Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.stephenking999.com/local/cache-gd2/5f09c57b24af3af30ec9a3ed22e3cd3c.jpgLe Dôme : personne n'y entre, personne n'en sort.

 

Si vous avez lu mon billet sur le tome 1, vous savez que le Dôme enserre toujours Chester's Mill, petite ville du Maine, la coupant irrémédiablement du reste du monde. Permettant à un dictateur d'opérette de faire régner la terreur dans la ville. Obligeant les habitants à jouer la seconde partie d'une tragédie en deux actes. Les morts s'accumulent, les émeutes couvent, et ceux qui pourraient mettre fin à cette mascarade -ou du moins ramener un semblant de calme- se retrouvent soit à l'ombre, soit six pieds sous terre, quand ils ont la chance d'être enterrés.

 

Le Dôme du titre, dont King ne parle presque plus directement pendant une bonne aprtie du roman, préférant se concentrer sur les conséquences de sa présence sur les résidents de Chester's Mill. Son action lente mais insidieuse, sur chacun d'entre eux. L'air, privé de vent et de pluie, devient de plus en plus malsain, en plus d'une chalmeur croissante (alors que l'on est en plein automne). certains, désespérés, décident de mettre fin à leurs jours ; d'autres sont pris d'une folie meurtrière ; d'autres encore abusent de leur position de pouvoir -instituée par le tyran à deux euros- pour commettre les pires exactions. De nombreux évènements émaillent la nouvelle vie de Chester's Mill. des discours pompeux, des retrouvailles organisées par les autorités -les vraies- de part et d'autre du Dôme, sous l'oeil compatissant du monde entier via la télévision.

 

Je l'ai dit, c'est une véritable étude entomologiste que nous propose King. Chester's Mill dépasse le millier d'habitants, et même si une demie-dozaine d'entre eux représentent un véritable enjeu dans le récit, ils sont tout de même plus de 60 à interagir de façon plus ou moins importante. Pour qu'on puisse tous les suivre, l'auteur découpe son récit en chapitres courts -parfois moins d'une page, le plus souvent moins de 10- en essayant de faire avancer leurs arcs narratifs respectifs de façon presque parallèle, le plus souvent. Il y a pourtant un manque, voulu. Celui, celle ou ceux qui a/ont installé le Dôme est/sont le(s) seul(s) personnage(s) dont on ne sache rien pendant toute la durée du récit. Ou pas. Le elcteur lambda n'est cependant pas trop perdu parmi cette foule de personnages, l'auteur rappelant régulièrement, pour les personages secondaires du moins, quelle est leur fonction ou leur statut.

 

Une note négative cependant, un petit carton jaune pour l'éditeur français, Albin Michel. D'abord le sous-titre présent sur les deux couvertures... Ces "Roman 1" et "Roman 2" qui ne signifient pas grand-chose, puisqu'il s'agit des deux tomes d'un seul et même roman, et que le second n'est pas compréhensible sans le premier et vice-versa. dans le même genre, la tomaison n'apparaît pas sur la tranche des deux gros bouquins, ce qui est un peu gênant quand on les range de façon classique. Le second point un peu négatif concerne la traduction. Sans retirer à William olivier Desmond la qualité de son travail, et ce, depuis de longues années, il me semble qu'il y a eu un peu de précipitation. Quelques fautes de frappe, d'orthographe -ce qui n'arrive JAMAIS dans une traduction de King- mais aussi des petits passages dont la compréhension est obscure. cela n'impacte absolument pas la lecture ni la bonne compréhension de l'ensemble, mais m'a fait tiquer, ainsi que d'autres lecteurs. Des errements mineurs inhabituels, qui auraient pu être évités avec une relecture supplémentaire je pense ; si la parution des deux bouquins (1 200 pages, je vous le rappelle) avait été décalée d'un mois, je pense que cela n'aurait pas posé de problème envers le lectorat potentiel.

 

Dôme est donc une lecture intense, avec beaucoup de morceaux de bravoure, qu'ils concernent une foule immense, un jeune garçon au bord de la mort ou deux junkies croyant se faire les messagers de Jésus. King manie à merveille l'exercice dramatique, et les pages que j'ai tournées sont riches en émotion. La fin est bien sûr importante, et elle laissera sans doute beaucoup de lecteurs frustrés, mais je ne dirai pas pourquoi, sinon je vous dévoilerais tout, alors que le but de mon double billet est justement de vous inciter à lire ce pavé. Deux fois 22 euros, c'est une grosse dépense, mais le plaisir de lecture est bel et bien là. Le King est bel et bien de retour.

 

 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://crepusculaires.files.wordpress.com/2011/02/dome1.jpg

 

Tout comme je me fais de temps en temps des "sessions" Tolkien, il arrive que parfois je meretrouve à lire plusieurs ouvrages d'un même auteur. En ce moment c'est Stephen King qui y a droit, puisqu'après avoir achevé la lecture de l'adaptation de La Tour sombre en comics (ou plus exactement l'adaptation de l'un des arcs narratifs de cette série), je me suis lancé dans la lecture d'American Vampire, premier comic spécifiquement écrit par le King. Et puis, actu oblige, j'ai attaqué la lecture de Dôme, son énorme diptyque de 1 200 pages dont les premiers échos ont été assez positifs. Par exemple l'ami Shanaa, lui aussi kingophile devant l'Eternel, en dit le plus grand bien sur son blog. N'ayant pas la prétention d'en parler aussi bien que lui, je vais tout de même tâcher de vous en toucher deux mots.

 

Imaginez Chester's Mill, petite ville tranquille du Maine, mais typique des villes à la King, comme la défunte Castle Rock, qui est d'ailleurs voisine de ladite localité. c'est à dire avec des habitants ayant souvent des blessures secrètes, des vices cachés, des politiciens véreux, des commerçants honnêtes ou pas. Une petite ville qui du jour au lendemain, sans crier gare, se retrouve entièrement isolée du reste du monde par un dôme transparent mais impossible à percer. Du coup la petite société qu'est Chester's Mill va devoir se réorganiser, les ennemis d'hier vont devoir collaborer, plusieurs drames vont faire prendre conscience aux habitants que l'heure est grave... La ville est donc mise sous cloche, et cette micro-société va donc devoir évoluer, survivre, avec ses forces et ses faiblesses, et peut-être, qui sait, un ver dans le fruit...

 

J'ai dévoré ce premier tome. 630 pages en une semaine, je crois que je n'ai plus fait ça depuis plus de 15 ans. Le King est de retour avec ses tripes et son stylo (ou son clavier) d'enfer. Le roman est d'une extrême maîtrise, on y retrouve beaucoup de choses qui font que l'auteur a été le plus vendu au monde pendant je ne sais combien d'années. On retrouve plus ou moins l'ambiance du cycle Castle Rock (titre officieux et purement de mon invention), c'est à dire un univers se réduisant presque à une petite ville de quelques milliers d'habitants, de nombreux personnages dont les destins vont se croiser, pour le meilleur et peut-être pour le pire (surtout pour le pire, avec King, c'est souvent le cas), un dosage parfait entre passages introspectifs et pures scènes d'action (il y a une scène d'émeute dans ce premeir tome, par contre je l'ai trouvé moins réussie que celle, dramatique au possible, mettant en scène le jeune Rory Dinsmore). Pour que l'on ne s'y perde pas (trop), l'auteur (ou l'éditeur) a eu la bonne idée de mettre en début de l'ouvrage la liste des personnages (il y en a plus de 60) qui interviennent peu ou prou dans l'intrigue ; il y a également un plan de la ville de Chester's Mill.

 

En résumé, ce premier tome est l'un des meilleurs jamais écrits par Stephen King, renouant avec les thrillers horrifiques de la grande époque. A bientôt pour une chronique du second volet du diptyque.

 

Spooky.

 

http://jccclib.files.wordpress.com/2009/11/under-the-dome-by-stephen-king-full-cover.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.florence-magnin.fr/couv/voyage-en-arcturus.jpg

 

Nous sommes en 1920. La littérature fantastique est un peu en sommeil. Les derniers auteurs marquants sont HG Wells (qui écrit encore à cette époque, mais ses récits trop politisés ont perdu de l'intérêt) et Bram Stoker. Kafka et Lovecraft viennent toiut juste de sortir leurs premiers romans marquants, mais le vide est presque sidéral car ce dernier par exemple, ne sera quasiment pas publié de son vivant. C'est dans ce contexte que s'inscrit le roman de David Lindsay, un classique inconnu du grand public, et qui pourtant mérite le détour à titre historique.

 

Londres, années 20. Au cours d'une séance de spiritisme, un étrange personnage fait soudain irruption dans la pièce au moment même où se matérialise le spectre, qu'il « tue » sans autre forme de procès. Pour toute explication, il invite Maskull, l'un des assistants, à le suivre jusqu'à son observatoire et lui propose de l'envoyer, à bord d'un étrange vaisseau de cristal, sur une planète où il pourra rencontrer le « maître de tout ».
Ainsi commence pour Maskull, catapulté dans un décor d'une beauté inouïe, parmi les êtres les plus improbables, une aventure qui va d'heure en heure à la fois l'éclairer sur lui-même et épaissir le mystère de sa présence en ces lieux.
Un voyage au fond de l'âme humaine, un classique de la littérature anglaise, l'œuvre d'un authentique génie visionnaire.

 

 

La conquête spatiale n'est pas encore au goût du jour, et Lindsay, comme beaucoup d'écrivains de son temps, ne peut proposer un habillage technologique au voyage de ses personnages ; ainsi le voyage vers Acturus, ou plutôt le transfert, est-il vite expédié en quelques lignes d'une vacuité très compréhensible, l'auteur se concentrant sur la découverte de la planète Tormance, qui tourne autour d'Arcturus. Sa faune et sa flore exotiques. Ses habitants aussi, si particuliers... Lindsay intègre d'ailleurs un élément intéressant dans l'interaction avec ses personnages : une forme d'échange biologique et morphologique que je n'ai jamais lue ailleurs... Maskull est catapulté dans un monde étrange, étranger, il se retrouve en quête d'une figure divine, et au cours de son errance il va croiser des personnages qui vont influer sur sa façon de percevoir les choses, sa façon de penser la sexualité, son rapport à la musique, à la vie... Au fin fond de l'univers, Maskull va peut-être se trouver, lui, au lieu de trouver la vérité... 

 

Voyage en Arcturus est une lecture dense, parfois ardue, à la limite de la métaphysique par moments. Merci à Herveline de m'avoir donné envie de lire ce livre, c'est un classique très intéressant et désormais difficile à trouver...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.eclipse.fr/images/stories/couvertures/bitlit/londres_1.jpg

 

Son nom est Pete Caldecott. Elle n’a que 16 ans quand elle rencontre Jack Winter, un mage charismatique qui l’initie au monde de la sorcellerie. Mais un esprit invoqué par Jack le tue devant les yeux de Pete… enfin c’est ce qu’elle pensera pendant toute son enfance. Devenue détective au Scotland Yard, Pete enquête sur le kidnapping d’une jeune fille dans les rues de Londres. Un informateur à des indices pour la police, mais lorsque Pete le rencontre, elle découvre que ce dernier n’est autre que Jack. Il n’est plus que l’ombre de lui-même, mais il sait où sont les kidnappeurs : ils se cachent dans le monde magique des faés. Bien qu’elle ait passé de nombreuses années à essayer d’oublier le monde surnaturel, elle ne peut que suivre Jack dans le royaume invisible des faés, où elle espère découvrir la vérité sur l’enlèvement, et sur ce qui est arrivé à Jack, 10 ans auparavant.

 

 

Me revoilà à lire de la bit-lit, alors que mes premières lectures dans ce sous-genre ne m'avaient pas laissé que des bons souvenirs. C'est en fait l'interaction de l'héroïne avec l'univers des faés qui m'avait interpellé au départ, et incité à ouvrir ce bouquin à la maquette séduisante. Nous suivons donc les aventures d'une fliquette britannique, qui se retrouve avec un amour d'adolescente qu'elle croyait mort, à enquêter sur des disparitionsqui auraient à faire avec un monde parallèle, un monde que l'on ne peut pénétrer que par la magie. Ca tombe bien, l'ancien amour en question est un mage, il connaît bien les ennemis de Pete, et elle-même va se découvrir des ressources insoupçonnées. Menée tambour battant dans une Londres qui semble recéler nombre de recoins sombres, l'enquête nous emmène à Whitechapel, entre autres, un lieu chargé de symbolisme. Caitlin Kittredge, écrivain américain, nous propose donc un dépaysement contemporain, avec des personnages modernes, ainsi qu'un aperçu du vaste univers de la magie, enfin de certaines formes de magie.

 

Ca se lit bien, sans grand effort, on a du plaisir à suivre ces deux héros... Cependant je ne suis pas sûr de lire la suite, je préfère un fantastique plus classique. Mais si vous êtes amateur de bit-lit, ce livre est fait pour vous !

 

Spooky.

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Vie du blog

Et voilà, le 5ème numéro du 'zine de la communauté de blogs Autres mondes est enfin dispo... Comme d'habitude un grand bravo à Alice, rédactrice en chef, et à toutes celles et tous ceux qui y ont participé :)

J'invite mes camarades blogueurs à nous rejoindre, Steph', pierig, ça ne vous dit rien ?

 

Spooky

Autres Mondes Zine n°5 - automne 2010

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog