Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
...:::Ansible:::...

...:::Ansible:::...

Tous les territoires de l'imaginaire, en vitesse supra-luminique.

Publié le par Spooky
Publié dans : #Films

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/32/85/20022460.jpg

 

En 1979, Ridley Scott chamboule tout l'univers du cinéma SF à travers un film choc, Alien, huis-clos savamment orchestré et précurseur du genre survival depuis repris sur différents supports avec plus ou moins de réussite.
A l'époque, le contexte est finalement très simple : une créature xénomorphe dont on ne sait à peu près rien, que l'on découvre par l'observation, dissémine un équipage tout en soulevant d'importantes questions qui n'auront jamais de réponses : D'où vient-elle ? Que sont ces humanoïdes gigantesques aperçus en début de film, et dont on ne sait à peu près rien ?

C'était, à l'époque, tout le génie du film Alien : une plongée dans l'horreur, sans s'encombrer des questions annexes - système narratif repris lui aussi bien des fois par d'autres réalisateurs, le film Cube en étant un parfait exemple.

Comble de bonheur, cette voie tracée par Ridley Scott a été suivie par Cameron, Fincher et Jeunet, qui en s'accaparant complètement l'œuvre originale ont aussi scrupuleusement pris garde à ne rien révéler, à ne pas trahir le mystère, qui aurait, n'en doutons pas, fait perdre beaucoup de saveur à cette gigantesque tétralogie.

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/66/95/20120385.jpg

 

C'est donc avec une excitation mêlée d'une pointe d'angoisse que votre serviteur a accueilli l'annonce de Prometheus, le grand retour de Ridley Scott à la science-fiction après 30 longues années (c'est à dire après Blade Runner). Pensez donc : alors que le réalisateur avait précautionneusement pris garde à garder une relative opacité autour du désormais mythique Alien, voici que ce dernier annonce vouloir donner des réponses sur l'origine de son film culte sous la forme d'une Prequel, Prometheus, au risque de dénaturer l'oeuvre-mère. Damned !

Le film prend donc lieu dans un futur proche, en 2094, alors que la menace Alien n'est même pas ne serait-ce qu'imaginée par l'humanité. Des scientifiques, au terme d'un voyage spatial de plus de 2 ans, atteignent enfin le satellite d'une planète censé contenir d'importantes réponses sur l'origine de l'humanité...

Ce qui choque d'entrée de jeu, dès les toutes premières minutes de Prometheus, c'est cette cohérence visuelle qu'il y a entre le film et Alien. Alien 1, bien sûr, mais aussi clairement Aliens (Alien 2), pourtant de Cameron. Cohérence dans le design des vaisseaux, véhicules, mais aussi dans le comportement et look des personnages.
Il était clairement important pour Scott d'offrir une sorte de continuité dans l'oeuvre Alien, ce qui fait que les fans de la première heure se sentiront rapidement en terrain connu, un peu comme à la maison.
Les conversations, l'ambiance, cette froideur frappante du personnage androïde, ce silence pesant que seul le lointain bruit des moteurs semble interrompre de manière régulière... Prometheus est un formidable héritage de tout ce qui a été apporté par la tétralogie, du moins dans sa forme, et ce dès les premières minutes.


http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/86/66/95/20081037.jpg

 

J'insiste sur ce point, très important à mon sens. Non seulement parce que cette lointaine nostalgie fait partie de la réussite du film, mais aussi parce que cela est révélateur de toutes les tripes qu'a mis le producteur/réalisateur dans son nouveau bébé.

Depuis la sortie du film, certaines critiques négatives ont rapidement fleuri sur le web. Prometheus ne serait pas un Alien, trahirait même la licence - certains n'hésiteraient pas à parler de viol de cette dernière ! Imaginez donc. N'allez pas voir un "Alien", car ce film n'en est en effet pas un. Prometheus est une superbe prequel, qui tente d'aller plus loin, de répondre à des questions jamais abordées dans les 4 films précédents (je ne compte pas les Alien Vs Predator, clairement hors cycle) pour s'attarder sur les origines de tout cela, tout en faisant apparaitre de nouveaux mystères qui ne trouveront pas réponse ici. Vous retrouverez évidemment la patte de Scott, ces instants de calmes aussi imprévisibles que l'action qui surgit de manière très brutale, désarçonnant le spectateur de manière régulière sans avoir à jouer sur des effets artificiels comme un stress sonore, par exemple... Ridley Scott laisse cela aux maitres de l'horreur, pour se concentrer sur l'essence même de son travail. Et ça fonctionne.

Le rythme est bon, la tension soutenue, mais surtout, cette ambiance ! Ce mélange chaud-froid dans les relations, dans l'espoir...
Un petit bémol tout de même : les thèmes musicaux des différents Aliens, envolées de cordes mélancoliques et thèmes spatiaux uniques ne sont plus là. La bande-son est bonne, mais aussi, finalement, assez standard. C'est peut-être LE véritable reproche que l'on pourra faire à ce Prometheus qui parvient si bien à se démarquer sur le plan du fond et de la forme, mais dont les différents thèmes, eux, se fondent dans la masse.

Concernant le casting maintenant : évidemment, un réflexe complètement conditionné par l'oeuvre nous fera rapidement remarquer l'absence de Sigourney Weaver, tant cette actrice a joué un grand rôle dans la quasi-sacralisation de la série-mère, du premier opus jusqu'à Alien Resurrection où cette dernière, en mode Kill'em All évident, écrase littéralement le reste des acteurs par sa présence.
Mais si au départ aucun acteur de Prometheus ne semble rivaliser avec Ellen Ripley en terme de prestance, Elizabeth Shaw (Noomi Rapace) tire clairement son épingle du jeu en fin de film, très forte dans l'adversité. Cela n'étonnera d'ailleurs personne, tant Ridley Scott aime les femmes fortes qui sortent du lot dans ses différentes oeuvres.
Mon avis sera par contre plus mitigé concernant le rôle de Charlize Theron ( Meredith Vickers dans le film), blonde froide (glaciale, même) et un tantinet sous-exploitée. Sa prestation est d'ailleurs presque caricaturale lorsqu'elle doit prendre une décision forte pour le bien de l'équipage... Peut-être qu'un peu plus de finesse dans le traitement de son personnage aurait fait beaucoup de bien au film.
Troisième prestation, cette fois remarquable, celle de Michael Fassbender (David l'androïde) qui est très convainquant et ce dès les toutes premières minutes de son apparition, et qui par son jeu renoue avec la "tradition" Alien - de nombreuses thématiques ressurgissent, dont certaines déjà clairement identifiées dans Blade Runner. Scott semble obsédé par le besoin de différencier clairement être humain naturel / synthétique, et le fait assez finement ici.

 

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/85/32/85/19859023.jpg

 

Le réalisateur a évité la simplicité, a tenté de faire évoluer clairement SON bébé d'origine. Il évite l'aspect Blockbuster pour proposer un récit Hard SF chargé de tous les concepts qui en découlent habituellement (le terraforming, par exemple), comme on savait en faire il y a 30 ans, mais avec les moyens d'aujourd'hui. On pourra ne pas aimer, on pourra même détester Prometheus. Mais jamais on ne pourra dire que Ridley Scott n'a pas mis toutes ces tripes dans celui-ci.

 

Piehr

Commenter cet article

GiZeus 15/06/2012 22:26


@Spooky


Je parlais du film, je ne demandais pas à Piehr de déflorer quoi que ce soit !


Et je rebondis sur ce que tu dis au niveau des incohérences. C'est particulièrement vrai, puisqu'en lisant l'article d'odieux connard sur le film, je me suis rendu compte que j'avais
volontairement fait l'impasse sur tout ça pour essayer de rentrer le film. Fatigue oblige, le plaisir avant tout !


 

Spooky 16/06/2012 18:40



Ah ok :)



erwelyn - Soleil Vert 15/06/2012 15:41


Ouah, vu que je n'y suis pas allée un peu conditionnée par les critiques dytirambiques, je crois que c'est toi qui auras le dernier mot. ça donne vraiment en vie d'y aller car on sent que tu as
le recul nécessaire et al connaissance suffisante de Scott pour pouvoir apprécier cette oeuvre. barvo !

Spooky 15/06/2012 16:08



Oh merci mais je ne mérite pas forcément ces louanges. Je ne me considère comme spécialiste de rien ni personne, pas même Tolkien, alors que je m'en suis farci des bouquins sur son univers, plus
que certains chercheurs je pense. Je pense que le secret pour apprécier Prometheus c'est de ne surtout pas en attendre quoi que ce soit, d'y aller avec l'esprit ouvert, frais et sans a priori.
Tout en sachant que la plupart des films de SF sont truffés d'incohérences, et que Scott ne s'embarrasse plus de contraintes dans ce domaine depuis 15 ou 20 ans.



GiZeus 11/06/2012 15:59


J'ai bien aimé le film, bien que je ne sois pas un inconditionnel d'Alien (à la vérité je n'ai pas vu le premier en entier). Ce que je retiendrai surtout c'est le dépucelage de la 3D. Si j'avais
fait gaffe en consultant Allociné j'aurais sûrement évité avec ce que j'ai entendu dire sur la 3D. Au pied du mur j'ai quand même accepté, et finalement je n'ai pas regretté. Je l'ai trouvée très
immersive malgré quelques petits ratés sans grande importance.


 


A propos du film en lui-même je n'ai pas grand chose à dire, j'étais un peu trop fatigué pour rentrer pleinement dedans. C'était quand même pas mal, même si j'aurais préféré qu'on déflore un peu
plus l'intrigue. Mais comme c'est pas trop le genre de la maison je ne dis rien là-dessus.


D'ailleurs je vais essayer de mater au moins le premier très rapidement.


 


Article intéressant au passage

Spooky 15/06/2012 16:19



Quand tu écris "j'aurais préféré qu'on déflore un peu plus l'intrigue.", tu parles de l'avis de Piehr ?



Fauve 11/06/2012 14:31


Je n'ai pas tout lu car je veux avoir la surprise ^^


Je suis rasuré sur un point quand même car effectivement certains sont très critique sur le film et tout. Donc j'irai le voir sans m'attendre à quelques choses de superbe, ni trop d'Alien. Pour
ne pas être déçu ;)

Spooky 15/06/2012 16:20



Je pense qu'en effet il ne faut pas s'attendre à un Alien, le film va bien au-delà de cet univers.



Articles récents

Hébergé par Overblog