Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

 

Les terres de Falanor sont attaquées par une armée de guerriers albinos. Un petit groupe de survivants s’échappe pour prévenir le roi Leanoric de l’invasion. Composé du légendaire héros Kell, de sa petite-fille Nienna et son amie Katrina, ainsi que de Saark, l’ancien champion du roi, disgracié après son aventure avec la reine. Faisant route vers le sud, le groupe est assailli de tous côtés par des créations monstrueuses qui drainent le sang de leur victime pour le ramener à leurs maîtres, des créatures mi-vampires, mi-machines. Ce sang est raffiné pour devenir de l’huile-de-sang, qui est pour eux semblable à un combustible alimentant leur corps mécanique et leur donnant l’immortalité. Mais alors que Falanor tente de repousser l’invasion, Nienna découvre la vérité sur son grand-père Kell : la légende qui fait de lui un héros semble bien plus belle que la réalité, ou bien pire…

 

Voilà un roman qui puise à plusieurs sources. La première d'entre elles est bien sûr le Légende de David Gemmell, maître-étalon de la dark fantasy de ces dernières années. Comme Druss, Kell est un ancien guerrier légendaire qui espérait couler une retraite tranquille, mais qui va devoir reprendre les armes pour sauver son roi, mais aussi et surtout sa petite-fille. Cet élément est nouveau, car souvent on nous dit que le vieux guerrier est... vieux, sans toujours préciser son âge. Ici la légende guerrière est grand-père d'une jeune fille de 17 ans. Il est doté d'une arme vivante, capable de prendre le dessus s'il le lui autorise. Et dans ces conditions, Kell est invincible et immortel, comme les héros de certains romans de Moorcock, autre figure essentielle du genre, mais plus ancienne.

 

Ces éléments relèvent de la fantasy, mais d'autres sont à rapprocher du steampunk, puisque Kell se retrouve aux prises avec des créatures génétiquement et/ou mécaniquement modifiées. Mais parfois ces modifications échouent, et engendrent des monstres mécaniques, de monstrueuses choses dont les chairs sont truffées de mécanismes, de rouages... Il me semble qu'Andy Remic n'a pas encore vraiment exploité cet aspect de son univers, et je suis curieux de voir comment les Chancres (comme sont appelées ces aberrations) seront utilisées dans la suite de la trilogie.

 

Un autre élément surprenant est la présence de vampires. Pas des vampires "biologiques", si j'ose dire, mais issues elles aussi de manipulations : leurs crocs sont commandées mécaniquement, et le sang qu'elles prélèvent serviront à un brassage  qui leur premettra de vivre.

 

En parallèle des aventures de Kell et les siens, nous suivons également le parcours d'Anukis, jeune femme du clan des Vachins, d'où sont originaires ces "vampires d'airain". Son père est l'"inventeur" de ces vampires mécaniques, mais il a disparu depuis quelques temps et c'est l'objet de sa quête, dont elle ne sortira bien sûr pas indemne.

 

L'univers dans lequel évolue le récit est dur, les personnages sont cruels et sans merci, et l'on assiste à de nombreux combats. En cela ces Chroniques des Vampires d'airain s'approchent de l'esthétique et de la thématique de l'univers Warhammer (célèbre jeu de rôle, pour ceux qui ne connaîtraient pas). Même si l'ensemble n'est pas très original, Remic arrive, grâce à son savoir-faire d'écrivain, à insuffler un véritable rythme à l'ensemble. Il sait aussi garder une part de mystère, concernant par exemple les Moissonneurs, qui semblent aider les Vachins dans leur incessante quête de sang humain.

 

La suite, que j'attends de pied ferme avec ma hache, permettra sans doute de dire si cette trilogie se détache du lot. Tiens au passage, je trouve la couverture française bien meilleure que l'originale ci-dessous, qu'en pensez-vous ?

 

Spooky.

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/09/72/18888244.jpg

 

Ce film est passé un peu inaperçu lors de sa sortie, mais je pense qu'il fait une belle carrière en video-club ou en VOD. Alors, Jumper, de quoi ça parle ? Depuis qu'il a découvert qu'il pouvait se téléporter n'importe où sur terre, le monde n'a plus de limite pour David Rice. grâce à son pouvoir, il peut déjeuner en Egypte sur la tête du Sphinx, passer la journée à faire du surf en Australie, dîner à Paris et prendre le dessert au Japon. Les murs ne l'arrêtent plus et aucun coffre de banque ne lui résiste. Libre comme personne, David vit dans l'insouciance la plus totale, jusqu'à ce qu'il découvre qu'il n'est pas le seul à posséder ce pouvoir, et que lui et ses congénères font l'objet d'une traque millénaire.

 

Le pitch n'est pas forcément folichon, mais il y a du savoir-faire dans ce film. Il est essentiellement du fait de Doug Liman, le réalisateur, connu pour être efficace dans les films d'action (La Mémoire dans la peau, Mr and Mrs Smith, Fair Game). Une fois encore il fait merveille, jonglant avec les effets spéciaux (les "sauts" des jumpers) et un scénario assez habilement construit, avec un poursuivant (Samuel L. Jackson) sans scrupules qui arrive à suivre ses proies grâce une machine permettant d'attraper l'énergie rémanente laissée par les Jumpers après leurs sauts. David, de son côté, fait la connaissance de Griffin (Jamie Bell), un Jumper comme lui, mais qui essaie de se faire plus discret et de lui montrer quelques "trucs". Rajoutez à celà une romance de David avec son amour d'enfance (Rachel Bilson) et vous obtenez un cocktail d'action, d'effets spéciaux et de scènes intimistes assez bien fichu. Enfin quand je dis "intimistes", tout est relatif, puisque David se balade dans des décors grandioses, tels les grandes pyramides d'Egypte, la Grande Muraille de Chine, le Colisée à Rome... On en prend plein les yeux -mais sans esbroufe- dans cette série B.

 

A noter que le film est issu d'une série de romans jeunesse américains écrite par Steven Gould en 1992. La série est composée de trois tomes : Jumper, Reflex et le spin-off sur le personnage de Griffin : Jumper: Griffin's Story.

 

Le seul point noir est constitué pour moi par l'acteur principal, Hayden Christensen, que tout le monde a découvert dans le rôle du jeune Anakin Skywalker dans les Episodes II et III de Star Wars. Il promène sa tête à claques et son inexpressivité dans ce très bon film, et c'est un peu dommage. Et dire que Liman a l'intention de faire un Jumper 2...

 

Spooky.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/09/72/18828202.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.coeurdejade.com/local/cache-vignettes/L196xH300/rubon2-0091b.jpg

 

IIIème siècle avant J.C, en Chine

Dans un petit village des Royaumes Combattants pillé par des brigands, la jeune Su Yi voit sa famille massacrée sous ses yeux. Mais sa destinée n’est pas de finir prisonnière d’une bande de ruffians, car elle est porteuse d’une marque sacrée… Sauvée par le puissant dragon Dao Long, elle signe un pacte avec lui.

Désormais, sous le nom de Coeur de Jade, la fille du Dragon va parcourir les Royaumes en quête de vengeance.

Mais quelques années plus tard, des forces maléfiques menacent le pays : qui sont donc ces mystérieux inités de la secte des Masques ? Pour les contrer, Coeur de Jade doit renouer avec d’anciens compagnons de route, l’impétueux guerrier Xian et l’exorciste Trois Vérités, et affronter les fantômes de son passé...

 

S'inscrivant comme les films Tigre et Dragon et Le Secret des poignards volants, dans le genre du Wu xia Pian (si vous connaissez ces films, vous voyez tout à fait), cette trilogie de romans nous transporte dans la Chine antique, sur les pas d'une jeune chasseuse de primes devenue célèbre et ses amis. Dans ce premier tome elle est accompagnée d'anciens complices et d'autres aventurières au passé mystérieux. C'est à une véritable plongée dans cette époque que nous invite Kristoff Valla, ancien scénariste de jeux video s'inscrivant dans le même univers. Dans une société empreinte de mysticisme, au coeur des Sept Royaumes Combattants, nous voilà transportés au Zhong Guo (littéralement "pays en guerre") d'il y a plus de 2000 ans. L'action est ultre-présente dans le récit, nous assistons à une multitude de combats, diablement chorégraphiés (mais pas surréalistes come dans les films déjà cités), et on sent que l'auteur connaît bien son sujet, qu'il y est très à l'aise. 

 

Les atmosphères sont bien campées, les personnages que l'on rencontre gardent -de façon habile la plupart du temps- leur part de mystère, et leur quête est bien menée. Cependant, assez peu sensible au Wu Xia Pian, j'ai eu un peu de mal à rentrer dans cet état d'esprit assez exotique. J'aurais aimé que l'auteur rentre un peu plus dans la vie courante, dans les traditions ou les légendes inhérentes à cette époque. Mais pour pallier à ce manque, il y a des annexes de qualité, décrivant justement le contexte géopolitique, le panthéon local et -entre autres- un lexique succinct. Des bonus de qualité, qui attireront à coup sûr de nombreux lecteurs parmi les adolescents auxquels cette trilogie est destinée. Une partie de ces bonus, ainsi que la couverture et le site internet dédié, bénéficient des illustrations magnifiques de Marc Simonetti. Subtiles, jouant plus sur les ombres et la suggestion que sur l'évidence, elles servent à merveille l'univers de Coeur de Jade.

 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Personnalités

Je vous ai parlé tout récemment du roman D'or et d'émeraude, écrit par Eric Holstein. Deux échanges de mail plus tard, avec son éditrice comme entremetteuse, et ce charmant touche à tout acceptait de répondre à une sértie de questions. Avec l'apport de l'ami Vladkergan, mogul de vampirisme.com, voici le résultat de nos échanges :

 

Photo ci-dessous : Patrick Imbert ( http://www.icicommeailleurs.org)

 

Photo : Patrick Imbert ( http://inside.frenchcockpit.com/ )Bonjour Éric, nous allons parler un peu de toi et de tes activités… Tu as commencé ta carrière, si j’ose dire, dans l’univers de la musique, errant dans différents petits boulots… Pourquoi avoir quitté cette vie de bohème ?

 

  Bonjour. Hou la… Vie de bohème ! Moi ! Tu dois te tromper de Éric Holstein. J’ai suivi des études d’ingénieur du son, puis j’ai fait mon service militaire à l’ECPA (le fameux cinéma des armées) et ensuite, je suis entré par la petite porte à OUI FM où je suis resté quinze ans en CDI. Donc plus casanier et moins intermittent que moi tu ne trouveras pas. La vie de bohème, c’est plutôt maintenant. Pas désagréable par certains aspects, mais je ne l’ai pas vraiment choisie.

 

Parallèlement tu as aidé à lancer le site ActuSF, reflet d’une vieille passion pour l’Imaginaire… Quel était ton rôle ?

 

Je suis arrivé au début de l’aventure sur le net. Au début, je ne faisais que chroniquer et puis un jour, Jérôme Vincent, qui en avait assez de jouer les pompiers de service sur le site, m’a demandé si je voulais bien prendre en charge le cahier critique et donc superviser les chroniqueurs, lancer des dossiers, des interviews. J’ai accepté et cela a duré cinq ans. Jusqu’à ce que je commence à être publié, en fait. À partir de ce moment, je me suis progressivement désengagé jusqu’à me retirer presque totalement de la vie du site. Je sais que dans notre milieu ça se fait beaucoup d’être auteur ou éditeur et en même temps critique, mais moi, je ne me trouvais plus légitime pour chroniquer. L’exercice est périlleux et lorsque j’y pense, en dehors de Gilles Dumay, je ne vois pas grand monde qui s’en sorte bien.

 

Aujourd’hui ActuSF c’est aussi une maison d’édition… Y participes-tu toujours ?


Oui, M’sieur ! Ma principale contribution est la direction artistique. J’adore ça. Chercher les idées de couv’, trouver des artistes (souvent à l’autre bout du monde) (comme ça on peut les payer à vil prix, bien entendu). L’idée de base, c’était d’essayer d’amener un peu de sang neuf et un regard différent sur l’approche des couvertures de genre. Dit comme ça, c’est sans doute une peu présomptueux, mais ça sonne plus pro que de dire : « J’ai des goûts bien précis et je choisis qui je veux » (ce qui, dans les faits, est le cas). Ce qui nous a permis de travailler avec des gens comme Diego Tripodi ou Magnus Blomster, qui sont devenus des potes.

Je bidouille un peu de traduction aussi, surtout de la supervision et il y a quelques auteurs dont je m’occupe, notamment Robert Silverberg, parce que je connais bien son œuvre.

 

Tu collabores aussi à la revue Bifrost… Tu es décidément omniprésent dans la sphère française de l’Imaginaire…

 http://media.librys.fr/livre/84/8884-w225.jpg

 

Mmoui… Je ne collabore que très épisodiquement à Bifrost et avec les mêmes réserves concernant la critique. Mes dernières contributions portaient sur les trois classiques fondateurs de la littérature vampirique et avant cela, ça avait été l’interview fleuve de China Miéville (parce que j’adore cet auteur).

Après, tu sais, le milieu de la SF en France est vraiment tout petit. Tout le monde s’y connaît plus ou moins. Ne serait-ce que de vue. Et comme c’est une communauté assez incestueuse aussi, ce n’est vraiment pas difficile de donner l’impression d’être partout. Ce n’est qu’une illusion. N’oublions pas qu’en tant que spécialistes de l’Imaginaire, nous sommes sensés être les maîtres de l’illusion. D’ailleurs, il suffit de voir nos chiffres de vente et le peu de considération que continuent d’avoir pour nous les médias plus mainstream pour s’apercevoir que nous grenouillons dans une toute petite mare à canards et que cela reste avant tout sur nous-mêmes que nous exerçons nos talents d’illusionnistes. M’enfin… ça occupe, c’est déjà ça...

 

Curieusement tu ne commences à publier des bouquins qu’à 35 ans, avec des petits guides sur la SF. Des commandes d’éditeur ou des envies de combler peut-être un vide éditorial ?

 

En fait, ces petits guides ont été un moyen de tester la température du bain avant le lancement des éditions ActuSF. C’était le vieux rêve de Jérôme. Avant nous avions publié quelques anthos supervisées par Anne Fakhouri, mais ce n’était pas à cette échelle qu’on envisageait le devenir de notre activité éditoriale. Du coup, le petit guide à trimbaler a été une sorte de ballon-sonde. On s’est bien marré à le faire. Moi, à l’époque, le format me convenait bien. J’avais pas mal de boulot à la radio, pas vraiment le temps ni l’énergie de me coller à l’écriture sur un format fiction en rentrant le soir. Du coup, j’en suis resté là un bon moment, me cantonnant à la critique.

Le Librio, en revanche, c’était bel et bien une commande de Flammarion, qui nous est parvenue par le biais de Thibaud Eliroff qu’on a collé sur le projet avec nous. Là, encore, bonne expérience et bonne poilade. Je me souviens notamment d’une séance de travail autour d’un fantastique cassoulet sur le compte de l’éditeur…

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/4/1/2/9782952250214.jpgTu as écrit de nombreuses nouvelles, comme quasiment tous les auteurs du genre. Quel est le format que tu préfères ? Roman ou nouvelle ? D’ailleurs pour toi, où se situe la frontière ?

 

Oh, pas tant que ça, en fait. C’est Jean Pettigrew, le patron de Solaris et d’Alibis qui, le premier, m’a publié, ce dont je ne le remercierai jamais assez. C’est un exercice difficile que celui de la nouvelle. Je crois que je préfère celui du roman… Non pas que j’y sois plus à l’aise, mais j’ai le sentiment que le format me correspond mieux. Quoi qu'il en soit, dans les deux cas, ça reste un processus assez douloureux pour moi. Chacun trouve sa justification dans son sujet. J’avoue avoir tendance à utiliser la nouvelle pour des traitements plus légers, voire carrément des pochades du genre d’Enculés !, qui était parue dans Bifrost. L’une des principales motivations, je peux bien le confesser, était d’avoir ce titre dans ma bibliographie. Mais disons qu’il y a tout simplement des sujets qui s’imposent d’évidence dans le format de la nouvelle.

 

Question sans doute idiote : pourquoi ne publies-tu pas chez ActuSF ?

 

Keuwwwaaaa ! Pour qu’on m’accuse d’user du copinage ? Ou pire, de m’autopublier ! Es-tu fou ? Tu veux que j’attrape un razzie, ou quoi ! Tu sais comme les gens ont vite fait de se fourrer des idées en tête…

 

En 2009 sort donc ton premier roman, Petits Arrangements avec l’Éternité, chez Mnémos…

 

Oui, sous une couverture de Diego Tripodi. Probablement pas la plus vendeuse qui soit, mais j’en suis très fier et je suis heureux qu’il ait accepté.

 

 

Dans ce roman, tu as choisi d'utiliser Paris comme toile de fond pour un récit aux dents longues à la verve très san-antonio-esque. Peux-tu nous parler de la genèse de ce premier ouvrage ?

 

Le roman est né de la conjonction de deux idées. À la base, il y a celle de ces vampires voleurs de souvenirs qui m’était venue il y a longtemps, lorsque je me demandais de quelle manière on pourrait rendre plushttp://media.librys.fr/livre/28/10228-h350.jpg crédibles de telles créatures.

Ensuite, durant mes offices critiques, j’avais lu un roman dont l’auteur avait affublé son personnage princi pal d’un usage particulièrement mal maîtrisé de l’argomuche des fortifs. Il avait tendance à l’évacuer dès qu’il intériorisait son personnage, parce qu’il était gêné par l’aspect très concret de la langue, qu’il réduisait à un moyen un peu facile de son héros. Or, l’argot est vraiment une de mes marottes. J’adore cette langue. C’est le patois pantruchard, je le pratique dans la vie de tous les jours depuis que je suis tout petit. J’ai donc eu envie de créer à mon tour un personnage qui parlerait l’argot. Débiterait le jar, comme on dit. Et c’est là que les deux idées se sont télescopées.

S’est dessiné alors le personnage d’Eugène, quelque part entre Le Voleur de Darien et Arsène Lupin. Du coup, c’est réellement la langue qui l’a forgé. L’argot est une langue qui pue la sueur, un truc de prolo pas trop porté sur la gamberge. Eugène allait être comme ça et fatalement est venu le côté feuilleton du roman. Mais c’est la langue qui a tout cadencé.

 

Dans le hors série Bifrost sur les vampires, tu as publié une nouvelle vampirique qui rompt avec ton précédent roman, en proposant une trame bien plus actuelle, notamment par sa trame de fond (les camps de réfugiés). Penses-tu que le thème du vampire est un bon vecteur de message ?

 

Bonne question… J’allais répondre non, mais en fait, tout archétype est nécessairement un vecteur de message intéressant. J’entends message au sens de « propos à défendre ». Le vampire incarne tellement de choses évidentes, que c’est un moyen commode de couper court à l’exposition. Le danger est qu'il est aussi un archétype fourre-tout.

Cela étant, je pense que le propos vient tout naturellement lorsque l'on écrit. De manière plus ou moins consciente, mais il s’impose obligatoirement.

 

http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2011/02/d-or-et-d-emeraude-holstein.jpgEt en ce début d’année, ton second roman, D’Or et d’émeraude. Comment définirais-tu ce roman ? Une uchronie, un paradoxe temporel ?

 

Plutôt une uchronie, même si l’approche paradoxe temporel est pertinente. C’est un peu un clin d’œil aux Voies d’Anubis de Tim Powers, qui est un roman qui m’a énormément marqué.

 

Qu’est-ce qui est venu en premier quand tu as commencé à travailler sur le roman ? Cette forme particulière de narration ou le cadre sud-américain ?

 

Les deux sont indissociables. Les premiers chapitres me sont venus tout naturellement sous cette forme un peu « carnet de voyage ». Mais le découpage s’est imposé de lui-même à mesure que le projet prenait forme.

 

Tu t’es largement documenté, comme en témoigne la grosse bibliographie présente en annexe…

 

Oh que oui ! Et je m’étais pourtant juré de ne jamais m’imposer ça. Mais le truc, c’est que j’y ai pris goût. Je suis un rationnel. Après tout, à la base je suis un technicien… Du coup, je cherche toujours des béquilles fortes à mon écriture. Pour Petits Arrangements, je travaillais en permanence avec le street view de Google Map ouvert, pour chercher les immeubles qui m’intéressaient. Je n’hésitais pas, non plus, à aller voir sur place, pour rendre mes descriptions aussi crédibles que possible.

Là, ça s’est manifesté sous une forme un peu différente, mais qui a pris des proportions un peu maniaques. Par exemple tous les noms des conquistadores cités dans la deuxième partie, sont vraiment ceux des survivants de l’entrada Quesada. J’ai même poussé le luxe jusqu’à chercher (dans certains cas) la région dont ils pouvaient venir en remontant l’origine géographique des noms de famille. Oui… je sais…

 

Chacun des trois volets de l’histoire a son caractère propre, et l’ambiance est réussie à chaque fois, même si je suis plus réservé sur la troisième…

 

J’ai vraiment essayé d’adopter trois styles différents et de me couler dedans à chaque fois. Et c’est frappant de voir comment une forme d’écriture impose son propre rythme à la narration.

Il faut savoir que l’idée de me colleter à cette troisième partie m’intimidait tellement que je voulais, dans un premier temps, la réduire à sa plus simple expression. Quelques dizaines de pages, tout au plus. Puis l’évidence s’est imposée (un peu via mon éditrice) et il a bien fallu que je m’y colle. Et au final, je me suis bien amusé à l’écrire.

 

Pour toi, qui est le véritable héros de l’histoire ? Simon/Simeon, ou Beniño, qui se révèle le pivot du récit au fil de celui-ci ?

 

Incontestablement, le protagoniste est Beniño. Après, chaque partie a son personnage principal et j’ai réalisé après coup, que chacun d’eux était en fait caractérisé par le sentiment de ne pas être à sa place. Simon, qui se demande qui il est, Quesada qui se sent illégitime et Beniño qui a l’impression d’être né un siècle trop tard.

 

http://20.img.v4.skyrock.net/208/pause-coffee-bar/pics/1604002912_small.jpgUn des commentateurs de ma chronique a fait le rapprochement avec la trame du film The Fountain, sur le plan du découpage, et aussi le cadre de l’Amérique latine, l’époque des Conquistadores…

 

Marrant. Cela étant, je crois que je me suis endormi devant ce film que j’avais trouvé incroyablement boursouflé… Aronofsky reste pour moi le réalisateur de Requiem for a dream, qui m’avait vraiment retourné (en dépit de l’omniprésence de ce plat de nouilles froides de Jared Leto).

 

L’un des éléments qui ont lancé le bouquin est le thème de l’adoption… Il se trouve que je connais un peu le sujet, et j’ai été carrément bluffé par ton traitement, si loin des images d’Épinal qui sont diffusées partout… Simon n’est pas plus intéressé que ça pour retrouver ses racines, c’est un jeune homme qui a besoin de changer d’air pour réfléchir à sa vie… Et le voyage en Colombie lui offre une belle opportunité…

 

J’étais assez partagé en écrivant cette partie. Fatalement, il y a un peu de mon fils et de ma fille dans Simon. Est-ce que je ne leur volais pas un peu de leur histoire ? J’ai tenté, le plus honnêtement possible, de projeter une réaction possible parmi d’autres. Mais que l’on soit adopté ou non, la quête de sa propre identité est quelque chose de crucial. Le prisme de l’adoption la rend simplement plus évidente.

 

Après, en ce qui concerne ce que j’appelle « l’effet Dolto » dans le roman, c’est quelque chose que j’ai d’ores et déjà pu constater. De la même manière que lorsqu’ils savent que tu as adopté, les gens se croient souvent autorisés à te poser des questions vachement indiscrètes, ils se convainquent très facilement de pouvoir lire dans mes enfants à livre ouvert du simple fait de leur adoption (auquel cas ils ont bien de la chance, parce que moi, je n’y arrive pas plus que n’importe quel autre parent). Du coup, j’ai simplement tenté d’imaginer l’effet que cela faisait de grandir comme en étant « sous verre ». Prétendument lisible aux yeux de tous.

 

De même, j’ai été vraiment convaincu par la Bogota que tu dépeins… J’imagine que tu y es allé ?

 

Nécessairement. Deux fois, et j’ai tenté de restituer la ville telle que je l’ai vue. J’ai fait lire le manuscrit à une copine colombienne qui s’y est bien reconnue.

 

L’immersion est aussi « forcée » par l’usage de nombreux noms que j’imagine être d’origine muisca, ou du moins chibcha… Tu n’as pas eu de soucis avec ton éditrice par rapport à ce choix qui pourrait freiner la lecture ?

 

Muisca. En fait, il existe un projet universitaire dément à Bogotá, où une bande d’enthousiastes indéfectibles se propose de réaliser un dictionnaire muisca en ligne. Il faut savoir que dès les débuts de la colonisation, plusieurs religieux s’y sont essayés et leur interprétation de la langue muisca est largement fautive. C’est donc un long travail auquel se sont attaqués ces universitaires, parce qu’ils partent de ces textes, qu’ils amendent petit à petit.

Quant à leur utilisation, cela n’a pas été un problème. Au fond, ce n’est ni plus ni moins exotique que de l’Elfe ou du Klingon. C’est amusant que ça puisse sembler plus complexe du simple fait que c’est une langue réelle.

Je précise que tous les noms sont des mots-valises en muisca de cuisine que j’ai concocté moi-même. Donc s’il y a bel et bien une signification à tous ces mots ou noms, elle relève largement du bricolage sémantique.


Quelle part de vérité y a-t-il dans la partie consacrée aux Conquistadores ?

 

Tout est rigoureusement exact jusqu’à la bataille qui précède la mort de Cespédes. C’est là, le vrai point de départ de l’uchronie. Je me suis seulement autorisé quelques insertions dramaturgiques. Même les détails de la remontée de la vallée du Magdalena sont authentiques.

 

Tu dis sur le site que la violence inhérente à l’histoire de la Colombie est au cœur de ton roman. Mais au fil de l’écriture, n’as-tu pas senti ton récit t’échapper, pour raconter d’autres choses en plus de cette violence ?

 

Un récit t’échappe toujours un peu (voire beaucoup). Il en dit souvent plus que ce que tu as originellement voulu y mettre. Mais en l’occurrence, ici, la violence n’est qu’un raccourci dramaturgique pour parler de la nature humaine. C’est un symptôme que j’ai placé au cœur du récit pour laisser au lecteur le soin de la diagnostiquer la maladie.

 

Si on lit ton témoignage, l’écriture du roman a été un processus pénible et long pour toi… pourtant tu ressentais un besoin viscéral d’écrire sur la Colombie…

 

L’écriture en général, du moins l’écriture de fiction, est pour moi un processus douloureux. En l’occurrence, D’or et d’émeraude a été un roman complexe à structurer, qui a nécessité beaucoup de documentation et qui a été long, très long à écrire. Je l’ai terminé totalement vidé, sans recul. C’était un tour du monde en solitaire et il a fallu que je me reconnecte avec lui. Ça m’a demandé deux mois. Je ne sais pas si c’était un besoin viscéral, mais le fait est que, une fois les vannes ouvertes, il n’était plus question que je m’arrête.

 

http://cocyclics.org/site-temp/Mnemos_logo_NB.jpgMnémos – à moins que ce ne soit toi – a mis le paquet sur le roman, avec un joli site bien documenté, et un blog associé que tu alimentes assez régulièrement me semble-t-il… Tu continues à écrire encore et encore autour de la Colombie, pays de contraste et de passions…

 

Mnémos m’a soutenu en tout, mais c’est moi qui ai fait ce site. Je n’en avais jamais fait avant, mais je voulais donner toutes ses chances à mon roman. J’avoue que là, je suis un peu trop occupé pour alimenter régulièrement le blog, mais si j’écris sur la Colombie, c’est désormais plus par nécessité que par envie. Au fond, j’ai dit ce que j’avais à en dire. Mais le business étant aujourd’hui ce qu’il est, il faut entretenir le buzz. Tant bien que mal.

 

Quel a été l’accueil public et critique du roman ?

 

Le public, c’est encore un peu tôt. Je constate que selon leur profil, les gens préfèrent l’une ou l’autre partie. Les lecteurs d’imaginaire accrochent globalement bien à la partie uchronique, mais ont du mal avec la première. C’est l’inverse pour les lecteurs de blanche. La seconde partie, en revanche, semble réconcilier tout le monde.

Côté critique, je tombe un peu dans un ventre mou et peu de sites, finalement, s’en sont fait l’écho. En revanche, ceux qui l’ont fait ont eu l’air de bien l’aimer. Et je suis vraiment heureux d’avoir pu lire quelques papiers (comme le tien) racontant une belle rencontre avec l’histoire. C’est très gratifiant.

 

À l'aube du livre numérique, toi qui trempes dans le monde de l'édition depuis de très nombreuses années, quel regard portes-tu sur ce sujet ?

 

On est dessus en ce moment-même. Une coédition avec les éditions Walrus, qui ne fait que du numérique, et justement avec mon background éditorial et dans l’audiovisuel, je me suis beaucoup investi. J’ai fédéré quelques bonnes volontés et sollicité des potes, on est passé en studio pour enregistrer quelques voix, je suis sur les mix, je maquette un cahier photo et quelques petits bonus rigolos.

 

Il est évident que le livre numérique va exploser. Pour l’instant c’est marginal, mais les possibilités offertes sont incroyables. On peut voir ça comme les bonus des DVD, un moyen de rendre la lecture plus ludique et plus riche. Cela étant, je crois que pour l’instant, les éditeurs papier n’ont pas cette culture multimédia et qu’ils n’ont pas encore pris la mesure de ce qui s’offre à eux. Par certains côtés, j’ai la sensation qu’ils ne savent pas par quel bout prendre la chose. Cela demande un œil et des compétences croisées qu’ils n’ont pas forcément.

 

Toi qui es un vrai touche-à-tout, notamment graphiste, est-ce que cette ouverture sur de multiples supports intervient dans tes créations littéraires ?

 

Pas encore. Disons que l’opportunité s’est offerte à moi après coup. En revanche, ayant une vision plus claire de ce que l’on peut faire en numérique, je pense qu’à l’avenir je m’autoriserai plus de choses. Cela étant, un livre doit rester un livre. Ce n’est ni un film ni un dessin animé. Le contenu enrichi doit servir la narration, l’accompagner. Cela doit aider le lecteur à atteindre une immersion plus totale dans la lecture et non pas le sortir du récit. C’est une question de dosage.

 

http://www.ouifm.fr/wp-content/themes/theme_ouifm/images/logo_ouifm.pngPeux-tu nous expliquer ce que tu as fait chez Ouï FM, et au sein de Marche à l’onde ?

 

Toi, tu es allé farfouiller sur mon C.V ! Bon, au moins ça veut dire qu’il est référencé…

 

À OUI FM, j’étais directeur de la production. C'est-à-dire que, pour faire simple, tout ce qui n’était pas en direct passait d’une manière ou d’une autre par mes studios. Pubs, promos, génériques, émissions enregistrées, jingles, habillages etc. C’est donc un poste très technique à la base. Tu passes tes journées derrière une console et devant un Pro Tools. Mais sur une petite radio comme OUI FM, il fallait savoir tout faire : conception rédaction, réalisation, direction de comédiens et même un peu de juridique et d’administratif. C’était assez marrant. J’ai passé quelques super années là-bas, rencontré des personnalités assez fortes et marginales et je m’y suis fait quelques bons potes. J’ai ramené des souvenirs croquignolets aussi : Willy Deville, en manque, qui gerbe dans une poubelle du studio d’antenne, Miossec, ivre mort, qui devait enregistrer une promo pour son

émission, Bashung (Monsieur Bashung !), pétard au bec en train de répondre pendant trois quarts d’heure à une interview de deux questions, Iggy Pop qui reprend Down On The Street à la folk ou Kirk Hammett et James Hetfield en train de faire gouzi-gouzi au poisson rouge de l’assistante commerciale. Je m’y suis bien amusé.

 

Marche à l’Onde, c’est moins rock n’roll. C’est une boîte montée par deux ex-OUI FM (enfin, un ex et un actuel) et qui fait de la radio évènementielle. Des mini-radios, essentiellement destinées à des fins de com’ interne (du bitoubi, comme on dit dans les métiers respectables où on gagne des sous). Et je fais pour eux ce que je faisais à OUI FM : la production. C’est du ponctuel, mais ça se fait dans la bonne humeur et dans la confiance, avec de vieux potes.

 

Toutefois, jusqu’à présent, personne n’a encore vomi dans une poubelle pendant un direct. Mais ça viendra peut-être.

 

Quels sont tes projets, notamment sur le plan de l’écriture, à présent ?

J’étais sur une commande jeunesse qui s’est brutalement interrompue. Du coup je me consacre à la sortie de D’or et d’émeraude. Je travaille aussi beaucoup sur l’édition numérique du livre. J’ai deux ou trois idées en ligne de mire, mais ma priorité est ailleurs pour l’instant, donc ce n’est pas pour tout de suite. Et puis j’ai toujours un projet de BD sur le gaz, avec Diego Tripodi aux
crayons, mais qui, pour l’heure, n’a pas encore trouvé d’éditeur.

 

Éric, merci.

 

Mais de rien, ce fut un plaisir.

 

Retrouvez tout l'univers de d'Or et d'émeraude sur le site officiel du roman. Dans la aprtie "blog", Eric livre de nombreuses clés de lecture ainsi que quelques réflexions sur l'acte d'écrire, le rapport de l'écrivain à son public, etc.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Vie du blog

Il est frais, il est chaud mon 'zine de l'hiver...


Comme d'habitude, supervisé par Alice, retrouvez nos contributions à cette publication virtuelle pour la communauté de blogs d'Over-blog.

 

Spooky

 



AM Zine n°6 - Hiver 2011

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://extranet.editis.com/it-yonixweb/images/PLO/P2/9782259211192.gif

 

De nos jours, les media se font l’écho d’un évènement hors du commun. Les glaces du Groenland, sous l’effet du réchauffement climatique, ont libéré un U-boot, prisonnier depuis la seconde guerre mondiale. Cette annonce de mauvais souvenirs chez Oskar Manstein, philologue émérite de l’Université de Berlin. Avec l’aide de son disciple John Ackroyd, lui aussi spécialiste de langues orientales antiques, il entre en contact avec les autorités américaines, qui complotaient afin d’arriver à cette situation.

Car le sous-marin recèle un terrible secret : le journal de bord d’un savant, maître à penser de Manstein, qui faisait donc partie d’une mission ultra-secrète partie en 1941 en quête du mythe du surhomme sur le site de Thulé. Décodé par l’honorable vieillard, le journal livre donc l’effroyable horreur à laquelle dut faire face l’expédition von Mullendorf dans les glaces du grand Nord, et à laquelle Jack et plusieurs autres vont devoir à leur tour être confrontés…

 

Ecrit par Romain Garnier, lui-même philologue (spécialiste des langues), L’Héritage de Glace est un thriller compact, qui recèle de nombreux éléments, reflétant la grande érudition de son auteur. Certains passages, passionnants, ont leurs revers.

D’abord un problème de rythme se fait rapidement jour. La période pendant laquelle les deux universitaires décryptent le journal est expédiée en une petite vingtaine de pages, alors qu’elle aurait mérité sans doute plus de place. Il est probable que l’auteur –guidé ou pas par son éditeur- ait voulu éviter d’embrouiller le lecteur par un langage trop technique, ce qui est louable dans l’esprit, mais je pense que Romain Garnier avait les capacités de nous proposer un récit intéressant. Bien sûr la séquence suivante est consacrée à la restitution de ce journal, une séquence ma foi plutôt réussie puisque l’on se retrouve peu ou prou dans le sous-genre lovecraftien, du moins sur le plan du thème puisqu’on n’atteint pas la dimension gothico-paranoïaque des écrits du reclus de Providence.

 

Je l’ai dit, le roman est compact, dense. Les chapitres, de taille à peu près classique, sont découpés en longs paragraphes ; trop longs parfois. Quelques respirations liminaires eussent été de bon aloi pour une lecture un peu plus agréable.

 

Les expérimentations nazies avant et pendant la guerre ont créé une sorte de mythe, de légende urbaine les concernant. Du Groenland au Tibet, Hitler aurait envoyé des hommes à la recherche de l’immortalité, de la toute-puissance afin d’assurer les mille ans du IIIème Reich. Romain Garnbier récupère donc cette posture et parle de nombreux mythes indo-européens. Intéressant, mais désordonné parfois.

De même qu’une romance avec une agent de la CIA est amorcée au début du roman ; la façon dont elle est décrite est un peu maladroite. Il en est de même dans une scène de controverse entre sciences dures et sciences molles. L’auteur a probablement mis beaucoup, peut-être trop, de sa personne, de ses opinions, dans le personnage de Jack Ackroyd et ses relations à autrui. Dans ses prochaines aventures –et nul doute qu’il y en aura vue la façon dont le roman s’achève- il faudra mieux doser sa personnalité et prendre du recul.

 

En définitive, un roman intéressant, dense, mais un peu maladroit par moments.

 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

http://fedeylins.kaweb.fr/dmediafiles/biblio/gt1.jpg

 

Etre fedeylin, c'est accepter.

Accepter de sortir de sa bulle le jour de l'éclosion, et rejoindre la rive de son peuple après avoir traversé la mare et ses divers dangers.

Accepter de grandir, de faire l'apprentissage d'une caste prédéterminée jusqu'à devenir adulte et passer ensuite sa vie à travailler au sein de cette caste.

Accepter que la paix fragile entre fedeylins et gluants soit émaillée d'accidents regrettables.

Accepter les raids meurtriers des migrateurs.

Accepter, lors du passage à l'âge adulte, que l'un des Pères, garants de l'équilibre du peuple fedeylin, parachève l'extraction de ses ailes lors d'une cérémonie à laquelle assiste l'ensemble de son peuple.

Mais Cahyl, seul survivant de l'une des pontes de sa mère, ne pouvait accepter tout cela. Né sans marque, toute sa jeunesse n’a été que mensonges et dissimulations. Doté d’une faculté d’empathie sans précédent ou presque, il pouvait lire dans l’esprit de ceux qui l’entouraient, qu’ils soient fedeylins ou gluants. Et puis Cahyl, qui avait peu d’amis, se lia avec Glark, le gluant qui l’avait sauvé des poissons le jour de son éclosion. Une amitié qui le poussera à commettre l’irréparable.

 

J’ai démarré ce roman avec des doutes : un premier bouquin de fantasy, genre ultra-balisé et bouchonné, une jeune romancière qui avait fait ses armes sur un forum d’écriture et de béta-lecture… Le récit débute cahin-caha, on a du mal à comprendre qui sont les Fedeylins, s’il s’agit de créatures originales ou d’allégories de libellules, par exemple… Et puis je me suis pris au jeu. Ce récit à la première personne, dans l’esprit de Cahyl, permet une immersion profonde dans la société fedeylin, dont l’organisation en castes révèle la rigidité. Et Cahyl, différent, contraint à la discrétion, voire à la marge, mais aussi à la pluridisciplinarité dans son apprentissage, nous propose un panorama assez complet de celle-ci. La naïveté initiale du héros, si elle peut être irritante pour un lecteur adulte au départ, permettra à un adolescent d’appréhender le monde à travers un prisme original. Et Cahyl est suffisamment intéressant et logique pour que l’on s’identifie à lui.

Le récit avance donc bien, jusqu’à un rebondissement énorme, en contrepoint à la cérémonie du mudeylin (passage à l’âge adulte), qui est mené de belle façon, et donne vraiment envie de lire la suite des aventures de Cahyl et de son ami Glark.

 

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.audiable.com/Resources/titles/84626100432190/Images/84626100432190L.gif

 

Mes contacts avec les éditeurs de l'imaginaire m'amènent parfois sur des sentiers non battus, vers des ouvrages auxquels je ne jetterais peut-être même pas un seul coup d'oeil, mais qui s'avèrent intéressants, pour telle ou telle raison.

 

C'est le cas de ces Nouveaux nouveaux mystères de Paris. Pourquoi ce titre ? C'est presque une provocation de l'auteure, Cécile Vargaftig, qui cherchait un titre classique, référentiel, et comme Les Nouveaux mystères de Paris étaient déjà pris par Léo Malet pour une série de romans policiers, elle en a simplement mis une couche.

 

Mais de quoi cela parle-t-il ? De frédérique, alter ego de l'auteure, qui se retrouve dans une drôle d'histoire de voyages dans le temps et de passe-murailles dans son Paris chéri.

 

Mais ce roman, c'est bien plus que ça. D'abord nous avons Frédérique, scénariste pour la télévision et accessoirement lesbienne, qui essaie d'influer sur son destin, qui rencontre Manuelle, jeune fille un peu paumée, d'une chatte, Paquita Valdès, qui dialogue avec ces personnages, mais aussi -tenez-vous bien !- avec l'auteure elle-même. Bien plus que l'alibi d'une intrigue qui finalement tient sur une feuille de papier à cigarette, le roman nous présente une mise en abyme du métier d'écrivain, puisque Cécile Vargaftig nous fait régulièrement part de ses doutes, de ses trous d'inspiration, elle-même s'en ouvre à ses personnage, à la chatte entre autres, qui explique entre deux secouages ou griffures d'auteure que les chats ont beaucoup oeuvré pour la littérature, littéralement. L'exercice pourrait tourner jusqu'au vertige, mais Cécile Vargaftig parvient à maintenir un équilibre précaire pour que le lecteur ne se perde pas, elle a conscience du caractère bancal de sa narration, de la façon dont son humeur et même sa vie privée influent sur son écriture, et nous livre ses pensées dans un exercice qui fait fortement penser à de l'écriture automatique. Elle met aussi dans son récit des bouts des bouquins qu'elle lit pendant ce temps, ce qui rajoute un niveau de lecture supérieur. Si je vous parle un peu en détail de tout cela, c'est que l'écriture, et ses affres, sont le véritalbe sujet du bouquin.

 

L'élément fantastique est un buffet Henri II, tranquillement placé dans un appartement de l'est de Paris, qui permet, lorsqu'on se couche à l'intérieur, de voyager dans le temps. L'auteure ne s'embarrasse pas d'explications techniques, visiblement pas à l'aise avec le genre, mais s'attache à entremêler ces différents niveaux de narration.

 

Roman semi-autobiographique, roman sentimental avec des morceaux de fantastique dedans, essai informel sur l'art d'écrire, il est difficile de classer cet ouvrage, et Cécile Vargaftig en est bien consciente. ce côté fourre-tout est d'ailleurs l'identité la plus prégnante du bouquin, plutôt intéressant. une véritable curiosité.

 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres
http://www.ombres-blanches.fr/Visuels/642/9782075013642_1_75.jpg
Lors d'une mission particulièrement éprouvante, Ombe sauve la vie d'un loup-garou. Elle ne l'aurait peut-être pas secouru si elle avait su qu'elle en tomberait amoureuse... Car son corps a beau être incassable, son coeur, lui, ne l'est pas. 

Ce quatrième tome de la saga a quelque chose de très particulier, et représente à lui seul un tournant dans la série, même s'il n'était pas pensé comme tel. Il s'agit en effet du dernier livre écrit par Pierre Bottero avant son décès. Un livre publié tel quel, sans retouches, et c'est surtout là où qualitativement on se retrouve face au talent de cet auteur, capable de proposer dès le premier jet une histoire avec un rythme nerveux, centrée autour d'une héroïne à la personnalité forte mais non moins emprunte de faiblesse.

Même si j'apprécie les facéties et le côté un peu geek-magicien de Jasper, j'avoue avoir dès le début préféré les aventures d'Ombe, et ce même si le tome 3, et même ce tome 4, permettent de creuser un peu plus la personnalité de Jasper, et les faiblesses derrière sa maladresse. Ombe est un personnage original, doté d'un background mystérieux et relativement sombre, ce qui en fait d'emblée une personnalité attirante, voire attachante.

Le ton est ici plus adulte, plus urbain également, Ombe nous offrant comme pour le tome 2 une histoire qui dévoile davantage la noirceur de l'univers dans lequel évolue les deux héros. Une histoire qui voit de nouveaux doutes se former, vis à vis de certains personnages secondaires tout d'abord, mais aussi vis à vis de ce qu'est réellement Ombe. Le style de Bottero amène ces différents éléments de main de maître, sans ambages mais avec un rythme haletant, qui prend encore de l'ampleur à quelques pages de la fin.

Chapeau bas Monsieur Bottero, j'ai découvert votre plume avec cette série et à la lecture de ce dernier texte, je sens que je vais rapidement prendre plaisir à découvrir vos oeuvres passées, à défaut de pouvoir un jour en lire de nouvelles.

Souhaitons à Erik L'Homme de reprendre avec panache la suite des aventures des deux héros, mais je n'ai pas vraiment de doutes à ce niveau.

 

 

Vladkergan

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.imaginelf.com/wp-content/uploads/2011/02/d-or-et-d-emeraude-holstein.jpg

 

Voilà un étrange roman...

 

Cela débute un peu comme un roman initatique, avec l'histoire de Simon, 25 ans, français adopté en Colombie, qui décide sur un coup de tête de partir à la recherche de ses origines pour y trouver un destin hors du commun. Une seconde partie nous met sur les traces du lieutenant-général Quesada, officier espagnol parti conquérir un empire, celui des Muiscas, dans les années 1540, dans des contrées qui deviendront plus tard la Colombie. Quant à la troisième partie, c'est elle qui jette le trouble chez le lecteur, puisque nous sommes à une époque contemporaine, mais que les pays, les institutions ne sont pas les mêmes, alors que cette société est elle aussi héritée de l'empire chibcha, dont l'ethnie muisca fait partie...

 

Trois parties distinctes donc, où, vous l'aurez peut-être compris, l'auteur joue le jeu délicat de l'uchronie et du paradoxe temporel. Car oui [SPOILER], la première et la troisième sont clairement deux orientations différentes d'une même histoire, deux conséquences possibles d'un évènement qui eut lieu au creux de l'Amérique latine dans les années 1540.[/FIN SPOILER]

 

Eric Holstein a une plume très agréable. La première partie, contemporaine, nous emmène dans une Bogota très évocatrice, peuplée de mille détails visuels, sonores et olfactifs, sur les pas d'un jeune homme un peu perdu à la recherche de son passé. Au passage Holstein a su s'emparer du sujet délicat de l'adoption (internationale) de façon aussi sobre que bien informée, au point que je me suis demandé si ce n'était pas simplement un pan de sa vie qu'il nous racontait... Un grand bravo donc pour cette partie, réellement très réussie.

 

L'entame de la deuxième m'avait un peu désarçonné, avec son vocabulaire qui, s'il est adapté à l'époque dépeinte (le XVIème siècle, je le rappelle), n'en était pas moins un peu chaotique. mais au bout de quelques pages l'auteur rectifie le tir, s'attachant plus à décrire l'atmosphère et les paysages que traversent ces Conquistadores dans un pays hostile. L'immersion est presque totale par moments, et je me suis pris au jeu, me demandant comment ces deux parties pouvaient s'articuler. A noter que le livre tourne autour de la légende d'El Dorado, celle d'un roi chibcha, surnommé Zipa, qui se faisait recouvrir de poudre d'or (adhérant à sa peau grâce à une résine spéciale) qui se faisait immerger dans une lagune penddant que ses sujets jetaient ors et bijoux dans cette même étendue d'eau. Une légende qui a fasciné chercheurs, historiens et auteurs...

 

Et puis la troisième partie, elle aussi écrite sur un ton moderne, accentue le caractère d'étrangeté de l'ensemble, il m'a fallu un peu de temps pour comprendre que le lien entre les trois parties était sous-jacent, mais complètement intime. L'articulation dans cette partie se fait grâce à un bouquin, un paradoxe temporel qui m'a rappelé un peu les ressorts du formidable roman d'Andreas Eschbach Jesus video (tiens, il faudrait que je retrouve la chronique que j'avais écrite à l'époque).

 

A son exercice -assez brillant par encroits-, Holstein a rajouté, via des annexes, quelques éléments donnant des clés de lecture. D'abord un article issu de la revue Histoire qui amorce le "et si..." qui sous-tend toute une partie du roman, mais aussi un lexique permettant de comprendre un certain nombre de termes muiscas, que Holstein utilise massivement. Une bibliographie, de Bolivar à Clara Rojas (oui, la secrétaire d'Ingrid Bétancourt), ainsi qu'un site-projet d'étudiants ayant tenté de reconstituer le vocabulaire muisca.

 

Un bouquin un peu inattendu, aux atmosphères réussies, qui mérite une belle exposition.

 

Spooky.

 

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog