Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique. Chroniques sur le cinéma, la littérature, les jeux, séries TV, bandes dessinées.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

 

Un film de M. Night Shyamalan n'est jamais inintéressant. Il peut être très réussi, comme Sixième Sens ou Incassable, comme clivant, à l'instar du Village, de Phénomènes ou Signes ; voire complètement foiré, à l'image de After Earth. Qu'en est-il de Split ? Eh bien, je vais vous le dire.

Oui, je m'amuse à faire du teasing tout pourri.

Vous voulez vraiment le savoir ? Ok, vous l'aurez voulu. L'histoire est celle d'un homme dont le cerveau héberge de nombreuses personnalités, 23 selon sa psychiatre, dont certaines sont animées de mauvaises intentions envers des jeunes filles qu'il kidnappe et retient prisonnières dans son antre. Oui, je spoile d'entrée de jeu, parce qu'en voyant le film, on comprend au bout de 20 minutes le fin mot de l'histoire, et qu'on se doute -un peu- de l'issue. Non, l'intérêt du film est -du moins en apparence- ailleurs.

Comme souvent avec le réalisateur américain d'origine indienne, un soin tout particulier est donné à l'image. Mais ici, il y a moins de détails à repérer pour comprendre certaines choses. Le récit est assez linéaire, et repose presque entièrement sur la performance de l'interprète de ces 23 personnalités, à savoir James Mc Avoy (surtout connu pour jouer le "jeune" Pr Xavier dans plusieurs films de la franchise X-Men depuis First Class et dans Ca - Chapitre 2). 

L'acteur, qui a déjà une longue carrière derrière lui, a donc la lourde charge d'interpréter ces différentes facettes de la personnalité de Kevin Wendell Crumb. Alors bien sûr, nous n'en voyons pas 23, mais plutôt 7 ou 8, et c'est largement suffisant pour constater qu'il n'y arrive pas. A aucun moment je n'ai ressenti la peu face à Dennis, eu de la compassion pour Patricia ou Barry ou Hedwig... Non, les intérêts sont plutôt dans les à-côtés de l'intrigue principale. Face à lui, la jeune Anya Taylor-Joy, dont le physique particulier et le jeu froid permettent de croire plus facilement à sa propre fêlure, à son passé trouble. Les deux autres jeunes actrices sont transparentes et inintéressantes ; par contre Betty Buckley tire son épingle du jeu dans le rôle de la thérapeute du dingo. Les deux autres points d'intérêt sont le lieu très particulier où se trouve le repaire de Crumb, et la 24ème personnalité qui en découle. Mais celle-ci, sans que je vous en dise plus, m'a semblé mal exploitée, malgré la transformation physique qu'elle induit... La réalisation n'est pas des plus inventives, même si l'ambiance et les bruitages sont plutôt bien foutus.

On notera toutefois la scène post-générique, qui tease sur le film suivant du réalisateur, Glass.


Sur un sujet proche, j'ai largement préféré Identity.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

Ce soir-là, le Baltic Charisma embarque, comme à son habitude, environ 2000 personnes entre Stockholm, en Suède, et Abô, en Finlande. 2000 passagers, venus là pour voyager, s'amuser, changer de vie, oublier leurs soucis... Mais parmi ces 2000 passagers, il en est deux, très particuliers, avec des objectifs bien différents des autres... Déterminés à ce que cette nuit soit leur dernière, en tant qu'humains. La contagion va très vite déferler sur le ferry...

 

Il s'agit là d'un roman vampirique venu du froid. Des vampires qui ne craignent ni le soleil, ni l'eau bénite, et encore moins l'ail. Des vampires qui peuvent entrer où ils veulent, pour peu que la porte soit ouverte ou peu résistante. Des vampires dont la soif de sang les fait sauter sur toute créature vivant à bord du ferry ; mais il en existe deux sortes, et les dominants n'ont pas la même frénésie, une fois leur soif étanchée...

Il y a deux visages dans ce roman ; d'abord une étude de moeurs loin d'être inintéressante, avec une douzaine de personnages principaux ou secondaires dont Mats Strandberg expose longuement, et même trop longuement, l'état d'esprit au moment de monter à bord, et même jusqu'aux derniers instants avant que le monde bascule. Ainsi faut-il attendre la fin du tiers du roman (qui compte près de 600 pages en édition poche) avant que l'action se déchaîne.

 

Au final c'est un roman pas désagréable à lire mais qui, vu son sujet, est deux fois trop long. Dommage.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog