Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.mythologica.net/wp-content/uploads/2013/05/Martyrs.jpg

 

Olivier Péru a débuté en tant que scénariste et dessinateur de bandes dessinées, auprès de son frère Stéphane. Mais depuis quelques années il se sent pousser des ailes au niveau narratif, et souhaite explorer de nouveaux horizons. Un premier roman, Druides, l'a révélé au grand public. Il poursuit l'expérience avec Martyrs, qui devrait compter trois volets.

 

Helbrand et Irmine sont des assassins professionnels. Ce sont des Arserkers, un peuple réputé pour ses aptitudes physiques exceptionnelles et ses yeux d'or. Ils n'ont peur de rien, excepté des fantômes. Et lorsqu'Irmine, le frère cadet d'Helbrand, se trouve fce à un revenant qui lui ressemble étrangement dans une ville déserte, sa vie bascule. Mais avant qu'il ait le temps de réfléchir à son destin, son aîné et lui se retrouvent dans la garde privée de la dernière descendante d'une famille de seigneurs tout-puissants, totalement soumise à l'autorité du roi du Palerkan, lequel doit lutter contre son obésité galopante tout autant que contre des révoltes à ses frontières. Parallèlement, un étrange guerrier borgne semble veiller sur la destinée des deux frères...

 


http://uppix.net/2/b/7/097f6951cbb6353c376018d8a5605.jpg

 

Vous l'aurez compris, Olivier Péru nous propose d'emblée un monde riche, fortement inspiré des sociétés médiévales européennes. Son premier tome réussit à bien asseoir la société qu'il a inventée, avec ces castes de guerriers marginaux, sa religion polythéiste et sa géographie particulière (le monde n'est composé que d'un seul Etat). Lui-même dessinateur et illustrateur, il enrichit tout cela par une carte de ce monde, et des visuels de cartes de tarot, lesquelles vont jouer un rôle dans l'histoire.

 

http://4.bp.blogspot.com/-c4oZpTvcmpU/UKUdoqYuGaI/AAAAAAAACRo/T4PoZkiSAcg/s1600/martyrs_gf.jpg

 

Ce premier tome, malgré son format de poche, est un sacré morceau. Près de 700 pages qu'il n'est pas évident d'engloutir, tant le récit est émaillé de détails, tant la langue est riche, sans être particulièrement inventive. Ce n'est pas un souci, car les relations entre les personnages sont à la fois inspirées des modèles médiévaux et de notre monde moderne. Olivier Péru incarne, avec d'autres, une véritable relève dans l'imaginaire français, procurant un énorme plaisir de lecture, tout en laissant ses lecteurs particulièrement frustrés par une fin de tome 1 très accrocheuse. On a envie de savoir quel va être le destin d'Irmine et Helbrand. Vite. Le tome 2 devrait arriver en 2014, et le troisième, conclusif, l'année suivante.

 

 

Spooky

 

http://nsa33.casimages.com/img/2013/03/05/130305011524750807.jpg

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

Allez, on change un peu l'ordinaire du présent blog pour vous parler de deux livres d'illustration jeunesse qui m'ont particulièrement séduit ces derniers temps. Tous les deux édités par les Editions Margot, ce sont de beaux objets, certes un peu encombrants (38 cm x 27,4 cm), mais l'éditeur a fait le choix de laisser autant de place que possible aux illustrations.

 

http://pmcdn.priceminister.com/photo/964146526.jpg

 

Ici reposent les oiseaux est écrit par Anne-Fleur Drillon, et illustré par Etienne Friess. Il reproduit les carnet d'un savant fou, Ernest Sémaphore, qui sur une île tropicale déserte, a laissé libre cours à son imagination et créé des oiseaux mécaniques, avec des caractères et des caractéristiques très différents. Chaque "espèce" est représentée par un texte explicatif sur le comportement de l'oiseau, des illustrations le mettant en scène (y compris des recherches). Citons le Hululeur nocturne, à l'allure de hibou, fabriqué à partir de vieux transistors qui se déclenchent de manière impromptue, le Colibricoleur, composé essentiellement d'un bidon d'huile, aussi maladroit qu'hyper-actif, ou encore le Pélican à vapeur, qui nettoie les eaux polluées grâce à son bec qui peut s'ouvrir démesurément. Des illustrations en double page et la présentation rapide d'essais ratés, sans oublier de véritables présentations d'oiseau qui ont inspiré nos deux auteurs donnent un véritable cachet à l'ouvrage, qui a un coté steampunk assumé.

 

http://www.bdtheque.com/inter/blanche1.jpg

 

Blanche raconte l'histoire d'une petite fille du même prénom, créée par un couple de vieillards dans un pays lointain (la Russie ou son double fantasmé), à partir d'une matriochka de neige sur laquelle on a posé deux pierres bleues en guise d'yeux. Blanche est une petite fille délicate et gentille, et redonne l'espoir à ce couple stérile, qui sait que leur bonheur sera de courte durée... Ici les textes, en rimes, sont illustrés par des bustes ou des illustrations pleine page (mais pas seulement) en noir et blanc, parcourues par des poissons, qui donnent un côté onirique à ce conte. Troublant.

 

Merci à Anabelle pour la découverte.

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/210/169/21016980_20130702124135659.jpg

 

Ça faisait un moment que je n'avais pas parlé de Hobbits, par ici. Ça vous manquait ? Non ? Eh bien tant pis :)

 

La news la plus excitante du jour est peut-être l'annonce de développement d'un projet de biopic sur JRR Tolkien. Sobrement intitulé Tolkien, ce film, produit par Fox Searchlight (la branche "haute qualité" de la Fox) revient sur la vie du créateur de la Terre du Milieu, et notamment sur son oeuvre, dont la vivacité n'est plus à prouver... Il parlerait notamment de ses années d'étudiant au Pembroke College et de ses années en tant que soldat (rappelons qu'il a été gazé en France durant le premier conflit mondial). Le scénario est entre les mains de David Gleeson, dont on ne sait presque rien. Aucun réalisateur n'est attaché au projet pour l'heure.

 

On continue avec une initiative de la Warner, en collaboration avec Google Chrome, qui permet, par le biais d'une carte interactive, de voyager dans la Terre du Milieu sur les traces de Bilbo et ses amis. Bien qu'incomplète et frustrante, l'expérience est sympathique. Un petit film d'introduction ici, et la carte .

 

Et on termine avec de l'ambiance, et la bande-son du Hobbit : la Désolation de Smaug, en écoute gratuite et partielle, ici.

 

De quoi accompagner de belle façon le week-end, que je vous souhaite excellent.

 

Spooky

 

EDIT : en bonus, un nouveau spot TV pour Air New Zealand :)

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Personnalités

Un samedi soir, au Grand Rex (à Paris)...

 

http://spookyland.free.fr/king/16.jpg

 

Trois jours après l'avoir croisé fugacement pour une séance de dédicaces, me voici donc en train de faire la queue pour avoir une belle place dans cette belle salle de 2 800 places. Il faisait froid, et certains étaient présents depuis 5 heures lorsque l'accès à la salle est autorisé. Chaque visiteur se voit remettre un exemplaire de Docteur Sleep. Surprise, une centaine d'entre eux est signée par l'auteur. 

 

http://spookyland.free.fr/king/4.jpg

 

Voici une heureuse gagnante... 

 

http://spookyland.free.fr/king/7.jpg

 

Nous nous installons au chaud, et au bout de quelques minutes Augustin Trapenard, animateur télé (le Grand Journal, sur Canal+), enseignant en littérature anglaise et américaine et critique, arrive pour introduire la vedette américaine, à savoir Stephen King. Reçu sous les ovations, l'auteur, accompagné d'un traducteur (Xavier Combes) est surpris par l'enthousiasme général, loue la beauté de la salle, et s'installe pour répondre à quelques questions, d'abord de l'animateur, puis au bout de quelques minutes, de l'auteur Maxime Chattam, lui aussi édité par Albin Michel.

 

http://spookyland.free.fr/king/8.jpg

 

Puis le public est invité à poser quelques questions, avant que la soirée ne se conclue par une lecture par King des deux premières pages de son roman.

 

Je ne vais pas vous faire un compte-rendu exhaustif des échanges, mais ayant pris des notes, je vais vous donner quelques idées fortes. Attention, si vous ne connaissez pas l'oeuvre de King, il y a quelques spoilers, que je signale par des balises [SPOILER].

 

http://spookyland.free.fr/king/9.jpg

 

(oui, j'ai souvent pris en photo l'écran géant qui retransmettait en direct au-dessus de la tribune, c'était plus net avec mon appareil)


Le King a commencé la séance en agitant un scorpion en plastique devant le nez de l'animateur (le coquinou), puis a déclaré que 5 à 10% d'entre nous, excités par ce rendez-vous, ont oublié de fermer leur porte à clé. Et qu'en rentrant, nous allions nous demander si quelqu'un n'était pas rentré par effraction. Il était ainsi sûr de nous gâcher la nuit.

"Si je vous transmets ma peur du noir, je suis HEUREUX."

 

A la question sur le choix vers lequel de ses romans s'est porté King pour faire une suite, [SPOILER] il a rétorqué "Une suite à Carrie ? Mais elle est morte ! Que pourrais-je faire ?"[/SPOILER]

 

Quand on lui demande ce qui lui fait peur, au-delà de la réponse classique qu'il a lui-même installée dans l'inconscient collectif "les clowns" (cf. Ça), il nous a parlé des camping-cars. C'est chiant à doubler sur les autoroutes, on ne peut pas voir qui est à l'intérieur car les vitres sont teintées, ils ont des zones réservées sur les aires de repos. Si le Mal se tapit quelque part, c'est bien dans ces engins diaboliques.

 

Sur la figure enfantine largement présente dans son oeuvre, il a répondu qu'il s'agissait de symboles vivants de l'imagination. Si par exemple on dit à un enfant que le Père Noël ne peut passer par un conduit étroit de cheminée, il vous répond qu'il saura passer quand même. Si vous n'avez pas de cheminée, il passe par les conduits d'aération, et ainsi de suite.

 

http://spookyland.free.fr/king/12.jpg

 

Sur ses goûts, King a cité la série Breaking Bad (suscitant une ovation dans la salle), Sons of Anarchy, et parmi les auteurs qui l'ont inspiré au début de sa carrière, Ray Bradbury, Robert E. Howard, Howard Phillips Lovecraft et Richard Matheson. Parmi les films, Le Projet Blair Witch lui a fichu une trouille bleue.

 

La Tour sombre est clairement la clé de voûte, ou le pivot, de son oeuvre. Mais il n'en a pas fini avec cet univers si particulier, et y reviendra sans doute, par exemple au sujet de la mort des compagnons de Roland. S'il devait toutefois désigner un ouvrage préféré, il citerait le Fléau. Cependant, après l'accident de 1999 qui a failli lui coûter la vie (rappelons qu'il a été renversé par une camionnette sur une route près de chez lui), un roman tient une place particulière, c'est Histoire de Lisey, qui raconte l'histoire d'un amour de longue date, avec les deux membres d'un couple qui ont développé leurs propres références, leur langage ; un amour qui lui a permis de penser à celui qu'il partage avec son épouse Tabitha depuis 43 ans à présent.

 

http://spookyland.free.fr/king/13.jpg

 

On lui demande de raconter sa vie d'écrivain, qu'il définit comme morne et ennuyeuse. Il se lève le matin, prépare son petit-déjeuner et celui de sa femme, promène son chien, nourrit son chat, puis se rend dans son atelier, séparé de quelques dizaines de mètres de sa maison, un endroit qu'il appelle" Woodlands". Là, il lance sa théière, allume son matériel, et entre dans sa bulle, dont il ne sort que le soir, sur le chemin jusqu'à chez lui. Dans son bureau se trouvent des posters, des livres en pagaille, un énorme Godzilla empaillé avec lequel joue sa petite-fille. Pour lui le processus d'écriture reste un mystère.

 

Lorsqu'on lui demande s'il a eu des difficultés à écrire une scène, King évoque celle, dans Shining, [SPOILER] où Danny Torrance entre dans une pièce où il ne doit pas aller, avec cette femme morte dans une baignoire, qui ouvre les yeux lorsqu'il s'approche. Il avait le coeur qui battait très fort au moment de l'écrire ; cela tombe bien, Doctor Sleep se raccroche directement à cette scène. [/SPOILER]

 

Pour 22/11/63, il a également éprouvé des difficultés à écrire la scène de la mort d'une jeune femme. Mais il ne s'autorise aucun interdit. There is no place that I won't go, dit-il. Il pense être complètement fou, mais ça lui plaît.

 

Il pense qu'il lui reste 10 à 12 ans de carrière, et dit I'll continue to write until God shut me out.

 

http://spookyland.free.fr/king/14.jpg

 

Sa carrière est tout de même émaillée de collaborations avec d'autres écrivains. Parmi ceux qu'il préfère, il cite Peter Straub (avec lequel il a fait Le Talisman des Territoires), son fils Joe Hill (qui semble bbien parti pour faire aussi bien que son père, et dans le même genre) et John Mellenkamp, avec lequel il a écrit une comédie musicale. Parmi les réalisateurs qui l'ont adapté, ses préférés sont Frank Darabont (les Evadés, la Ligne verte) et Rob reiner (Stand by me). A l'évocation du nom de Stanley Kubrick (qui a adapté de façon fort décriée Shining), il dit simplement avoir souhaité bonne chance à l'équipe de production après avoir lu le script.

 

Ses personnages préférés ? Il ne peut en détester aucun, même Randall Flagg, si particulier. Il garde une certaine tendressee pour Annie Wilkes, héroïne de Misery. Interrogé sur son style, il dit ne pas en avoir, mettre son style au service de l'histoire, et pas le contraire.

 

http://spookyland.free.fr/king/15.jpg

 

Un moment drôlatique est celui où King raconte le premier film qu'il a vu au cinéma, Bambi, lequel l'a terrifé lorsque Bambi demande à sa mère ce qu'il se passe, et que celle-ci lui répond que ce sont peut-être les Humains dans la forêt qui font tout ce raffut. Nous sommes les monstres. Disney a terrifié plus de gens que lui. King a pris des petites voix pour interpréter les deux biches. :)

 

Le moment le moins sympathique de la soirée fut quand une personne du public expliqua qu'elle avait fait une thèse de doctorat sur l'oeuvre de King (murmure d'admiration de la salle), et qu'en tant que tel il connaissait probablement les réponses à toutes les questions le concernant (là, l'humeur changea radicalement), avant de finir en proposant de dédicacer à King le bouquin qu'il avait écrit sur lui (et la bronca s'éleva dans les travées du Grand Rex). Il apporta son ouvrage sur scène, lequel fut à peine regardé par SK, qui le signa et le laissa sur une table en partant. La suffisance franchouillarde en plein.

 

http://spookyland.free.fr/king/10.jpg

 

Pas de questions dérangeantes, rien sur sa dégénérescence oculaire, sa phobie des avions, ses orientations politiques (King est le seul auteur américain, à ma connaissance, ayant clamé publiquement être fier de payer beaucoup d'impôts), pas d'annonce au sujet de ses projets, c'est resté bien sage tout dfe même. Au final King s'est montré très à l'aise dans l'exercice, spirituel, inspiré, drôle et même facétieux. Ce fut une soirée riche en bonheurs et en moments forts. Sacrée semaine...

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Personnalités

Dans le cadre de la promotion de son nouveau roman Docteur Sleep (dont je vous parlerai quand je l'aurai lu), Stephen King a entamé une tournée en Europe (comprenez en France et en Allemagne), et il a participé à une séance de dédicaces (la seule de sa tournée) à Paris hier.

 

Cela se passait au complexe cinéma MK2 Bibliothèque, et les plus impatients faisaient la queue depuis la veille, à 13 heures (soit 24 heures avant l'heure anoncée du début de la séance).

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/1.jpg

 

Au petit matin, il faisait frisquet...

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/2.jpg

 

...mais avec le soleil, les media sont apparus pour interviewer ces drôles de zozos qui faisaient la queue pour la venue d'un écrivain autrefois honteux... A ma connaissance TF1, France 2, BFMTV et le Petit Journal de Canal+ étaient présents. Checkez les replays.

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/3.jpg

 

Bien sûr, il y avait des fans customisés ;)

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/4.jpg

 

Tout comme les employés du MK2.

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/5.jpg

 

Le King était très entouré.

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/6.jpg

 

"Je m'excuse, je ne parle pas français" (en français bien sûr)...

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/6.jpg

 

Et voilà. 10 secondes de bonheur et une gribouille.

 

http://spookyland.free.fr/dedicace_SK/8.jpg

 

Au final le Maître de l'Horreur est resté environ deux heures, a fait 620 signatures ; on estime le nombre des personnes ayant fait la queue à un millier (selon un fan présent) à 3 500 (selon la sécurité). La queue se perdait le long du bâtiment du multiplexe, soit une bonne centaine de mètres, avec 4 personnes de front.

 

Le prochain rendez-vous ? Dans deux jours, dans une grande salle parisienne, où le King fait une rencontre avec les lecteurs. Je vous en reparlerai bientôt ;)

 

Spooky

Voir les commentaires

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

http://www.avoir-alire.com/IMG/arton24127.jpg?1378750383

 

Après l'utilisation désastreuse d'un procédé censé réguler et surtout uniformiser les climats sur Terre, la planète bleue se retrouve soudain prise dans les glaces, car la tentative a provoqué une glaciation extrême. Les survivants s'entassent dans un train qui parcourt la Terre dans un circuit sans fin, entamant une révolution qui dure un an. Peu à peu un semblant de société s'est instauré : Wilford, co-concepteur de la Machine qui meut le train, est bien au chaud dans la motrice de tête, tandis qu'une garde armée et quelques cadres tiennent dans un état de dénuement quasi-complet plusieurs centaines de personnes dans les voitures de queue. 17 ans après le départ du train, la Terre est toujours sous la neige et la glace, et une nouvelle révolte des "Queutards" se prépare, sous la direction de Curtis, un trentenaire qui a déjà passé la moitié de sa vie dans le Train.

 

Ce film est peut-être la sensation de l'année. Adaptant une bande dessinée française (intitulée le Transperceneige - une intégrale vient de sortir, pour les amateurs) initiée en 1984 et réalisée par Jacques Lob (au scénario, auquel a succédé Benjamin Legrand) et Jean-Marc Rochette, il est l'oeuvre d'une sorte de dream team intenationale. Aux manettes, Bong Joon-Ho, cinéaste coréen qui a fait sensation avec le film de monstres The Host, qui a lui-même adapté en scénario l'histoire originale ; Marco Beltrami, qui a réalisé les scores de Dans la brume électrique, 3h10 pour Yuma, Hellboy... ; au casting, c'est encore plus vaste, puisqu'on a des acteurs britanniques, américains, coréens et même français. Et pour compléter, le tournage s'est fait en République tchèque. Sans doute histoire de réduire les coûts, même si la quasi-totalité de l'histoire se déroule dans un train, donc un décor "étroit". Les studios Barrandov, longs de plus de 100 mètres, étaient les seuls à proposer de telles possibilités en termes de place.

 

http://www.wildside.fr/USER/pack/SNOWPIERCER.jpg

 

Parlons-en du casting, plutôt étonnant, puisque dans le rôle principal on trouve Chris Evans en meneur de la révolte. Oui, Chris Evans, le bogosse tout lisse qui joue la Torche humaine dans les 4 Fantastiques et Captain America dans le film éponyme et dans Avengers. J'avais un peu peur qu'il se contente de serrer sa mâchoire carrée et de rouler  des muscles, mais surprise, il se révèle d'une grande profondeur dans au moins deux scènes-clés du film, et tient plutôt bien celui-ci, même s'il ne rechigne pas à la castagne. A ses côtés on retrouve Jamie Bell, révélé par l'excellent Billy Elliott, Tilda Swinton, actrice caméléon une nouvelle fois méconnaissable, Ed Harris qu'on ne présente plus, John Hurt, adoubé par son interprétation d'Elephant Man. Sans compter Song Kang-Ho, qui jouait justement dans The Host et se montre encore une fois impeccable en junkie précieux.

 

Le film est nerveux, peut-être un peu longuet sur certaines séquences, mais sur le plan technique, c'est une vraie réussite. Les plans sont minutieusement travaillés, Bong a filmé son long-métrage en 1.85 plutôt qu'en Cinemascope pour renforcer l'impression d'enfermement. Il varie les axes de vision et les échelles de plan pour une immersion plus grande. La lumière crue n'est pas tendre avec nos protagonistes, et le contraste entre les wagons de queue et les voitures de tête est saisissant. L'auteur a ainsi voulu renforcer la différence d'état d'esprit entre les deux populations : l'une, vivant dans la crasse, garde tous ses esprits et n'aspire qu'à renverser la tête ; l'autre, vivant dans l'opulence et la décadence, est complètement insouciante, aliénée par la bonne parole d'un ermite mégalomane.

 

Tiens, en parlant de contraste, un aspect un peu déroutant dans le film est l'apparition ponctuelle de notes d'humour, à la limite du burlesque, alors que le propos du long-métrage est carrément pessimiste. Mais ceux qui ont vu The Host et d'autres films coréens reconnaîtront là une patte des cinéastes du Pays du matin calme. Personnellement cela ne m'a pas trop gêné, car le propos de l'histoire est respecté, et reste tout de même globalement noir. Car quel est l'avenir du Train ? Continuer à tourner indéfiniment autour de la Terre, avec une population régulièrement régulée par des massacres sans aucune justification ?

 

Vous l'aurez compris, il s'agit d'un excellent film, pas de doute.

 

Spooky

 

http://www.hollywoodreporter.com/sites/default/files/2013/07/snowpiercer.jpg

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog