BD-Theque : Interview de Mathieu Lauffray

Publié le par Spoo Ky

Ah, et j'allais oublier l'interview de la semaine sur bdtheque.com, réalisée par les duettistes pol et bab. Avec Mathieu Lauffray.

Voir les commentaires

Tolkien et la Grande Guerre

Publié le par Spooky

 

 

La vie de JRR Tolkien fut longue (plus de 80 ans) et riche. L’essayiste John Garth s’est plus particulièrement intéressé à un épisode particulier de celle-ci, la première guerre mondiale, à laquelle il a participé. Nous « fêtons » cette année le centenaire du déclenchement du premier conflit moderne ; l’éditeur Christian Bourgois a donc publié l’ouvrage de référence sur cette période.

 

Lorsque la guerre éclate, en 1914, Tolkien a 22 ans et est étudiant à Oxford. Sa vie venait de prendre un tournant tout à fait intéressant, car malgré ses résultats universitaires relativement médiocres, il avait fondé, avec trois autres camarades, une sorte de club de réflexion artistique et philosophique, appelé le TCBS (Tea Club and Barrovian Society). Outre Tolkien, ce club compta dans ses fondateurs Christopher Luke Wiseman, Robert Quilter Gilson et Geoffrey Bache Smith. Seuls les deux premiers ont survécu au conflit. C’est leur histoire au cours de celui-ci qui nous est contée ici.

 

Ils ne voulaient pas y aller. Bien à l’aise dans leurs costumes d’étudiants semi-oisifs, et en pleine phase de construction de leurs œuvres respectives (surtout Tolkien et Smith), les TCBSiens n’étaient pas prêts à aller au Front. Qui l’est, d’ailleurs ? Après avoir fait ses classes de sous-officier affecté aux signaux, Tolkien arrive en France en juin 1916. Il s’est entre-temps marié à Edith Bratt, son amour d’adolescence. Le 11 juillet la bataille de la Somme, à laquelle prend part le 11ème régiment des Lancashire Fusiliers, commence. Au mois d’octobre, souffrant de la fièvre des tranchées (un virus transmis par des poux, qui pullulaient sur place), il est rapatrié en Angleterre, puis va d’un hôpital à un camp militaire. Entretemps son épouse connaîtra plus de 20 domiciles différents, une mobilité due aux aléas économiques et aux déplacements de Tolkien.

 

C’est pourtant pendant ces heures sombres qu’il élabore les bases de son Légendaire. Avant la guerre celui-ci ne comprenait que le lexique d’une langue inventée, le qenya, ainsi qu’un ou deux poèmes notables. A la fin de la Guerre plusieurs textes majeurs, comme La Chute de Gondolin ou l’histoire de Turin Turambar (qui seront plus tard inclus dans les Contes et légendes inachevés ou Le Silmarillion) viennent déjà étayer ce qui constituera l’un des univers romanesques les plus riches de l’histoire de la littérature mondiale. C’est au travers de la correspondance de Tolkien (déjà abondante à l’époque), mais aussi celle de ses amis et de divers registres universitaires et militaires que John Garth a pu reconstituer la chronologie des évènements.

 

Au-delà du simple aspect chronologique, Garth s’attache également, en filigrane puis de manière plus poussée en fin d’ouvrage, à analyser les origines et les motifs de ces prémices. La Chute de Gondolin, par exemple, semble directement, au moins dans sa seconde partie, inspirée de son expérience de la bataille de la Somme. A certains égards, le Melko (appelé plus tard Melkor et Morgoth) présent dans ses poèmes de jeunesse, préfigure certains dictateurs célèbres du XXème siècle. Le conte de Beren et Tinuviel (plus tard rebaptiése Luthien) comporte pour la première fois un motif qui deviendra prépondérant chez Tolkien : le fait que le destin du monde n’est pas entre les mains des seigneurs, des puissants, mais bel et bien entre celles des humbles, des inconnus. Le Conte de Turambar est empreinte de naturalisme, c’est une ode humaine à la nature, face aux machines. Pour John Garth l’existence des Elfes, qui ne vieillissent jamais, dans l’œuvre tolkienienne, semble être une sorte d’hommage à tous ces jeunes gens fauchés dans la fleur de l’âge pendant la guerre. Des jeunes hommes qui auront pour l’éternité 18, 20, 25 ou 30 ans…

 

Se croyant plus ou moins immortels, car ayant –toujours selon eux- reçu un don, une étincelle leur permettant de changer le monde, d’y laisser leur empreinte, les membres du TCBS ont été presque anéantis par la perte de deux des leurs. Oui, en effet, la guerre n’était pas vraiment une menace pour eux, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent en première ligne… En 1940, alors qu’un nouveau conflit de grande ampleur s'annonçait et que son fils Christopher venait d’être appelé à y participer (ou allait être appelé), Tolkien eut ces mots : « Etre emporté en pleine jeunesse par 1914 n’a pas été une expérience moins abominable qu’en 1939… en 1918, tous mes amis proches, sauf un, étaient morts. »

 

Garth fait d’ailleurs remarquer que le peu d’autobiographie présent dans ces écrits de jeunesse a en grande partie été gommé par les réécritures ultérieures. En 1939 le Hobbit était en pleine révision, et Le Seigneur des Anneaux à l’état d’ébauche. John Ronald Reuel Tolkien, qu’on le veuille ou non, et qu’il l’ait reconnu lui-même ou pas, a vécu l’horreur de la guerre, et ses écrits s’en ressentent.

 

A noter dans les bonus, outre une abondante bibliographie ainsi que la liste impressionnante des sources données en notes, une petite chronologie de la bataille de la Somme du côté de Tolkien ainsi qu'une carte des lieux, pas très claire. Au final cet ouvrage n'est pas inintéressant, il apporte un éclairage sur la genèse de l'oeuvre tolkienienne ; cependant sa lecture est un peu aride, une bonne partie du contenu (et pour cause) se cantonnant à du factuel.

 

Spooky

Voir les commentaires

L'interview de la semaine sur...

Publié le par Spooky

Voir les commentaires

OH bah tiens, un évènement sanglant à ne pas...

Publié le par Spooky

Voir les commentaires

Nouveau thème sur le site http://t.co/HVnmMkd6hi,...

Publié le par Spooky

Voir les commentaires

Il y a du niveau. http://t.co/GpU8m8RAJF

Publié le par Spooky

Voir les commentaires

Captain America : le Soldat de l'hiver

Publié le par Spooky

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/pictures/14/01/31/17/06/486036.jpg

 

Après la réalisation honnête du premier film, Captain America revient, et il n'est pas content. Pas content parce qu'il apprend que son supérieur Nick Fury est la proie de drôle de tueurs, emmenés par un super-soldat mutique ; pire, le S.H.I.E.L.D., son employeur, est sur le point de lancer un programme de surveillance des citoyens dont la portée et la philosophie vont à l'encontre de ses convictions...

 

Au début du film, je me suis fait la remarque que j'allais voir un actioner de très bonne tenue, ce qui suffisait à mon bonheur. Mais en fait ce Winter Soldier est bien plus que cela. Au-delà des scènes de poursuites et de cascades mettant en scène des SUV, mais aussi des héliporteurs géants ou des avions supersoniques, il y a en toile de fond une véritable trame qui le rattache directement à la "mythologie" dont Avengers et le S.H.I.E.L.D. sont les pivots... Difficile de vous en dire plus sans dévoiler le véritable sujet du film, et donc de vous gâcher en partie le plaisir, mais sachez que le propos est très actuel et digne de réflexion... Si vous voulez un indice, reportez-vous à Minority Report... Ce côté "parano/années 70s", claironné par la production, est étayé par la présence de Robert Redford. Même si cela paraît noyé dans l'ultra-action, le propos est là et tient le film.

 

Les personnages évoluent aussi dans ce second film. La duplicité de Nick Fury est toujours présente, mais on découvre qu'il y a peut-être pire que lui ; la Veuve noire semble cacher des troubles et inavouables secrets, tandis que Cap', s'il ne renie en rien son éducation et ses principes un peu surannés, semble faire confiance à de moins en moins de gens. Un épaississement de l'intrigue, donc, qui augure d'un Avengers: Age of Ultron (dont la sortie est prévue pour dans un an), de haute tenue, au moins sur le sous-texte. Le Soldat de l'hiver du titre n'est en fait qu'une sorte de prétexte, sa présence ne servant pas à grand-chose, sinon à rajouter une dimension à l'intrigue générale de la franchise Captain America (et, partant, d'Avengers).

 

http://media.aintitcool.com/media/uploads/2013/merrick/1382480720000-capt-america-winter-soldier-mov-jy-9061_large.jpg

 

Côté casting, on retrouve avec plaisir Chris Evans (qui a prouvé dans Snowpiercer qu'il n'était pas qu'une belle gueule surmontant un corps bodybuildé), avec Scarlett Johansson (en moins bonnasse que dans les films précédents - à ce titre l'affiche ci-dessus est un peu honteuse), ainsi que Samuel L. Jackson, dans le rôle de Nick Fury. Viennent s'ajouter Robert Redford (mais oui !) en tant que grand ponte de l'agence secrète, Sebastian Stan dans le rôle de l'énigmatique Soldat de l'Hiver, mais aussi Anthony Mackie (Démineurs, Real Steel) dans le rôle de Sam Wilson et du Faucon, futur Vengeur (en principe). Des nouveaux venus dans l'univers Marvel, que l'on aura plaisir à revoir... pour ceux qui survivent.

 

 

Et bien sûr, comme dans tous les films Marvel, il ne faut pas oublier les clins d'oeil : le cameo de Stan Lee ainsi que LES scènes post-générique (car oui, il y en a deux) qui rattachent ce film au suivant de la franchise Avengers.

 

Ce Captain America : Le Soldat de l'hiver n'est probablement pas le meilleur film du genre (je laisse encore Iron-Man I, les deux premiers X-Men et Avengers au-dessus), mais il est parmi les meilleurs, proposant de la qualité à tous les niveaux. Et vous, quel est votre avis ?

 

 

Spooky

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog