Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

http://www.scrineo-jeunesse.com/wp-content/uploads/2010/09/Haut-Conteur-T5-couv-V2.jpg

 

Rome, automne 1193.

 

Humbles ou puissants, les gens meurent par milliers, foudroyés par la Mort Noire. De sinistres semeurs de peste y veillent, hantant les rues et les collines de la ville. Les Haut-Conteurs semblent être les seuls à pouvoir arrêter ces créatures. Mais, accusés de sorcellerie, pourchassés par la foule qui les adulait hier encore, ils deviennent les jouets d'un ennemi fait d'ombres et de secrets. Alors que le temps joue contre eux et le monde entier, Roland, Mathilde, Salim et Corwyn voient se réaliser les pires prophéties du Livre des Peurs. Ainsi, l'heure est venue de tout comprendre, comme Roland le pressentait, lui, l'enfant maudit piégé dans un combat inégal contre son destin. Pourtant, il n'abandonne pas et se battra jusqu'au bout de son ultime aventure. Car nul mieux qu'un Haut-Conteur ne sait quand une histoire doit trouver sa fin...

 

La mort noire est le cinquième est dernier  tome de cette fabuleuse série : Les Haut Conteurs. Pour rappel, dans le tome précédent, Roland et Mathilde ont été fait prisonniers par les treize damnés pendant 2 ans. Leur libération grâce aux forces conjointes des membres des Haut-Conteurs et noirs marcheurs permet à Roland de revenir en Angleterre voir sa famille. Il ne peut malheureusement pas profiter d’eux bien longtemps. De graves incidents ont lieu en Italie, la peste noire sévie déjà dans plusieurs villes et s’étend rapidement. Chose grave, tous les témoignages désignent un Haut-Conteur comme vecteur de la maladie. Une délégation de Haut-Conteur part rapidement vers l’Italie. Corwyn, Mathilde, Salim et Roland partent à Rome pour mener l’enquête.

 

Un cinquième tome très sombre dont le ton est donné dès le début. Un livre plein de rebondissements, tous très bouleversants. Le séjour des Haut-Conteurs à Rome n’est pas très réjouissant. L’humeur est grave et marquée par beaucoup de pertes. Comme pour les autres romans de la série, plusieurs dessins accompagnent la lecture. Les illustrations sont à la hauteur de l’histoire, tout aussi inquiétants et emprunts de tristesse. Une fin qui s’annonce sombre et terrible. On a du mal à quitter cette série fascinante, aux personnages attachants. Tourner la dernière page nous rend nostalgique, on aimait entendre les surnoms de Roland donnés par Mathilde, entendre les histoires de ces Haut-conteurs… Roland, Mathilde et les autres Haut-Conteurs vont nous manquer.

 

Ewelf

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog