Rencontre avec Vincent Ferré

Publié le par Spooky

 

Depuis une dizaine d'années à présent JRR Tolkien est revenu sur le devant de la scène culturelle avec les films de Peter Jackson. La traduction du Seigneur des Anneaux, par Francis Ledoux, avait quant à elle pris un petit coup de vieux et son éditeur historique, les Editions Christian Bourgois, a décidé de réviser la traduction. Le processus a pris du temps, il fallait un traducteur capable d'intégrer les contraintes toutes particulières de l'exercice, et après celle du Hobbit est arrivée celle du Seigneur des Anneaux (dont je vous reparlerai de façon dédiée), du moins de sa première partie. Dans ce cadre, Vincent Ferré, que j'ai eu l'occasion et le plaisir d'interviewer il y a quelques années, fait une série de rencontres avec des lecteurs dans des librairies ou des bibliothèques.

 

Pour rappel Vincent Ferré est professeur en littérature comparée à l'Université de Paris-Créteil, spécialiste de Proust et Tolkien, et directeur de la collection Tolkien chez Bourgois. Cette fois-ci il était au Merle Moqueur, grande librairie parisienne, où un auditoire de 25 personnes a pu échanger avec lui.

 

En guise de présentation, Vincent a parlé rapidement de la genèse et de la réception des ouvrages de Tolkien de son vivant, et a abordé le travail d'adaptation de Christopher Tolkien et de la traduction en cours de ses oeuvres.

 

 

En termes de volume, il y a encore des milliers de pages écrites par Tolkien à la Bodleian Library et dans d'autres établissements. Mais selon Christopher, Beowulf, paru l'an dernier (et dont la traduction est en cours) est le dernier grand texte de son père. En français, on a encore du retard : outre Beowulf, il reste de nombreux poèmes, relatifs à la Terre du Mmilieu ou pas, et les volumes 6 à 12 de l'Histoire de la terre du Milieu (les 6 à 9 étant les prémices du Seigneur des Anneaux, les suivants étant plus centrés sur les Elfes).

 

Vincent n'a esquivé aucune question concernant son travail de superviseur, ou son sentiment sur les adaptations diverses et variées de l'oeuvre tolkienienne. Il a ainsi participé à la traduction du premier film de PJ, avant de lâcher l'éponge, s'étant rendu compte que le milieu cinématographique n'était pas sa tasse de thé. Concernant le jeu d'action récemment sorti, l'Ombre du Mordor, il s'agit vraisemblablement d'une sorte d'hérésie narrative de niveau industriel, entre le Mordor fertile et verdoyant (!) et le principe du jeu, avec son héros qui ressuscite grâce à l'esprit de Celebrimbor...

 

V. Ferré a parlé de sa relation avec Daniel Lauzon, traducteur basé au Québec, avec qui les échanges se passent essentiellement par mail, et lequel avait le "final cut" en cas de divergences de vue sur la traduction. Il a évoqué en particulier le travail fait sur les poèmes et les chansons du Seigneur des Anneaux, au nombre d'une cinquantaine, pour lesquels Lauzon a tenté de garder la métrique et les jeux de mots, en bref, l'esprit d'origine. A noter que cette traduction, dont les deuxièmes et troisièmes volets sortiront en 2015, a déjà nécessité plus d'un an de travail. Lequel est arrivé après que Vincent Ferré et un groupe de volontaires, au nombre de neuf au départ (comme les membres de la Communauté de l'Anneau), aient établi une liste de coquilles et incohérences sur la traduction de Francis Ledoux, un document de... 910 pages.

 

Le plateau des victuailles réalisé par la librairie le Merle Moqueur à l'occasion de la rencontre avec Vincent Ferré. Photo réalisé par leurs soins, merci à eux pour le prêt.

 

Vincent Ferré a d'ailleurs salué l'activité et le dynamisme de plusieurs partenaires français, tels que l'association Tolkiendil, les sites Tolkiendrim et Elbakin, mais aussi des partenaires institutionnels tels que le Tolkien Estate et la Tolkien Trust, organistation caritative fondée par les quatre enfants de Tolkien et qui reverse des fonds pour des actions caritatives telles que l'aide d'urgence et le secours aux sinistrés, des organismes de bienfaisance à destination de la santé, des causes environnementales, l'éducation et les arts.

 

Comme je vous le disais l'actualité tolkienienne est dense en cette fin d'année. En prévision de la sortie du dernier volet du Hobbit, Warner a inondé le web ces derniers jours de visuels teaser. Au mois de décembre Arte propose un cycle d'émissions et de documentaires consacrés au Professeur. Vincent Ferré, quant à lui, publie à la même époque "Lire JRR Tolkien", chez Pocket. L'universitaire propose également différents textes sur la question sur ce site, ou celui-ci. Bref, un homme très intéressant, passionné et érudit sans être pédant, en plus d'un garçon charmant.

 

L'occasion est trop belle pour vous signaler cette possibilité proposée par Google de vous balader en Terre du Milieu... Et si vous souhaitez dormir une nuit dans un trou de hobbit, c'est possible (plus ou moins) près de chez vous...

 

Spooky

Voir les commentaires

DC passe à l'offensive au cinéma

Publié le par Spooky

 

Alors que son rival historique, Marvel, a pris -définitivement ?- de l'avance sur les adaptations au cinéma de son catalogue, l'autre grand éditeur de comics, DC, a dévoilé son plan de sorties sur les 5 années à venir. Voici le détail de ces sorties :

 

2016 :
25 mars : Baman vs Superman: Dawn of Justice
5 août : Suicide Squad

2017 :
26 mai : LEGO Batman
23 juin : Wonder Woman
12 novembre : Justice League Part 1, avec Ben Affleck, Henry Cavill et Amy Adams de retour dans leurs rôles

2018 :
23 mars : The Flash (le personnage principal sera joué par Ezra Miller, vu dans The Perks of Being a Wallflower and We Need to Talk About Kevin)
25 mai : The LEGO Movie 2
27 juillet : Aquaman (avec Jason Momoa)

2019 :
5 avril : Shazam (avec Dwayne Johnson en Black Adam)
14 juin : Justice League Part 2

2020 :
3 avril : Cyborg (avec l'acteur Ray Fisher)
19 juin : Green Lantern (un reboot donc, la première tentative avec Ryan Reynolds s'étant soldée par un échec historique)

 

On annonce aussi de nouveaux films Batman et Superman "en solo". Du lourd, donc, voire du très lourd pour les années à venir. Votre avis ?

 

Spooky

 

EDIT : Pour avoir une idée de tous les fims de super-héros qui nous attendent pour les 6 années à venir et plus, suivez ce lien.

 

Voir les commentaires

La Horde du Contrevent [Réédition]

Publié le par Ansible



Sorti il y a 10 ans, l'occasion est belle de remettre en lumière ce monument...

Conseillé par d’autres fans d'univers de science-fiction ambitieux, La Horde du contrevent (Editions La Volte) est une vraie claque.


Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu’un vent féroce en rince la surface. Que dans les villages qui s’y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d’eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu’en Extrême-Aval ait été formé un bloc d’élite d’une vingtaine d’enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueule, leur vie durant, le vent jusqu’à sa source, à ce jour jamais atteinte : l’Extrême-Amont.


Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m’appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l’éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l’azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l’ultime.

Ca n'a pas l'air de grand-chose, mais à partir de ce décor et de ces quelques personnages, Alain Damasio va nous proposer un roman à la fois surprenant et inoubliable. Sa Horde est donc composée au départ de 23 membres, tous différents, avec leurs aptitudes, leurs caractères propres. La première bonne idée est d'en faire, à tour de rôle et suivant les besoins, le narrateur de l'histoire. Mais plutôt que de nous les présenter de façon scolaire, il nous les décline au cours d'une sorte de spectacle vivant donné par la Horde et orchestrée par Caracole, le conteur-troubadour, lorsque nos Hordiers croisent la route d'un gigantesque bâtiment remontant le vent à la force des moteurs. Caracole, un personnage vraiment exceptionnel, qui met en exergue la verve rhétorique de Damasio au travers de plusieurs scènes d'anthologie, dont une joute oratoire d'un niveau exceptionnel. Caracole, dont l’identité réelle est une énigme, lui qui semble entretenir une relation intime avec son environnement.

 

Mais il y a bien sûr d'autres personnages incroyables dans cette Horde, en premier lieu Golgoth, le Traceur, celui qui décide de la voie à suivre pour son groupe, celui qui resserre les rangs, parfois à coups de dents, sans vergogne et avec une volonté inébranlable. J'aime beaucoup Sov, le Scribe qui retranscrit toute l'équipée sur le carnet de contre, une tradition qui a permis à chaque Horde de profiter des leçons de ses devancières. Damasio a composé un groupe d'une diversité qui n'égale que sa complémentarité, avec par exemple une guérisseuse, une feuleuse, capable de faire jaillir une flamme même sous la pluie battante, un combattant-protecteur... Je ne ferai pas le catalogue de tous les personnages, mais chacun a un rôle bien particulier dans l'histoire.


Le destin (et la raison d'être) de la Horde est donc de remonter le vent afin de trouver sa source, le fameux Extrême-Amont. Elle va donc croiser de nombreux obstacles, aux formes variées, parmi lesquelles les moins étonnantes ne sont pas les chrones, ces créatures qui semblent manipuler le temps de façon très diverses. A ce titre, le véramorphe est l’une des créatures les plus géniales de la littérature mondiale ; son impact sur le temps est très particulier. Le temps est d'ailleurs le thème central du roman, car le temps est mouvement, et le mouvement est la vie.

 

La Horde du Contrevent est le récit du choc entre deux mouvements, celui, constant, éternel, tout-puissant, du vent, et celui, plus ponctuel, timide et discontinu, de la Horde. Les hordiers se battent, luttent malgré les coups du sort pour continuer leur route. Damasio utilise et décline le thème du temps, inventant de nouveaux paradoxes, trouvant des trous d’air au milieu des rafales. Par moments, on tutoie le magistral, le solennel… L’auteur utilise aussi toutes les ressources de la langue française pour faire rendre les armes au lecteur. Langage de haut niveau, parfois technique, il invente souvent des néologismes, des mots-valises pour faire avancer son récit. Et pas besoin d’un lexique pour comprendre ce qu’il se passe. C’est là encore dans le rythme, l’utilisation du temps que cela se passe : certaines scènes d’action se déroulent très vite, à d’autres il vaut mieux se poser pour bien comprendre une déclamation… Juste sublime.

 

Oh, et encore une utilisation –à ma connaissance- inédite de l’objet-livre, mais aussi du temps : en général un bouquin commence à la page 1 (ou 3, ou 10, c’est selon), et la pagination augmente au fil de la lecture. Dans La Horde du Contrevent, celle-ci décroît vers la conclusion, le destin inéluctable de la bande à Golgoth. A l’ouverture on sait donc qu’il reste 521 pages à lire. 521 pages très denses, qui commencent par une phrase de Caracole dispersée (par le vent ?) qui dit « Nous sommes faits de l’étoffe dont sont tissés les vents ».

 

Le roman nous conte 23 destins, ceux des Hordiers, avec chacun ses peurs, ses joies, ses pensées, son destin. Ce sont des quêtes intérieures individuelles, des quêtes intimement liées à l’essence de ce monde, le vent, mais aussi le vif. Qu’est-ce que le vif ? A vrai dire, à l’issue de votre lecture, vous ne le saurez pas vraiment, même si on pourrait dire que c’est l’âme de chacun des personnages, mais aussi son étincelle vitale. La quête des personnages dure 30 ans, et s’achève de façon très surprenante. Le choix de la multi-narration est astucieusement matérialisé par un symbole typographique particulier à chacun.

 

La Horde du Contrevent est un livre-univers, il contient énormément d’éléments permettant de comprendre comment celui-ci fonctionne. Sa lecture ne laisse personne indifférent, à moins d’être allergique aux logorrhées audacieuses. Un véritable chef-d’œuvre, qui a reçu en 2006 le Grand Prix de l’Imaginaire, en tant que meilleur roman francophone. Rien n’est laissé au hasard dans ce roman, pas même le nom de la maison d’édition, La Volte, qui suggère une danse, un mouvement, un vent tourbillonnant… Une maison d’édition qui se dit animée par… "une horde, sans cesse mouvante, d'amis et de passionnés…" La Horde du Contrevent est le premier ouvrage paru chez la Volte en 2004. CQFD.

 

Le livre est complété par un marketing multimedia de premier ordre. En plus d’une édition « classique », vous pouvez vous procurer une version comportant un CD de musique. « Mélodies organiques à l’élégance électro-pop, percutées de bruits bruts, rehaussées d’harmonica, de guitare slide et de bouzouki. Entendez ces nappes riches tissées de voix chapechutées, de boléros souples, soudain déchirées de brefs textes. Le vent fluide enfle. La Horde marche, rythme et nous obsède. Laissez-vous guider par les trompes des pharéoles, traversez la Flaque à mi-torse et ne dites jamais « Fontaine… ».  Une édition prestige comprend un DVD avec des bonus plutôt intéressants (entretiens avec l’auteur, court-métrage, diaporama d’illustrations…).

 

Et je ne serais pas complet si je ne parlais pas du site internet où l’on retrouve la plupart de ces bonus, mais aussi une revue de presse et une section « l’univers du livre », où l’on peut retrouver des descriptions, des musiques, des illustrations, ainsi qu’un intéressant « atelier » comportant plusieurs versions de l’écriture de Damasio. Sans oublier des notes biographiques pour chacun des contributeurs de l’ensemble (Damasio bien sûr, mais aussi le compositeur des musiques, l’illustrateur, les concepteurs du site et l’éditeur). Juste incontournable.

 

Spooky.

 

Damasio/La Volte

Voir les commentaires

Resurrectio

Publié le par Spooky

 

 

Marie, 15 ans, se réveille dans une chambre blanche, immaculée, le bras raccordé à une perfusion. Apparaît bientôt un homme, Victor, qui lui révèle qu'elle avait été longtemps dans le coma à la suite d'un accident de voiture au cours duquel ses parents sont morts. Elle doit réapprendre la vie, retrouver peu à peu une existence normale, sous l'oeil attentif de Victor, qui note ses moindres faits et gestes. Après plusieurs mois de réclusion, elle réintègre le lycée, à Genève, et essaie de se faire des amis, malgré les réticences son "père"...

 

Mais la nouvelle vie de Marie est bien compliquée. Dotée de facultés psychologiques et physiques hors du commun, elle est aussi hantée par de drôles de rêves, où elle semble être des personnes différentes, et est hantée par un voile noir qu'elle voit se poser sur les gens, sans qu'ils ne remarquent quoi que ce soit. Mais l'adolescente met tout cela sur le compte de son traumatisme, et de sa condition d'adolescente, et essaie de se sociabiliser. Jusqu'au jour où elle échappe de peu à une explosion dans un centre commercial. Et se met à douter de sa vraie nature...

 

Amélie Sarn est, entre autres talents, un écrivain spécialisée dans la littérature pour adolescents. Mais loin de répondre aux canons et aux clichés du genre, sa plume, aussi élégante qu'efficace, emmène ses lecteurs sur des territoires parfois très noirs. C'est le cas avec ce roman, qui, au-delà d'un argument fantastique, propose un déroulement assez crédible. On sent la volonté de l'auteure de s'échapper du carcan habituel de ce genre de romans, ou plutôt, puisque la littérature pour ados (ou le "young adult") n'est PAS un genre, de ne pas s'attarder sur le côté midinette de l'histoire, et aller plus dans la noirceur, même si à mon goût elle aurait peut-être pu aller encore plus loin.

 

On ne peut pas lâcher le roman. je l'ai lu en moins de deux jours, en ayant assez vite une intuition sur la nature, ou plutôt sur l'histoire de Marie. Intuition vérifiée par la suite. Au passage Amélie Sarn rend un hommage à un classique incontournable de la littérature fantastique, hommage discret mais véritable. J'ai beaucoup aimé ma lecture, une nouvelle fois avec cette auteure, probablement l'une des plus originales et des plus surprenantes du moment.

 

Spooky

Voir les commentaires

Le sang versé

Publié le par Spooky

 

 

Plutôt enthousiasmé par mes différentes letures de polars nordiaques, j'ai voulu tenter cette nouvelle sortie, nettement mise en avant pas Albin Michel.

Une auteure suédoise, pourquoi pas ? Sauf que très vite j'ai dû un peu déchanter...

 

À 145 kilomètres du cercle polaire, dans l’atmosphère crépusculaire du Grand Nord, un petit village aux environs de Kiruna, ville natale de l’avocate, est sous le choc : le pasteur de la paroisse – une femme – vient d’être assassiné. En mission là-bas pour son cabinet d’avocats, Rebecka remonte la piste de cette affaire qui réveille le souvenir traumatisant d’un autre meurtre…

 

Rebacka n'est pas la seule héroïne du roman. Nous sommes aussi dans la tête de Lisa Stöckel, paroissienne de Jukkasjärvi, celle de Lars-Gunnar, policier à la retraite avec un fils attardé mental, celle d'un prêtre et d'un vicaire... Et dans celle d'une louve. Et là vous vous dites : mais quel rapport ? C'est la question que je me suis posé tout du long de ma lecture, d'autant plus que l'arc narratif concernant cette louve clôt le roman, sans que jamais celui-ci ne croise les autres intrigues. Alors bien sûr, il y a un côté allégorique, mais même en me mettant dans cette posture, je n'ai pas su raccrocher les wagons. Peut-être une dimension scandinave que je n'ai pas su saisir...

 

La multiplicité des points de vue n'a donc pas aidé à ma lecture, d'autant plus qu'Asa Larsson use et abuse des flashes-backs. Pour TOUS les personnages, pas seulement Rebecka, qui semble être son personnage fétiche. Autre souci, la traduction, dont je ne juge pas la qualité générale, mais qui n'a visiblement pas bénéficié d'une grande relecture par moments : oublis de transcription, mots oubliés ou superflus... C'est assez dommageable et surprenant, surtout chez un éditeur de la taille d'Albin Michel.

 

Quant à l'histoire elle-même, je l'ai trouvée sans ressort, assez plate pendant 400 pages, sachant que le roman en fait 470. Et l'évènement qui permet à l'enquête de décoller est tellement tirée par les cheveux que j'en ai presque ri. A côté de cela Asa Larsson sait installer des ambiances particulières, mais n'en profite pas vraiment. Dommage car cette région proche du cercle arctique est propice à de beaux morceaux d'écriture, à mon humble avis.

 

Bref, une déception assez nette.

 

Spooky

Voir les commentaires

3ème salon du vampire - le débrief

Publié le par Spooky

 

THE PLACE TO BLEED

(Oui, ce slogan est de moi)

Et voilà, je vous en avais un peu parlé en amont, le troisième Salon du Vampire a fermé ses portes.

 

Alors, comment ça s'est passé ? Eh bien les amateurs étaient invités à se rendre à la Maison des Italiens, une salle -encore une fois trop petite- situé à une station de tramway de la gare de la Part-Dieu, pour rencontrer des auteurs, des éditeurs, assister à des tables rondes, se faire prendre en photo dans des décors vampiriques... Car la thématique de cette troisième édition était celle des chasseurs et chasseuses de vampires, comme en témoigne le joli minois qui vous accueillait près de l'entrée :

 

 

Le coeur de la manifestation était l'espace exposants, partagé entre éditeurs, libraires, artistes et stands associatifs. Lesquels ont su faire preuve d'originalité pour attirer le chaland...

 

 

 

D'autant plus que quelques auteurs sont venus signer leurs ouvrages consacrés au genre :

 

La dernière partie du Salon était réservé aux tables rondes, qui ont jalonné les deux jours de manifestation. Les sujets ? "Dracula contre Van Helsing, face à face originel", "Quels codes graphiques pour le chasseur ?", "Chasser à Sunnydale : une histoire de filles ?", "Entre sciences et surnaturel : rapporter l'hystérie", "Le Chasseur, cette créature contemporaine", "Quelle mythologie pour le chasseur de vampire ?". Une programmation dense, où les auteurs invités sont venus apporter leurs connaissance et leurs propres ajouts aux questions posées. Pour alléger un peu le programme, une association est venu faire une démonstration (en trois temps) de self-défense spéciale vampires, et le réalisateur Bertrand Demarre est venu présenter son court-métrage "Road 666", dont la production venait de se terminer. Le public, qui a répondu présent à chaque animation, a aussi pu écouter deux masterclass, l'une consacrée à Mathieu Guibé, l'autre à Aurélie Mendonça, tous les deux contributeurs littéraires du genre.

 

 

 

 

Comme je l'ai dit le public était très présent pendant les deux jours. L'objectif initial, d'environ 200 personnes, a été dépassé à 17 heures le samedi, pour une affluence doublée au final. Il n'était pas rare de croiser des visiteurs aux tenues inhabituelles au détour des stands, pour le plus grand plaisir des photographes et documentaristes présents.

 

 

 

Autre plaisir visuel, l'association AOA production, qui réalise plein d'évènements à Lyon et ailleurs (comme les Zombies Walks) proposait aux visiteurs de de faire photographier -par un professionnel, Toumy, dans un décor inspiré de la série Buffy contre les vampires. Une animation qui a eu un très grand succès, il y avait presque constamment la queue.

 

 

Cette année l'organisation du salon a été gérée par un groupe de bénévoles bien plus important, puisque nous étions 25 à nous relayer à l'accueil, l'animation, le bar, la cuisine, l'assistance aux auteurs, le vestiaire, etc. Une organisation sans faille, qui a permis à la manifestation de se dérouler sans le moindre accroc pour les mordus. Un état d'esprit de camaraderie et de respect du travail a régné tout le long du Salon, provoquant sans doute de nombreux pincements au coeur au moment de quitter le 82, rue du Dauphiné, à Lyon...

 

 

Difficile d'en parler sans rentrer dans le dithyrambique, mais les faits sont là, le succès est public, les intervenants sont tous contents, et tous en redemandent. Et si vous voulez voir encore plus de photos, c'est par ici.

 

A dans deux ans ?

 

Spooky

Voir les commentaires

Une semaine dans la vie de Stephen King

Publié le par Spooky

 

Si vous suivez régulièrement ce blog, vous devez savoir que je suis un grand fan de Stephen King, l'auteur aux 350 millions de livres vendus dans le monde. Vous avez aussi, peut-être, que lors de sa tournée promotionnelle en France l'année dernière, j'ai fait partie des happy few qui ont pu le rencontrer et assister à sa conférence. Parmi les autres heureux élus se trouvait aussi Alexandra Varrin, jeune auteure dont la vie a été marquée par la rencontre avec l'oeuvre de King.

 

L'expression n'est pas galvaudée, car elle a construit son imaginaire, depuis ses 10 ans, avec les personnages et l'écriture de l'auteur de Ça. Et comme plusieurs centaines de fans, elle a enfin pu croiser son idole en novembre 2013. Ce qu'elle raconte dans ce livre, c'est cette rencontre, réitérée, puisqu'elle a eu la chance d'assister à chacune des apparitions publiques de King lors de cette semaine si particulière. D'abord la conférence de presse, au milieu de 300 journalistes dont la plupart savaient à peine QUI est King. Mais celui-ci, par ses traits d'esprit et sa gentillesse, conquiert vite son public. Alexandra lui remet, avant l'exercice, un panier contenant quelques menus cadeaux représentant la France. C'est ensuite la séance de signature dans un complexe cinématographique, avec une nuit entière passée sur place pour être parmi les premiers à obtenir l'autographe tant désiré. Ce moment où, tétanisés, les fans ne peuvent grommeler qu'un vague "Bonjour, je m'appelle Couillon, j'aime beaucoup ce que vous faites, merci, au revoir", et s'effondrer de bonheur à la sortie.

 

Troisième rendez-vous, dans les studios de France 5 pour l'émission La Grande Librairie, où le présentateur pose des questions pertinentes à son invité entre deux reportages sur son oeuvre et son histoire. Ce moment si particulier ensuite, dans les locaux du Mouv', pour une émission radio avec douze auditeurs triés sur le volet, qui pourront lui poser directement des questions. La proximité avec l'auteur n'aura peut-être jamais été aussi forte, et le fait de pouvoir lui parler quasiment directement -avec l'aide d'un traducteur- remplit Alexandra d'extase. La personnalité de SK se dévoile un peu plus ; il s'agit d'un homme simple, aux idées politiques non alignées mais claires, d'une gentillesse infinie et grand amateur de rock n'roll. Notre jeune auteure en profite pour évoquer avec lui la figure centrale de la Tour Sombre, Randall Flag, alias l'homme en noir, qui porte de nombreux autres noms dans d'autres romans, et d'apprendre qu'il échappe à son créateur...

 

Ces différents comptes-rendus sont ponctués -et souvent intimement mêlés- à l'évocation assez large de la jeunesse d'Alexandra, dans une Franche-Comté maussade (comme le Maine où a toujours vécu King), mais entourée de l'amour de sa mère et ses grands-parents, mais sans père (comme son auteur préféré), et la façon dont elle a perçu les romans les plus importants de SK. Au sommet desquels se trouve le cycle de la Tour sombre, point de convergence de tous ses romans et sorte de manifeste artistique et philosophique. Une oeuvre que l'auteur considère comme "toute sa vie", et dont il craint un jour l'adaptation télévisuelle ou cinématographique. Voir Roland de Gilead figé à jamais sous les traits d'un acteur, fût-il prodigieux, est sa plus grande crainte.

 

Au final, même si j'ai vécu moi aussi quelques-uns des évènements dont parle Alexandra dans son roman, savoir ce qu'il s'est passé dans les autres m'a beaucoup intéressé. La partie introspective du récit pourrait rebuter certains lecteurs avides surtout de sensationnel et/ou de factuel sur cette tournée, mais elle permet de bien saisir la portée de l'évènement pour une jeune femme qui aurait sans doute pris une toute autre voie si elle n'avait pas rencontré dans ses livres cet auteur.

 

Spooky

Voir les commentaires

Arrêtez-moi

Publié le par Spooky

 

Après une série de polars nordiques, me voilà sur des contrées plus classiques, celles de la ville de Boston, pour une enquête, ou plutôt deux, qui prennent pied dans la capitale du Massachusetts.

 

Le commandant D.D. Warren a 41 ans, un compagnon flic comme elle et un bébé de plusieurs mois, quand une étrange affaire de pédophiles assassinés lui est confiée. Et presque dans le même temps elle fait la connaissance d’une jeune femme persuadée qu’elle va mourir dans les jours à venir, assassinée comme ses deux meilleures amies à un an d’intervalle, exactement un an. Mais très vite elle acquiert le sentiment que Charlene Rosalind Carter Grant (oui, c’est son nom complet, et cela a son importance), visiblement très perturbée, lui cache des choses, et que le coupable n’est peut-être pas celui ou celle que l’enquête laisse croire…

 

Je ne connaissais pas du tout cette auteure de polars, pourtant depuis 15 ans elle écrit –notamment- de front deux séries de thrillers, l’un mettant en scène deux profilers du FBI, qui sont père et fille (et qui apparaissent brièvement ici), et la série mettant en scène l’inspecteur Warren. Elle écrit aussi sous le pseudo d’Alicia Scott, depuis 1992, dans des romans à suspense teintés de romance.

 

La découverte a donc été presque totale, et malgré le fait que DD Warren ait été l’héroïne de quatre romans avant celui-ci, j’ai pu rentrer dans son univers sans problèmes, l’auteure préparant bien le terrain au sujet de son âge, sa vie de famille, son passif de fliquette qui en a bavé. Malgré la facette plus sentimentale de son œuvre (mais très peu présente ici), Lisa Gardner fait preuve d’une grande efficacité dans son écriture, j’en veux pour témoins plusieurs scènes qui m’ont littéralement scotché, dont une concernant une intervention policière vue du point d’une réceptionniste téléphonique du 911. Et, comme il faut s’y attendre, le récit recèle plusieurs surprises et retournements de situation, mais ils ne paraissent pas téléphonés, sont plutôt bien amenés…

 

Une belle découverte en thrillers. Encore...

 

Spooky

Voir les commentaires

Lettres

Publié le par Spooky

 

Il y a quelques jours nous commémorions les 41 ans de la disparition de John Ronald Reuel Tolkien. L'auteur du Hobbit et du Seigneur des Anneaux a entretenu, tout au long de sa vie d'adulte, une correspondance très importante. Que ce soit auprès de ses proches (sa future femme, ses enfants, ses amis), de ses lecteurs ou de ses relations de travail (professeurs de philologie, éditeurs...). Avec l'aide d'Humphrey Carpenter, biographe officiel de son père, Christopher Tolkien a rendu publique une partie de cette oeuvre épistolaire dense en 1981. C'est seulement en 2005 que les éditions Bourgois ont traduit cette somme, et qu'en 2013 que les Editions Pocket en proposent une version poche, lue ici.

 

Je ne vais bien sûr pas vous parler en détail des quelques 350 lettres réparties sur les 800 et quelques pages, mais dégager quelques tendances et quelques points forts. Il y a -et c'est normal- peu de missives à caractère confidentiel ou intime, même si pendant la seconde guerre Tolkien a beaucoup écrit à son fils Christopher, mobilisé et muté en Afrique du Sud, ou lui-même avait vu le jour. Outre le fait que le jeune homme manquait beaucoup à son père, c'est aussi une correspondance de travail, puisque Chris était devenu, avant de faire son service militaire, le secrétaire et l'assistant de son père, notamment en dessinant la carte de la Terre du Milieu qui devait accompagner l'édition du Seigneur des Anneaux alors en cours de rédaction. La majeure partie des Lettres concerne en effet sa création littéraire, entamée dans les années 1910 par des poèmes, et qui se continuera toute sa vie, avec seulement deux romans publiés de son vivant, le Hobbit et le Seigneur des Anneaux.

 

Les échanges épistolaires avec ses éditeurs révèlent un homme fort humble, disposé -du moins à ses débuts- à se plier à toute demande de ceux-ci, mais aussi fort soucieux de la réception de ses écrits par ses primo-lecteurs, parmi lesquels, outre son fils Christopher et l'ami écrivain C.S. Lewis, se trouve Rayner Unwin, le fils de son éditeur d'alors. C'est lui qui "lit", au sens éditorial du terme Le Hobbit, et c'est lui qui pousse son père à la publier, avec enthousiasme. Il y a aussi un côté un peu auto-apitoiement, Tolkien parlant régulièrement de ses soucis de santé, qui ont l'air nombreux dans les années 1940. L'une des raisons pour lesquelles, en plus de son travail d'enseignant dans différentes universités, l'organisation de la défense passive dans sa région et une vie de famille fort remplie avec quatre enfants, la rédaction du Seigneur des Anneaux prend autant de temps. Rappelons qu'il y a travaillé de 1937 à 1950, par intermittences, et parfois rattrapé par la lassitude devant l'énormité de la tâche. Tolkien le dit lui-même dans une de ses lettres : "J'ai créé un monstre" ; c'est à dire une oeuvre qui échappe à son créateur, qui l'a emmené sur des chemins non prévus au départ, et dont le succès, foudroyant, va le surprendre. Car comme il le dit lui-même, c'était avant tout pour lui qu'il avait créé cet univers, en partant de diverses langues, puis en imaginant les légendes qui pourraient illustrer ces langues...

 

Entre les lignes, on s'aperçoit que le Professeur a une sainte horreur (en vrac) des machines, de la guerre (dont le SdA n'est PAS une allégorie, même si l'atmosphère a dû influer sur son écriture), de la France, ou plutôt de la langue française, de Shakespeare...

 

L'un des aspects les plus étonnants de son oeuvre est l'absence de cultes dans celle-ci, alors que lui-même est un fervent catholique. A ceux qui lui posent la question, il répond que l'élément religieux est absorbé dans l'histoire et dans le symbolisme. Comment, en effet, ne pas voir une figure christique en Aragorn, capable -entre autres- de guérir par simple imposition des mains ? La question des traditions maritales chez les Hobbits est également évoquée, et on sent Tolkien TRES investi sur la question.

 

On sent parfois, au travers des lettres, quelques regrets par rapport au Hobbit, lequel, s'il devait le réécrire, serait très différent, surtout dans sa première partie, laquelle serait moins axée "roman pour enfants".

 

Il y a des lettres qui sortent du lot ; comme celle où il explique à son fils les femmes, de façon très elliptique, sachant que Tolkien était pénétré de la religion catholique. Celle où il répond sèchement à un éditeur allemand -envisageant de publier une traduction du Hobbit- qui lui demandait s'il avait des origines aryennes (nous sommes en 1938, et le nom Tolkien est d'origine allemande) ; le ton de l'écrivain reste courtois, mais ne suffit pas à cacher la colère de l'auteur, qui termine par quelque chose qui signifie "Allez vous faire foutre, bisous". Je pense aussi à cette très longue lettre de 1950, adressée à Milton Waldman, son nouvel éditeur, dans laquelle Tolkien détaille sa cosmogonie et la chronologie de son Legendarium, Age par Age. Une lettre qui comporte plus de 10 000 mots... Parlons aussi de cette lettre non datée, mais probablement écrite en juin 1958, où Tolkien détaille les différents défauts inclus dans un scénario de cinéma qui lui avait été envoyé à l'époque par Forrest J. Ackerman, qui souhaitait adapter le Seigneur des Anneaux en long métrage animé. Le moins que l'on puisse dire est que Zimmermann, auteur du script, en a pris pour son grade, entre les contractions temporelles et géographiques, les libertés non-sensiques prises avec le récit original, et le tour ridicule que prennent les personnages. Tolkien reste poli, mais on le sent fortement bouillir face à une telle hérésie. Il déclare même à plusieurs reprises être plus favorable à des coupures nettes de certaines scènes plutôt qu'à des traitements aussi indignes. L'édition en poche du Hobbit chez Puffin Books fin 1961 a réveillé aussi sa fureur, avec des "corrections" opérées sur son texte. Il y a aussi cette lettre à un Monsieur Gamgee, surpris de voir son homonyme dans une oeuvre au succès public retentissant, et auquel Tolkien répond au sujet des origines du nom de son personnage.

 

Une partie de la correspondance traite de la disparition de CS Lewis, survenue en fin d'année 1963. L'occasion pour Tolkien, à la demande de ses enfants, d'éditeurs ou de lecteurs, d'évoquer son amitié passée avec l'auteur de Narnia, et le fait qu'ils se soient éloignés l'un de l'autre pendant la décennie suivante. Une époque où, après la série tragique de la première Guerre Mondiale, le Professeur commence à pardre certains de ses amis et connaissances.

 

Vers les années 1965-67, Tolkien doit dépenser beaucoup d'énergie et de temps à faire interdire une version pirate de Bilbo le Hobbit, publiée aux Etats-Unis par Ace Books. Libéré de ses obligations professsionnelles, mais ralenti par des soucis de santé (et ceux de sa femme), l'auteur souhaitait alors consacrer le plus de temps possible à la rédaction et à la remise en ordre du Silmarillion, dont l'écriture avait débuté 50 ans plus tôt. C'est à cette époque aussi qu'il apprend la création d'une Tolkien Society à New York. D'abord méfiant et limite vindicatif, il se ravise et propose même son humble concours à l'aréopage de fans après la lettre fort respectueuse de son responsable. Sa correspondance se ressent de ces différents ennuis et obligations ; les lettres sont très courtes, toujours courtoises en général. A cette époque également, il en a marre d'être constamment appelé, dérangé par les fans -auxquels il répond toujours poliment-, et s'apprête à déménager ailleurs, vers Bournemouth (côte sud de l'Angleterre), autant pour des raisons économiques que sanitaires. Ce qui ne l'empêchait pas, à plus de 80 ans, de répondre de façon circonstanciée sur les langues elfiques, à des fans l'interrogeant à ce sujet.

 

Lorsqu'Edith, son épouse adorée, décède en 1972, Tolkien est inconsolable -et le restera jusqu'à sa propre fin, 18 mois plus tard. Il est alors dans une telle détresse matérielle et morale que Rayner Unwin, son premier lecteur "professionnel" et devenu entretemps le président de la société d'édition Allen & Unwin, se débrouille pour lui trouver un appartement à Oxford par le biais de l'université où le Professeur avait entretemps reçu toutes les distinctions possibles. C'est pourtant à Bournemouth, où le couple Tolkien aimait à venir se reposer, qu'il décèdera, en septembre 1973. Il pourra reposer à Oxford, auprès d'Edith, sa Luthien, lui qui se voyait comme Beren. Les deux patronymes sont d'ailleurs présents sur leurs pierres tombales respectives.

 

Photo © Tolkiendil.com

 

Qui dit oeuvre -consciente ou pas- de Tolkien, dit notes de bas de page à foison. Le Professeur en parsème ses missives, lesquelles sont aussi, dans ce recueil, émaillées de notes des traducteurs et de l'éditeur -en l'occurrence son fils et Humphrey Carpenter. Les lettres comportent 800 pages, mais le volume émarge à plus de 950 en version poche... Et qui dit oeuvre de Tolkien dit ébauches, travail jamais terminé. Ainsi certaines lettres sont restées à l'état de brouillons, et n'ont jamais été envoyées à leurs destinataires...

 

Au final, cette (longue) lecture m'a permis d'en apprendre encore un peu plus sur l'oeuvre de mon auteur préféré, de rentrer un peu dans son intimité, de comprendre le processus de création, mais aussi de préservation de l'identité de son oeuvre. D'en savoir un peu plus sur sa vie, en résonance avec la biographie écrite par Humphrey Carpenter, bien sûr. Bref, un très bon moment.

 

Spooky

Voir les commentaires

3ème salon du vampire

Publié le par Spooky

 

Les 20 et 21 septembre va se tenir à Lyon, comme lors des deux éditions précédentes, le 3ème Salon du vampire. Je ne vous refais pas l'historique, rendez-vous sur cette page pour mon compte-rendu de l'édition inaugurale, mais je vais vous parler un peu plus de la programmation.

 

Comme à chaque fois, l'organisation va tourner autour d'un cycle de conférences, ou plutôt de tables rondes consacrées aux dents longues. Les thèmes sont diversifiés, puisque se succèderont : Dracula contre Van Helsing, face à face originel, Quels codes graphiques pour le chasseur ?, Chasser à Sunnydale : une histoire de fille ?, Entre sciences et surnaturel : rapporter l’hystérie, Le chasseur, cette créature contemporaine ? et enfin Quelle mythologie pour le chasseur de vampire ?. Modérées par des bénévoles du Lyon Beefsteak Club, ces tables rondes vont réunir de nombreux auteurs et essayistes ayant écrit de belles pages dans le genre. Parmi ces personnes je distinguerai Marika Gallman, dont j'ai eu le plaisir de lire les premiers romans, Jean Marigny, dont l'érudition en la matière n'égale que sa gentillesse, Mathieu Guibé, arrivé comme un météore dans le paysage de la SFFF, Pascal Croci, auteur de BD dont la rencontre vaut le détour, ou encore Nicolas Stanzick, que j'ai eu le plaisir d'interviewer voici quelques années.

 

Deux auteurs vont également faire l'objet d'une masterclass : Mathieu Guibé et Aurélie Mendonça.

 

Entre les différentes animations les visiteurs et les participants pourront accéder aux stands de plusieurs éditeurs du fantastique, tels que Le Chat noir, Rebelle ou ActuSF. Des associations et librairies lyonnaises seront également présentes : Comics Zone, Madame des Feuillants (créatrice de bijoux), Trollune (pour les amateurs de jeux de rôle), le Lyon Beefsteak Club, Machina Vapora (association d'hurluberlus amateurs de steampunk) et professeur WP, qui proposera aux visiteurs ses nombreuses créations graphiques, notamment des panoplies de chasseurs de vampires. AOA production, l'association qui produit les marches zombies en France, sera également là pour vous permettre de rentrer dans la peau des chasseurs de vampires, enfin certains des plus célèbres, qui ont officié dans la série télévisée Buffy.

 

Enfin, Nicolas Delestre exposera sa collection de livres anciens consacrée à la démonologie, et en particulier aux vampires.

 

Vous voulez tout savoir ? Rendez-vous sur le site officiel !

 

Moi j'y serai, et toi ?

 

Spooky

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog