Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky

 

 

Plutôt enthousiasmé par mes différentes letures de polars nordiaques, j'ai voulu tenter cette nouvelle sortie, nettement mise en avant pas Albin Michel.

Une auteure suédoise, pourquoi pas ? Sauf que très vite j'ai dû un peu déchanter...

 

À 145 kilomètres du cercle polaire, dans l’atmosphère crépusculaire du Grand Nord, un petit village aux environs de Kiruna, ville natale de l’avocate, est sous le choc : le pasteur de la paroisse – une femme – vient d’être assassiné. En mission là-bas pour son cabinet d’avocats, Rebecka remonte la piste de cette affaire qui réveille le souvenir traumatisant d’un autre meurtre…

 

Rebacka n'est pas la seule héroïne du roman. Nous sommes aussi dans la tête de Lisa Stöckel, paroissienne de Jukkasjärvi, celle de Lars-Gunnar, policier à la retraite avec un fils attardé mental, celle d'un prêtre et d'un vicaire... Et dans celle d'une louve. Et là vous vous dites : mais quel rapport ? C'est la question que je me suis posé tout du long de ma lecture, d'autant plus que l'arc narratif concernant cette louve clôt le roman, sans que jamais celui-ci ne croise les autres intrigues. Alors bien sûr, il y a un côté allégorique, mais même en me mettant dans cette posture, je n'ai pas su raccrocher les wagons. Peut-être une dimension scandinave que je n'ai pas su saisir...

 

La multiplicité des points de vue n'a donc pas aidé à ma lecture, d'autant plus qu'Asa Larsson use et abuse des flashes-backs. Pour TOUS les personnages, pas seulement Rebecka, qui semble être son personnage fétiche. Autre souci, la traduction, dont je ne juge pas la qualité générale, mais qui n'a visiblement pas bénéficié d'une grande relecture par moments : oublis de transcription, mots oubliés ou superflus... C'est assez dommageable et surprenant, surtout chez un éditeur de la taille d'Albin Michel.

 

Quant à l'histoire elle-même, je l'ai trouvée sans ressort, assez plate pendant 400 pages, sachant que le roman en fait 470. Et l'évènement qui permet à l'enquête de décoller est tellement tirée par les cheveux que j'en ai presque ri. A côté de cela Asa Larsson sait installer des ambiances particulières, mais n'en profite pas vraiment. Dommage car cette région proche du cercle arctique est propice à de beaux morceaux d'écriture, à mon humble avis.

 

Bref, une déception assez nette.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Reportages

 

THE PLACE TO BLEED

(Oui, ce slogan est de moi)

Et voilà, je vous en avais un peu parlé en amont, le troisième Salon du Vampire a fermé ses portes.

 

Alors, comment ça s'est passé ? Eh bien les amateurs étaient invités à se rendre à la Maison des Italiens, une salle -encore une fois trop petite- situé à une station de tramway de la gare de la Part-Dieu, pour rencontrer des auteurs, des éditeurs, assister à des tables rondes, se faire prendre en photo dans des décors vampiriques... Car la thématique de cette troisième édition était celle des chasseurs et chasseuses de vampires, comme en témoigne le joli minois qui vous accueillait près de l'entrée :

 

 

Le coeur de la manifestation était l'espace exposants, partagé entre éditeurs, libraires, artistes et stands associatifs. Lesquels ont su faire preuve d'originalité pour attirer le chaland...

 

 

 

D'autant plus que quelques auteurs sont venus signer leurs ouvrages consacrés au genre :

 

La dernière partie du Salon était réservé aux tables rondes, qui ont jalonné les deux jours de manifestation. Les sujets ? "Dracula contre Van Helsing, face à face originel", "Quels codes graphiques pour le chasseur ?", "Chasser à Sunnydale : une histoire de filles ?", "Entre sciences et surnaturel : rapporter l'hystérie", "Le Chasseur, cette créature contemporaine", "Quelle mythologie pour le chasseur de vampire ?". Une programmation dense, où les auteurs invités sont venus apporter leurs connaissance et leurs propres ajouts aux questions posées. Pour alléger un peu le programme, une association est venu faire une démonstration (en trois temps) de self-défense spéciale vampires, et le réalisateur Bertrand Demarre est venu présenter son court-métrage "Road 666", dont la production venait de se terminer. Le public, qui a répondu présent à chaque animation, a aussi pu écouter deux masterclass, l'une consacrée à Mathieu Guibé, l'autre à Aurélie Mendonça, tous les deux contributeurs littéraires du genre.

 

 

 

 

Comme je l'ai dit le public était très présent pendant les deux jours. L'objectif initial, d'environ 200 personnes, a été dépassé à 17 heures le samedi, pour une affluence doublée au final. Il n'était pas rare de croiser des visiteurs aux tenues inhabituelles au détour des stands, pour le plus grand plaisir des photographes et documentaristes présents.

 

 

 

Autre plaisir visuel, l'association AOA production, qui réalise plein d'évènements à Lyon et ailleurs (comme les Zombies Walks) proposait aux visiteurs de de faire photographier -par un professionnel, Toumy, dans un décor inspiré de la série Buffy contre les vampires. Une animation qui a eu un très grand succès, il y avait presque constamment la queue.

 

 

Cette année l'organisation du salon a été gérée par un groupe de bénévoles bien plus important, puisque nous étions 25 à nous relayer à l'accueil, l'animation, le bar, la cuisine, l'assistance aux auteurs, le vestiaire, etc. Une organisation sans faille, qui a permis à la manifestation de se dérouler sans le moindre accroc pour les mordus. Un état d'esprit de camaraderie et de respect du travail a régné tout le long du Salon, provoquant sans doute de nombreux pincements au coeur au moment de quitter le 82, rue du Dauphiné, à Lyon...

 

 

Difficile d'en parler sans rentrer dans le dithyrambique, mais les faits sont là, le succès est public, les intervenants sont tous contents, et tous en redemandent. Et si vous voulez voir encore plus de photos, c'est par ici.

 

A dans deux ans ?

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Si vous suivez régulièrement ce blog, vous devez savoir que je suis un grand fan de Stephen King, l'auteur aux 350 millions de livres vendus dans le monde. Vous avez aussi, peut-être, que lors de sa tournée promotionnelle en France l'année dernière, j'ai fait partie des happy few qui ont pu le rencontrer et assister à sa conférence. Parmi les autres heureux élus se trouvait aussi Alexandra Varrin, jeune auteure dont la vie a été marquée par la rencontre avec l'oeuvre de King.

 

L'expression n'est pas galvaudée, car elle a construit son imaginaire, depuis ses 10 ans, avec les personnages et l'écriture de l'auteur de Ça. Et comme plusieurs centaines de fans, elle a enfin pu croiser son idole en novembre 2013. Ce qu'elle raconte dans ce livre, c'est cette rencontre, réitérée, puisqu'elle a eu la chance d'assister à chacune des apparitions publiques de King lors de cette semaine si particulière. D'abord la conférence de presse, au milieu de 300 journalistes dont la plupart savaient à peine QUI est King. Mais celui-ci, par ses traits d'esprit et sa gentillesse, conquiert vite son public. Alexandra lui remet, avant l'exercice, un panier contenant quelques menus cadeaux représentant la France. C'est ensuite la séance de signature dans un complexe cinématographique, avec une nuit entière passée sur place pour être parmi les premiers à obtenir l'autographe tant désiré. Ce moment où, tétanisés, les fans ne peuvent grommeler qu'un vague "Bonjour, je m'appelle Couillon, j'aime beaucoup ce que vous faites, merci, au revoir", et s'effondrer de bonheur à la sortie.

 

Troisième rendez-vous, dans les studios de France 5 pour l'émission La Grande Librairie, où le présentateur pose des questions pertinentes à son invité entre deux reportages sur son oeuvre et son histoire. Ce moment si particulier ensuite, dans les locaux du Mouv', pour une émission radio avec douze auditeurs triés sur le volet, qui pourront lui poser directement des questions. La proximité avec l'auteur n'aura peut-être jamais été aussi forte, et le fait de pouvoir lui parler quasiment directement -avec l'aide d'un traducteur- remplit Alexandra d'extase. La personnalité de SK se dévoile un peu plus ; il s'agit d'un homme simple, aux idées politiques non alignées mais claires, d'une gentillesse infinie et grand amateur de rock n'roll. Notre jeune auteure en profite pour évoquer avec lui la figure centrale de la Tour Sombre, Randall Flag, alias l'homme en noir, qui porte de nombreux autres noms dans d'autres romans, et d'apprendre qu'il échappe à son créateur...

 

Ces différents comptes-rendus sont ponctués -et souvent intimement mêlés- à l'évocation assez large de la jeunesse d'Alexandra, dans une Franche-Comté maussade (comme le Maine où a toujours vécu King), mais entourée de l'amour de sa mère et ses grands-parents, mais sans père (comme son auteur préféré), et la façon dont elle a perçu les romans les plus importants de SK. Au sommet desquels se trouve le cycle de la Tour sombre, point de convergence de tous ses romans et sorte de manifeste artistique et philosophique. Une oeuvre que l'auteur considère comme "toute sa vie", et dont il craint un jour l'adaptation télévisuelle ou cinématographique. Voir Roland de Gilead figé à jamais sous les traits d'un acteur, fût-il prodigieux, est sa plus grande crainte.

 

Au final, même si j'ai vécu moi aussi quelques-uns des évènements dont parle Alexandra dans son roman, savoir ce qu'il s'est passé dans les autres m'a beaucoup intéressé. La partie introspective du récit pourrait rebuter certains lecteurs avides surtout de sensationnel et/ou de factuel sur cette tournée, mais elle permet de bien saisir la portée de l'évènement pour une jeune femme qui aurait sans doute pris une toute autre voie si elle n'avait pas rencontré dans ses livres cet auteur.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Après une série de polars nordiques, me voilà sur des contrées plus classiques, celles de la ville de Boston, pour une enquête, ou plutôt deux, qui prennent pied dans la capitale du Massachusetts.

 

Le commandant D.D. Warren a 41 ans, un compagnon flic comme elle et un bébé de plusieurs mois, quand une étrange affaire de pédophiles assassinés lui est confiée. Et presque dans le même temps elle fait la connaissance d’une jeune femme persuadée qu’elle va mourir dans les jours à venir, assassinée comme ses deux meilleures amies à un an d’intervalle, exactement un an. Mais très vite elle acquiert le sentiment que Charlene Rosalind Carter Grant (oui, c’est son nom complet, et cela a son importance), visiblement très perturbée, lui cache des choses, et que le coupable n’est peut-être pas celui ou celle que l’enquête laisse croire…

 

Lisa Gadner écrit depuis 15 ans –notamment- de front deux séries de thrillers, l’un mettant en scène deux profilers du FBI, qui sont père et fille (et qui apparaissent brièvement ici), et la série mettant en scène l’inspecteur Warren. Elle écrit aussi sous le pseudo d’Alicia Scott, depuis 1992, dans des romans à suspense teintés de romance.

 

Après Preuves d'amour dans lequel l'héroïne était différente, et malgré le fait que DD Warren ait été l’héroïne de quatre romans avant celui-ci, j’ai pu rentrer dans son univers sans problèmes, l’auteure préparant bien le terrain au sujet de son âge, sa vie de famille, son passif de fliquette qui en a bavé. Malgré la facette plus sentimentale de son œuvre (mais très peu présente ici), Lisa Gardner fait preuve d’une grande efficacité dans son écriture, j’en veux pour témoins plusieurs scènes qui m’ont littéralement scotché, dont une concernant une intervention policière vue du point d’une réceptionniste téléphonique du 911. Et, comme il faut s’y attendre, le récit recèle plusieurs surprises et retournements de situation, mais ils ne paraissent pas téléphonés, sont plutôt bien amenés…

 

Une bonne lecture, la deuxième après Preuves d'amour.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Il y a quelques jours nous commémorions les 41 ans de la disparition de John Ronald Reuel Tolkien. L'auteur du Hobbit et du Seigneur des Anneaux a entretenu, tout au long de sa vie d'adulte, une correspondance très importante. Que ce soit auprès de ses proches (sa future femme, ses enfants, ses amis), de ses lecteurs ou de ses relations de travail (professeurs de philologie, éditeurs...). Avec l'aide d'Humphrey Carpenter, biographe officiel de son père, Christopher Tolkien a rendu publique une partie de cette oeuvre épistolaire dense en 1981. C'est seulement en 2005 que les éditions Bourgois ont traduit cette somme, et qu'en 2013 que les Editions Pocket en proposent une version poche, lue ici.

 

Je ne vais bien sûr pas vous parler en détail des quelques 350 lettres réparties sur les 800 et quelques pages, mais dégager quelques tendances et quelques points forts. Il y a -et c'est normal- peu de missives à caractère confidentiel ou intime, même si pendant la seconde guerre Tolkien a beaucoup écrit à son fils Christopher, mobilisé et muté en Afrique du Sud, ou lui-même avait vu le jour. Outre le fait que le jeune homme manquait beaucoup à son père, c'est aussi une correspondance de travail, puisque Chris était devenu, avant de faire son service militaire, le secrétaire et l'assistant de son père, notamment en dessinant la carte de la Terre du Milieu qui devait accompagner l'édition du Seigneur des Anneaux alors en cours de rédaction. La majeure partie des Lettres concerne en effet sa création littéraire, entamée dans les années 1910 par des poèmes, et qui se continuera toute sa vie, avec seulement deux romans publiés de son vivant, le Hobbit et le Seigneur des Anneaux.

 

Les échanges épistolaires avec ses éditeurs révèlent un homme fort humble, disposé -du moins à ses débuts- à se plier à toute demande de ceux-ci, mais aussi fort soucieux de la réception de ses écrits par ses primo-lecteurs, parmi lesquels, outre son fils Christopher et l'ami écrivain C.S. Lewis, se trouve Rayner Unwin, le fils de son éditeur d'alors. C'est lui qui "lit", au sens éditorial du terme Le Hobbit, et c'est lui qui pousse son père à la publier, avec enthousiasme. Il y a aussi un côté un peu auto-apitoiement, Tolkien parlant régulièrement de ses soucis de santé, qui ont l'air nombreux dans les années 1940. L'une des raisons pour lesquelles, en plus de son travail d'enseignant dans différentes universités, l'organisation de la défense passive dans sa région et une vie de famille fort remplie avec quatre enfants, la rédaction du Seigneur des Anneaux prend autant de temps. Rappelons qu'il y a travaillé de 1937 à 1950, par intermittences, et parfois rattrapé par la lassitude devant l'énormité de la tâche. Tolkien le dit lui-même dans une de ses lettres : "J'ai créé un monstre" ; c'est à dire une oeuvre qui échappe à son créateur, qui l'a emmené sur des chemins non prévus au départ, et dont le succès, foudroyant, va le surprendre. Car comme il le dit lui-même, c'était avant tout pour lui qu'il avait créé cet univers, en partant de diverses langues, puis en imaginant les légendes qui pourraient illustrer ces langues...

 

Entre les lignes, on s'aperçoit que le Professeur a une sainte horreur (en vrac) des machines, de la guerre (dont le SdA n'est PAS une allégorie, même si l'atmosphère a dû influer sur son écriture), de la France, ou plutôt de la langue française, de Shakespeare...

 

L'un des aspects les plus étonnants de son oeuvre est l'absence de cultes dans celle-ci, alors que lui-même est un fervent catholique. A ceux qui lui posent la question, il répond que l'élément religieux est absorbé dans l'histoire et dans le symbolisme. Comment, en effet, ne pas voir une figure christique en Aragorn, capable -entre autres- de guérir par simple imposition des mains ? La question des traditions maritales chez les Hobbits est également évoquée, et on sent Tolkien TRES investi sur la question.

 

On sent parfois, au travers des lettres, quelques regrets par rapport au Hobbit, lequel, s'il devait le réécrire, serait très différent, surtout dans sa première partie, laquelle serait moins axée "roman pour enfants".

 

Il y a des lettres qui sortent du lot ; comme celle où il explique à son fils les femmes, de façon très elliptique, sachant que Tolkien était pénétré de la religion catholique. Celle où il répond sèchement à un éditeur allemand -envisageant de publier une traduction du Hobbit- qui lui demandait s'il avait des origines aryennes (nous sommes en 1938, et le nom Tolkien est d'origine allemande) ; le ton de l'écrivain reste courtois, mais ne suffit pas à cacher la colère de l'auteur, qui termine par quelque chose qui signifie "Allez vous faire foutre, bisous". Je pense aussi à cette très longue lettre de 1950, adressée à Milton Waldman, son nouvel éditeur, dans laquelle Tolkien détaille sa cosmogonie et la chronologie de son Legendarium, Age par Age. Une lettre qui comporte plus de 10 000 mots... Parlons aussi de cette lettre non datée, mais probablement écrite en juin 1958, où Tolkien détaille les différents défauts inclus dans un scénario de cinéma qui lui avait été envoyé à l'époque par Forrest J. Ackerman, qui souhaitait adapter le Seigneur des Anneaux en long métrage animé. Le moins que l'on puisse dire est que Zimmermann, auteur du script, en a pris pour son grade, entre les contractions temporelles et géographiques, les libertés non-sensiques prises avec le récit original, et le tour ridicule que prennent les personnages. Tolkien reste poli, mais on le sent fortement bouillir face à une telle hérésie. Il déclare même à plusieurs reprises être plus favorable à des coupures nettes de certaines scènes plutôt qu'à des traitements aussi indignes. L'édition en poche du Hobbit chez Puffin Books fin 1961 a réveillé aussi sa fureur, avec des "corrections" opérées sur son texte. Il y a aussi cette lettre à un Monsieur Gamgee, surpris de voir son homonyme dans une oeuvre au succès public retentissant, et auquel Tolkien répond au sujet des origines du nom de son personnage.

 

Une partie de la correspondance traite de la disparition de CS Lewis, survenue en fin d'année 1963. L'occasion pour Tolkien, à la demande de ses enfants, d'éditeurs ou de lecteurs, d'évoquer son amitié passée avec l'auteur de Narnia, et le fait qu'ils se soient éloignés l'un de l'autre pendant la décennie suivante. Une époque où, après la série tragique de la première Guerre Mondiale, le Professeur commence à pardre certains de ses amis et connaissances.

 

Vers les années 1965-67, Tolkien doit dépenser beaucoup d'énergie et de temps à faire interdire une version pirate de Bilbo le Hobbit, publiée aux Etats-Unis par Ace Books. Libéré de ses obligations professsionnelles, mais ralenti par des soucis de santé (et ceux de sa femme), l'auteur souhaitait alors consacrer le plus de temps possible à la rédaction et à la remise en ordre du Silmarillion, dont l'écriture avait débuté 50 ans plus tôt. C'est à cette époque aussi qu'il apprend la création d'une Tolkien Society à New York. D'abord méfiant et limite vindicatif, il se ravise et propose même son humble concours à l'aréopage de fans après la lettre fort respectueuse de son responsable. Sa correspondance se ressent de ces différents ennuis et obligations ; les lettres sont très courtes, toujours courtoises en général. A cette époque également, il en a marre d'être constamment appelé, dérangé par les fans -auxquels il répond toujours poliment-, et s'apprête à déménager ailleurs, vers Bournemouth (côte sud de l'Angleterre), autant pour des raisons économiques que sanitaires. Ce qui ne l'empêchait pas, à plus de 80 ans, de répondre de façon circonstanciée sur les langues elfiques, à des fans l'interrogeant à ce sujet.

 

Lorsqu'Edith, son épouse adorée, décède en 1972, Tolkien est inconsolable -et le restera jusqu'à sa propre fin, 18 mois plus tard. Il est alors dans une telle détresse matérielle et morale que Rayner Unwin, son premier lecteur "professionnel" et devenu entretemps le président de la société d'édition Allen & Unwin, se débrouille pour lui trouver un appartement à Oxford par le biais de l'université où le Professeur avait entretemps reçu toutes les distinctions possibles. C'est pourtant à Bournemouth, où le couple Tolkien aimait à venir se reposer, qu'il décèdera, en septembre 1973. Il pourra reposer à Oxford, auprès d'Edith, sa Luthien, lui qui se voyait comme Beren. Les deux patronymes sont d'ailleurs présents sur leurs pierres tombales respectives.

 

Photo © Tolkiendil.com

 

Qui dit oeuvre -consciente ou pas- de Tolkien, dit notes de bas de page à foison. Le Professeur en parsème ses missives, lesquelles sont aussi, dans ce recueil, émaillées de notes des traducteurs et de l'éditeur -en l'occurrence son fils et Humphrey Carpenter. Les lettres comportent 800 pages, mais le volume émarge à plus de 950 en version poche... Et qui dit oeuvre de Tolkien dit ébauches, travail jamais terminé. Ainsi certaines lettres sont restées à l'état de brouillons, et n'ont jamais été envoyées à leurs destinataires...

 

Au final, cette (longue) lecture m'a permis d'en apprendre encore un peu plus sur l'oeuvre de mon auteur préféré, de rentrer un peu dans son intimité, de comprendre le processus de création, mais aussi de préservation de l'identité de son oeuvre. D'en savoir un peu plus sur sa vie, en résonance avec la biographie écrite par Humphrey Carpenter, bien sûr. Bref, un très bon moment.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky

 

Les 20 et 21 septembre va se tenir à Lyon, comme lors des deux éditions précédentes, le 3ème Salon du vampire. Je ne vous refais pas l'historique, rendez-vous sur cette page pour mon compte-rendu de l'édition inaugurale, mais je vais vous parler un peu plus de la programmation.

 

Comme à chaque fois, l'organisation va tourner autour d'un cycle de conférences, ou plutôt de tables rondes consacrées aux dents longues. Les thèmes sont diversifiés, puisque se succèderont : Dracula contre Van Helsing, face à face originel, Quels codes graphiques pour le chasseur ?, Chasser à Sunnydale : une histoire de fille ?, Entre sciences et surnaturel : rapporter l’hystérie, Le chasseur, cette créature contemporaine ? et enfin Quelle mythologie pour le chasseur de vampire ?. Modérées par des bénévoles du Lyon Beefsteak Club, ces tables rondes vont réunir de nombreux auteurs et essayistes ayant écrit de belles pages dans le genre. Parmi ces personnes je distinguerai Marika Gallman, dont j'ai eu le plaisir de lire les premiers romans, Jean Marigny, dont l'érudition en la matière n'égale que sa gentillesse, Mathieu Guibé, arrivé comme un météore dans le paysage de la SFFF, Pascal Croci, auteur de BD dont la rencontre vaut le détour, ou encore Nicolas Stanzick, que j'ai eu le plaisir d'interviewer voici quelques années.

 

Deux auteurs vont également faire l'objet d'une masterclass : Mathieu Guibé et Aurélie Mendonça.

 

Entre les différentes animations les visiteurs et les participants pourront accéder aux stands de plusieurs éditeurs du fantastique, tels que Le Chat noir, Rebelle ou ActuSF. Des associations et librairies lyonnaises seront également présentes : Comics Zone, Madame des Feuillants (créatrice de bijoux), Trollune (pour les amateurs de jeux de rôle), le Lyon Beefsteak Club, Machina Vapora (association d'hurluberlus amateurs de steampunk) et professeur WP, qui proposera aux visiteurs ses nombreuses créations graphiques, notamment des panoplies de chasseurs de vampires. AOA production, l'association qui produit les marches zombies en France, sera également là pour vous permettre de rentrer dans la peau des chasseurs de vampires, enfin certains des plus célèbres, qui ont officié dans la série télévisée Buffy.

 

Enfin, Nicolas Delestre exposera sa collection de livres anciens consacrée à la démonologie, et en particulier aux vampires.

 

Vous voulez tout savoir ? Rendez-vous sur le site officiel !

 

Moi j'y serai, et toi ?

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Les Nazis n'ont pas tous été capturés en 1945, une poignée d'entre eux a réussi à se réfugier sur la face cachée de la Lune, et ce n'est que lors d'une opération de communication de la Présidente des Etats-Unis que leur existence et leur incroyable machination sont révélées au grand jour. Mais l'arrivée impromptue d'un smartphone va radicalement changer leur angle de vue.

 

Dit comme ça, ça a l'air couillon. Et ça l'est. Germant en effet dans l'esprit d'une bande de fous furieux venus d'Allemagne et de Finlande, le film a fait parler de lui en 2010 en proposant aux internautes de participer à son financement partiel. Deux ans plus tard, le film est sorti, pour le plus grand plaisir des amateurs de nazixploitation (oui, ça existe), de science-fiction et de film noir. Nous avons là l'un des meilleurs nanars que j'aie jamais vu. C'est outré, rafraîchissant, totalement farfelu, mais... c'est le fruit d'un véritable projet artistique... (quand j'aurai trouvé lequel, je vous le dirai).

 

Mais le délire est présent presque dès les premières images, avec cette fortresse lunaire en forme de croix gammée. Et vas-y que je fais des ralentis en pleine action... Et vas-y que je te mets un gars qui crie "attention ça tombe" pendant qu'un gros machin lui tombe dessus, et vas-y que les Nazis sont bêtes et disciplinés. Et vas-y que la conseillère en com', bombardée chef de guerre, commande un vaisseau spatial avec de très GROS canons (l'USS George W. Bush. Si. Je vous jure.)... Et qui se retrouve face à un énorme vaisseau nazi et s'exclame "Alors celui-là, il doit avoir le plus petit pénis de l'univers !" - et le gars d'en face qui dit à ses subordonnés "Il est temps d'envoyer la purée !". Des répliques cultes, il y en a pas mal. Je vous en remets une couche ? "C'est nous qu'on a sauvé l'univers, à plusieurs reprises ! Les films ne mentent pas !" "les Etats-Unis ne négocient pas avec les terroristes !" Et tout ça sur fond de Chevauchée des Walkyries, bien sûr... ET je ne vous parle pas de l'albinisateur...

 

 

A côté de ce côté foutraque en termes de scénario, il est à noter qu'il y a une petite satire de la société américaine, le style "on tire d'abord, on réfléchit après", l'arrivisme crasse de certains candidats à la présidence (et l'opportunité d'une guerre au moment d'une réélection), ou encore l'hypocrisie des membres du Conseil de Sécurité de l'ONU (qui ont tous fabriqué en secret des vaisseaux de guerre, sauf... la Finlande)... Certains décors sont un peu cheap, comme la salle de réunion des grands de ce monde, mais le travail sur les effets spéciaux est remarquable, et nous permet d'admirer des zeppelins-cargo spatiaux de toute beauté...

 

Bref, un film qui ne se prend pas au sérieux, mais n'en est pas moins divertissant. Et puis bon, il y a Udo Kier dedans, un gage de série Z assumée.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Après un excellent premier opus, qui avait placé le personnage de Riddick comme l'un des plus intéressants "badass" du cinéma américian, et un deuxième plus dense et somptuaire, David Twohy propose un troisième long-métrage, sobrement intitulé Riddick, allant ainsi à l'encontre des titrages de séries de films. Mais, contrairement à ce qui avait été annoncé lors de la sortie du deuxième film, celui-ci ne parle ni de l'Underverse, dimension parallèle où les Necromongers accroissent leurs pouvoirs, ni de la planète Furia, d'où est originaire l'anti-héros.

 

En fait ce film est une suite directe aux Chroniques de Riddick, puisqu'on le retrouve gravement blessé sur une planète inconnue, en proie à des créatures cauchemardesques. Ayant rejoint une base humaine abandonnée, il déclenche la balise de détresse afin de faire venir des chasseurs de primes (sa tête étant mise à prix) pour obtenir un vaisseau et s'échapper.

 

Le pitch est black, pour vous ? Vous n'avez pas tort. On a des chasseurs de primes, Riddick qui se bat contre des aliens, un prisonnier relâché, une scène d'assaut sur un refuge, un jeu du chat et de la souris... Twohy a tout repompé sur son propre premier film, y compris en nous faisant le coup de la vengeance du père de... Non seulement c'est du foutage de gueule, mais le scénario est truffé de stupidités. Riddick, après s'être fait piéger connement par son ennemi Vaako, est gravement blessé au début du film, mais réussit à revenir en pleine forme en se plantant des vis dans les jambes (!). La façon dont il se débarrasse des premiers aliens rencontrés est... risible, sans parler de sa rencontre avec un dingo dingue (oui, les traducteurs se sont amusés), un chien sauvage et monstrueux. Riddick trouve le relais abandonné lorsque son toutou lui amène... une balle de golf ! J'ai failli tout arrêter à ce moment-là.

 

 

Ce prologue dure 30 minutes, on passe ensuite à plus de personnages avec ces chasseurs de primes qui débarquent, deux groupes différents qui ne tardent pas à se chamailler. La première victime est une prisonnière -dont on ne sait pas ce qu'elle fait là, sans doute pour faire un clin d'oeil au premier film, ou tout simplement pour offrir un rôle à une chanteuse de RnB copine de la star- qui meurt d'une façon tellement théâtrale que Marion Cotillard apparaît extrêmement douée en comparaison. Alors bien sûr, on a droit à un concours de testostérone, y compris chez la seule femme du groupe, même si elle a une scène de douche. Et en face de tout ça, Riddick le poseur, que ses adversaires n'osent pas truffer de plomb quand il leur fait face (pourtant il est plus précieux mort que vivant), et qui se laissent tranquillement décimer par lui. Il faut dire que lorsque les aliens attaquent leur refuge, notamment par une ouverture du toit, ils calfeutrent toutes les fenêtres, mais PAS l'ouverture du toit. Les aliens sont tout aussi cons, ne profitant pas de cette aubaine pour sauter par cette ouverture et finir leur quatre heures. On a beau râler sur les incohérences des films de Ridley Scott, mais son Alien à lui n'aurait pas hésité. Et pour finir le dialogue final, se déroulant entre deux vaisseaux en vol stationnaire, est prétentieux et insipide. La porte reste ouverte à une suite (toujours annoncée pour 2016), mais ça fait peur...

 

Après l'échec commercial du deuxième film, Vin Diesel, qui détenait les droits de cet univers (je me demande bien pourquoi), a dû hypothéquer sa maison pour financer ce troisième opus. Du coup l'équipe technique a investi un coin désert du Canada, a rajouté des décors peints à la va-vite, et des effets spéciaux en post-prod, mais ç'aurait été bien, les mecs, de faire des efforts. C'est cheap au possible. Les costumes sont également assez ridicules, seul Riddick semble à l'aise dans ses bottes et son marcel. Les scènes avec des effets spéciaux ne sont pas nombreuses, celle de la poursuite en motos volantes est plutôt bien gérée, mais c'est à peu près la seule qualité du film, les acteurs étant eux aussi en roue libre.

 

Là où Pitch Black brillait par son inventivité, son dynamisme et son sens de la narration, Riddick se caractérise par un manque criant de moyens, un scénario -répétitif- réduit en lambeaux et une mise en scène pitoyable.

 

Riddick-ule.

 

Spooky

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog