Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les Nuits de la Saint-Jean

Publié le par Spooky

 

L’angoisse monte à Sandhamn : une jeune fille a disparu au cours de la nuit. Sous une pluie battante d’automne, l’inspecteur Thomas Andreasson et ses collègues ratissent l’île, en vain : Lina Rosén reste introuvable et l’enquête conclut à une noyade accidentelle.

Quelques mois plus tard, Nora Linde décide de prendre quelques jours de vacances au cœur de l’hiver à Sandhamn avec ses deux petits garçons. Son mari la trompe et elle a besoin du calme de l’île pour réfléchir. Mais, en jouant dans la forêt, Adam et Simon font une macabre découverte : des restes humains enfouis dans un sac sous la neige. Est-il possible que ce soit le cadavre de Lina ? Et quelle est cette ombre, tapie dans la nuit, sous les fenêtres des Rosén ? Pourquoi ?

Malgré l’absence de pistes, Thomas et son amie Nora ont un étrange pressentiment : l’assassin de Lina rôde encore et n’en a pas fini avec sa sinistre mission.

 

Et une nouvelle auteure nordique, une ! Acclamée par la critique et comparée à Camill Lackberg, Viveca Sten propose une nouvelle enquête de son duo fétiche, Thomas Andreasson et Nora Linde, sur la petite île de Sandhamn. Ne connaissant pas cet univers, je suis rentré de plain-pied dans le roman, sans ressentir de réelle gêne. La lecture des deux premiers romans n'est pas indispensable pour comprendre celui-ci, l'auteure y fait peu référence. Ses personnages ne sont pas de sstars, ils ont des comportements normaux, ils aiment, détestent, ont des difficultés financières ou professionnelles...

 

Viveca Sten construit son histoire avec deux intrigues parallèles, l'une se déroulant dans les années 1920, l'autre en 2007. Elles sont bien évidemment liées, mais ce lien est révélé assez tardivement, peut-être un un peu trop d'ailleurs. L'origine de la disparition de Lina est rien moins que stupide, comme cela arrive parfois au sein de petites communautés... L'atmosphère de l'île de Sandhamn, une île peuplée de 110 habitants à proximité de Stockholm, est plutôt prenante. Et la fin... Je ne peux pas dire que je ne l'ai pas aimée, mais elle laisse beaucoup de questions en suspens, ce qui rend le prochain roman mettant en scène Andreasson et Linde plus qu'attendu.

 

A suivre, donc.

 

Spooky

Voir les commentaires

Mad Max Fury Road

Publié le par Spooky

 

J'avoue, quand les premières images de ce nouvel opus de la série de Papy Miller sont sorties il y a quelques semaines, je n'ai cru y voir qu'un nouvel épisode spectaculaire mais décérébré. Et puis le film est sorti, les premières critiques aussi, professionnelles ou émanant de connaissances. La rumeur positive a enflé, et j'ai eu envie d'aller le voir à mon tour (au passage, merci Sébastien).

Et...

La claque.

 

Ce Mad Max 4 est en effet ultra-spectaculaire. Ça défourraille dans tous les sens, ça file à toute berzingue, ça fait des galipettes en moto, en camion... Non non, je ne suis pas en train de vous parler de Fast and Furious 8, mais bien de ce film sorti un peu de nulle part, réalisé par un cinéaste qu'on avait perdu de vue depuis presque 20 ans (si on exclut les Happy Feet, qui émargent dans une toute autre catégorie), et qui sort de l'industrie cinématographique alimentaire pour nous livrer un putain de film d'auteur, l'un des plus jouissifs dans un genre particuliers. Si je pouvais oser une comparaison, je dirais que George Miller est au road-movie post-apocalyptique ce que George Romero est au film de zombie. Une pierre angulaire.

 

 

L'histoire ? Elle peut tenir en deux lignes. Max essaie toujours d'échapper à des gangs complètement hallucinés, tandis que sa route va croiser celle d'une guerrière au bras amputé qui essaie de sauver des jeunes femmes de la coupe patriarcale et dictatoriale d'un homme qui se dit immortel. 97% du film consiste en une course-poursuite entre un camion et des dizaines de motos, tanks, camions et voitures aux moteurs surgonflés, dans un paysage désertique. Dans une société post-apocalyptique pareille, tout un chacun a quand même le cerveau, en plus du corps, un peu pété. Dès lors il ne faut pas s'étonner que les personnages aient un comportement étrange, voire halluciné. Par moments on se demande un peu ce que le réalisateur a pu fumer. Mention spéciale à un personnage qui parade sur le fronton d'un véhicule. je ne vous en dis pas plus. Mais à côté de ça, tout se tient scénaristiquement, Miller n'en fait pas des tonnes, ne rajoute pas une love story complètement à côté de la plaque, il s'agit d'une lutte pour la survie, la liberté, on n'a pas vraiment le temps d'avoir des sentiments dans une situation pareille.

 

Immortan Joe, ses warboys et ses véhicules.

 

On peut lire ça et là que ce Mad Max est un film "féministe". Je ne récuse pas du tout cette affirmation, puisqu'une grande part du métrage laisse la place au beau sexe, et pas pour faire de la figuration. Elles sont peut-être même plus nombreuses que les homme en termes de rôles parlants. En tête de gondole, Charlize Theron, qui confirme qu'elle peut TOUT jouer, même les guerrières craspecs avec un bras mécanique. C'est elle le véritable moteur de l'histoire, Max n'est en fait qu'une sorte d'outil narratif qui vient se greffer à la quête de Furiosa. Mais il y a aussi une demie-douzaine de jeunes actrices absolument charmantes et loin d'être décoratives, y compris avec un polichinelle dans le tiroir, et d'autres encore, qui toutes ou presque passent à l'action le moment venu. Des pétroleuses de tous âges, qui mettent littéralement les doigts dans le cambouis dans ce Salaire de la peur post-apocalyptique. Aux côtés de Charlize, jouant le rôle de Max Rockatansky, se trouve l'anglais Tom Hardy. Son charisme de vieille chaussette trouée, sa voix caverneuse, son impavidité et sa carrure solide en font le candidat idéal pour le rôle, mutique (remember le Bane du dernier Batman). Et pour compléter le trio, signalons Nicholas Hoult, en Warboy complété chtarbé, lui aussi méconnaissable, qui après Warm Bodies en 2013 et les deux derniers X-Men (dans le rôle de Fauve jeune), se construit une belle petite carrière dans le film de genre. En face se trouve Hugh Keays-Byrne, qui faisait partie du casting du premier Mad Max en 1979 et a construit l'essentiel de sa carrière dans la série TV Farscape. 35 ans après, il est encore caché derrière un masque, mais les expressions du peu que l'on voit de son visage sont plutôt convaincantes.

 

Nicholas Hoult, avec un maquillage spectaculaire.

 

La réalisation est d'une lisibilité exemplaire. Il se passe beaucoup de choses dans un espace réduit (en gros, dans, et autour d'un camion) ; on ne se dit jamais "mais qu'est-ce qu'il fout là, lui ?" La course-poursuite est réglée au millimètre, un vrai chef-d'oeuvre. La bande-son n'est pas en reste. Avec un personnage récurrent et totalement inattendu, une bande originale qui décoiffe signée Junkie XL et des effets sonores extraordinaires (mention spéciale à un passage où elle s'adapte à l'ouïe de Max), ça dépote là aussi. Environ 80% des effets visuels que l'on peut voir dans le film ont été réalisés sans trucages informatiques, avec de véritables véhicules, de vrais cascadeurs, des maquillages authentiques et bien d'autres choses. Une pratique peu courante à l'heure du développement du numérique et des CGI à tout-va. A noter encore une fois le design hallucinant des véhicules, qui ont permis aux cascadeurs de faire des prouesses à l'écran. Les acteurs ont d'ailleurs assuré eux-mêmes certaines cascades...

 

Le film règne dans des ambiances chromatiques très marquées, passant de l'ocre du sable du désert au bleuté clinique de la nuit. Des atmosphères très réussies.

 

Mad Max Fury Road est donc l'histoire d'une résurrection. Trente ans après le dernier opus, mais avec un script qu'il a commencé à rédiger en 1997, George Miller revient au premier plan. Le tournage commença en Namibie à l'été 2012, après plusieurs reports. Le réalisateur a donc pris le temps. Cette résurrection devrait perdurer, puisque le script d'un cinquième film de la saga est déjà écrit, et qu'il devrait être tourné d'ici 2017. Il faut dire que dans ce faux reboot les différents personnages, et en particulier Max et Furiosa, laissent une part d'ombre sur leur passé.

 

Au final ? Une totale réussite. Le film de l'année pour moi.

 

Spooky

Voir les commentaires

Plein de nouveaux mathoms

Publié le par Spooky

Je vous ai concocté une sorte de pot-pourri de news glanées ici ou là concernant l'univers de Tolkien. Ah, mais me (re)direz-vous, qu'est-ce qu'un mathom ? C'est un objet non identifié, qui n'a pas d'utilité mais pourrait en avoir, qui peut en avoir dans l'avenir, et qui du coup peut être donné et redonné au sein de la peuplade hobbit. Voici ce qu'en dit Tolkien lui-même : "... car tout ce pourquoi les Hobbits n'avaient pas d'usage immédiat, mais qu'ils ne voulaient pas jeter, ils le nommaient un mathom. Leurs demeures avaient tendance à être encombrées de mathoms, et maints cadeaux qui passaient de main en main étaient de cette sorte."

 

Alors dans la catégorie resources plus ou moins indispendsables :

Une interview de Guy Gavriel Kay, qui fut un temps l'assistant de Christopher Tolkien lorsque celui-ci a commencé à rassembler et trier les archives posthumes de son père, et lui-même auteur de fantasy.

Un enregistrement audio de JRR Tolkien lisant le poème The One Ring. remarquez le phrasé, assez juteux...

Un autre enregistrement du Professeur.

Un site avec pas mal de ressources sur JRR Tolkien...

Et une page regroupant d'autres ressources. L'infini s'ouvre aux tolkienophiles...

Une dizaine d'anecdotes plus ou moins surprenantes concernant le créateur du Seigneur des Anneaux.

Un reportage du site français Tolkiendrim sur le plateau de tournage du Hobbit...

Une analyse intéressante (en anglais) sur ce que Tolkien n'a pas raconté concernant l'histoire d'Arda

 

Le coin des acteurs de l'héritage : goodies et dérivations (plus ou moins) sympathiques...

 

Sur ce lien, on vous propose de passer une nuit ou plus dans un trou de Hobbit.

Un carnet Moleskine aux couleurs du Hobbit de Tolkien. Un autre, en version limitée.

Un jeu video sur le Hobbit, datant de 1983...

Et des captures d'écran de décors des Sims...

Un enlumineur qui s'est amusé à illustrer le Silmarillion...

Un illustrateur de grand talent...

Un autre illustrateur, Frank Frazetta. Quelqu'un connaît ?

L'intégralité du Hobbit (en VO) sur une seule page, sous forme de poster !

La boutique Spreadshirt de l'association Tolkiendil...

Une parodie du Seigneur des Anneaux en jeu de rôle.

 

Un petit malin a réussi à couper les trois films de Peter Jackson (pour le Hobbit) en un seul métrage de 4 heures, en enlevant pas mal d'oripeaux narratifs...

 

Dans la catégorie What the Fuck?

Un élève américain a été suspendu pour avoir menacé un camarade de le faire disparaître grâce à son Anneau Unique...

Quand l'oeuvre de Tolkien peut influer sur votre vie...

Quand le gouvernement français investit la Terre du Milieu...

Quand une station de ski le fait aussi...

Et quand le Cantal s'y perd...

Et si votre chat faisait ses besoins dans un trou... de Hobbit ?

Et si vous faisiez Hobbit en première langue ?

 

 

A bientôt pour de nouveaux mathoms !

 

Spooky

Voir les commentaires

La Légende de Pierrot le Fou

Publié le par Spooky

 

Pierrot le Fou, c'est Pierre Loutrel, leader du gang des tractions avant, cette bande de petits voyous qui a sévi un peu partout en France -mais surtout en région parisienne- pendant les années 40. Oui, parfaitement, pendant la seconde guerre mondiale, et après, Pierrot le Fou et sa petite bande, Danos et Boucheseiche, Jo Attia, Naudy et Fefeu ont écumé les bureaux de poste, les agences bancaires à bord de leurs "15", ces tractions avant devenues légendaires.

 

Rodolphe, scénariste de BD, écrivain, journaliste et scénographe, a décidé de se pencher sur leur histoire, en se mettant dans la peau -fictive- d'un journaliste à la petite semaine, surnommé Paulo le Belge, qui aurait côtoyé ces cadors du casse, sans jamais participer à leurs méfaits, mais qui a un peu profité de leurs largesses. Une équipe surprenante que ce gang des tractions avant ; on y trouve des anciens hommes de main dévoués à l'Occupant, des Résistants, lesquels se sont parfois frités sévèrement entre eux avant de devenir copains comme cochons. L'un d'eux, Jo Attia, a même été déporté en Allemagne, puis a réussi à rentrer presque tout seul à Paris, peu après la libération du camp de Mauthausen où il se trouvait, alors que les libérateurs, les Canadiens, avaient condamné le camp à la quarantaine... Son histoire à elle toute seule vaut la lecture du bouquin (et nécessiterait sans doute un autre ouvrage), tant on sent la passion de Rodolphe pour le personnage. Son récit à Paulo est l'un des morceaux de bravoure du roman. Autre grand moment, l'assaut donné par la police nationale à une guinguette des bords de Marne, qui donne lieu à un spectacle aussi hallucinant qu'ubuesque. je vous laisse faire des recherches, ou tout simplement lire le très prenant roman de Rodolphe, pour comprendre mes allusions.

 

Pour rendre son récit plus vivant, l'auteur utilise à fond l'argot, le langage imagé, n'hésitant pas à pousser sur la ripaille et la paillardise. Ce qui rajoute un vernis d'authenticité à cette histoire qui a dû nécessiter de nombreuses recherches. Il nous raconte par le menu certains des casses les plus spectaculaires, les ratés d'anthologie aussi, parfois dû à des soucis mécaniques... Les aventures sentimentales de Pierrot aussi, parfois avec des célébrités telles Martine Carol ou Ginette Leclerc. Jusqu'à la fin, cet énième casse raté dans une bijouterie du XVIème, suivi d'un stupide accident avec son arme à feu qui blesse grièvement Loutrel, et son inhumation dans un lieu désert...

 

Au final, une lecture très intéressante, sur un personnage ou plutôt une bande de personnages dont l'histoire n'est plus connue qu'au travers de quelques films, mais qui ont "enrichi" l'histoire du grand banditisme en France. Fortement recommandé.

 

Spooky

Voir les commentaires

Le Premier

Publié le par Spooky

 

J'avais découvert Nadia Coste un peu par hasard, au travers de son cycle de fantasy des Fedeylins, que j'avais beaucoup aimé. Depuis la jeune femme a fait du chemin, plusieurs autres romans sont sortis, j'ai même eu l'occasion de deviser un peu avec elle, une discussion au cours de laquelle elle m'avait parlé de son roman vampirique alors en gestation, Le Premier.

 

Car oui, cela ne se voit pas sur la couverture, mais il s'agit de l'histoire du premier vampire, Vaïn, qui naquit à l'époque néolithique. Celui-ci est un adolescent maigrichon, toujours dans l'ombre de son frère aîné, qu'il suit à son insu lors de sa quête d'initiation à l'âge adulte. Mais une énième dispute éclate entre les deux garçons, et Urr, l'aîné, tue son frère, le laissant basculer dans une rivière. Mais par un étrange processus, Vaïn revient inexplicablement à la vie, tandis qu'Urr boit accidentellement à la source d'un loup, ce qui va lui conférer une grande force mais aussi la faculté de se transformer en loup les nuits de pleine lune...

 

Vaïn va donc se relever, guérir lentement de ses blessures, et se découvrir d'étranges pouvoirs, comme des sens accrus, une grande force mais aussi le goût du sang fraîchement recueilli (et rien d'autre comme nourriture). Mais il ne peut se déplacer en terrain découvert que la nuit, les rayons du soleil lui brûlant cruellement la peau. Egalement habité par la rage et la rancoeur, il va tenter de se venger de son frère, lequel sème la terreur autant que ses gènes partout où il passe. Vaïn va donc se mettre n queête également des descendants de son frère, qui grandissent à une vitesse anormale. C'est une quête qui va s'étirer sur des siècles, et qui va laisser des traces. Vaïn va traverser les âges seul, terriblement seul, et ce n'est pas le crâne d'auroch qu'il a tué peu après sa transformation, pourtant doté de parole, qui comblera cette solitude...

 

Encore une fois Nadia Coste m'emporte dans son monde. Son écriture n'est peut-être pas la plus virtuose qui soit, mais elle a ce don de tenir ses lecteurs en haleine, de développer la psychologie de ses personnages, forcément déviants, et de nous mettre au coeur de son récit, avec cette écriture organique et d'une efficacité redoutable. Et puis, en fin de parcours, elle parvient à raccrocher son intrigue à une belle légende des débuts de la civilisation occidentale. Sans en dire trop, entre les lignes. Chapeau.

 

Spooky

Voir les commentaires

Avengers : l'ère d'Ultron

Publié le par Spooky

 

Dire que ce nouvel opus de la saga Avengers est attendu est un euphémisme. Le premier épisode, sorti il y a trois ans, avait rapporté un milliard et demi de dollars de recettes, ce qui en a fait le troisième succès mondial de tous les temps, derrière les cartons intersidéraux de James Cameron. Il a avit surtout réussi à faire la synthèse convaincante de l'ensemble des films du multiverse Marvel sortis jusque-là.

 

Depuis, 4 films sont sortis (Iron-Man 3, Thor: the Dark world, Captain America: the Winter Soldier, et Les Gardiens de la Galaxie) et Marvel devait bientôt boucler cette seconde boucle. Place donc, après Loki, au deuxième super-méchant de la franchise, Ultron. Créé par Banner (Hulk) et Stark (Iron Man) -et non pas par Henry Pym, lequel n'apparaîtra que dans le prochain Marvel, Ant-Man- comme une intelligence artificielle destinée à protéger la paix dans le monde, celle-ci se réveille et estime que la paix ne sera pas possible tant que les Avengers seront encore actifs. Dès lors, s'incarnant dans un modèle de robot fabriqué par Stark et s'insinuant dans internet, elle va s'échapper et va tout faire pour les détruire, s'associant avec deux jeunes gens, des jumeaux originaires d'un petit pays d'Europe de l'Est qui sont des humains "augmentés", fruits des expériences secrètes d'Hydra et du S.H.I.E.L.D.

 

 

Ces deux nouveaux venus, Pietro et Wanda Maximoff, sont donc intégrés à l'univers -comme dans les comics- sans toutefois porter de surnoms... Pour l'heure. Une pirouette narrative permet d'ailleurs aux scénaristes Marvel de ne pas empiéter sur le territoire de ceux des X-Men, puisque Pierto, alias Vif-Argent, y apparaît aussi. Par contre leur origine est totalement différente (exit leurs origines mutantes, ce sont des vitimes des manipulations de l'Hydra à présent), ce qui permet à Marvel et Fox de ne pas interagir. Il y a aussi l'arrivée d'un personnage très important dans l'histoire des Avengers ; son origine est respectée, mais son positionnement stratégique pas vraiment. Il faut dire que l'unité de l'équipe de super-héros se craquelle franchement : Hulk pense à nouveau à se terrer à mille lieues, même s'il y a cette femme qui... ; il y a encore une rivalité entre Iron Man et Captain America, laquelle devrait culminer dans le prochain opusconsacré au super-soldat ; et en filigrane l'amitié toute particulière qui lie la Veuve noire et Hawkeye, qui va trouver un tournant inattendu au cours de ce segment. A noter que Vif-Argent (Quicksilver en VO) est interprété par Aaron Taylor-Johnson, interprète du rôle-titre de Kick-Ass. C'est Elizabeth Olsen qui interpète sa soeur Wanda, alors que les deux acteurs étaient mari et femme dans le dernier Godzilla en date.

 

Je dois dire que j'ai trouvé un plaisir moindre dans ce deuxième épisode que dans le premier. Certains personnages, notamment Iron-Man et Thor, sont plus en retrait ; à l'inverse, on a droit à un peu plus de Clint Barton (Hawkeye), de Hulk et de Natasha Romanoff (la Veuve noire). Mais du coup, et malgré encore quelques scènes pleines d'humour, on n'a plus ce leadership de Tony Stark, ou ce charme gouailleur de Loki (qui, paraît-il, apparaîtra dans la version longue). Et ce qui faisait le charme et l'intérêt de la franchise, ce sont les dissensions internes des Avengers. Ici elles sont curieusement étouffées, à peine esquissées. Au contraire, [SPOILER] à la fin de l'épisode les Avengers se dispersent dans le calme, certains quittant le service actif, d'autres membres arrivant.[/SPOILER]

 

Et ce n'est pas la seule incongruité narrative. Le récit part un peu dans tous les sens, il y a plein d 'allusions, de clins d'oeil, qu'on ne peut pas saisir si on n'a pas lu une grande partie des sagas Avengers sur papier, mais aussi TOUS les films précédents, ainsi que la série TV Agents of S.H.I.E.L.D... Ce qui devient compliqué même pour les fans hardcore.

 

De même, l'intrigue de fond concernant les Gemmes de l'Infini (et à laquelle fait écho la traditionnelle scène post-générique ici) avance un peu, faisant écho à ce qu'il s'est passé dans le premier Avengers et Captain America (le Tesseract), dans Thor: The Dark World (avec l'Ether) et les Gardiens de la Galaxie (et l'Orbe).

 

Bien sûr, sur le plan visuel et technique, c'est encore de la classe, du haut niveau, mais on a encore trop de "m'as-tu vu", lors de la scène d'entrée, une attaque par les Avengers d'une base d'Hydra, ou encore vers la fin, lorsqu'il font front avec leurs nouveaux alliés pour préserver une source d'énergie potentiellement explosive. Et on n'évite pas le Deus Ex Machina avec ce diable de Nick Fury (Samuel L. Jackson) qui survient toujours quand il faut et où il faut... Comme dans les comics me direz-vous...

 

Pour le reste, on est loin de la daube annoncée par certains et redoutée par beaucoup, et du chef-d'oeuvre claironné par d'autres. J'avoue, j'ai eu du mal à intégrer tous les éléments, le film est très dense dans sa première heure, trop peut-être. Une deuxième vision de la version longue quand elle sortira, me permettra peut-être de me sentir moins perdu.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

Danser avec le diable

Publié le par Spooky

 

Lancé dans la traque d’un insaisissable psychopathe, le lieutenant Boris Berezovsky se retrouve pris au piège de son passé. Ou plutôt du passé de son père Vladimir, un juif russe échappé de l’enfer stalinien et devenu citoyen américain, qui se dit menacé par des services secrets étrangers. Boris découvre alors avec stupeur que Vladimir entretenait d’excellentes relations avec la bête noire de Poutine, son neveu Boris Berezovsky (homonyme de son fils), le célèbre oligarque, prétendument « suicidé » à Londres.

Tandis que le meurtrier continue de sévir en toute impunité, Boris se plonge dans sa propre histoire, cherchant qui, de la mafia russe locale, du MI5 ou du FSB cherche à liquider son père.

 

Maud Tabachnik est l'une des maîtresses françaises du polar, et je ne connaissais pas son boulot. Dans ce roman, l'action prend pied au sein du SFPD, la police de San Francisco.

 

On voit qu'il y a un sacré travail de recherche concernant les procédures, les us et coutumes de la maison poulaga yankee, tout autant que de la topographie de San Francisco. Par contre il y a parfois des problèmes de rythme, on sent que l'auteure veut amener certaines situations, mais elle les amène de façon un peu téléphonée, de sorte qu'on les voit arriver assez vite. Hheureusement, il y a cette dimension géopolitique plutôt intéressante, avec la Russie post-communiste d'Eltsine et Poutine. Une époque personnifiée par le père du héros, un sacré personnage.

 

L'autre versant de l'histoire est incarnée par Ferris Holme, ce tueur en série au profil très particulier, dans l'esprit duquel Maud tabachnik nous fait plonger, de façon glaçante.

 

En outre la fin est très surprenante, puisqu'elle annonce probablement... une suite.

 

Spooky

Voir les commentaires

L'Epreuve tome 3 : Le remède mortel

Publié le par Spooky

 

 

Après être sortis -non sans mal- de la Terre Brûlée, Thomas et ses amis sont retenus par le Wicked dans un étrange complexe, séparés les uns des autres. Mais ils réussissent à s'échapper, par petits groupes et sans savoir ce qu'il est advenu des autres.

Nouveau décor pour cet ultime volet de la trilogie l'Epreuve, avec la ville de Denver, puis le ghetto réservé aux Fondus, ces humains victimes des radiations dues aux rayons solaires ; la plupart du temps le groupe autour de Thomas est réduit : 4 ou 5 personnes. Mais Le WICKED est toujours là, sur la brèche, aux aguets, prêt à tout pour récupérer leurs "sujets".

 

Thomas et ses amis ne sont pas au bout de leurs peines, et pas à l'abri de retrouvailles très surprenantes.

 

Je me suis nettement plus ennuyé dans la lecture de ce troisième opus que dans celle des deux premiers. Certes, les personnages sont actifs, volontaires, ils sont décidés à ne pas se laisser faire et à sauver leurs amis, mais j'ai eu l'impression que beaucoup de choses se passaient trop facilement pour eux. Dashner, pour essayer de tromper son monde, place quelques péripéties, des obstacles, mais de façon plutôt maladroite. Le charme du premier tome est, pour moi, rompu.

 

Spooky

Voir les commentaires

Terre du Milieu : sur les traces d'un mythe

Publié le par Spooky

 

C'est totalement par hasard que je suis tombé sur ce recueil d'illustrations. En fait, non, c'était lors d'une séance de dédicaces consacrée à Tolkien et un ouvrage sur son oeuvre, réalisé par des personnes depuis devenues des amis. Le prix m'avait rebuté dans un premier temps, mais j'avais gardé les références. Et puis je l'ai trouvé plus tard, sans même le chercher (merci Aaapoum Bapoum).

 

 

Mon esprit complétiste a cette fois bien fonctionné puisque la lecture, et surtout la vision des illustrations qu'il contient fut un enchantement presque constant. Je ne connaissais pas du tout cet illustrateur, qui comme son nom ne l'indique pas, est américain. Certes, il ne travaille sur l'univers tolkienien que depuis le début des années 2000, mais certains de ses croquis, réalisés comme les autres à l'aquarelle et au fusain, sont parmi les plus beaux que j'ai jamais vu. Oui, alors que je suis un admirateur du boulot de John Howe et d'Alan Lee, ou même, partiellement, de celui de Ted Nasmith. Nasmith qui ne tarit pas d'éloge dans son avant-propos de ce recueil, rejoint par David Wenzel, surtout connu pour avoir réalisé une adaptation graphique de Bilbo le Hobbit.

 

 

Le style de Giancola ? Certains le comparent aux maîtres de la Renaissance du 15ème siècle ; n'étant pas un spécialiste, je ne m'avancerai pas, mais force est de remarquer qu'il est très fort dans les expressions des personnages, du drapé des vêtements, du mouvement, des proportions, de... Bref, en tout. Pour ma part j'y ai vu une belle parenté avec un dessinateur de bande dessinée que j'adore, Grzegorz Rosinski (auteur de Thorgal), qui est aussi un peintre de grand talent à l'aquarelle. Au menu de ce recueil : Le Hobbit, Le Seigneur des Anneaux, mais aussi les Enfants de Hurin et d'autres contes issus du Legendarium. Régalez-vous.

 

Spooky

 

Voir les commentaires

L'Etoile du matin

Publié le par Spooky

 

Automne 1919. Trois figures légendaires de la littérature anglophone, C. S. Lewis, futur auteur des Chroniques de Narnia, J. R. R. Tolkien, futur auteur du Seigneur des Anneaux, Robert Graves, poète et futur auteur de grands romans historiques, font connaissance à l’université d’Oxford avec le déjà mythique T. E. Lawrence dit “Lawrence d’Arabie” et futur auteur des Sept Piliers de la sagesse. Chacun à leur façon, ces hommes s’efforcent de surmonter le traumatisme de la Première Guerre mondiale. Tandis que les hante le souvenir de ses charniers, la rencontre du flux de récits et de civilisations qu’incarne Lawrence, ce vent du désert qu’il porte avec lui, va les acheminer vers la réalisation de leurs œuvres, sous le regard critique et tendre de la féministe Nancy, épouse de Graves.

 

Soyons clair, j'ai lu ce roman car Tolkien en était l'un des protagonistes. Non que les autres protagonistes ne m'intéressent pas, loin de là, mais disons qu'ils m'attirent moins irrésistiblement que celui que l'on surnommera plus tard le Professeur.

 

A cette époque il n'est encore qu'une jeune enseignant, traumatisé comme ses camarades par la première guerre mondiale, au cours de laquelle il a été gazé, mais surtout qui lui a pris deux de ses meilleurs amis. Une perte immense, qui le marquera toute sa vie. L'unité du TCBS (Tea Club and Barrovian Society, le club qu'il formait avec ses amis) est à jamais brisée, même si CS Lewis est encore là.

 

Le roman, écrit par un collectif d'auteurs italiens, propose donc de plonger dans ces années juste après la première guerre, où de nombreuses choses étaient à construire ; pour Tolkien, c'est la construction initiale de son Legendarium, mais aussi de sa famille, avec la naissance de son deuxième enfant et son exil à Leeds pour pouvoir enseigner ; pour Lewis, sa nouvelle vie familiale ; pour Graves, sa poésie... Et curieusement ces constructions vont prendre en compte la rencontre d'un homme pas comme les autres : T. E. Lawrence, surnommé Lawrence d'Arabie. Une légende vivante, mais un homme dont l'existence même est auréolée de mystère. Une ambiance fort particulière, bien rendue par les différents fils narratifs, qui s'entrelacent bien sûr.

 

Un roman intéressant, surtout concernant l'ambiance oxfordienne de l'immédiat après-guerre et sur la personnalité du Colonel Lawrence...

 

Spooky

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>