Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Livres

 

 

On me vantait depuis quelques temps la qualité des bouquins d'un jeune auteur français, David S. Khara, auteur de thrillers remarqués. Mais histoire de ne pas faire les choses dans le désordre, j'ai voulu commencer par le premier, Les Vestiges de l'aube.

 

C'est d'abord l'histoire d'une amitié. Celle de Barry Donovan, flic de la criminelle de New York, avec un personnage étrange, rencontré sur les réseaux sociaux, Werner Von Lowinsky. Tous les deux ont en commun un passé douloureux, la perte de leur femme et de leur enfant dans des circonstances dramatiques. L'un lors du 11septembre 2001, et l'autre lors de la Guerre de Sécession. Oui, vous avez bien lu ! Werner est né en plein 19ème siècle, et a été "transformé" en vampire après avoir pleuré la perte de sa famille dans l'attaque d'une bande de voltigeurs sudistes de sa plantation de coton... Il vivait reclus pendant plus d'un siècle quand il a rencontré virtuellement le flic, dont l'âme, l'histoire et les goûts l'ont touché.

 

Bien sûr, Werner ne va pas révéler tout de suite à Barry sa condition ; par contre, par amitié, il va tâcher de l'aider à avancer sur son enquête, une suite de meurtres horribles et de sang-froid qui rend les flics très nerveux. Werner va user de ses pouvoirs (transformation en brume, en faucon, manipulation mentale, force surhumaine, résistance aux balles...) pour l'y aider, sans toutefois éviter de faire des impairs.

 

Après avoir lu ce roman, le qualificatif qui me vient en premeir à l'esprit est "maladroit". Car plusieurs éléments semblent mal maîtrisés dans cette intrigue : on ne comprend pas trop pourquoi Werner sort de sa réclusion, et comment il a eu vent des réseaux sociaux ; la façon dont les flics avancent dans leur enquête ne me semble pas toujours très fluide, ou trop facile ; la relation entre Barry et Werner est également bizarrement orchestrée, on a l'impression qu'il y a une attirance presque charnelle entre eux, alors que ce n'est pas du tout le propos...

 

Et puis ce défaut inhérent à presque toutes les petites maisons d'édition : le manque de relecture. Ici il y a pas mal de fautes d'accord, mais surtout l'utilisation de tâche au lieu de tache, une faute que je vois de plus en plus souvent et qui me hérise de poil, d'autant plus qu'on est dans une histoire de vampires...

 

Mais.

 

A côté de ces petits soucis que je qualifierais de techniques, j'ai cru assister, au fil de ma lecture, à la naissance d'un véritable écrivain. Quelqu'un qui a une idée qui se tient à peu près, quelqu'un qui réussit, malgré les menus défauts -bien compréhensibles sur un premier roman- à vous accrocher, jusqu'à la fin. Quelqu'un qui réussit à installer, en quelque sorte, un univers...

 

A l'évidence, un auteur à suivre.

 

Spooky

Commenter cet article

erwelyn 27/08/2012 10:55


Oui, en fait ce titre a été réédité et corrigé chez Michel Lafon. Même si il y reste encore quelques défauts de débutants, comme l'amorce de l'histoire, il est vrai que Khara ets un véritable
auteur en devenir. Son projet Bleiberg en est la preuve.

Spooky 27/08/2012 12:06



J'ai bien l'intention de le lire :)



Articles récents

Hébergé par Overblog