieille série de Serge Houot, complètement oubliée, dont il ne me manque que le tome 5 conclusif.

 

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_42441.JPG

- le Cercle. Seul le tome 3, conclusif, me manque dans cette série fantastique au format comics.

 

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_32277.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_34311.JPG

- La Brigade chimérique. Une série de super-héros à la française, dont il me manque les tomes 4 et 6.

 

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_20723.JPG

- Y le dernier homme. Je n'ai que les 3 premeirs tomes pour ce comics qui a l'air d'être un classique.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_40061.JPG

- La Cité de l'Arche. Le tome 3, conclusif, manque à l'appel.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_26174.JPG

- Le Manoir des Murmures. J'avais beaucoup aimé le premier tome, il me manque le deuxième pour lire la trilogie.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_34610.JPG

- John Lord. Le tome 3 me manque pour boucler la trilogie.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_38690.JPG

- Il me manque le tome 3 de l'Exode selon Yona, le cycle 2 du Voyage des Pères, la très belle série de David Ratte.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_40937.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_41488.JPG

- Masqué. Dans la lignée de la Brigade chimérique, j'avais beaucoup aimé le tome 1 de cette série qui vient de s'achever en 4 tomes. Il me manque les deux derniers.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_26270.JPG

- Lanfeust des Etoiles. Il me manque le tome 8, conclusif.

 

 

2/ Séries en cours

 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_39920.JPG 

- Barracuda. Manque le tome 3.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_29263.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_29835.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_38795.JPG

- la Jeunesse de Blueberry. Les tomes 17-18 et 20 manquent pour l'heure à l'appel de ce classique du western.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_35316.JPG

- Métronom'. J'avais beaucoup aimé le 1er tome, le deuxième manque à l'appel (3 tomes sortis pour l'heure).


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_34984.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_36352.JPG

- Le Fléau. Il me manque les tomes 4 et 5, puis 7 et suivants de cette adaptation d'une oeuvre majeure de Stephen King.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_36283.JPG http://bdtheque.com/repupload/T/T_36803.JPG

- La Tour sombre. Manquent lers tomes 9, 10, puis 14 et suivants de cette adaptation de King...


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_28206.JPG

- Majipoor. Je ne possède que le tome 2 de cette adaptation de Silverberg qui en compte 3 pour l'heure.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_36449.JPG

- l'Autre Monde cycle 2. Je n'ai que le tome 2 de ce nouveau cycle d'un univers que j'iame bien...


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_32193.JPG

- Carmen Mc Callum. Le tome 10 me permettra de lire les 11-12 que j'ai déjà en ma possession.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_34017.JPG

- Largo Winch. Il me manque le tome 17 de cette série, qui, si elle ne se renouvelle pas franchement, reste tout de même assez agréable à mes yeux.


 

http://bdtheque.com/repupload/T/T_39023.JPG

- Prométhée : le tome 6 manque à ma collection "en cours", avant de reprendre au 8.


 

Voilà, il s'agit plutôt de l'extrait de ma manco-liste (et encore, elle compte au final plus d'une soixantaine de titres que je cherche à compléter...). En général les albums que je peux lire "immédiatement" sont lus dans la quinzaine.

 

 

Des commentaires ? des précisions ? Des questions ? Votre propre liste ?

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://www.bandedessinee.info/IMG/jpg/00couv_bdinfo.jpg

 

D'ordinaire je réserve mes chroniques de bandes dessinées à bdtheque.com, et j'en recopie très peu ici, pour des raisons évidentes de référencement sur  Google. Je vous invite donc y aller faire un tour pour lire mes avis, qui sont nombreux (j'y ai le même pseudo). Mais une certaine catégorie de BD n'y a pas sa place, du moins dans la base de données. Il s'agit des BD auto-éditées. Il en existe des milliers, mais c'est sur le Spécial Origines de Fred Boot que j'ai jeté mon dévolu.

 

http://www.bedetheque.com/media/Photos/Boot.jpg

 

Auteur de Gordo (un singe contre l'Amérique) chez L'Atalante, puis ayant participé à une BD sur Dieppe, il décide de tout plaquer, de partir vivre à Hong Kong avec la plus belle femme du monde, et de faire des BD en crowdfunding. C'est à dire que tous ceux qui le souhaitent peuvent participer à son financement. Ce que j'ai fait, alléché par le pitch et le style de l'auteur. Celui-ci a découvert l'univers Marvel dans les années 80. Il ne s'en remettra jamais, et cet album est le reflet de cette passion, remixée à la sauce Boot.

 

Il s'agit donc de gags mettant en scène ses super-héros préférés, mais aussi lui-même, découvrant tout cet univers et se projetant dedans. C'est drôle, c'est fin la plupart du temps, le dessin est assez rigolo, sans encrage, bref, on passe un bon moment.

 

http://www.bandedessinee.info/IMG/jpg/02b_bdinfo.jpgPour en savoir plus, je vous invite à aller sur le site de Fred, où il vous propose d'ailleurs une super promo sur les derniers albums disponibles (il en a fait tirer 300). Alors, Fred, à quand la suite ?

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://bdtheque.com/repupload/T/T_39168.JPG

 

 

Il y a quelques mois, à la suite d'une conversation avec le camarade Superjé, je m'étais un peu replongé dans l'univers des Livres dont vous êtes le héros. 2012 semble être l'année de résurrection de ce principe, puisque Gallimard a décidé de rééditer certains titres historiques de la collection, et de publier des inédits. Apprenant cela, j'ai écrit à l'éditeur pour lui signaler mon article, un contact qui s'est soldé il y a quelques jours par la réception en service de presse de la première salve, c'est à dire 8 rééditions ainsi qu'un inédit. Je vais donc vous en parler dans les prochains jours/semaines.

 

Et pour patienter, veuillez noter qu'un petit éditeur de bandes dessinées, Makaka, a sorti début juin une BD sur le même principe, Chevaliers. Je vous mets ci-desous mon appréciation.

 

An de grâce 1012, terres du royaume du bon roi Louilepou. Trois frères rêvent d’appartenir à l’ordre des chevaliers de la royauté : des chevaliers sans peur et sans reproche, capables de parcourir de folles distances, d’occire le plus dangereux des voleurs et de défendre le valeureux paysan. L’un de ces trois frères, c’est vous !!!


Mais la route est longue avant de devenir chevalier ! Vous devrez parcourir l’immense étendue des terres royales en quête de bracelets de bravoure. Montagnes enneigées, lacs hantés, sombres forêts… Vous tomberez, sans nul doute, nez à nez avec un troll, un vieux sorcier ou un guerrier ! Il vous faudra résoudre des énigmes, découvrir des cases cachées, apprendre des techniques de combat, ramasser des objets magiques. Votre réussite dépendra de vos choix, car le héros, c’est vous !

 

Lorsque j'ai eu cet album entre les mains, j'ai pensé qu'il s'agissait d'une sorte d'énième album d'humour sur les chevaliers, une parodie de plus.

Mais en fait le principe est vraiment différent, et va réveiller des souvenirs dans l'esprit de nombre de trentenaires et de quadras. Vous vous souvenez des Livres dont vous êtes le héros ? Ces livres-jeu où vous incarniez un personnage, qui partait à l'aventure suivant ses choix (parmi un éventail proposé) dans des univers de médiéval fantastique, d'Histoire, de fantastique ou de SF ? J'adorais ça. J'en ai encore chez moi. Et je ne pensais pas revoir ce principe remis au goût du jour en BD, après des tentatives mi-figues mi-raisin dans les années 1980 (voir le thème associé à cet album pour en savoir plus).

 

BD Chevaliers


Bref, Shuky s'est remis dans cette ambiance, et avec l'aide de Waltch, nous a concocté un chouette album reprenant ce principe. Nous sommes dans une classique quête d'artefacts (ici, des bracelets), avec des étapes à franchir, des renvois d'une page à l'autre (souvent d'une case à l'autre) avec près de 400 cases concernées. Si l'on n'atteint pas l'ampleur et le talent littéraire des bouquins écrits par Steve Jackson, pour reprendre l'un des grands noms de ces Livres dont vous êtes le héros, le plaisir de se plier à l'exercice, le dessin sympathique de Waltch (soutenu aux couleurs par Novy) permettent de passer un très agréable moment, et même plusieurs, puisque vous pouvez recommencer la quête après être mort.

Ca m'a redonné envie de me replonger dans ces bouquins, et rien que pour ça, je dis merci aux auteurs.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSBGfYj9ooegLw2ZhkDkGby29-qaY6Dd82gcYihI35KZGKeiv66DA 

"Notre avenir est aux mains du passé", telle est la devise des agents ukroniens. Leur mission est de protéger l'Histoire des modifications que pourraient causer les voyages dans le temps et, le cas échéant, de lui redonner un déroulement le plus proche possible de l'histoire officielle, afin que l'avenir de l'humanité ne soit pas compromis.

 

Mais c'est un métier dangereux et les pertes sont parfois importantes. Du coup, quand le général responsable du centre de contrôle découvre que Christophe Colomb s'est fait tuer en débarquant en Amérique et que commence une uchronie dans laquelle l'Amérique n'est pas découverte, il ne dispose, pour redresser le cours de l'histoire, que d'un agent caractériel, aux arrêts de rigueur, et d'un débutant.

 

Une fine équipe qui va devoir convaincre Martin Alonzo Pinzòn, second capitaine de l'expédition Colomb, de retenter l'aventure.

 

 

BD Les Brigades du Temps


Moi je suis assez bon public pour ce type de BD, populaire, enlevée, rigolote et maîtrisée.

 

Car je ne trouve pas que le récit s'embourbe dans une rationalisation quelconque. Kris prend simplement un peu de temps -mais cela lui permet de boucler son premier récit en deux tomes, pas fou- pour poser les bases de l'univers de ces Brigades du Temps. Cela permet de cerner un peu les deux personnages, bien que Montcalm garde sa part d'ombre à la fin du premier tome.

La quatrième de couverture laisse présager, si le succès est au rendez-vous, une série plus longue, tout en espérant que les auteurs sauront s'arrêter à temps. Mais il est bien sûr trop tôt pour en discuter, même si le potentiel est infini.

En ce qui me concerne, je me suis vraiment régalé. D'abord devant la profusion de détails, la science de la mise en scène de Bruno Duhamel, dont la rigueur graphique n'égale que le potentiel comique. Je me suis marré aussi, le récit étant parsemé de touches d'humour comme je les aime. Le boulot de Laurence Croix sur les couleurs est très intéressant, conférant des ambiances très diversifiées mais réussies, aussi bien sous l'éclairage clinique d'une station spatiale que dans l'obscurité totale qui peut régner dans une caravelle du XVème siècle. J'aurais peut-être vu plus de couleurs vives sur la scène "aztèque", mais ce n'est pas bien grave.

 

 

BD Les Brigades du Temps

 

 

Enfin Kris diversifie nettement ses scenarii, versant franchement dans l'aventure tous publics, sans toutefois verser dans le gag à répétition ou le cucul à outrance. Sa maîtrise du récit m'a surpris sur ce coup-là, j'ai hâte de voir ce que va donner la suite. Et ça m'a fait marrer de le voir apparaître en guest-star. Duhamel s'est peut-être aussi représenté, mais je n'ai pas trop fait attention...

Si ces trois-là gardent ce panachage, je veux bien faire un bout de chemin avec eux...

 

Spooky

 

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTcOopwlrbtW4ss9tp6cNOzRimsR-1PpXbjfKN6z3i1-0eFnfG7

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://www.gqmagazine.fr/uploads/images/thumbs/201210/moebius_1468_north_620x.jpg

 

Samedi matin, l'un de mes héros est parti. Ils ne sont pas nombreux les hommes à faire partie de mon panthéon personnel, mais Jean Giraud, surnommé Moebius, était de ceux-là. Sans en rajouter dans le pathos -car ne nous voilons pas la face, je ne le connaissais pas personnellement-, mon coeur de fan saigne...

 

Jean Giraud est l'un des rares, pour ne pas dire le seul, auteur de bandes dessinées à avoir oeuvré dans les trois grandes sphères de production du 9èma Art, à savoir l'Europe bien sûr, mais aussi les Etats-Unis et l'Asie.

 

Le jeune Jean commence à dessiner des cow-boys et des Indiens à 12 ou 13 ans. Son père lui offre peu après un numéro de la revue Fiction, il lira régulèrement cette revue consacrée à la science-fiction. En 1961 il devient l'assistant de Jijé, créateur de Jerry Spring, excellent western. Deux ans après le scénariste Jean-Michel Charlier cherche un dessinateur pour une nouvelle série western, c'est ainsi que naît Blueberry, qui bercera les lecteurs de deux, voire trois générations. Les planches, signées Gir, dénotent un sens de la mise en scène qui devient très vite une référence. A la fin de cette même décennie, Giraud se rapproche de plus en plus des publications relatives à la SF, en épurant son trait et les signant du pseudo de Moebius.

 

En 1975 Giraud, comme plusieurs autres, claque la porte du journal Pilote, en désaccord avec le patron René Goscinny. Avec Jean-Pierre Dionnet, Philippe Druillet et d'autres, il fonde le magazine Métal Hurlant. C'est le début d'une grande époque avec la parution de titres comme Le Garage hermétique, Arzach, le Bandard fou, dont l'audace narrative le dispute au dépouillement graphique, procédé qui rendra fous de nombreux artistes en herbe, mais aussi à une dimension onirique ou métaphysique qui ne peut s'expliquer que par l'absorption de substances hallucinogènes, outre les possibilités immenses que lui ouvraient son art. Il y eut aussi Jim Cutlass, Altor, le Monde d'Edena, une oeuvre que personnellement j'adore...

 

Son influence visuelle est telle qu'il sera courtisé par de nombreux cinéastes européens et américains, telle une adaptation de Dune, le roman de Frank Herbert. Projet qui tombera à l'eau, mais Moebius collaborera avec Jodorowsky (initiateur du projet) sur la série l'Incal, nouveau chef-d'oeuvre. Dans les années 1980 Jean Giraud part vivre à Los Angeles pour travailler avec Stan Lee sur la série Le Surfer d'Argent. Son impact dans l'univers Marvel sera tel qu'on dit qu'il inspirera des auteurs comme Jim Lee ou Mike Mignola (Hellboy). Excusez du peu... Il a aussi participé à la conception visuelle du film Alien, le 8ème passager, avec Dan O'Bannon, qui l'avait fait travailler sur Dune... Il a aussi participé, sans être toujours crédité, à des films comme Les Maîtres du temps, de René Laloux, Tron, Willow, Abyss, Le Cinquième Elément... Son oeuvre a également été transposée : Jan Kounen a adapté Blueberry il y a quelques années, il y eut ArzaK Rhapsody en 2003 et une série TV adaptée des histoires courtes parues dans le magazine Métal Hurlant (mais pas toutes de son cru) est en cours de production...

 

En 2004-2005 une exposition commune Miyazaki-Moebius est organisée à Paris, mettant en relief les influences croisées des deux génies, histoire probablement unique jusque-là dans l'histoire de la bande dessinée et du cinéma. En 2005 il écrivit une histoire pour Jirô Taniguchi, l'un des maîtres japonais les plus respectés en France, intitulée Icare. C'est un semi-échec, mais quelle rencontre, tout de même... Giraud est l'un des rares auteurs européens à être vénéré au pays du Soleil Levant. Il y a 18 mois la Fondation Cartier pour l'art contemporain à Paris organisait une rétrospective majeure sur sa carrière.

 

L'homme a influencé des générations entières d'artistes, et touché tous ceux qui le croisaient. Il n'était pas rare de le croiser dans les rues d'Angoulême au moment du festival, anonyme parmi des centaines d'autres. Pour ma part je me suis retrouvé à 3 mètres de lui sur un stand lors de ce même festival il y a quelques années. Il était seul, attendant sans doute quelqu'un ; je n'ai alors pas osé l'aborder, impressionné par le talent de l'artiste -qui tranchait avec le veillard chenu qui se trouvait à côté de moi. Mes regrets sont encore plus forts à présent, mais ma reconnaissance pour le plaisir procuré par son oeuvre éternelle.

 

Malgré son immense carrière, Jean Giraud n'avait que 73 ans. Qu'il repose en paix, auprès des autres grands, comme Osamu Tezuka, Jack Kirby, Will Eisner, André Franquin, René Gosinny ou encore Peyo... J'espère qu'il surfe à présent dans les étoiles, comme le Surfer d'Argent...

 

Un géant s'en est allé...

 

Spooky.

 

PS : Pour découvrir son oeuvre, je vous invite à aller visiter le thème bdtheque dédié.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://www.bdtheque.com/repupload/T/T_38298.JPG

 

On pourrait croire qu’on est dans un hardboiled classique. Un agent du FBI sur le déclin, trop doué pour être utilisé à bon escient. On pourrait croire qu’on est dans un thriller classique.


Un meurtre violent dans une ruelle et une enquête qui piétine. On pourrait croire qu’on est dans un récit fantastique classique. Un flic qu’on surnomme « Ghost », comme sorti d’un mauvais rêve, d’une hallucination aux relents d’alcool mal digéré. On pourrait. Mais ce serait se faire confiance et penser que dans Ghost, on a le droit de se fier à ce qu’on croit, plutôt qu’à ce qu’on VOIT.

 

BD Ghost

 

Attention aux faux-semblants.

Contrairement à ce que peut laisser croire le titre, on n'est pas dans une bluette vaguement fantastique avec Demi Moore pétrissant sensuellement de l'argile. Ni même dans un récit de zombies, comme semble le suggérer la couverture.

Mais plutôt dans un récit policier bien crade, avec un flic "à l'ancienne", bien loin des canons bien proprets et scientifiques dont nous abreuve la télévision actuelle. Loi des laboratoires, John Ghostman traîne le fantôme d'une ancienne bavure dans ses petits boulots de privé. Mais lorsque le FBI fait appel à ses talents d'ancien profileur classique, il ne peut s'empêcher de replonger...

Andrea Mutti nous montre une autre facette de ses talents graphiques, avec un dessin plus "brut", "jeté" que dans Section financière, il montre à quel point un polar peut être sale. Dimitri Fogolin, qui a travaillé sur Alim le tanneur, y apporte une palette de couleurs maladives, glauques, qui collent bien à l'ambiance. On se rapproche un peu de Nero, en termes d'ambiance.

Dans ce polar très bien mené, à la conclusion plutôt surprenante (je n'ai rien vu venir), l'amateur de polar classique prendra certainement son pied. C'est poisseux, c'est glauque, c'est suintant, c'est sombre. Un vrai polar, quoi.

 

Spooky. 

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://www.bdtheque.com/repupload/T/T_37164.JPG

 

Si vous me connaissez un tant soit peu, vous savez que je collabore depuis plusieurs années au site bdtheque, en tant que modérateur. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est un site où tout un chacun peut venir écrire une critique sur une ou plusieurs bandes dessinées, en respectant bien sûr quelques règles de base de bienséance et d'expression.

 

Le site a fêté le 1er mai dernier ses 10 ans d'existence. Dans l'attente de cet évènement, l'un de ses piliers, Superjé, a eu l'idée de rassembler quelques autres autour d'un projet commun de bande dessinée qui mettrait en scène les principaux acteurs du site. Je fus parmi ceux-là, et après de nombreux mois de questionnements, de doutes, de désaccords, de discussions, mais aussi et surtout de travail, cet album est sur le point de sortir. Oh bien sûr, pas chez un éditeur ayant pignon sur rue, nous n'avions aucune illusion sur nos niveaux respectifs, et surtout c'est une oeuvre truffée de private jokes. Nous avons donc choisi la voie de l'auto-édition, via un site internet spécialisé, The Book Edition.

 

En attendant que l'album soit disponible "en vrai", c'est à dire cartonné, avec une couverture, un prix, etc., ainsi qu'une version pdf payante, vous pouvez la lire en intégralité sur le blog qui nous a servi de plate-forme collective de travail, et qui a été transformé en making-of de la BD. Vous y trouverez nos échanges, mais aussi quelques petites choses que nous n'avons pas pu mettre dans l'album. Et puis vous pouvez aussi, bien sûr, lire nos avis respectifs, nos témoignages sur cette collaboration sur bdtheque. Si vous lisez la BD, n'hésitez pas à rajouter vos avis...

 

Je dois dire que cette expérience fut enrichissante. Sur le plan créatif et artistique, puisqu'il a fallu travailler avec trois dessinateurs aux styles et façon de procéder très différents. Mais aussi sur le plan humain, car même si les egos des uns et des autres se sont effacés derrière le "final cut" de Superjé, nous avons eu quelques défections en cours de route. Heureusement certains autres se sont raccrochés et nous ont permis d'avoir ce petit plus qui rend cette aventure à peu près viable. Mais le mérite en revient en premier lieu à Superjé, qui a occupé presque tous les postes sur le projet, et qui fut le pilote sans lequel notre avion de bric et de broc se serait crashé très vite. Un projet de presque 9 mois, mené à l'insu d'Alix, le webmaster, et de quasiment le monde entier...

 

L'aventure n'est peut-être pas finie, puisque la façon dont nous avons présenté cela permet à d'éventuels continuateurs de s'en emparer à leur tour. Qui sait ? Je vous laisse donc découvrir Les Belles Histoires de l'Oncle Alix. En espérant que cela vous plaira, bonne lecture !

 

Spooky.

 

http://www.bdtheque.com/repupload/G/G_11467_01.JPG

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

http://www.bdtheque.com/repupload/T/T_36137.JPG http://www.decitre.fr/gi/96/9782848103396FS.gif http://www.filmsfix.com/wp-content/uploads/2011/03/Do-Androids-Dream-of-Electric-Sheep-Tome-3.jpg

 

Dans un futur post-apocalyptique, l'espèce humaine a colonisé la planète Mars pour s'y protéger des radiations.


Seuls quelques hommes vivent encore sur Terre, la plupart des habitants étant remplacés par des androïdes. Rick Deckard, chasseur d'androïdes, a un rêve : remplacer son mouton électrique par un vrai…

 

Sa rencontre avec la belle Rachel bouscule ses convictions, et va le conduire à s'interroger sur sa propre humanité.

 

 

 

 

BD Do androids dream of electric sheep ?

Comme nombre de personnes -trop sans doute - j'ai quasiment découvert l'oeuvre de Dick au travers du superbe film de Ridley Scott, Blade Runner (dont il faudrait que je vous parle, mais après l'avoir revu pour la 5ème fois). Mais comme peu (je pense) j'ai essayé de découvrir l'oeuvre originale. Vingt ans après m'est donc offerte la possibilité de lire une nouvelle adaptation de la novella (et non roman) de cet auteur à part.

A l'époque de ma première lecture, je n'y ai pas compris grand chose, je dois bien l'avouer. La force de cette adaptation est d'avoir -à la demande des héritiers de PKD - conservé le texte intégral. La marge de manoeuvre de Tony Parker fut donc infime. Mais il s'en sort, je trouve, avec les honneurs. Au-delà de l'intertexte qui se dégage avec les lectures périphériques (dont je parlerai plus tard), son illustration me semble vraiment proche du texte. Bien sûr, celui-ci paraît un peu lourd, par exemple dans les descriptifs, mais c'est un écueil que Parker évite habilement, rendant la lecture assez aisée. L'utilisation du texte intégral permet d'intégrer les différentes strates du récit de Dick. Citons la trame principale, celle de Deckard traquant les androïdes -qui ne veulent rien d'autre que se fondre parmi les humains- ainsi que ses réflexions intérieures, dont tout un filigrane concernant la propriété d'un animal (et qui a donné à l'oeuvre son titre original). Il y a aussi la trame du demeuré avec Mercer, qui reflète les préoccupations philosophiques de Dick, mais donne surtout une toile de fond un rien métaphysique au récit. Les différents témoignages présents en bonus permettent d'intégrer cette lecture.

Une excellente idée donc de la part des Editions EP de nous proposer une adaptation (de haut niveau) et en quelque sorte une explication de texte. Bonne idée également d'avoir confié les illustrations de couverture à Stefan Thanneur, auteur rare mais très doué pour cet exercice. Il apporte un certain côté christique présent en filigrane dans l'oeuvre. Le boulot graphique de Tony Parker, assisté aux couleurs par Blond, est indéniablement de qualité, même si je trouve les personnages un poil inexpressifs par moments.

Après la lecture des deux premiers tomes, je dois constater avoir passé un très bon, voire excellent, moment de lecture. C'est l'adaptation d'un texte très connu d'un auteur majeur de la scène SF, mais on a presque l'impression de le redécouvrir à cette occasion. Beau boulot.

 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #BD

aethernam coverHalloween, autrefois nommée Samhain, la nuit où le voile qui sépare les mondes faiblit.

BD AEthernam

Dante erre dans les rues de Paris, plongé dans les ténèbres de ses pensées, lorsque l'intensité de son désespoir crève le voile et lui ouvre l'Aether. Mais la collision des mondes a des conséquences destructrices sur terre et Dante va devenir le coupable désigné pour un policier que rien n'arrête. La brèche est désormais ouverte et chaque maître de l'Aether voit en Dante l'artefact qui servira sa quête, si personnelle.


Soutenu par Blaise, son ami occultiste, Dante va tenter de comprendre cet univers parallèle et de résister aux fascinantes créatures de l'Aether pour ne pas devenir leur jouet. Mais l'Aether ouvrirait-il ses portes à un être susceptible de lui résister ?

Ca fait tout bizarre de voir cet album publié, enfin. Parce qu'on en a discuté avec les auteurs tout le long de sa réalisation, qu'on a partagé leurs craintes, leurs questionnements, qu'au fil du temps, on a fini par s'y attacher... Alors voilà, AEthernam c'est une nouvelle série, un diptyque, qui va vous emmener sur des sentiers inhabituels. Des chemins imaginés par Samély, nouvelle venue dans la BD, qui a des idées à la pelle. Mis en images par Aurélien Morinière, aussi connu pour ses détournements de contes que pour une chouette épopée asiatique.

AEthernam, c'est d'abord un choc des mondes. D'un côté, le nôtre, gris, fatigué, délavé, au bout du rouleau même. De l'autre, le monde des Ethers, les âmes des éléments tels que le feu, la terre et l'eau. Dante Seyrès, dont le nom n'est bien évidemment pas choisi au hasard, se retrouve à la croisée de ces mondes, et va, bien malgré lui, devenir extrêmement important. Parce que l'équilibre dépend de lui. Parce qu'il va réveiller des choses latentes, inattendues et dangereuses chez les Ethers.

Ce récit, Samély le portait en elle depuis des années. Jusqu'à le ressentir physiquement. Le voir éclore sous la forme d'une bande dessinée est un processus magique, on est très vite pris dans le sillage de Dante auprès de ces êtres étranges. Le monde des Ethers est finement dépeint par Aurélien Morinière qui, pour l'occasion, change de cadre après les steppes mongoles et les bois des contes. Le changement est net au niveau des personnages également, et pour le coup son style déroutera peut-être certains connaisseurs de son trait. Les scènes se passent dans des cadres différents : bâtiments parisiens, paysages variés du monde des Ethers... Les deux mondes ont des ambiances bien distinctes, et les couleurs de Morinière elles-mêmes s'efforcent de rendre compte de ce contraste. C'est d'ailleurs -et c'est à la relecture que je m'en rends compte- dans le monde des Ethers qu'il prend toute sa dimension, chacun des personnages étant très soigné.

Et quelle couverture ! Une véritable énigme à elle toute seule, puisqu'elle représente Dante, reproduisant le signe d'Aleister Crowley, célèbre occultiste de la fin du 19ème siècle, en-dessous d'un signe lumineux symbolisant chacun des Ethers. Un vrai tour de force graphique, pour une couverture qui marquera les esprits. Attention toutefois, Samély s'est efforcée de ne pas truffer son récit de références occultistes, de peur de laisser des lecteurs sur le chemin. C'est donc à la portée de tout un chacun...

En bref ce premier album a créé un véritable appel d'air, comme un passage entre deux mondes, auquel on ne peut résister. La suite devrait venir rapidement, avant la fin de l'année 2011.

 

Spooky.

 

Bonus : l'interview des deux auteurs sur bdtheque.

A noter qu'à aprtir de demain un concours exceptionnel sera organisé sur ce même site au sujet de cette BD.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog